Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2011-04 | Page d'accueil | 2011-06 »

31/05/2011

Communiqué du président de l'association Union Pour Saint-Dié

Une équipe au service des Déodatiens !

A la suite de l’assemblée générale annuelle, notre association Union Pour Saint-Dié (UPS) a élu un nouveau bureau.

Les élus et le bureau UPS  mai 2011.jpg

Ces femmes et ces hommes, libres de toute attache partisane, soucieux de faire respecter la démocratie, veulent répondre aux nombreuses questions que se posent les Déodatiens.

Les dérives actuelles du pouvoir municipal, nous confortent dans notre volonté de proposer un projet crédible et réalisable pour que notre ville retrouve son attractivité, sa fierté et son dynamisme.

Face à l’autosatisfaction permanente affichée par C. Pierret, plutôt déplacée en période de crise, une autre politique est indispensable.

Cette autre politique repose sur trois piliers :

- Le retour aux valeurs républicaines (vérité, liberté et démocratie)

- La baisse des taxes et des impôts (eau, taxe d’habitation, stationnement …)

- L’union car l’heure n’est pas aux vaines querelles mais au rassemblement des toutes les forces vives.

La construction de ce projet ambitieux et réaliste, s’appuie sur une alchimie de liberté, de tolérance et d’esprit collectif.

 

Michel CACCLIN et l’équipe de l’association Union Pour Saint-Dié (UPS)

18:25 Publié dans UPS : Notre équipe | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook

Ecosite des Tiges

Ecosite des Tiges  Projet immobilier.jpg

18:21 Publié dans Arrêt sur image, Environnement, cadre de vie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : écosite, les tiges | | |  Facebook

Tribune du groupe Union Pour Saint-Dié (UPS) dans L'Echo des Vosges du 27/05/11

Protégeons les Déodatiens avec un « code de la rue »

Dans de nombreuses villes, les élus se sont investis dans des actions de prévention et de sécurité pour les citoyens.

La création de « zones 30 » favorise la cohabitation de tous les usagers. Dans ces espaces où la vitesse est limitée à 30 km/heure, le piéton peut se déplacer librement, il est prioritaire sur tous les véhicules. Ces zones ont pour but :

*  L’amélioration de la sécurité routière, en particulier celle des piétons.

*  Le partage de l’espace entre les différents modes de déplacement.

*  La réduction des nuisances sonores et de la pollution.

A Saint-Dié, seuls la rue Thiers et les abords de la cathédrale sont classés « zone 30 ».  Les entrées et sorties de ces zones devraient être obligatoirement signalées et aménagées. Or, nous constatons l’absence ou l’insuffisance des panneaux d’indication, en particulier en venant de certaines rues adjacentes.

Rappelons que notre projet prévoit la création d’un nouveau plan de circulation pour améliorer la sécurité des piétons, des cyclistes et des automobilistes Déodatiens. Nous proposons l’installation de dispositifs préventifs informant les conducteurs sur leur vitesse et les incitant à ne pas rouler à plus de 30 km/heure. Ces propositions s’inscrivent dans une démarche citoyenne de responsabilisation et de prévention.


Un Référendum d’Initiative Citoyenne

L’un des points fort de notre projet pour redonner tout son sens au mot démocratie, est la création d’un « Référendum d’Initiative Citoyenne ».

Cette consultation permettrait non seulement aux Déodatiens d’être mieux informés et plus impliqués dans la vie de la cité, mais aussi de désamorcer les tensions et les conflits potentiels.

C’est également un outil de contrôle préventif des décisions des élus qui éviterait bon nombre de gaspillages d’argent public.

Nous pensons que les Déodatiens doivent être consultés sur les sujets importants, et en particulier sur ceux qui engagent l’avenir de notre ville à long terme, comme le projet Nova America, ou de façon irrémédiable, comme la vente de notre forêt communale.

En effet, C. Pierret a-t-il reçu mandat des Déodatiens pour vendre plus de 250 hectares de notre patrimoine forestier ?

Redonner la parole aux Déodatiens sur des enjeux stratégiques pour notre ville, voilà notre conception d’une véritable démocratie.


Déo… et débats

Alors que la population de la Lorraine augmente de 1,56 %, celle de notre ville est en baisse de 3,80 %. Au 1er janvier 2011, la population légale de Saint-Dié est tombée de 22 569 à 21 705 personnes. Cette baisse de 864 habitants est l’une des conséquences de la politique fiscale menée depuis trop longtemps par C. Pierret. Chacun peut d’ailleurs constater les nombreux panneaux apposés aux façades proposant la location ou la vente d’appartements ou de maisons. Au final, des Déodatiens se trouvent privés d’une ressource indispensable sur laquelle ils comptaient pour assurer leur retraite ou faire face à leurs dépenses quotidiennes.

Afin d’enrayer cette spirale négative, nous projetons de réduire la pression fiscale, notamment par une baisse significative de la taxe d’habitation.

 

Les conseillers municipaux UPS.

 

Consultez notre blog : http://unionpoursaintdie.fr

Notre tribune dans le mensuel municipal (juin 2011)

Pour une « Grande Déodatie »

Le premier projet départemental intègre notre ville dans une intercommunalité a minima.

C’est l’une des conséquences de la politique de C. Pierret, dont le jeu « perso » et la gestion municipale inquiètent les élus des villages voisins.

Face à une communauté d’agglomération spinalienne de 39 communes pour une population de 80 000 habitants, futur point d’ancrage à la partie sud du sillon lorrain (Thionville-Metz-Nancy-Epinal), Saint-Dié se retrouve isolée dans une structure inadaptée.

Cet avant-projet n’est pas à la hauteur des défis que nous devons relever.

Nous rappelons notre proposition : une «Grande Déodatie» de 64 communes (avec plus de 76 000 habitants), capable de se structurer juridiquement et d’offrir aux Déodatiens des services de haut niveau dans les domaines scolaire, universitaire, médical, culturel, sportif, économique et touristique.

Communauté d'Agglomération de la Grande Déodatie.jpg

Les élus du groupe UPS.

15:34 Publié dans Intercommunalité : pour une communauté d'agglo' | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : grande déodatie | | |  Facebook

22/05/2011

Tribune du groupe Union Pour Saint-Dié (UPS) dans L'Echo des Vosges du 20/05/11

Carte intercommunale : une catastrophe pour notre ville

Depuis plusieurs mois nous attirons l’attention de C. Pierret sur le risque d’une intercommunalité a minima. Hélas, nos craintes se sont révélées exactes car le projet du nouveau schéma départemental présenté par Monsieur le Préfet place notre ville dans une situation catastrophique.

Alors que la ville d’Epinal va bénéficier d’une communauté d’agglomération élargie regroupant 39 communes pour une population de 80 000 habitants et va ainsi servir de point d’ancrage à la partie sud du sillon lorrain (pôle reliant Thionville à Epinal, via Metz et Nancy et comptant 1,2 million d’habitants), Saint-Dié se retrouve isolée dans une structure complètement inadaptée.

La nouvelle carte intercommunale vosgienne propose ainsi de regrouper notre ville avec seulement 8 communes : Etival-Clairefontaine, Saint-Rémy, Nompatelize, La Voivre, La Salle, Saint-Michel/Meurthe, La Bourgonce et Taintrux.

Il est évident que cette proposition n’est pas du tout à la hauteur des enjeux et des défis que notre ville doit relever. Nous sommes très loin de notre projet de rassembler la Grande Déodatie (64 communes regroupant plus de 76 000 habitants) pour en faire une région capable de se structurer juridiquement et d’offrir des services de haut niveau dans les domaines universitaires, médicaux, culturels, sportifs, économiques et touristiques.

C. Pierret, par ses positions excessives et par sa gestion municipale (inquiétante pour de nombreux maires de communes voisines), partage la responsabilité de cette situation désastreuse pour l’avenir de notre bassin.

Mais il est encore temps de réagir car la CDCI (Commission Départementale de Coopération Intercommunale) se réunira dans les prochains mois pour d’éventuels ajustements.

Nous lançons donc un appel à tous les élus de la Déodatie pour qu’enfin le bon sens l’emporte et qu’une structure intercommunale de la Grande Déodatie voit le jour et offre ainsi à tous ses habitants un avenir porteur d’espoir.

Communauté d'Agglomération de la Grande Déodatie.jpg


Commémoration

Le 10 mai est traditionnellement la journée commémorative de l’abolition de l’esclavage. Pour rendre hommage au principal artisan du décret de 1848, Victor Schœlcher, une cérémonie est organisée chaque année à Saint-Dié sur le rond-point qui porte son nom.

La municipalité l’organise à 11 heures… Or, à cette heure, de nombreux conseillers municipaux (de la majorité comme de l’opposition) sont pris par leurs obligations professionnelles et ne peuvent y participer. Nous considérons que pour honorer la mémoire de cet humaniste, originaire de Fessenheim et dont les cendres reposent au Panthéon, une heure plus appropriée doit être choisie par le maire.


Déo… et débats :

En feuilletant Notre Saint-Dié-des-Vosges du mois de mai, le lecteur est obligé de constater que tout va pour le mieux dans notre ville. Rien de plus normal à la veille du compte-rendu de mi-mandat qui nous parviendra  prochainement !

Par exemple, dans son éditorial, C. Pierret laisse croire que « la dette régresse de 14,5 % ». Mais en page 7, cette baisse n’est déjà plus que de « 6,80 % tous budgets confondus ». En fait, il se garde bien de préciser que cette petite baisse est largement annulée par le « découvert bancaire » (ligne de trésorerie) qui a été multiplié par 5 en un an, passant de 200.000 à 950.000 euros.

 

Serge Vincent, Francine Walter, Jean-Louis Bourdon et Ramata Ba

Consultez notre blog : http://unionpoursaintdie.fr

21/05/2011

Tribune du groupe Union Pour Saint-Dié (UPS) dans L'Echo des Vosges du 13/05/11

« Nationalisation » de la forêt ?

En page 7 du magazine municipal de mai, dans un article concernant la vente de la forêt communale, on peut lire une citation de C. Pierret : « il s’agit très exactement d’une nationalisation ». Le candidat à l’investiture du PS, qui vient de se déclarer « à la gauche de Mélenchon » a-t-il voulu utiliser un terme fort pour séduire des électeurs qui ne comprennent plus son positionnement ?

Non, il s’agit de masquer la bien triste réalité : notre ville a vendu une grande partie de son capital forestier à Réseau Ferré de France (Etablissement public à caractère industriel et commercial). C’est la nouvelle « gestion active et dynamique » du patrimoine communal selon C. Pierret !

 

Prix de l’eau (suite)

La communauté d’agglomération du Pays de Montbéliard présidée par Pierre Moscovici (partisan de DSK) vient de décider de rompre le contrat qui l’unissait jusqu’en 2022 à Veolia. Ce retour à une régie publique de l’eau, rendu possible par un arrêt du Conseil d’Etat, va se traduire immédiatement par une baisse du prix de l’eau de 10% pour les consommateurs.

C’est le coût élevé du mètre cube d’eau pour ses administrés qui a convaincu le député socialiste du Doubs à agir : « Ce n’est pas une posture politique, mais une question de gestion. Je ne suis pas un idéologue, mais un pragmatique […] Je ne suis pas en croisade. Mais si notre décision inspire d’autres collectivités, ça me réjouit »

Cette décision, identique à celle déjà prise par le maire socialiste de Paris, Bertrand Delanoë, est à l’opposée du choix de C. Pierret qui a préféré demander une dérogation pour maintenir jusqu’en 2023 le contrat nous liant avec la Lyonnaise des Eaux.

Une fois de plus, l’intérêt général est oublié au profit d’une privatisation accrue d’un service public essentiel à la vie des Déodatiens. Pourquoi ?

Eau-3 (1).jpg

Illustration : Gehu (tous droits réservés).

Défibrillateurs

A la suite d'un arrêt cardiaque survenu récemment à l'Espace F. Mitterrand, une adjointe Déodatienne a été interpellée par une conseillère municipale UPS sur l'absence de Défibrillateur Automatique Externe (DAE) accessible au public dans la ville de Saint-Dié.

La réponse de l’élue pierretiste traduit une profonde méconnaissance du problème : "les défibrillateurs automatiques ne servent à rien car les gens ne savent pas s'en servir". Nous l'invitons à s'informer sur la question en lisant l'article publié pages 5 et 6 de  "Sous la ligne bleue des Vosges", journal d'information diffusé récemment par le Pays de la Déodatie, structure dont la première vice-présidente est sa collègue L. Chrétien, première adjointe de la ville. Elle peut aussi se connecter sur le site de la Fédération Française de Cardiologie (www.1vie3gestes.com).

Inscrite dans notre programme de 2008, la mise en place dans notre ville de DAE accessibles au public 24 heures sur 24 permettrait de sauver plusieurs vies chaque année.


Déo… et débats :

Outre le fait que la première pierre du complexe Nova America devait être posée en avril (propos de C. Pierret lors de ses vœux en janvier 2011), ce projet nous laisse perplexes par son mode de financement.

Tout d’abord, la vente de la forêt du Kemberg est bien destinée à financer une partie de la construction de  « Nova America ».

Vendre un bien public pour payer un projet privé est regrettable et choquant !

Mais, malgré les 2,5 millions de recette provenant de cette vente, le projet « Nova America » ne peut se réaliser sans le recours à un contrat de Partenariat Public-Privé (PPP). Ce mode de financement est désormais considéré comme une dette au même titre qu’un emprunt.

Comment faire face à cette nouvelle charge, estimée pour l’instant à près de 20 millions d’euros, alors que notre ville est déjà surendettée (plus de 51 millions d’euros) ?

 

Serge Vincent, Francine Walter, Jean-Louis Bourdon et Ramata Ba

Consultez notre blog : http://unionpoursaintdie.fr

Vente du patrimoine communal déodatien

Office de tourisme mai 2011.jpg

Communiqué du président de l'association Union Pour Saint-Dié

Qui « tripatouille » ?

Dans le dernier numéro de Notre Saint-Dié des Vosges, les élus Pierretistes nous accusent de « tripatouiller », de « bricoler » et de « déformer » les chiffres. D’après eux « nul ne peut contester la gestion rigoureuse des deniers publics conduite par notre Municipalité ».

Pourtant dans ce même magazine, nous pouvons lire une suite incohérente de chiffrages concernant les travaux dans les écoles de Foucharupt :

Page 6 : « Le bâtiment actuel de l’école Darmois sera rénové […] pour un coût estimé à environ 2 millions d’euros ».

Page 7 : « Parmi les principaux investissements, notons les écoles (Georges-Darmois, Jacques-Prévert, Claire-Goll pour 1,7 millions d’euros) ».

Page 20 : « Ainsi, la construction d’un bâtiment basse consommation pour un montant de 1,5 millions facilitera le transfert de l’école Clémencet à l’école Georges-Darmois… ».

Devant des travaux dont les coûts changent à chaque page, qui « tripatouille, bricole, déforme et habille les chiffres » si ce n’est les élus Pierretistes qui estiment pourtant mener une « gestion rigoureuse » ?

Eux qui accusent un élu du groupe UPS de ne pas être expert en comptabilité auraient bien besoin d’un bon « avocat d’affaires » pour défendre leur crédibilité !

 

Michel Cacclin, Président de l’association Union pour Saint-Dié (UPS).

11:37 Publié dans Finances, impôts, patrimoine municipal | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook

13/05/2011

Ne tombez pas dans le panneau ! (suite et fin)

Panneau cantonales disparu.jpg

Souvenez-vous (cliquez sur le lien) ...

17:50 Publié dans Arrêt sur image | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook

Tribune du groupe Union Pour Saint-Dié (UPS) dans L'Echo des Vosges du 06/05/11

Intercommunalité : suivons l’exemple du Sillon lorrain

L’intercommunalité a toujours été au cœur de notre programme. Nous sommes convaincus que tous les projets structurants de la Déodatie doivent se réaliser en concertation avec l’ensemble des communes regroupées dans une communauté d’agglomération.

C. Pierret tente de justifier son projet a minima (concernant seulement 14 communes) en soulignant le refus de nombreux maires du secteur à l’égard d’une intercommunalité avec notre ville. Il faut bien entendu s’interroger sur les causes de ces réticences et y remédier.

Nous sommes intervenus lors du dernier conseil municipal pour rappeler que notre ville a perdu assez de temps dans ce domaine de l’intercommunalité et que notre territoire a besoin de l’union la plus large possible.

Pour s’en convaincre, il suffit de considérer la décision des élus de Metz, Nancy, Thionville et Epinal, de créer un pôle métropolitain du Sillon lorrain regroupant 1,2 million d’habitants !

Ce nouveau syndicat mixte va permettre à ces villes de se structurer juridiquement, d’offrir des services de haut niveau dans les domaines universitaires, médicaux, culturels et touristiques, et de renforcer la coopération transfrontalière.

Pendant que ces élus construisent ce large regroupement qui pèsera fortement dans un environnement de vive concurrence à l’échelle européenne, notre territoire ne doit pas se résigner à devenir une marge délaissée et inorganisée. C’est le défi que doit relever l’ensemble des élus de la grande Déodatie en s’appuyant sur une communauté d’agglomération.

 

UDAC : une association de commerçants qui bat de l’aile ?

Après la démission de son président, l’UDAC n’a toujours pas trouvé de volontaire pour le remplacer. L’omniprésence de la ville dans cette structure est-elle en cause ?

Comme nous l’avons déjà écrit à plusieurs reprises, une association de commerçants doit être totalement indépendante de la municipalité. Si la ville peut apporter un soutien matériel et humain pour l’organisation des différentes manifestations, en aucun cas les élus municipaux ne doivent siéger au conseil d’administration ou décider des actions à mener.

Il est urgent pour le commerce déodatien que renaisse une association comparable à l’ ASCAD ou à Saint-Dié-Boutiques, qui avaient pour but de donner de l’attractivité au commerce du cœur de la cité.

Il est important que les habitants de la grande Déodatie, à travers des manifestations commerciales, redécouvrent la qualité, l’accueil, la disponibilité et le professionnalisme des commerçants et artisans de Saint-Dié.

 

Un jeune Déodatien tué par balle

Comme beaucoup de Déodatiens, nous avons été choqués et émus par la mort d’un jeune de 19 ans lors d’une fusillade. Au jour où nous écrivons (lundi 2 mai), la situation semble heureusement ne pas avoir dégénéré. Néanmoins, nous refusons, contrairement aux élus de la majorité municipale, de considérer cet acte comme de la « délinquance ordinaire ».

La montée de la violence et de l’incivilité dans notre ville nécessite des réponses fortes, aux antipodes de la politique de l’autruche menée par l’actuelle municipalité. En s’appuyant sur l’ensemble des acteurs présents sur le terrain, il faut concilier prévention et sanction, et restaurer le lien social sans tomber dans les pièges d’un cloisonnement entre les quartiers ou d’un communautarisme démagogique vecteur de divisions.

Les Déodatiens méritent la tranquillité et la sécurité indispensables au développement de toute société démocratique.


Déo… et débats :

Dans « le magazine de la communauté urbaine du Grand Nancy » d’avril-mai 2011, les élus de d’opposition du groupe « La Gauche du Grand Nancy » demandent une baisse du prix de l’eau qui est de 3,32 euros le mètre cube. Ils évoquent notamment la forte augmentation de la rémunération de l’exploitant (le groupe Suez, comme à Saint-Dié).

Rappelons que dans notre ville, le prix du mètre cube d’eau (plus de 5 euros) est supérieur de 55% à celui payé par les Nancéens !

 

Serge Vincent, Francine Walter, Jean-Louis Bourdon et Ramata Ba

Consultez notre blog : http://unionpoursaintdie.fr