Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2010-12 | Page d'accueil | 2011-02 »

31/01/2011

Notre tribune dans le mensuel municipal (février 2011)

Le vieillissement : une réalité et un défi à relever

S’il est essentiel de développer l’aide à la personne et les soins à domicile, il reste à promouvoir de nouvelles formes de « vivre ensemble » qui prennent véritablement en compte les attentes et les désirs des séniors en leur permettant de maintenir un lien social avec les autres générations.

Nous devons donc offrir les conditions répondant à cette attente forte. Cela passe notamment par la volonté de créer, dans un environnement urbain, un habitat adapté qui ne soit pas source d’isolement et de ségrégation supplémentaire.

Opposés au projet de C. Pierret de construire une maison de retraite loin du centre-ville, nous proposons d’aménager les bâtiments situés en face de la mairie (ex-commissariat et tribunaux) afin d’accueillir nos aînés dans d’excellentes conditions.

 

Serge VINCENT, Francine WALTER, Jean-Louis BOURDON, et Ramata BA.

18:49 Publié dans Solidarités | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : personnes âgées, seniors, maison de retraite, centre-ville | | |  Facebook

30/01/2011

Tribune du groupe Union Pour Saint-Dié (UPS) dans L'Echo des Vosges du 28/01/11

Pour une maison de retraite en centre-ville

L’actuelle maison de retraite « La Chaumière » n’est plus aux normes de sécurité exigées pour ce type d’équipement. Elle doit donc être remplacée. Alors que le bâtiment actuel est situé au cœur de notre ville, C. Pierret a choisi un nouvel emplacement dans la zone périphérique des Grandes Croisettes.

Opposés à ce choix d’implantation, nous pensons qu’il est préférable de maintenir les personnes âgées à proximité des services et des commerces de centre-ville. Par conséquent, nous proposons d’aménager les bâtiments situés en face de la mairie (ex-commissariat et tribunaux) afin d’accueillir nos aînés sans les mettre à l’écart des autres générations.

 

maison de retraite.jpg

 

Un espace de détente convivial pour chaque quartier

L’un des objectifs de notre projet d’alternance est la redynamisation de la vie des quartiers, notamment en aménageant un square pour chacun d’entre eux.

Grâce à des équipements attractifs et complémentaires qui seront choisis au moyen d’une large concertation avec les habitants, ce projet favorise les échanges entre Déodatiens et évite ainsi le repli des quartiers sur eux-mêmes.

Ces équipements devront s’intégrer dans notre patrimoine urbanistique, paysager et culturel. Ils devront prendre en compte notre tradition locale et mettre en valeur nos trois piliers historiques et environnementaux que sont l’eau, la forêt et le grès vosgien.

 

 

Sa parole s’envole, ses écrits restent … (1)

Ecrit dans le mensuel municipal de février 2008 (page 10) soit quelques jours avant les élections municipales :

- « La ville de Saint-Dié-des-Vosges se réjouit d’accueillir sur son territoire de nouvelles entreprises, créatrices d’emplois durables. Implantation du groupe Petot à Saint-Dié-des-Vosges : 30 emplois créés immédiatement ! […]

- « Des emplois créés à Saint-Dié-des-Vosges pour répondre immédiatement au carnet de commandes. […] Les candidats intéressés par ces offres peuvent, dès maintenant, se rendre à CAP 6 où ils seront reçus pour un entretien d’embauche »

En juin 2009 (page 14) :

- « Holcim Bétons s’implante sur Hellieule 4. […] A la clé de cet investissement de 1,5 millions d’euros, 6 emplois directs (et des emplois indirects à venir). »

La réalité en 2011 :

Ces emplois « créés » et ces implantations n’ont existé que dans les écrits de C. Pierret. Malheureusement, ces annonces tonitruantes n’ont créé que de …faux espoirs.

 

Serge Vincent, Francine Walter, Jean-Louis Bourdon et Ramata Ba

 

Consultez notre blog : http://unionpoursaintdie.fr

26/01/2011

Tribune du groupe Union Pour Saint-Dié (UPS) dans L'Echo des Vosges du 21/01/11

Des associations actives, des manifestations réussies

Présents lors des différentes animations proposées par les associations déodatiennes, nous avons pu apprécier la grande qualité des spectacles qu’elles ont organisés pendant les fêtes de fin d’année.

De la 5ème édition de « Déo’Chœur », avec l’excellente interprétation de la chorale « Si On chantait », au remarquable concert du Nouvel An de l’Orchestre symphonique de notre ville, nombreux ont été les succès à mettre à l’actif de tous ces bénévoles qui se dévouent sans compter pour animer notre ville. 

Un grand bravo à tous !

 

Le petit monde merveilleux de C. Pierret

Le dernier numéro de Notre Saint-Dié-des-Vosges ferait presque croire aux lecteurs que notre ville nage dans le bonheur. Toutes les manifestations organisées sont des triomphes : « Saint-Nicolas : quel succès ! » - « MagniFig ! » - « Holi« dié » on ice » « des milliers d’heureux » ! - Le marché de Noël, « encore un marché réussi ! » - « L’image de la ville, une source d’attractivité ». Les Déodatiens apprécieront la modestie du maire…

En page 14 du même magazine, sous les titres « Une gestion active - Des services performants et une vision d’avenir », la municipalité pierretiste fait l’apologie des services publics qu’elle a privatisés et qui assureraient leurs missions « dans des conditions optimales ». Opti … mal au porte-monnaie !


Sa parole s’envole, ses écrits restent

Compte rendu annuel.jpgEn avril 2009, C. Pierret vous adressait, aux frais du contribuable déodatien, une brochure tape-à-l’œil en couleurs de près de 50 pages intitulée « Compte-rendu annuel de mandat ». Dans son éditorial, il reliait cette communication à l’une de ses promesses de campagne : « Conformément à mes engagements, je vous adresse le présent document afin de vous rendre compte de l’action que j’ai menée […] Il est essentiel que vous disposiez, en toute transparence, des informations vous permettant de connaître précisément le travail réalisé pendant cette première année de mandat ».

Or, la « transparence », déjà toute relative, n’a duré qu’un temps : il n’y a pas eu de bilan « annuel » de C. Pierret depuis plus de 20 mois !

Nous avons donc décidé de pallier ce fâcheux « oubli » de C. Pierret, en reprenant, au cours des prochaines semaines, ses anciens écrits … et en confrontant à la réalité toutes ses annonces, affirmations et promesses.

 

Serge Vincent, Francine Walter, Jean-Louis Bourdon et Ramata Ba

 

Consultez notre blog : http://unionpoursaintdie.fr

22/01/2011

Article dans Vosges Matin (22/01/2011)

Voeux de l'opposition.jpg

(cliquez sur l'image pour l'agrandir)

21/01/2011

Tribune commune des groupes UPS et DPSD dans L'Echo des Vosges du 14/01/2011

Damien Parmentier et Serge Vincent : une équipe, un projet, un espoir !

photo voeux 2011.jpg 

Les vœux nous offrent l’opportunité de faire le bilan de l’année passée. Malheureusement, ce que nous avions annoncé s'est réalisé.

Nous ne nous réjouissons pas de l'état de notre ville et de ses difficultés : des finances au plus bas, des hausses d’impôts insupportables, des services publics privatisés, une démocratie bafouée, un taux de chômage toujours aussi élevé, une insécurité grandissante, des écoles en péril.

Dans ce contexte, nous comprenons le découragement qui gagne beaucoup de Déodatiens. Nous n’avons pas besoin d'insister : ce tableau, tout le monde l'a sous les yeux !... Nous avons averti quand il fallait avertir, nous avons dénoncé quand il fallait dénoncer.

Mais, c'est à l’avenir que nous voulons penser car maintenant, nous avons un immense enjeu devant nous : il nous faut rendre l'espoir à notre ville, il nous faut rendre l'optimisme à des Déodatiens aujourd'hui désabusés. Il nous faut remplir cette mission d'espérance quand l'espérance a déserté.

Cet espoir, qui évitera à notre ville de s'enfoncer, se construit avec un projet crédible, humaniste et novateur.

Mais il y a des conditions impératives. Parmi celles-ci, il y a l’union. Pour notre part, nous sommes déterminés à rassembler. C’est pourquoi notre Union est le seul mouvement qui puisse vous défendre, avec courage, respect des libertés et vérité, et porter un réel espoir de changement.

Et si nous avons fait le choix de l’Union, c’est parce que nous ne supportons pas  la politique municipale actuelle qui consiste à opposer les communautés, les quartiers, les associations et les Déodatiens les uns aux autres.

Parce que vous avez fait le choix d’habiter notre ville, vous méritez une équipe nouvelle, démocratique et solide, qui soit une force de proposition attentive à tous, sans sectarisme ni esprit partisan.

Les Déodatiens ont découvert qu’il est possible de faire bouger les lignes. Ils se sont mis en marche pour le faire, avec une volonté claire et tranquille.

Bonne année 2011 à tous !

 

Ramata BA, Francine WALTER, Vincent BENOIT, Jean-Louis BOURDON, Serge VINCENT, Michel CACCLIN et Damien PARMENTIER

08:20 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : voeux, union pour saint-dié, ups, demain pour saint-dié, dpsd | | |  Facebook

12/01/2011

Saint-Dié sur "glisse" !

A Saint-Dié, il n’était pas nécessaire de se rendre sous la halle de la place du marché pour découvrir les sensations de glisse. Le jour de Noël, la ville a été transformée en une gigantesque patinoire.

De mémoire de Déodatien, on n’avait jamais vu ça ! Rues recouvertes de glace, trottoirs enneigés, passages pour piétons non dégagés, parkings impraticables, transports urbains perturbés… Bref une circulation dangereuse voire impossible dans toute la ville. Même les habitants des communes voisines déploraient l’état des rues de Saint-Dié alors que les routes de leurs villages avaient été dégagées.

Dans les colonnes du quotidien vosgien du 30 décembre, un responsable des services techniques nous a exposé les différents facteurs à l’origine de cette situation : manque de sel (comme l’hiver dernier), le froid et deux véhicules hors-service. On aurait souhaité quand même que le maire ou l’un de ses adjoints, d’habitude si prompts à communiquer, viennent expliquer aux Déodatiens les raisons d’un tel désordre.

Partant du principe que gouverner c’est prévoir, nous déplorons un manque de prévoyance de la part du maire.

Pour Noël, on nous avait annoncé « Saint-Dié sur glace », C. Pierret nous a offert « Saint-Dié sur glisse » !


Michel Cacclin, Président de l’association Union Pour Saint-Dié (UPS)

 

Déneigement.jpg

16:53 Publié dans Environnement, cadre de vie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : déneigement, salage, voirie | | |  Facebook

Tribune du groupe Union Pour Saint-Dié (UPS) dans L'Echo des Vosges du 07/01/11

La Mairie fâchée avec Vosges Matin !

Si nous étions le 1er avril, ce titre ferait sans doute sourire de nombreux Déodatiens. En effet, C. Pierret bénéficie toujours d’un très large accès aux colonnes de Vosges Matin. Or, mécontent d’un récent article de ce quotidien sur la fermeture possible de deux écoles, il a décidé de régler ses comptes avec le journaliste auteur de ce « brûlot ». Et c’est dans Notre Saint-Dié des Vosges que la réponse a fusé.

En page 14 du dernier numéro de ce magazine, nous pouvons donc lire, sous le titre « Info ou intox ? », la critique virulente de cet article dû à « la plume d’un habitué du papier à l’emporte-pièce ». Le communicant municipal (le Directeur Général des Services) conclut ainsi : « Voilà qui nous laisse évidemment songeur sur le journalisme d’investigation et sur ses [sic] apprentis auxquels on enseigne pourtant très tôt la règle de base consistant à entendre toutes les parties surtout celles mises en cause. »

Nous sommes profondément choqués par les termes employés et par l’utilisation faite par C. Pierret de notre magazine municipal comme journal de propagande. Rappelons que notre groupe dispose seulement de 900 caractères (soit une petite dizaine de lignes) pour s’exprimer sur l’actualité déodatienne,

Nous en appelons donc au candidat « démocrate modéré » aux primaires du PS pour qu’il calme les ardeurs de C. Pierret !

 

Scandaleux !

Le 9 octobre 2010, nous avions interpellé C. Weill, directrice de la publication de Notre Saint-Dié-des-Vosges, sur les disparités constatées dans les dates de remise des textes par les différents groupes politiques. Le 15 novembre, V. Huguenot en tant que « Directeur de la communication et de la promotion » nous répondait, par mail, que nous pouvions disposer d’un délai supplémentaire jusqu’au 15 de chaque mois.

Mais alors, comment expliquer que dans le numéro de janvier 2011, mis en ligne dès le 28 décembre 2010, la critique acerbe que nous évoquons ci-dessus soit la réponse à un sujet traité dans l’édition du 27 décembre 2010 de Vosges Matin, soit 12 jours après la date limite « technique » imposée par la Mairie à l’opposition ?

Face à ce nouveau scandale et à ce nouveau manquement aux règles, nous pouvons légitimement nous interroger sur l’utilisation faite par C. Pierret de ce magazine municipal qui devrait plutôt s’appeler : « Mon » Saint-Dié-des-Vosges.


Dette de la ville : Levallois, Pierret, même combat ?

A Levallois-Perret, commune la plus endettée de France, les élus d’opposition socialistes dénoncent à juste titre ce triste record en soulignant que « la capacité de désendettement de Levallois, c’est-à-dire le nombre d’années qu’il lui faudrait pour rembourser sa dette si on affectait la totalité de sa capacité d’autofinancement à ce désendettement (ce qui lui interdirait d’ailleurs tout investissement durant cette durée) est de 28,5 années ». Ces mêmes élus précisent que « les analystes financiers estiment qu’un taux acceptable doit être inférieur à 10 ans et qu’à 15 ans, la situation est critique ».

Ils concluent en qualifiant ce surendettement de « situation calamiteuse ».

Mais qu’en est-il à Saint-Dié ?

En prenant en considération le dernier compte administratif connu, celui de 2009, il faudrait 17 ans pour rembourser la seule dette du budget principal ! N’oublions pas que la dette globale de notre ville dépasse les 51 millions d’euros.

La situation est donc plus que « critique » voire « calamiteuse ». A moins que les Pierretistes déodatiens ne soient pas d’accord avec les analyses financières des socialistes de Levallois !

P.S : La ville de Levallois-Perret vient récemment de se doter d’un centre aquatique qui a coûté plus de 17 millions d’euros. C’est sans doute une pure coïncidence…

 

Serge Vincent, Francine Walter, Jean-Louis Bourdon et Ramata Ba

 

Consultez notre blog : http://unionpoursaintdie.fr

09/01/2011

Nos voeux d'union et d'espoir

Voeux Vosges Matin.jpg

[Article paru dans Vosges Matin du 9 janvier 2011 : cliquez sur l'image pour l'agrandir]

vœux UPS 2011 WEB-hd.jpg

19:38 Publié dans UPS : Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : demain pour saint-dié, union pour saint-dié | | |  Facebook

06/01/2011

Vente du terrain de Saint-Dié plage. A qui ? C. Pierret refuse de répondre.

St-Di- Plage N-1-1.jpg

06:39 Publié dans Arrêt sur image | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : saint-dié plage | | |  Facebook

Tribune du groupe Union Pour Saint-Dié (UPS) dans L'Echo des Vosges du 31/12/10

Commission Municipale Consultative (CMC) : un travail inachevé

Réunie le lundi 20 décembre afin d’adopter une « synthèse », la CMC a en réalité accouché d’un document regroupant, sans cohérence ni ligne directrice, une suite d’hypothèses qui n’ont fait l’objet d’aucune réflexion par les membres de la commission. Alors que le calendrier municipal le permettait, le président de la CMC (R. Gbedey, adjoint au maire) a refusé la proposition des représentants des parents d’élèves de finaliser le travail commencé.

De ce fait, ceux-ci ont refusé à juste titre de signer le « procès verbal de synthèse » ou, pour deux d’entre eux, l’ont fait avec de fortes réserves.

Mais, plus grave encore, on peut même s’interroger sur l’utilité des travaux de la CMC. En effet, depuis le mois d’octobre, la ville a passé plusieurs marchés pour plus de 62 000 euros (1) concernant le groupe scolaire Georges Darmois, une des écoles de Foucharupt. L’un d’entre eux concernait la « maîtrise d’œuvre pour la création de salles de classes à l’école Georges Darmois ». Ces décisions, prises avant les conclusions de la commission consultative et avant les délibérations du conseil municipal prévu en janvier 2011, prouvent que C. Pierret a créé cette commission uniquement pour entériner ses choix. Bel exemple de démocratie !

Pour toutes ces raisons et considérant qu’il s’agissait là d’un chèque en blanc permettant au maire de faire endosser par la CMC n’importe quelle décision, le représentant du groupe UPS a également refusé de signer ce document non finalisé.

 (1) : document présenté à l’occasion du  conseil municipal du 18 décembre.


Le vieillissement : une réalité et un défi à relever

La question du vieillissement de la population constitue un enjeu social majeur pour toutes les villes. En effet, il nous faut anticiper les évolutions de demain pour accompagner les besoins des personnes vieillissantes.

Trop souvent, les politiques publiques sont pensées par des élites éloignées des problèmes réels et se limitent à la seule gestion de la dépendance, niant les autres réalités de la vieillesse.

Une majorité des Déodatiens aspire, à juste titre, à vieillir chez elle et le plus longtemps possible. Nous devons donc créer des conditions permettant de répondre au mieux à cette attente forte. Cela passe notamment par une réflexion accrue sur la création d’un habitat adapté et d’un environnement urbain qui ne soit pas source d’isolement et de ségrégation supplémentaire.

De nouvelles formes de services doivent également voir le jour. S’il est essentiel de favoriser le développement de l’aide à la personne et des soins à domicile, il reste à promouvoir de nouvelles formes de « vivre ensemble » qui prennent véritablement en compte les attentes et les désirs des séniors et leur permettent autant que possible de maintenir un lien social avec les autres catégories de la population. Des initiatives qui doivent être pensées pour eux mais surtout avec eux, les vœux des personnes âgées n’étant pas suffisamment pris en compte.

C’est pourquoi, nous proposons de réaliser un audit-urbain, étape obligatoire, dont les résultats permettront de mettre en place un plan d’action sur trois ans, pour répondre aux enjeux liés à la place des aînés dans la ville. Nous devrons mettre en œuvre des actions dans le domaine des transports, de l’habitat, de l’urbanisme, du logement, des prestations de services et du renforcement du lien social.

Nous proposons donc :

- la création d’une unité intergénérationnelle avec des appartements en rez-de-chaussée pour des personnes à mobilité réduite et des logements pour les jeunes ménages à l’étage ;

- la mise en place d’une Maison des Aînés à la place du bâtiment des syndicats (lieu d’animation, de services et de coordination) ;

- la transformation des salles de classes vides de certaines écoles en appartements pour personnes âgées (liens intergénérationnels) ;

- l’association des nouvelles crèches aux maisons de retraite.


Combien ça nous coûte ?

Le bâtiment de la Banque de France n’est toujours pas vendu. La ville de St-Dié, en tant que propriétaire, doit donc payer la taxe foncière pour cet immeuble. Malheureusement, comme les impôts locaux sont très chers dans notre bonne ville, il en coûtera aux contribuables déodatiens la modique somme de 11 334 euros !

 

Serge Vincent, Francine Walter, Jean-Louis Bourdon et Ramata Ba

 

Consultez notre blog : http://unionpoursaintdie.fr