Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Amnésie sélective de C. Pierret et son équipe à propos de leur décision du 9 décembre | Page d'accueil | Massacre à la tronçonneuse ? »

30/03/2012

Tribune du groupe Union Pour Saint-Dié (UPS) dans L'Echo des Vosges du 23/03/12

Non à la politique du mensonge !

En politique, il n’est pas rare que des élus cachent, contournent, déforment systématiquement la vérité, sans en ressentir la moindre gêne. Aveuglés par le pouvoir, la gloire, les flatteries de leur entourage, ces politiciens jouent les importants et mentent éhontément.

Il est déjà fort regrettable qu’ils caricaturent les faits, qu’ils présentent toujours leurs actions sous un angle favorable, qu’ils soient démagogues, mais il est inacceptable qu’ils nous mentent. Pourtant, dans une démocratie, nous avons droit à la vérité car le mensonge constitue un abus de confiance et une rupture du contrat liant les électeurs à leurs représentants.

A Saint-Dié, la contrevérité est devenue courante. Elle engendre un désenchantement fort compréhensible chez de nombreux Déodatiens. Quand on parle de la malhonnêteté intellectuelle de nos politiciens locaux, on fait le plus souvent référence à leurs promesses électorales non tenues. Or, leurs mensonges ne sont pas réservés aux campagnes électorales mais sont devenus quotidiens, se glissant dans les conférences de presse, les discours et les médias municipaux.

Dans l’imposture, C. Pierret et ses colistiers font actuellement très fort. Après l’incroyable dossier sur les expulsions des commerçants de la rue de la prairie (notamment le bar le Darou), ils ont nié avoir voté la création d’un « parking public et gratuit » à l’arrière du bâtiment de l’ex-banque de France. Pourtant cette délibération est inscrite dans le compte-rendu officiel qu’ils ont adopté.

Y a-t-il un espoir pour que la situation change ? Il est évident qu’on ne peut plus compter sur les pierretistes pour qu’ils se conforment d’eux-mêmes aux exigences de la sincérité. Le recours à la supercherie constitue désormais l’alphabet de leur langage politique. Chez eux, la tromperie serait-elle devenue une seconde nature, voire un réflexe ?

Cette façon de faire doit être rejetée et la vérité triompher de la duperie. Seuls les Déodatiens ont le pouvoir d’accomplir ce changement. Ils voudront élire des femmes et des hommes qui exposeront les problèmes en toute sincérité et qui proposeront un idéal à atteindre, tout en présentant honnêtement des solutions sérieuses et réalistes.

Les conseillers municipaux UPS 

00:20 Publié dans Défense de la démocratie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : vérité | | |  Facebook