Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Tribune du groupe Union Pour Saint-Dié (UPS) dans L'Echo des Vosges du 29/07/11 | Page d'accueil | Article de L'Echo des Vosges (19 et 26 août) : quatre questions à Serge Vincent »

28/08/2011

Notre tribune dans le mensuel municipal (septembre 2011)

Endettement public et enrichissement privé :

La crise financière montre les dangers d’une dette publique abyssale. Pour contourner le surendettement de notre ville, C. Pierret veut financer son projet démesuré de « Nova America » par un Partenariat Public Privé (PPP).

La Cour des Comptes critique très sévèrement ces contrats qui « visent en fait surtout à faire face à l’insuffisance de crédits immédiatement disponibles et engendrent des surcoûts très importants [et ils] ne peuvent pas servir de source de financement de substitution à l’emprunt bancaire [car ils] génèrent des coûts bien supérieurs,.. »

Le PPP a longtemps constitué pour les collectivités un tour de passe-passe budgétaire puisque son coût n’était pas, jusqu’à présent, assimilé à un emprunt. Par arrêté du 16 décembre 2010, il devient officiellement une dette.

Les conséquences pour notre ville seront dramatiques car notre endettement va passer de 52 à plus de 75 millions d’euros.

Ce « partenariat », qui engage les contribuables déodatiens pour 25 ans, est sans risque pour les grands groupes privés retenus. En effet, si notre ville ne peut plus rembourser, le préfet devra intervenir et fera augmenter nos impôts.

 

Ramata BA, Catherine SAINT-DIZIER, Francine WALTER, Jean Louis BOURDON, Sébastien ROCHOTTE et Serge VINCENT.

17:18 Publié dans Aquanova America | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : dette, nova america, ppp, partenariat public privé | | |  Facebook

Commentaires

Pas étonnant ! combien d'élus habitent Saint-Dié des Vosges ? Ils prennent des risques nos élus "socialistes"? Les projets de la commune ne sont pas à la mesure de notre ville, nous ne sommes pas Paris n'en déplaise au premier magistrat.

Écrit par : felchat59 | 01/09/2011