Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2012-02 | Page d'accueil | 2012-04 »

30/03/2012

Tribune du groupe Union Pour Saint-Dié (UPS) dans L'Echo des Vosges du 23/03/12

Non à la politique du mensonge !

En politique, il n’est pas rare que des élus cachent, contournent, déforment systématiquement la vérité, sans en ressentir la moindre gêne. Aveuglés par le pouvoir, la gloire, les flatteries de leur entourage, ces politiciens jouent les importants et mentent éhontément.

Il est déjà fort regrettable qu’ils caricaturent les faits, qu’ils présentent toujours leurs actions sous un angle favorable, qu’ils soient démagogues, mais il est inacceptable qu’ils nous mentent. Pourtant, dans une démocratie, nous avons droit à la vérité car le mensonge constitue un abus de confiance et une rupture du contrat liant les électeurs à leurs représentants.

A Saint-Dié, la contrevérité est devenue courante. Elle engendre un désenchantement fort compréhensible chez de nombreux Déodatiens. Quand on parle de la malhonnêteté intellectuelle de nos politiciens locaux, on fait le plus souvent référence à leurs promesses électorales non tenues. Or, leurs mensonges ne sont pas réservés aux campagnes électorales mais sont devenus quotidiens, se glissant dans les conférences de presse, les discours et les médias municipaux.

Dans l’imposture, C. Pierret et ses colistiers font actuellement très fort. Après l’incroyable dossier sur les expulsions des commerçants de la rue de la prairie (notamment le bar le Darou), ils ont nié avoir voté la création d’un « parking public et gratuit » à l’arrière du bâtiment de l’ex-banque de France. Pourtant cette délibération est inscrite dans le compte-rendu officiel qu’ils ont adopté.

Y a-t-il un espoir pour que la situation change ? Il est évident qu’on ne peut plus compter sur les pierretistes pour qu’ils se conforment d’eux-mêmes aux exigences de la sincérité. Le recours à la supercherie constitue désormais l’alphabet de leur langage politique. Chez eux, la tromperie serait-elle devenue une seconde nature, voire un réflexe ?

Cette façon de faire doit être rejetée et la vérité triompher de la duperie. Seuls les Déodatiens ont le pouvoir d’accomplir ce changement. Ils voudront élire des femmes et des hommes qui exposeront les problèmes en toute sincérité et qui proposeront un idéal à atteindre, tout en présentant honnêtement des solutions sérieuses et réalistes.

Les conseillers municipaux UPS 

00:20 Publié dans Défense de la démocratie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : vérité | | |  Facebook

Amnésie sélective de C. Pierret et son équipe à propos de leur décision du 9 décembre

Amnésie (23 mars).jpg

[Illustration : Géhu - Tous droits réservés]

00:19 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : humour, pierret, christian pierret, pierretisme | | |  Facebook

Un accueil républicain ?

Accueil républicain mars 2012 (23 mars).jpg

00:19 Publié dans Arrêt sur image, Défense de la démocratie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : électeurs, démocratie | | |  Facebook

27/03/2012

Notre tribune dans le mensuel municipal (avril 2012)

Pour une ville qui compte

Le point le plus important du dernier conseil municipal fut le débat d’orientation budgétaire (DOB). Après avoir dénoncé les insuffisances du document fourni aux élus (données très succinctes sur le budget principal et rien sur les 11 budgets annexes), nous avons proposé 7 orientations pour améliorer les prochains DOB et mieux gérer nos finances :

1. Présenter aux élus la situation financière de manière bien plus complète.

2. Réunir plus en amont la commission des finances afin de mieux préparer ce DOB.

3. Faire réaliser un audit financier par un organisme indépendant.

4. Affecter au désendettement 100 % des recettes issues des cessions de patrimoine.

5. Porter, dans un délai de 2 à 3 ans, notre capacité d’autofinancement à la moyenne des villes de même taille.

6. Stopper le projet Aquanova America.

7. Bloquer puis diminuer les impôts locaux.


Flagrant-déni

Dans l’art de rejeter la réalité, C. Pierret et ses colistiers ont fait fort en niant l’existence d’une décision qu’ils ont pourtant votée … lors du précédent conseil.

En effet, interrogé sur le lien entre la vente de l’ex-banque de France pour un projet hôtelier et la création d’un « parking public et gratuit » à l’arrière de ce bâtiment, le maire a affirmé n’avoir rien approuvé de tel !

Comment un premier magistrat peut-il nier une délibération votée par lui et sa majorité, enregistrée en sous-préfecture et consignée dans le compte-rendu adopté en début de séance ?

Cet inquiétant flagrant-déni est une manifestation de mépris envers les Déodatiens.

Notre conception d’un débat politique transparent et cohérent impose aux élus un devoir de vérité à l’égard des citoyens.

 

Ramata BA, Catherine SAINT-DIZIER, Francine WALTER, Jean-Louis BOURDON, Sébastien ROCHOTTE et Serge VINCENT

23/03/2012

Tribune du groupe Union Pour Saint-Dié (UPS) dans L'Echo des Vosges du 16/03/12

UDAC : nos craintes se confirment

Le quotidien vosgien du 7 mars nous apprend que le président fondateur de l’Union Déodatienne des Artisans et Commerçants a décidé de démissionner de cette association. Il dénonce la mainmise de la mairie en des termes très directs : « une association ne doit pas être un service municipal ».

Dès la création de l’UDAC, nous avions prédit les dérives qu’entrainerait la présence d’élus dans son conseil d’administration. Une association de commerçants doit être totalement indépendante de la municipalité, même si elle doit pouvoir compter sur son soutien matériel, humain et financier.

 

Pour des associations libres

Nous avons la chance d’avoir, à Saint-Dié, de nombreuses associations actives dans les domaines les plus variés. Conscients du rôle très important de leurs bénévoles, du développement de leurs activités, de la qualité de leurs interventions, nous proposons d’organiser un Forum des associations.

Par ce Forum où sera rédigée une nouvelle « Charte de la vie associative », nous voulons encourager le rassemblement de toutes les énergies, nourrir la démocratie participative et favoriser l’exercice de la citoyenneté.

Cette charte fondatrice d’une relation nouvelle entre la ville et le tissu associatif sera fondée sur les valeurs essentielles de liberté, d’égalité et de fraternité. Ce partenariat devra se construire sur l'écoute, le dialogue et le respect des engagements. Ainsi, la ville devra reconnaitre que les associations peuvent exercer une fonction critique indispensable au fonctionnement de la démocratie.

En respectant les valeurs et principes de la loi de 1901 ainsi que l'indépendance des associations, nous proposons que la ville :

- promeuve l'engagement civique et social de tous

- crée une Maison des Associations

- accompagne la formation des bénévoles

- contribue dans la durée au financement des associations concourant à l'intérêt général

- consulte les associations concernées avant toute prise de décision

- favorise la représentation des associations dans les instances

- assure la promotion des initiatives locales au niveau des villes voisines.

Une évaluation de la Charte sera réalisée tous les trois ans et présentée lors d’Assises de la Vie Associative Déodatienne (AVAD).

Cette Charte évolutive constituera un point d’appui pour approfondir et enrichir les relations entre la ville et les associations.


Les conseillers municipaux UPS : Ramata Ba, Catherine Saint-Dizier, Francine Walter, Jean-Louis Bourdon, Sébastien Rochotte et Serge Vincent.

Taxe d'habitation à Saint-Dié

Taxe d'habitation mars 2012 (16 mars).jpg

16/03/2012

Tribune du groupe Union Pour Saint-Dié (UPS) dans L'Echo des Vosges du 09/03/12

Conseil municipal du 2 mars : les 7 propositions d’UPS

Le point le plus important de ce conseil fut le débat d’orientation budgétaire (DOB). Après avoir dénoncé les insuffisances du document fourni aux élus (données très succinctes sur le budget principal et rien sur les nombreux budgets annexes), nous avons proposé sept orientations pour améliorer les prochains DOB et mieux gérer les finances de notre ville :

1. Présenter aux élus la situation financière de manière bien plus complète, grâce à un document de référence élaboré par les services municipaux.

2. Réunir plus en amont la commission des finances afin de mieux préparer ce DOB.

3. Faire réaliser un audit financier par un organisme indépendant.

4. Affecter au désendettement 100 % des recettes issues des cessions de patrimoine.

5. Améliorer, dans un délai de 2 à 3 ans, notre capacité d’autofinancement actuellement très inférieure à la moyenne des villes de même taille.

6. Stopper le projet Aquanova America.

7. Bloquer les impôts locaux à leur niveau actuel.


L’intercommunalité, c’est maintenant !

Lors de son rapport sur ce sujet, Lovely Chrétien a repris notre expression « Grande Déodatie ». Nos propositions continuent donc de s’imposer dans les esprits et de nourrir la réflexion. Cette initiative pionnière dépasse désormais le cadre municipal. En effet une nouvelle association, U-3D, composée de citoyens de tous horizons et dont nous saluons la démarche, reprend notre idée.

Face à un projet actuel insatisfaisant, nous ne proposons pas de nous « hâter lentement » mais bien de rattraper le temps perdu. Par conséquent notre ville doit jouer dès maintenant un rôle moteur dans la coopération avec les autres communes dans la préparation d’une intercommunalité ambitieuse, qui débouchera sur la communauté d’agglomération de la Grande Déodatie.


Flagrant-déni

Dans l’art de rejeter la réalité, C. Pierret et ses colistiers ont fait fort en niant l’existence d’une décision qu’ils ont pourtant votée … lors du précédent conseil. En effet, interrogé sur le lien entre la vente de l’ex-banque de France pour un projet hôtelier et la délibération 4 du 09/12 prévoyant la création d’un « parking public et gratuit » à l’arrière de ce bâtiment (en démolissant plusieurs immeubles dont les propriétaires pourraient être expropriés), le maire a affirmé n’avoir rien voté de tel !

Cet inquiétant flagrant-déni est une manifestation de mépris envers les Déodatiens et plus particulièrement envers les propriétaires, locataires et commerçants qui restent hélas concernés par cette délibération.

Les conseillers municipaux UPS : Ramata Ba, Catherine Saint-Dizier, Francine Walter, Jean-Louis Bourdon, Sébastien Rochotte et Serge Vincent.

Une dette trop élevée par rapport aux autres villes moyennes

Dette mars 2012 (Echo du 9 mars).jpg

07:00 Publié dans Arrêt sur image, Finances, impôts, patrimoine municipal | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : dette, endettement | | |  Facebook

09/03/2012

Tribune du groupe Union Pour Saint-Dié (UPS) dans L'Echo des Vosges du 02/03/12

Améliorer le Débat d’Orientation Budgétaire (DOB) pour plus de démocratie

Les maires de communes de plus de 3 500 habitants ont l’obligation d’organiser un débat sur les orientations générales du budget. Ce DOB, qui nous plonge au cœur de la politique municipale de la prochaine année, est donc loin d’être anodin.

Ce débat doit être l’occasion d’exposer aux Déodatiens, en toute transparence, la situation financière de la commune. Malheureusement, le fait de présenter les orientations budgétaires 2012 alors que l’année est largement commencée, est déjà inacceptable.

De même, tous les élus devraient être invités à une réunion de présentation des analyses des services municipaux ou des cabinets conseillant notre ville. En effet, ceux-ci ne doivent pas être uniquement les experts financiers du maire mais de la totalité de notre assemblée.

De plus, nous regrettons que la commission des finances ne se réunisse qu’une seule fois pour le DOB et seulement quelques heures avant la séance du conseil municipal. C’est une étrange conception qui démontre que le maire a une très grande frilosité pour débattre sereinement et pour assumer ses choix politiques.

Enfin, les insuffisances de la note reçue (seulement trois feuilles) nous scandalisent car elles empêchent tout débat démocratique. Nous n’acceptons pas un document aussi succinct pour présenter les grandes orientations financières et les onze budgets de notre ville.

Cette désinvolture tourne même au mépris quand dix de ces budgets ne sont même pas cités ! Pas un mot, non plus, sur toutes les délégations de service public (eau, ordures, transports, chauffage,  etc.)

Conseil_municipal-02 mars 12.jpg

Concernant le cadre général des orientations budgétaires, il n’est plus possible de dépenser sans compter. Les choses ont changé, le contexte a évolué, il serait irresponsable de camper sur des positions immuables depuis plus de 20 ans. Quand on tient les cordons des finances de la ville, on a l’obligation morale d’agir avec bon sens et de gérer autrement les deniers publics.

Pour notre part, dans l’attente d’un changement politique, nous demandons rapidement un audit financier par un organisme indépendant et neutre.

Il est vraiment temps de marquer une rupture en matière de gestion de nos finances et de nous conformer à la réalité de notre ville et à l’intérêt des Déodatiens.

[Illustration : Géhu - Tous droits réservés]

Les conseillers municipaux UPS : Ramata Ba, Catherine Saint-Dizier, Francine Walter, Jean-Louis Bourdon, Sébastien Rochotte et Serge Vincent.

"Big Spender is watching you" ...

Ville sous surveillance (2 mars).jpg

06:24 Publié dans Arrêt sur image | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : finances, vidéosurveillance, humour | | |  Facebook