Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2012-01 | Page d'accueil | 2012-03 »

29/02/2012

Notre tribune dans le mensuel municipal (mars 2012)

Pour un débat digne et démocratique

Dans leur précédente tribune, M. Pierret et ses colistiers ont attaqué un citoyen déodatien, responsable d’une association, qui a eu le «tort» d’avancer des propositions pour réduire les impôts de notre ville. Il est choquant que des élus utilisent un support municipal financé par le contribuable pour insulter un de nos concitoyens et dénaturer ses propos.

Pour notre part, nous estimons que cette page ne doit pas être le lieu d’attaques personnelles ou d’entreprises de dénigrement. Au contraire, elle devrait permettre un débat constructif et digne. Telle est notre conception d’une expression démocratique responsable, à l’opposé des libelles haineux qui trahissent le manque de sérénité de leurs auteurs.

De plus, nous pensons que tous les élus, de la majorité comme des oppositions, doivent être également respectés.

Ils doivent notamment être conviés sans discrimination aux temps forts républicains de la vie de notre cité, tels que les Trophées des Sports, le goûter des personnes âgées, l’accueil des nouveaux habitants ou encore les voeux au personnel communal.

L’ouverture aux autres et le pluralisme sont pour nous des valeurs fondamentales, nous qui fédérons des femmes et des hommes de différentes sensibilités, à l’image de la diversité qui enrichit notre ville. L’écoute, la tolérance et l’humanisme guident au quotidien notre action municipale au service de l’intérêt général.

Nous proposons une réelle alternance, fondée sur une conception profondément différente de la vie municipale actuelle. Plutôt que dénigrer ou mentir, nous voulons entreprendre et construire.

Ainsi, malgré l’obstination de certains à vouloir abaisser le débat, nous continuerons à avancer fortement et tranquillement nos propositions pour améliorer l’avenir des Déodatiens.

Ramata BA, Catherine SAINT-DIZIER, Francine WALTER, Jean-Louis BOURDON, Sébastien ROCHOTTE et Serge VINCENT.

15:56 Publié dans Défense de la démocratie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : notre saint-dié-des-vosges | | |  Facebook

25/02/2012

Prochain conseil municipal de Saint-Dié

HôtelVille-Saint-Dié-des-Vosges.jpg

Le conseil municipal est convoqué pour le vendredi 2 mars à 19 h, à l'hôtel de ville.

Cliquez ici pour en visualiser l'ordre du jour.

Parmi les points importants : le débat sur les orientations budgétaires 2012.

10:32 Publié dans Conseil municipal | Lien permanent | Commentaires (1) | | |  Facebook

24/02/2012

Tribune du groupe Union Pour Saint-Dié (UPS) dans L'Echo des Vosges du 17/02/12

Trophées des Sports : carton rouge à C. Pierret et son équipe

Les comptes-rendus de la presse locale de la remise des Trophées des Sports ne sont pas tendres avec les élus pierretistes.

Il semble que certains d’entre eux avaient décidé de se mettre en valeur au lieu de laisser les sportifs récompensés savourer leur victoire bien méritée. Comme d’habitude, C. Pierret, speaker du soir, s’était autoproclamé grand maître de la cérémonie. En réponse à cette situation, L’Echo des Vosges note qu’il serait préférable « de confier le rôle de présentateur(s) des trophées à un ou deux professionnels de la chose ».

De son côté, le quotidien vosgien s’est interrogé « sur l’intervention des élus qui ont tendance à voler la vedette aux sportifs » avant de suggérer qu’il « aurait été plus judicieux de réduire le temps de parole des représentants de la municipalité au profit des sportifs au moment de la remise des récompenses ».

Trophées_des_sports.jpg

Le coûteux service de communication de la ville a manifestement souhaité transformer cette soirée d’honneur et de récompenses des sportifs déodatiens en une nouvelle opération publicitaire au profit de C. Pierret et de ses colistiers.

Même si depuis de nombreuses années, la municipalité s’attribue tous les bons résultats des sportifs, cette fête ne doit pas servir à glorifier la politique municipale. Mais hélas, il en est ainsi à Saint-Dié, où il ne peut y avoir qu’un seul champion, un seul gagnant et où la médaille d’or ne peut échapper à C. Pierret.

Nous pouvons déjà craindre que la prochaine édition de cette manifestation biennale (en février 2014, soit quelques jours avant les prochaines élections municipales) se transforme en meeting électoral.

Pourtant, comme le notait votre hebdomadaire, le rôle des élus est de remettre « les trophées mais sans trop se faire mousser ».

Pour nous, le sport doit rester un formidable outil de lien et de cohésion sociale. Nous souhaitons donc une politique sportive qui favorise l’épanouissement des idéaux de respect, de tolérance, de générosité et de dépassement de soi. Nous aimerions que C. Pierret impulse une telle politique et ne « vole » pas les victoires des sportifs en voulant être « le calife à la place du calife ».

C’est notre conception. Ainsi, lors d’une remise de récompenses, ce sont les sportifs, les dirigeants et les bénévoles qui doivent être honorés, mais en aucun cas les élus.

[Illustration : Géhu - Tous droits réservés]

Les conseillers municipaux UPS : Ramata Ba, Catherine Saint-Dizier, Francine Walter, Jean-Louis Bourdon, Sébastien Rochotte et Serge Vincent.

06:01 Publié dans Encourager les initiatives | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : trophées du sport, sport, sports | | |  Facebook

Subventions municipales

MJC de l'Orme et subvention municipale.jpg

20/02/2012

Revue de presse: Vosges Matin du 16/02/12

Vosges Matin du 160212.jpg(Cliquez sur l'image pour l'agrandir)

18:18 Publié dans UPS : Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : baisse des impôts, humour | | |  Facebook

17/02/2012

Tribune du groupe Union Pour Saint-Dié (UPS) dans L'Echo des Vosges du 10/02/12

Centre nautique : notre proposition

Nous avons largement expliqué notre opposition au contrat de Partenariat Public Privé (PPP) d’Aquanova America.

Le 2 février dernier, lors d’un débat animé au Palais Bourbon, plusieurs députés de gauche ont également dénoncé le manque de transparence et l’insuffisance des contrôles de ces PPP.

Pour notre part, notre projet de centre nautique devait être financé sans recourir à ces contrats qui laissent une part trop importante aux grands groupes financiers.
S’intégrant dans un contexte d’intercommunalité, notre projet était également fort différent dans sa conception et sa philosophie.

Loin d’être une simple piscine pourvue de plusieurs bassins, notre projet était d’aménager un parc aquatique tourné vers la nature qui devait offrir à l’ensemble des usagers un pôle multi-loisirs complet, à la pointe du développement durable, de la modernité et du confort.
Ce parc comportait évidemment les équipements traditionnels : bassins principal et ludique, pataugeoire, espace de remise en forme, gradins … et aussi un toboggan (contrairement à Aquanova America).
Mais sa principale nouveauté, résidait dans la création d’un bassin naturel de 300m² (sans chlore grâce à une filtration par les plantes) au milieu d’un espace naturel comprenant un parcours sur la biodiversité.

Se voulant une référence en termes de respect et de mise en valeur d’un site patrimonial, ce parc profitait ainsi d’un aménagement paysager hors norme, à la fois ludique et éducatif, pour les petits comme pour les grands.
Ce parc aquatique, unique dans tout l’est de la France, s’imposait ainsi comme un modèle environnemental et devenait donc un équipement exemplaire et majeur de notre politique touristique.
Bien plus qu’un centre aquatique au concept dépassé, ce parc offrait à notre ville une offre rajeunie et des perspectives de fort développement.
Ce parc répondait aussi aux attentes des usagers en termes d’attractivité, de convivialité et de polyvalence et s’intégrait parfaitement dans une véritable politique de développement durable, qui va bien au-delà d’une démarche HQE (Haute Qualité Environnementale).


Enfin, selon les experts réalisant ce type de parc, son coût est estimé à 6 millions d’euros soit … trois fois moins cher que celui d’Aquanova America !

Les conseillers municipaux UPS : Ramata Ba, Catherine Saint-Dizier, Francine Walter, Jean-Louis Bourdon, Sébastien Rochotte et Serge Vincent.

"Embedded"

Visite_en_bus.jpgIllustration : Géhu [Tous droits réservés]

07:05 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : humour, saint-dié, mag'bus, communication | | |  Facebook

Une stratégie touristique cohérente ?

De nouveaux h-tels-- St-Di-.jpg

15/02/2012

Droit de réponse (paru dans L'Echo des Vosges du 10/02/12)

Dans leur tribune du 03/02, les élus pierretistes se permettent de m’attribuer une mauvaise note de « calcul mathématique » pour avoir soutenu qu’il est possible, notamment par des économies de fonctionnement, de réduire les lourds impôts payés par les Déodatiens.

Depuis quand les mauvais élèves (ceux-là même qui se sont fait taper sur les doigts par la Chambre régionale des comptes) s’érigent-ils en professeurs ? Ceux qui lèvent la main pour augmenter des taux d’imposition qui ne les concernent souvent pas (nombre d’entre eux n’habitant pas Saint-Dié) sont-ils bien placés pour parler de « malhonnêteté intellectuelle » ?

Quant aux associations, il n’a jamais été question de leur faire payer la mauvaise gestion pierretiste. Au contraire, UPS soutient le monde associatif et nous n’oserions jamais, que ce soit dans la presse ou, pire, dans un magazine municipal publié aux frais du contribuable, mettre à l’index un bénévole ou tout autre citoyen qui aurait le « tort » d’exprimer ses doléances !

En attendant, les champions en calcul (politicien) devraient plutôt se pencher sur le dossier de la future piscine afin de découvrir la dépense exorbitante qu’ils ont votée sans se poser de question.

N’en déplaise à la « com’ municipale », nous pouvons faire baisser l’impôt à Saint-Dié. La suppression de certaines dépenses superflues et démesurées serait une première mesure.

« Dépenser mieux pour baisser les impôts », c’est notre engagement envers les Déodatiens.

Michel CACCLIN, président de l’association Union Pour Saint-Dié (UPS)

13:46 Publié dans Nos engagements, nos propositions | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : impôts, réduire les impôts, crc | | |  Facebook

10/02/2012

Tribune du groupe Union Pour Saint-Dié (UPS) dans L'Echo des Vosges du 03/02/12

PPP : une bombe à retardement

Plusieurs articles viennent de paraître sur les contrats de Partenariat Public Privé (PPP) :

Marianne les définit comme un « Partenariat qui Profite au Privé ».

Le Parisien souligne « la bombe à retardement » qu’ils représentent et prend l’exemple du futur Pentagone français dont le prix initial est évalué à 745 millions mais qui coûtera à l’Etat plus de 3,5 milliards de loyers sur 27 ans.

Le Canard enchainé évoque le PPP de l’hôpital de Corbeil-Essonnes. En plus de ses 8 000 malfaçons, il a entrainé un surcoût colossal selon la chambre régionale des comptes : il reviendra à 1,2 milliards sur 30 ans contre 757 millions si l’Etat l’avait financé en empruntant à 4,5%.
En outre, comme le souligne le Canard, « contrairement à un bête marché public classique, ces chantiers ne sont pas saucissonnés en plusieurs lots. A la trappe, les petites boîtes ! »
Malgré ces constats confirmant nos mises en garde, C. Pierret s’est obstiné à financer Aquanova America par un PPP.


Des Délégations de Services Publics (DSP) trop chères

Les grands groupes à Saint-Dié.jpg

Dans une étude sur les DSP et les prix de l’eau, Marianne constate que « partout où les municipalités ont entrepris soit de renégocier les contrats de délégations […], soit de les rompre pour reprendre elles-mêmes la gestion, des économies comprises entre 17 % (Bordeaux) et 25 % (Toulouse) sont espérées. […] Mais seulement 30 % des communes gèrent l’eau par l’intermédiaire d’une régie. Qu’attendent donc les autres ? »
L’hebdomadaire conclut : « Lorsque les groupes privés assurent les missions de service public, les prix […] atteignent des sommets. Sans aucune raison valable ».

Les Déodatiens subissent pleinement ces tarifs abusifs car tous les services publics ont été privatisés.

A cause de cet étranglement financier, de nombreuses familles quittent notre ville pour les communes voisines. Le dernier recensement de l’INSEE indique que la population de Saint-Dié (21 523 habitants) a encore diminué (perte de 1 067 habitants en 10 ans).
Cette baisse démographique alourdit la charge fiscale pesant sur les foyers déodatiens, charge à laquelle ne sont pas soumis de nombreux élus pierretistes qui, n’habitant pas à Saint-Dié, échappent ainsi aux conséquences financières de leurs dramatiques décisions.

Il est temps que cette politique cesse !


Les conseillers municipaux UPS : Ramata Ba, Catherine Saint-Dizier, Francine Walter, Jean-Louis Bourdon, Sébastien Rochotte et Serge Vincent.