Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2009-12 | Page d'accueil | 2010-02 »

25/01/2010

Cherchez la différence (2)

Tickets de bus.jpg

 

[publié dans L'Echo des Vosges du 22/01/10]

Notre tribune dans L'Echo des Vosges du 22 janvier

A propos des nouveaux horaires et des nouveaux circuits de bus

Avec une augmentation du prix du ticket de bus de plus de 13% à partir du 4 janvier 2010, les Déodatiens auraient pu s'attendre à une amélioration du service public de transports urbains.

Mais la réalité est tout autre !

A en croire l'adjointe chargée du dossier des transports urbains, les nouveaux horaires de Déobus constitueraient une amélioration du service rendu à la population, en particulier pour les habitants des quartiers de l'Orme et de St-Roch.

Malheureusement, seuls ceux qui n'ont pas lu les nouveaux horaires ou qui ne prennent pas le bus peuvent croire à de tels propos.

La mobilisation des habitants a certes fait reculer la municipalité : les commerces de St-Roch et  la rue de l'Etang Piller sont à nouveau desservis, mais avec une offre nettement réduite.

Sur la ligne 1, jusqu'à présent, le bus passait tous les quarts d'heure. Ce n'est plus le cas maintenant. Le plus souvent il ne passe plus que toutes les 20 minutes sur une majeure partie de la ligne et seulement toutes les 40 minutes pour le quartier de St-Roch. Ainsi, alors qu'il y avait jusqu'à présent 53 passages pour se rendre en ville depuis l'arrêt Baldensperger, il n'y en a plus que 21, soit une réduction de 60% ! C'est ce qu'on appelle faire « l'objet d'une attention toute particulière ». (1)

Ce qui fait dire aux usagers qu'ils ont été trompés.

Ces problèmes ne sont malheureusement pas les seuls car de nombreux Déodatiens nous ont alertés sur des disfonctionnements tant sur les horaires que sur le nombre de bus. Malgré notre proposition d'élargir la concertation à l'ensemble des usagers, la municipalité s'enferme dans une politique rigide, en contradiction avec les propos de l'adjointe : « Une offre ajustée aux besoins des Déodatiens » (1)

Dans ce contexte, nous soutenons la nouvelle pétition qui s'oppose à ces nouveaux horaires inadaptés aux besoins des Déodatiens (comme par exemple, l'impossibilité pour certains de prendre le bus pour rentrer déjeuner).

A suivre ...

(1) Propos de l'adjointe de C. Pierret dans « Notre Saint-Dié des Vosges » de janvier 2010


Population à Saint-Dié :

En 1990, notre ville comptait 22 635 habitants. Le 19 décembre 2009, C. Pierret nous informe que Saint-Dié aurait à ce jour 22 926 habitants (+1,28%).

Cette quasi stagnation est à comparer avec l'augmentation de la population de la France sur la même période qui est de 14,86% !

 

Serge VINCENT, Francine WALTER, Jean-Louis BOURDON et Ramata BA.

Cherchez la différence (1)

 

Parcmètres.jpg

 

[publié dans L'Echo des Vosges du 15/01/10]

18/01/2010

Notre tribune dans L'Echo des Vosges du 15 janvier

Dans L'Echo du 31 décembre, nous pouvions lire un communiqué du « bureau du Parti socialiste de Saint-Dié-des-Vosges », nom donné au fan-club local de C. Pierret. Les membres de ce cénacle se présentent également quelquefois comme les « amis de Jean Jaurès » (objet de nombreuses récupérations politiques, l'illustre député de Carmaux doit souvent se retourner dans sa tombe !).

Dans leur communiqué, ces porte-plume de C. Pierret ont à nouveau appliqué la formule politique tristement célèbre : « Plus c'est gros, mieux ça passe » ... au moyen de trois procédés assez grossiers.

1. Confusion et simplification abusive

Les auteurs du communiqué assimilent notre groupe, Union Pour Saint-Dié (UPS), à l'UMP. En réalité, UPS (dont aucun élu n'est membre d'un parti de la majorité présidentielle) rassemble des Déodatiens issus de toutes les familles politiques républicaines (y compris la gauche) et non-encartés pour la grande majorité d'entre eux. Voilà qui est difficilement compréhensible et admissible pour les thuriféraires sectaires du pierretisme !

2. Inversion des rôles

Les auteurs du communiqué comparent les tribunes de l'opposition à une « propagande » digne de « la Pravda » [sic.] soviétique. Or, L'Echo publie leur communiqué sans aucune censure en face de notre texte, permettant ainsi au lecteur de se faire sa propre opinion. Quoi de plus démocratique ?

On ne peut pas en dire autant de la publication mensuelle de la municipalité, une coûteuse « Pravda » quadri-chromée de 32 pages dans laquelle les tribunes de l'opposition sont réduites à une brièveté télégraphique et, trop régulièrement, censurées.

3. Contre-vérités et (gros) mensonges

Pour essayer de défendre le bilan de leur idole, les partisans de C. Pierret n'hésitent pas à écrire des contre-vérités si énormes qu'elles ne peuvent duper que ceux qui ignorent la situation réelle de notre ville.

« Non-augmentation des taux d'imposition à Saint-Dié » : Les contribuables, soumis à des taxes bien plus élevées que dans les autres villes de la même strate apprécieront cette affirmation !

« Opération d'attractivité commerciale menée avec les commerçants » : La municipalité a soumis ces mêmes commerçants à une taxe sur la publicité (TLPE) qu'elle n'était pourtant pas obligée d'appliquer avec tant de zèle. Les commerçants apprécieront !

« Investissements dans les écoles » : Un exemple ? Une école a été dotée d'un système de vidéosurveillance ayant coûté 60 000 euros. Un dispositif orwellien ou, plus vraisemblablement, une dépense exagérée alors que les crédits scolaires ont baissé de 33 %.

« Embellissement de la ville » : Les amis de la nature apprécieront notamment le défrichage musclé et le goudronnage de la zone des grandes croisettes.

« Soutien aux associations » : C'est faux, car de nombreuses associations ont vu leur subvention municipale s'effondrer.

Pour finir, les pierretistes prétendent que l'opposition ne propose rien. Ils feraient mieux de lire nos documents, qui contiennent des propositions concrètes et courageuses pour améliorer la vie des Déodatiens. Ces projets, que nous continuons à rappeler régulièrement, seront mis en œuvre après une alternance démocratique ... n'en déplaise aux « fans » aveugles de C. Pierret.

Serge VINCENT, Francine WALTER, Jean-Louis BOURDON et Ramata BA.

11/01/2010

Notre tribune dans L'Echo des Vosges du 8 janvier

Bus urbains : des tarifs qui augmentent, des services qui diminuent !

Dans « Notre St-Dié-des-Vosges »  les Déodatiens découvrent la nouvelle organisation des transports urbains. La municipalité fait de l'autosatisfaction en qualifiant ce service « d'exceptionnel pour une ville de l'importance » de St-Dié.

Suite à la grogne des usagers des quartiers de Saint-Roch et de L'Orme, des arrêts, initialement supprimés  dans le  projet de cet automne, ont été rétablis.

Mais, le tarif d'un billet passe de 0,75 euros à  0,85 euros soit une augmentation de plus de 13%.

Malgré cette forte hausse, injuste pour les Déodatiens qui souffrent si durement de la crise, le service public, ou du moins ce qu'il en reste, est encore diminué.

Ainsi, contrairement à ce qui est annoncé, la fréquence de passage de la ligne 1, seule vraie ligne du réseau urbain, est fortement réduite (3 passages à l'heure au lieu de 4 et l'interruption sur l'heure de midi est allongée).

Le comparatif qui est fait avec Nancy n'est pas flatteur pour notre ville. Si le prix à Nancy est de 1,20 euros, l'usager nancéien bénéficie d'une offre de transport qui n'a rien de comparable : nombre et longueur des lignes de bus, tram, circulation en soirée, le week-end et les jours fériés. De plus, avec un même billet, il est possible de faire plusieurs voyages, y compris un aller et retour (validité du billet de 1 heure).

**

Le marché de l'avant-Noël

Un marché de Noël qui ferme ses chalets le 20 décembre, il fallait y penser...la ville de Saint-Dié l'a réalisé !

Une commission mise en place par la municipalité avait pourtant travaillé sur ce qui devait être l'évènement de cette fin d'année 2009. Mais il faut reconnaître que le marché de Noël made-in Saint-Dié-des-Vosges n'a pas attiré la foule de touristes escomptée et sa fermeture à 5 jours de Noël est une grossière erreur.

Même P. Cochet, adjoint au maire, chargé de l'animation du centre ville et organisateur reconnaît l'échec de cette manifestation pourtant très attendue. Dans les colonnes de Vosges-Matin du 27 décembre, l'adjoint au maire déclare à propos de la fermeture prématurée du marché : « Maintenant, c'est vrai qu'il faudrait pouvoir ouvrir une semaine de plus... Moi, j'ai des clients qui sont arrivés juste avant Noël et qui vont tomber sur des chalets fermés au centre ville ». (P. Cochet est aussi le directeur du village-vacances Cap France à La Bolle).

Ne pas copier l'Alsace, c'était sans doute le mot d'ordre des organisateurs, ils peuvent être rassurés : Riquewihr, Kaysersberg, Neuf-Brisach, n'ont pas eu à supporter la concurrence déodatienne.

***

Combien ça nous coûte ?

200 000 euros

C'est le montant des dépenses prévues en 2009 pour le parking du marché.

Le groupe Vinci qui avait construit ce parking,  l'a très rapidement revendu à la ville. Lors de cette transaction, C. Pierret avait affirmé qu'il ne coûterait rien aux Déodatiens. Encore une promesse qui n'est pas tenue !


Serge VINCENT, Francine WALTER, Jean-Louis BOURDON et Ramata BA

10/01/2010

Réponse de l'association Union Pour Saint-Dié

Droit de réponse d'Union Pour Saint-Dié (UPS) au communiqué du bureau du Parti socialiste de Saint-Dié

=========================

En venant nous rejoindre, les Déodatiens (de plus en plus nombreux) s'inscrivent dans une démarche de rassemblement de toutes les bonnes volontés. Conscients que nos problèmes ne pourront pas être résolus selon des dogmes politiciens, des formules réductrices ou des idées toutes faites, de droite ou de gauche, ils font le choix de l'union et non pas celui des appartenances partisanes.

Notre objectif est de réunir des gens de tendances politiques différentes, de quartiers différents, d'origines différentes, de catégories socioprofessionnelles différentes, afin de pouvoir représenter au mieux et équitablement la diversité et la richesse des Déodatiens.

Cette union, autour de projets qui permettront à notre ville de sortir de cette détresse qui touche de plus en plus de Déodatiens, est la seule voie possible face aux difficultés qu'engendre la situation économique.

Dans ce contexte difficile, nous comprenons mieux le désarroi des « membres » de la section du PS déodatien, obligés de remonter près de 20 ans en arrière pour justifier la politique menée ces dernières années. Ils ont raison, nous sommes bien dans le rayon farces et attrapes, car comment se dire socialiste et soutenir la politique municipale de C. Pierret ?

 

En fait, il n'y a pas de parti socialiste déodatien, il s'agit plutôt d'un clan pierretiste,  dont les actes concrets sont fort éloignés du socialisme !

* L'eau, la restauration collective, le ramassage des ordures, le chauffage, le transport urbain : tous ces services publics privatisés, c'est socialiste ?

* Le stationnement payant de plus en plus cher et qui ruine le commerce et la vie du centre ville, c'est socialiste ?

* Bafouer la démocratie, c'est socialiste ?

* Laisser son « fan club »  insulter des élus au conseil municipal, c'est socialiste ?

* Ne pas habiter notre ville et donc de ne pas être solidaire des contribuables déodatiens, c'est socialiste ?

 

Pour notre part, Union Pour Saint-Dié continuera à défendre les projets indispensables au renouveau de notre ville comme :

* L'intercommunalité

* La défense et le respect de la démocratie

* La diminution des impôts locaux

* Le retour aux services publics des délégations confiées au privé

* Un nouveau plan de circulation et  de stationnement

* Une voie verte traversant notre ville et irriguant tous les quartiers

* Un réel soutien aux commerçants, artisans et aux associations

Etc. ...

 

Nous n'avons jamais renoncé à nos valeurs (humanisme, solidarité avec ceux qui rencontrent des difficultés...), à nos idées et, surtout, à notre attachement aux Déodatiens, quelque soit leurs origines ou leur milieu social.

Avec la force de notre diversité, nous continuerons à travailler avec tous ceux qui veulent sincèrement le bien de tous les Déodatiens sans esprit partisan !

 

Serge VINCENT et Michel CACCLIN

au nom de l'association Union Pour Saint-Dié (UPS)

 

[Paru dans L'Echo des Vosges du 8 janvier 2010]

04/01/2010

Notre tribune dans L'Echo des Vosges du 31 décembre

Le Chevalier Pierret : Censeur ... et sans reproche ?

Lors d'un récent conseil municipal, nous avons attiré l'attention de C. Pierret sur les espaces d'expression du pluralisme politique prévus par le Code général des collectivités territoriales (CGCT).

En effet, non seulement nous n'avons pas accès au site internet de notre ville, mais notre seul espace public d'expression, dans le mensuel de la commune, se réduit comme peau de chagrin.

Après avoir osé nous répondre que la réduction de l'espace de parole de l'opposition se justifiait par des « contraintes techniques », C. Pierret a menacé de censurer la retransmission du conseil municipal sur le site de la commune en caviardant les interventions de l'opposition proportionnellement au nombre des élus.

Accompagnant sa menace d'un sourire ironique, C. Pierret a osé prétendre que sa « gestion de la présidence du conseil municipal est extrêmement libérale ».

On savait C. Pierret libéral sur le plan économique ... mais sur le plan politique, et plus particulièrement en matière de liberté d'expression, on peut en douter !

Comme nous dénoncions cette situation dans le dernier magazine, « la rédaction » nous a répondu que notre espace est « nettement supérieur à ce que prescrit la loi, et qui est inscrit dans le règlement intérieur adopté par le Conseil municipal ».

En réalité, la loi (article L2121-27-1 du CGCT) dit simplement : « Dans les communes de 3 500 habitants et plus, lorsque la commune diffuse, sous quelque forme que ce soit, un bulletin d'information générale sur les réalisations et la gestion du conseil municipal, un espace est réservé à l'expression des conseillers n'appartenant pas à la majorité municipale. Les modalités d'application de cette disposition sont définies par le règlement intérieur. » C'est donc la majorité municipale, en votant le règlement intérieur, qui fixe elle-même les limites de l'espace d'expression ... ce qui lui permet, si elle aussi peu démocrate qu'à Saint-Dié, de censurer son opposition !

**

Promesses non tenues : faut-il encore croire au Père Noël ?

Construction du complexe aqualudique Nova America, reconversion de l'ancienne Banque de France en hôtellerie-restauration haut-de-gamme, aménagement du parc Dormeuil, implantation d'entreprises et création d'emplois sur la zone d'Hellieule, valorisation de l'« écosite » des Tiges, mise en service du boulodrome couvert, réfection de l'espace Sadoul ... autant de promesses démesurées et inconsidérées, toujours inachevées ou restées à l'état d'effet d'annonce malgré les sommes déjà engagées.

***

Combien ça nous coûte ?

60 000 euros

C'est le budget prévisionnel de l'édition 2010 de la « Vélodatienne ».

Quand la ville se substitue aux associations pour organiser une manifestation, ce sont les contribuables qui trinquent. Dans le même temps, la plupart des subventions aux associations ont été revues à la baisse.

 

Serge Vincent, Francine Walter,  Jean-Louis Bourdon et Ramata Ba

On peut être "socialiste" ET favorable au pluralisme !

En complément à nos dernières tribunes, voici un exemple d'application de l'article du CGCT sur l'expression des groupes d'élus (article applicable à toutes les collectivités territoriales : conseils municipaux, conseils généraux, conseils régionaux).

Le Conseil général de Haute-Saône (70) est composé de 32 élus. 25 d'entre eux (78 %) sont socialistes ou "de Gauche", les 7 autres (22 %) étant UMP ou "Divers droite". La majorité est donc nettement "de Gauche", et le conseil général est présidé par un socialiste, Yves Krattinger.

Ci-dessous, vous pouvez voir la page d'expression libre de la dernière revue mensuelle du Conseil général de Haute-Saône. Fifty-fifty !

tribune 70 12 09.jpg

Comparez à présent avec la page équivalente du mensuel municipal de Saint-Dié (ci-dessous), sur laquelle nous avons entouré les tribunes des groupes d'opposition (à gauche) et celle du groupe de C. Pierret (en bas et à droite). La comparaison est éloquente !

tribune sddv 12 09.jpg

L'exemple de nos voisins du 70 mériterait d'être pris en considération par C. Pierret. Il verrait en effet que l'on peut être majoritaire en nombre d'élus, se dire "de Gauche" ... et être néanmoins attaché à l'expression du pluralisme !

01/01/2010

Meilleurs voeux

Voeux UPS 2010.jpg