Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Tribune du groupe Union Pour Saint-Dié (UPS) dans L'Echo des Vosges du 02/03/12 | Page d'accueil | Tribune du groupe Union Pour Saint-Dié (UPS) dans L'Echo des Vosges du 09/03/12 »

16/03/2012

Une dette trop élevée par rapport aux autres villes moyennes

Dette mars 2012 (Echo du 9 mars).jpg

07:00 Publié dans Arrêt sur image, Finances, impôts, patrimoine municipal | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : dette, endettement | | |  Facebook

Commentaires

Bonjour,

Où peut-on consulter ces chiffres sur Internet ?

Merci pour votre réponse.

Écrit par : Paul | 16/03/2012

Concernant l'intercommunalité, vous auriez pu dénoncer le scandale Ste Marguerite. Cette commune a elle un potentiel fiscal près du double de la moyenne et 80% plus élevé que celui de St Dié, sans avoir de dépenses importantes. Cette commune profite des avantages de St Dié sans en supporter les dépenses.

Ca s'appelle un paradis fiscal, et cela ne vous choque pas que Ste Marguerite ait échappé à une intercommunalité avec St Dié.

Parce qu'une grande intercommunalité avec Raon l'Etape et les communes lointaines du Donon, c'est tout de même secondaire.

Écrit par : Paul | 18/03/2012

La réponse est ici.

http://alize2.finances.gouv.fr/communes/eneuro/detail.php?icom=413&dep=088&type=BPS¶m=0&exercice=2010

On observe que St Dié se caractérise aussi par son faible potentiel fiscal (sa richesse fiscale potentielle). Et comme c'est une ville centre dans un bassin de vie sinistré, ses prélèvements fiscaus sont obligatoirement plus élevées que la moyenne.

Écrit par : Paul | 18/03/2012

Bonjour,

Pour ce qui est de l'intercommunalité, notre projet de communauté d'agglomération comprend bien entendu cette commune limitrophe qu'est Sainte-Marguerite. (Voir la carte que nous avons publiée : http://union-pour-saint-die-2008.hautetfort.com/archive/2011/05/31/notre-tribune-dans-le-mensuel-municipal-juin-2011.html ).
Mutualiser certaines charges mais également certaines ressources ou équipements est effectivement au cœur de tout projet de coopération intercommunale. Qu'un équipement aussi coûteux qu'Aquanova America soit laissé à la seule charge des contribuables déodatiens est effectivement un "scandale" (pour reprendre votre propos), mais c'est C. Pierret et ses amis qui en ont décidé ainsi, et non les édiles margaritains.

Tout paradis ne se définissant que par sa contrepartie infernale, c'est bien l'"Enfer fiscal" déodatien qu'il convient de faire disparaître si nous souhaitons rendre à la ville-centre l'attractivité dont elle a besoin pour se redévelopper. Il faut par conséquent briser le cercle vicieux qui incite les classes moyennes à s'installer dans les communes limitrophes où elles ne seront pas surimposées, ce qui reporte toute la charge fiscale sur une population imposable de plus en plus réduite.
Comment ?
En diminuant, à terme, les impôts.

Écrit par : Modérateur blog UPS | 18/03/2012

Bonjour,

Merci pour votre réponse.

Et l'on en revient à une question précédente : comment comptez-vous faire disparaître cet "enfer fiscal" sans réduire les services publics ?

Personnellement, je préfère payer des impôts, même élevés, et bénéficier de tout ce qu'offre la ville aux familles. D'autant plus que la carte Cité pass permet une modulation sociale.

Je ne défendrai pas Aquanova, sur lequel vous avez posé des questions pertinentes et qui justifiait d'un financement intercommunal.

Il n'en reste pas moins que si les impots sont plus élevés à St Dié que dans les communes périphériques c'est tout simplement parce que ces dernières ne supportent pas les charges de la ville centre, qui sont considérables, ne partagent pas leurs ressources fiscales supérieures, tout en profitant, presque dans les mêmes conditions que les Déodatiens, des services, des associations, des manifestations. Dans ces conditions bien égoïstes, quel intérêt auraient ces communes à vouloir s'associer avec St-Dié pour payer plus cher ce qu'elles ont déjà ? Pas besoin d'invoquer la personnalité de Pierret pour comprendre qu'elles refusent une association où elles ont tout à perdre. Et en attendant, ce sont les déodatiens qui ont des impôts plus élevés !

Écrit par : Paul | 21/03/2012