Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Compte-rendu du conseil municipal du 22/12/15 (I) | Page d'accueil | Compte-rendu du conseil municipal du 22/12/15 (III) »

10/01/2016

Compte-rendu du conseil municipal du 22/12/15 (II)

10. Budget primitif 2016

Le maire rappelle son action de 2015 et annonce la vente de l’ancien bâtiment du Tribunal des Prud'hommes, rue de la Meurthe, pour 140 000 €, le rachat de la propriété Dormeuil à l’Orme (sans en préciser le montant). La création d’un skate-park et celle de pistes cyclables sont différées. L’aménagement du carrefour de la place de la cathédrale est « envisagé ».

 

Les interventions du groupe UPS

Intervention de Jean-Louis Bourdon concernant les subventions aux associations :

Les associations, qui contribuent dans bien des domaines à l’animation de la cité, voient, sauf exceptions, le soutien financier de la ville baisser à nouveau cette année. Notamment les clubs sportifs qui sont fortement touchés par d’importantes réductions de la subvention municipale.

Je constate également, une baisse drastique des subventions au CCAS (moins 223 000 en 2016, soit une diminution de 300 000 en deux ans). On note également que la baisse du Contrat Enfance Jeunesse a été répercutée pour la quasi-totalité sur les centres sociaux.

Dans les circonstances actuelles, toutes les structures qui créent du lien social doivent être encouragées. Les clubs sportifs et associations en font partie.

 

Intervention de Jean-Louis Bourdon concernant l’insuffisance de défibrillateurs accessibles au public à Saint-Dié :

Vous annoncez un budget de 8 700 pour des stèles et calvaires, donc à la mémoire des morts. J’aurais aimé voir un investissement pour éviter des morts subites par arrêt cardiaque, grâce à l’implantation de défibrillateurs accessibles au public 24h/24. Notre ville est en effet à la traine dans ce domaine avec un seul appareil. Plusieurs commune de la Déodatie en ont déjà 3 et la ville de Montbard, pilote en la matière, en a une vingtaine. Implanter de tels appareils dans tous les quartiers de la ville permettrait de sauver plusieurs vies chaque année. Quelles ont vos projets en la matière ?

 

Intervention de Michel Cacclin sur les investissements :

Vous annoncez un investissement de 950 000 euros pour la création d’un parc sur le terrain laissé libre par la démolition de l’ancienne piscine, avec une passerelle le reliant au parc Jean Mansuy.

D’autre part, vous souhaitez remplacer la patte d’oie située place du 8 mai par un nouveau rond-point pour un coût de 190 000 euros. Pourtant ce carrefour, reliant les rues du 11 novembre aux rues de la Ménantille et d’Hellieulle, ne pose aucun problème de circulation. Ce n’est pas une priorité, contrairement à la place de la Cathédrale qui est très dangereuse pour les piétons et les automobilistes. D’autre part, de nombreuses rues de notre ville, en mauvais état, mériteraient une réfection.

 

Intervention de Serge Vincent sur les choix budgétaires :

1ère Proposition : celle que nous avons évoquée lors du DOB

Non pas une hausse de 1% de tous les impôts locaux comme l'a décidé le maire, mais une baisse de 5% du taux de la taxe d’habitation.

Pour financer cette proposition, qui entraîne un manque à gagner de 266 000 euros pour la ville, il suffit de baisser de seulement 0,8% les seules dépenses de fonctionnement du budget principal

Nous continuons à penser que la taille de notre ville ne justifie pas d’avoir un directeur du cabinet du maire (avec plusieurs secrétaires). Le directeur général des services peut remplir sans problème les deux fonctions, sauf à considérer que les contribuables déodatiens doivent payer un service « politique » à la disposition du maire.

A noter : le projet de budget nous est déjà présenté avec des recettes fiscales sous-estimées de 111 000 euros. C’est-à-dire qu’une partie de notre proposition est déjà budgétée.

 

2ème Proposition : un plan d’investissement renforcé pendant 5 ans

A une situation souvent difficile (chômage, précarité, mal-vivre…), il ne faut pas imposer aux Déodatiens une politique municipale trop austère et trop rude.

Le montant de nos investissements est bien trop faible pour changer en profondeur l’image de notre ville, pour la rendre plus accueillante qu’elle n’est actuellement, pour redonner de l’espoir, de l’envie, de la confiance à nos concitoyens.

Aussi nous vous proposons de consacrer nos moyens financiers à la réalisation des investissements indispensables à l’avenir de notre ville, à son changement.

A côté de la baisse de la fiscalité, cela doit être LA priorité des 5 prochaines années.

 

Grâce à ce plan de relance de l’économie déodatienne, nous pourrons :

- lancer l’aménagement de la place du Marché, avec la création d’un marché couvert ;

- réaliser un rond-point place de la Cathédrale ;

- programmer un plan de rénovation de la voirie plus ambitieux ;

- procéder à la première tranche de l’aménagement des rives de la Meurthe avec la participation de la Communauté de commune.

 

Pour financer ces millions d’euros, qui seront autant de chiffres d’affaires supplémentaires pour les entreprises locales et donc d’emplois sauvegardés ou créés, de revenus pour les Déodatiennes et Déodatiens, nous n’avons qu’une seule solution :

Geler le montant de notre dette à son niveau actuel.

Je comprends que cette proposition peut faire débat, mais j’ai entendu le message des Français et des Déodatiens lors des dernières élections.

Monsieur le Maire, en tant qu’élus responsables, nous ne devons pas rester sourds à ce cri de désespoir de millions d’électeurs.

...

(A suivre : Réponses du maire et suite des délibérations)