Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Service public en danger ... | Page d'accueil | Envolée de la taxe d'habitation à Saint-Dié »

26/10/2010

Tribune du groupe Union Pour Saint-Dié (UPS) dans L'Echo des Vosges du 22/10/10

Matraquage fiscal : assez !

La taxe d'habitation n'est progressive que jusqu'à un certain niveau de revenus et devient ensuite "régressive". Ce qui signifie, selon Didier Migaud (Président socialiste de la Cour des comptes), que « les ménages modestes ou moyens subissent proportionnellement un prélèvement plus lourd que les ménages les plus aisés ».

C’est pourtant cet impôt que C. Pierret, en principe de même sensibilité politique que D. Migaud, vient d’augmenter de manière profondément injuste et inconsidérée (plus de 10% pour 2010 !).

En juin 2009, dans le cadre des Assises des villes moyennes(1) et à la question : « Les impôts locaux [de Saint-Dié] vont-ils augmenter ? », il répondait : « Non, ils sont stables depuis 15 ans. En termes de taux, les impôts des ménages sont peu élevés […] Nous avons des taux de taxe d’habitation faibles par rapport à la moyenne des villes moyennes mais un taux de taxe professionnelle élevé. »

Monsieur Pierret, non seulement,  votre affirmation sur les taux est fausse(2) mais en plus, vous avez menti aux Déodatiens car quelques mois après cette promesse de stabilité des impôts, vous avez décidé et fait voter une hausse déraisonnable des taxes foncières et d’habitation.

Après les ventes du patrimoine, l’augmentation des tarifs publics et des taxes communales (eau, assainissement, transports urbains, publicité pour les commerçants…), vous nous infligez maintenant ces hausses insupportables des impôts locaux.

Union Pour Saint-Dié et de nombreux Déodatiens vous disent :  Assez !

P.S. : Mais au fait, quel est le montant des taxes d’habitation payées à la ville de Saint-Dié par M. Pierret et ses adjoints, Mmes Fresse, Fève-Chobaut et MM Gbedey et Leroy ?

(1)  (http:// www.localtis.info)

(2)

Taux de taxe d’habitation 2009 : source Ministère des Finances :

Moyenne des villes de la même taille :

14,86%

Saint-Dié des Vosges :

18,03%

 

_   _   _   _   _   _   _   _   _   _    _   _   _   _   _   _   _   _   _   _   _   _   _   _   _   _   _   _   _   _   _

 

C. Pierret : candidat à la candidature

Dans un article daté du 5 octobre, le quotidien vosgien consacre un article à la candidature de C. Pierret aux primaires qui seront organisées par le parti socialiste fin 2011.

Après l’effet de surprise qui a suivi cette annonce en Déodatie et suite au peu d’enthousiasme qu’elle a suscité au plan national, nous nous interrogeons aujourd’hui sur le but exact de cette déclaration.

L’intéressé (à « l’ego surdimensionné » ?) se donne de réelles chances de sortir vainqueur de ces primaires. Il ne souhaite même pas un poste de ministre, il rêve d’être LE candidat d’un nouveau courant : « social-démocrate modéré ». Pas avare de contradictions, celui qui se veut le plus « mitterrandien » des candidats estime que : « La gauche doit en finir avec les vieilles litanies de 1981… ».

Ses points forts selon lui : il est « proche des préoccupations des Français »  et il vit « en province en famille ». Cette dernière affirmation ne peut tromper les Déodatiens, qui n’ignorent pas que C. Pierret, avocat d’affaires à Paris, ne passe que des fins de semaine dans les Vosges.

 « La priorité des priorités est d’abord la croissance. Il faut investir dans la recherche, réindustrialiser la France pour s’attaquer au chômage » et il prétend jouir « d’une expérience gouvernementale importante ». Mais, quel est le bilan de son passage au Ministère de l’industrie et de ses 30 années politiques passées dans une des régions les plus touchée par le chômage ?

Il défendra une « politique complètement nouvelle » en accordant « la priorité des priorités » (encore une !) à … l’Education. Les Déodatiens et les parents d’élèves de l’école Camille-Claudel apprécieront !

On pourrait penser que tout cela est sérieux, mais nous sommes déodatiens et nous connaissons hélas, la politique que C. Pierret a menée dans notre ville depuis plus de 20 ans (hausse des taxes et des impôts, privatisation des services publics, …) et savons qu’elle est à l’opposé des premières promesses du futur « candidat à la candidature ».

 

C. Pierret : candidat à la candidature (bis)

Quelques extraits de la presse écrite nationale :

Le Canard enchainé du mercredi 6 octobre 2010 : « L’ancien ministre de l’Industrie et maire de Saint-Dié, Christian Pierret, s’est déclaré, la semaine dernière, candidat à la primaire socialiste, en vue de la présidentielle. Et dire que pareille nouvelle est passée inaperçue. »

Le Point sur son site du jeudi 7 octobre 2010 en commentant notamment la candidature de C. Pierret : « Ces candidats «  farfelus » aux primaires socialistes ».

La Croix publie un portrait du candidat : « Son entrée en lice, à dire vrai n'a pas fait l'effet d'un coup de tonnerre dans le Landerneau socialise. Aucun de ses concurrents possibles n'a réagi, et la direction du PS ne l'a même pas contacté pour sonder ses intentions."

Enfin Marianne dans son numéro 703 du 9 octobre 2010 : « Christian Pierret, qui fut ministre de l’Industrie sous Lionel Jospin, a décidé de se lancer dans la course à la primaire au sein du PS. L’actuel maire de Saint-Dié-des-Vosges revendique « un parcours unique parmi les socialistes ». Il est tellement unique qu’il est passé totalement inaperçu. »

Que d’enthousiasme !