Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« "Embedded" | Page d'accueil | Revue de presse: Vosges Matin du 16/02/12 »

17/02/2012

Tribune du groupe Union Pour Saint-Dié (UPS) dans L'Echo des Vosges du 10/02/12

Centre nautique : notre proposition

Nous avons largement expliqué notre opposition au contrat de Partenariat Public Privé (PPP) d’Aquanova America.

Le 2 février dernier, lors d’un débat animé au Palais Bourbon, plusieurs députés de gauche ont également dénoncé le manque de transparence et l’insuffisance des contrôles de ces PPP.

Pour notre part, notre projet de centre nautique devait être financé sans recourir à ces contrats qui laissent une part trop importante aux grands groupes financiers.
S’intégrant dans un contexte d’intercommunalité, notre projet était également fort différent dans sa conception et sa philosophie.

Loin d’être une simple piscine pourvue de plusieurs bassins, notre projet était d’aménager un parc aquatique tourné vers la nature qui devait offrir à l’ensemble des usagers un pôle multi-loisirs complet, à la pointe du développement durable, de la modernité et du confort.
Ce parc comportait évidemment les équipements traditionnels : bassins principal et ludique, pataugeoire, espace de remise en forme, gradins … et aussi un toboggan (contrairement à Aquanova America).
Mais sa principale nouveauté, résidait dans la création d’un bassin naturel de 300m² (sans chlore grâce à une filtration par les plantes) au milieu d’un espace naturel comprenant un parcours sur la biodiversité.

Se voulant une référence en termes de respect et de mise en valeur d’un site patrimonial, ce parc profitait ainsi d’un aménagement paysager hors norme, à la fois ludique et éducatif, pour les petits comme pour les grands.
Ce parc aquatique, unique dans tout l’est de la France, s’imposait ainsi comme un modèle environnemental et devenait donc un équipement exemplaire et majeur de notre politique touristique.
Bien plus qu’un centre aquatique au concept dépassé, ce parc offrait à notre ville une offre rajeunie et des perspectives de fort développement.
Ce parc répondait aussi aux attentes des usagers en termes d’attractivité, de convivialité et de polyvalence et s’intégrait parfaitement dans une véritable politique de développement durable, qui va bien au-delà d’une démarche HQE (Haute Qualité Environnementale).


Enfin, selon les experts réalisant ce type de parc, son coût est estimé à 6 millions d’euros soit … trois fois moins cher que celui d’Aquanova America !

Les conseillers municipaux UPS : Ramata Ba, Catherine Saint-Dizier, Francine Walter, Jean-Louis Bourdon, Sébastien Rochotte et Serge Vincent.

Commentaires

Comment parvenez-vous à créer un équipement équivalent trois fois moins cher ? Qu'est-ce qu'il y a en moins ? Quel serait le coût de l'entretien ? Et puis, pourquoi faire un parc aquatique ? La piscine de St-Dié n'est-elle pas adaptée, quitte à l'agrandir ?

Écrit par : Paul | 17/02/2012

Bravo pour l'idée du traitementpar phyto d'un bassin aquatique et plus globalement d'un ensemble de loisirs éco-responsable.. Surtout que,d'après le service technique de la ville, je suis le premier citoyen de cette ville à avoir construit une phytoépuration individuelle pour mon habitation.Vous me voyez donc aux anges quand je lis votre article.
Merci UPS et l'équipe.
Jean- Michel

Écrit par : leblond | 18/02/2012

à l'attention de "Monsieur Paul"

on peut réaliser l'ensemble des investissements de notre ville bien moins chers que ceux proposés et/ou réalisés par Pierret et son équipe depuis plus de 20 ans ... en étant présent aux affaires ! C'est par une implication quotidienne, notamment du premier magistrat, que l'on peut s'investir dans les dossiers et trouver des solutions moins onéreuses que celles sur lesquelles on se précipite faute du temps indispensable à y consacrer !!! L'absence et le baguenaudage de notre maire du week-end sont les causes principales des gabegies qui sont à l'origine de l'endettement insensé de notre ville, sans compter son inclination maladive pour les dépenses somptuaires type "déplacement du jet d'eau de la Meurthe" ... tout ça pour "ressembler" à Genève ... comment ne pas penser penser à la fable de la grenouille et du bœuf ... et ne pas déplorer que le ridicule "tue" notre cité à petit feu !!!
Il n'y aura donc aucun mal à faire mieux que Pierret en s'appuyant sur des services techniques compétents auxquels il faudra redonner une prééminence.

Jean-Luc BERRUET, ex conseiller municipal de sa seigneurie Pierret, démissionnaire pour cause de "dérive oligarchique" et militant socialiste décomplexé.

Écrit par : Jean-Luc BERRUET | 20/02/2012

Je suis bien persuadé qu'une plus grande présence du maire, ou plus simplement, une meilleure délégation des décisions aux adjoints favoriserait la qualité des décisions. Cela n'explique toutefois pas pourquoi le coût de la pisicine est 3 fois plus faible.

Écrit par : "Monsieur Paul" | 20/02/2012