Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Union Pour Saint-Dié vous souhaite une heureuse année 2013 | Page d'accueil | Tribune du groupe Union Pour Saint-Dié (UPS) dans L'Echo des Vosges du 3 janvier »

03/01/2013

Tribune du groupe Union Pour Saint-Dié (UPS) dans L'Echo des Vosges du 27 décembre

Conseil municipal du 21 décembre (1ère partie)

Une fois de plus, C. Pierret a convoqué le conseil au dernier moment, trois mois après la précédente séance, d’où un ordre du jour chargé (54 points) peu propice à une étude approfondie des dossiers ou à un débat démocratique transparent. Nous proposons une organisation plus sérieuse et plus digne d’une ville moyenne, avec 8 ou 9 réunions annuelles inscrites dans un calendrier prévisionnel public.

Le point 2 avait pour objet l’élection d’un 13e adjoint, ou plutôt la promotion à ce titre d’un conseiller municipal, déjà en charge des mêmes dossiers. Nous avons voté blanc car notre engagement est clair : par souci d’économie (chaque adjoint touchant des indemnités), notre équipe municipale comptera moins de dix adjoints.

A l’occasion du point sur Aquanova, C. Pierret s’est vanté du prix décerné à ce projet par le « club des PPP ». Or, ce dernier réunit notamment les grandes firmes intéressées à ce chantier (Spie batignolles, Financière Duval, Dalkia, cabinet d’architectes Chabanne …), ce qui n’est pas vraiment un gage d’impartialité.  De plus, l’Inspection générale des finances (IGF) reproche à un organisme fondateur de ce club, la Mission d’appui aux PPP (MaPPP), d’être en « conflit d’intérêts », sa mission de conseil se transformant systématiquement en promotion de ce type de contrat : le patron de la MaPPP vient du privé, où il vendait … des PPP ! C’est ce que révèle le Canard enchaîné du 19/12, qui déplore le fait que les « élus signent les bons de commande mais laissent la facture à leurs successeurs » tandis que « les constructions réalisées en PPP ont coûté 25% plus cher que les autres ».

Contrairement à l’affirmation de C. Pierret selon laquelle le partenaire privé assumerait le risque, nous rappelons que l’apport du privé est ridiculement faible, que c’est la ville qui paiera le manque à gagner à défaut de la fréquentation attendue et qu’elle ne touchera, dans le cas contraire, que 40% des gains. De plus, cette piscine profitable au privé a déjà coûté 7 millions … d’argent public !

Nous reviendrons dans les prochaines semaines sur ce conseil, et notamment sur le prix injuste de l’eau.

Nous vous souhaitons une nouvelle année riche en espoirs : 2013 sera une étape décisive dans la préparation du projet d’alternance humaniste et durable que nous allons mener avec vous pour l’avenir de notre ville.

Les élus du groupe UPS