Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Communiqué de l'association Union Pour Saint-Dié | Page d'accueil | Tribune du groupe Union Pour Saint-Dié (UPS) dans L'Echo des Vosges du 25/11/11 »

30/11/2011

Notre tribune dans le mensuel municipal (décembre 2011)

Pour des élus au service de la collectivité

Confrontés à des déficits et à une dette qui n’ont cessé de croître depuis près de 40 ans, nos dirigeants nationaux prennent seulement conscience de leurs effets désastreux pour notre avenir. Leur laxisme d’hier, complaisant sinon complice, rend d’autant plus insupportables les différentes mesures d’austérité qu’ils nous imposent aujourd’hui.  Les privilèges de nombreux élus ne les ont-ils pas éloignés du réel ? Indemnités exorbitantes, cumul des mandats, avantages indirects liés à la fonction…

En rupture avec ces dérives rejetées par une majorité de nos concitoyens, nous voulons mettre en œuvre de nouvelles pratiques.

Ainsi, au lieu de multiplier le nombre d’adjoints jusqu’au maximum légal de treize, comme c’est le cas dans notre ville, nous proposons de le limiter à huit afin de constituer une équipe resserrée, moins coûteuse et plus efficace.

Nous souhaitons un maire déodatien à temps complet, présent et disponible, et dont les indemnités mensuelles seront bien inférieures au montant de 5 000 euros voté par la majorité actuelle. Nous rappelons notre attachement au principe d’un mandat non cumulable, et renouvelable une seule fois.

Nous réduirons également le train de vie de la mairie, diminuerons l’effectif et les frais de cabinet du maire, et supprimerons les véhicules de fonction injustifiés. Nous mettrons à profit toutes les compétences du personnel communal plutôt que de recourir à de coûteux bureaux d’étude et de conseil aux résultats peu probants pour les Déodatiens.

Notre équipe, consciente des difficultés auxquelles notre commune est confrontée et convaincue de la nécessité d’une alternative dépassant les clivages, est prête à gérer notre ville de manière raisonnable et exemplaire.

Ramata BA, Catherine SAINT-DIZIER, Francine WALTER, Jean Louis BOURDON, Sébastien ROCHOTTE et Serge VINCENT