Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Tribune du groupe Union Pour Saint-Dié (UPS) dans L'Echo des Vosges du 23 novembre | Page d'accueil | Revue de Presse : Vosges Matin du 29/11/12 »

01/12/2012

Notre tribune dans le mensuel municipal (décembre 2012)

Mais que fait-il de nos impôts ?

Après 23 ans de gestion pierretiste, les revenus des Déodatiens sont malheureusement parmi les plus faibles de France. Malgré cela, C. Pierret poursuit sa politique intolérable de hausse des impôts.

Mais pourquoi une telle surimposition ?

Pour pratiquer des tarifs publics abordables ? Non ! Le prix de l’eau est démesuré au regard des autres villes françaises.

Pour payer moins de taxes communales ? Non ! Ainsi, à service identique, le prix des ordures ménagères est très supérieur à celui des autres communes de la Grande Déodatie.

Pour préparer l’avenir de nos enfants ? Non ! C. Pierret ferme des écoles à Saint-Dié, patrie de Jules Ferry.

Pour financer des investissements utiles aux Déodatiens ? Non ! Nous ne disposons pas d’équipements indispensables à une ville de 22 000 habitants (parc des expositions, complexe cinématographique, maison des associations...).

Pour conserver notre patrimoine ? Non ! Depuis des années, nous déplorons une vente massive de biens communaux : forêts, écoles, Saint-Dié-Plage, camping, résidence étudiante, office du tourisme, maison des syndicats, Centre Schuman…

Pour éviter de trop emprunter ? Non ! Notre ville est l’une des plus endettées de France.

Alors pourquoi cette surimposition ?

Parce que, malheureusement, celle-ci sert à payer des projets pharaoniques comme Aquanova América ou inexplicablement coûteux comme les travaux à Sadoul (2,5 millions d’euros pour moins de places et moins de confort).

Contrairement à C. Pierret, nous voulons réduire les frais de fonctionnement et le train de vie de la mairie, par une gestion sérieuse et attentive à la situation financière des Déodatiens. Ainsi, nous pourrons baisser les impôts locaux, maintenir des services publics de qualité et préserver le patrimoine communal.


Ramata BA, Catherine SAINT-DIZIER, Francine WALTER, Jean-Louis BOURDON, Sébastien ROCHOTTE et Serge VINCENT

10:12 Publié dans Finances, impôts, patrimoine municipal | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : impôts | | |  Facebook