Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Article dans Vosges Matin (09/06/11) | Page d'accueil | Tribune du groupe Union Pour Saint-Dié (UPS) du 10/06/11 »

11/06/2011

Communiqué du président de l'association Union Pour Saint-Dié

Remplacement de conseillers démissionnaires : ignorance ou mensonge ?

Dans le mensuel municipal de juin, à la page 18, la tribune des élus pierretistes expose une savante spéculation sur le remplacement de deux conseillers municipaux titrée : « Démissions, récupération ».

Rappelons les faits : au second tour des élections de 2008, une liste d’union avait été constituée autour d’un projet ambitieux et réaliste, rassemblant toutes les sensibilités politiques et proposant aux Déodatiens un profond changement pour l’avenir de notre ville. Elle avait obtenu huit élus.

Damien Parmentier ayant dû céder sa place, c’est le neuvième de la liste, Michel Boulet, qui  l’a évidemment remplacé. Suite à sa démission et à celle de Nathalie Mandra, c’est donc tout aussi naturellement que les personnes situées en dixième et onzième position se retrouvent de fait et de droit conseillers municipaux. D’ailleurs, C. Pierret a adressé à Catherine Saint-Dizier et Sébastien Rochotte une lettre confirmant qu’ils étaient désormais des élus déodatiens.

Ce sont donc les institutions républicaines qui ont été strictement appliquées à Saint-Dié. Il n’y a aucune manœuvre de la part de quiconque dans ce processus car n’en déplaise à C. Pierret et à ses colistiers, c’est la loi !

Les pierretistes semblent oublier cette réalité quand ils prétendent que Serge Vincent va « imposer un de ses très proches comme conseiller municipal ».

Pourquoi cette polémique ?

Soit C. Pierret et ses colistiers ignorent le Code électoral. Dans ce cas, nous leur indiquons qu’ils peuvent le consulter au « service élections » de chaque mairie. Et nous ne pouvons croire que Saint-Dié soit dépourvu de cet excellent outil !

Soit, et ce serait très grave, en publiant leur tribune, ils ont menti sciemment à tous les Déodatiens.

Ne souhaitant pas laisser les rédacteurs du groupe pierretiste dans l’ignorance, nous les invitons à compulser l’article L 270 du Code électoral, où ils pourront lire : 

« Le candidat venant sur une liste immédiatement après le dernier élu est appelé à remplacer le conseiller municipal élu sur cette liste dont le siège devient vacant pour quelque cause que ce soit… »

Fin de la polémique.

Michel CACCLIN,  Président de l’association Union Pour Saint-Dié (UPS)

17:57 Publié dans Défense de la démocratie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : conseil municipal | | |  Facebook