Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« AQUANOVA AMERICA, les non-dits ... Téléchargez notre document | Page d'accueil | Une tradition peu démocratique »

08/06/2012

Tribune du groupe Union Pour Saint-Dié (UPS) dans L'Echo des Vosges du 01/06/12

AQUANOVA AMERICA : Les non-dits

Par une surcommunication coûteuse et indécente, C. Pierret essaye de justifier le bien-fondé de cette piscine financée par un Partenariat Public-Privé (PPP). Afin que chaque Déodatien puisse avoir une vision complète de ce dossier, voici les informations « oubliées » par les services de la mairie :

1) Nos finances en danger

Le coût de construction est de plus de 21 millions TTC. Pour assurer son financement, le Partenaire Privé apportera « généreusement » ... 73 000 €. La quasi-totalité proviendra de financements publics, d’emprunts et… d’une avance de la ville !

En effet, si l’ouverture de cette piscine est seulement prévue fin 2013, voire début 2014, nous devons payer, dès 2012, des « avances sur loyers » pour un montant global de 3,6 millions.

Malgré cette avance et l’espoir d’encaisser plus d’un million de recettes annuelles provenant des entrées (soit 5 fois le montant actuel), le total des loyers et des charges de fonctionnement pour les 25 années du contrat est démesuré :

75  millions TTC !

Aquanova (VM 1er juin).jpg

[Illustration : Géhu - Tous droits réservés]

2) Une piscine peu ludique et peu sportive

C. Pierret nous promet non pas des bassins mais des « lacs » dont l’un sera « estival… en période d’été ».

Si les espaces extérieurs deviennent, en toute modestie pierretiste, « plaine sportive » et « prairie ensoleillée », les équipements ludiques restent rudimentaires : pas de piscine à vagues ni même de toboggan ou de pentagliss. A croire qu’il n’y pas de jeunes en Déodatie !

De même, la longueur du grand bassin n’est pas supérieure à celle de l’actuelle piscine (seulement 25 mètres) et sa profondeur est insuffisante pour le plongeon sportif.

3) Un mauvais financement

La Cour des Comptes critique très sévèrement les PPP qui « ne peuvent pas servir de source de financement de substitution à l’emprunt bancaire [car ils] génèrent des coûts bien supérieurs ».

Pour Alain Rousset, président socialiste de l’Association des régions de France « c’est une solution de facilité pour ne pas dire un poison insidieux […] C’est surtout une fuite en avant aux conséquences imprévisibles ».

Sur son site de campagne, Jean-Luc Mélenchon a rappelé : « le Front de gauche est opposé à tout partenariat public-privé ».

Enfin pour François Hollande, le PPP « est devenu un outil qui favorise la vie à crédit et le surendettement. A ce titre, c’est déjà un système qui a dérapé ». Si c’est le Président de la République qui le dit …

Les conseillers municipaux UPS

Ecole de Foucharupt (VM 1er juin).jpg