Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/02/2012

Notre tribune dans le mensuel municipal (mars 2012)

Pour un débat digne et démocratique

Dans leur précédente tribune, M. Pierret et ses colistiers ont attaqué un citoyen déodatien, responsable d’une association, qui a eu le «tort» d’avancer des propositions pour réduire les impôts de notre ville. Il est choquant que des élus utilisent un support municipal financé par le contribuable pour insulter un de nos concitoyens et dénaturer ses propos.

Pour notre part, nous estimons que cette page ne doit pas être le lieu d’attaques personnelles ou d’entreprises de dénigrement. Au contraire, elle devrait permettre un débat constructif et digne. Telle est notre conception d’une expression démocratique responsable, à l’opposé des libelles haineux qui trahissent le manque de sérénité de leurs auteurs.

De plus, nous pensons que tous les élus, de la majorité comme des oppositions, doivent être également respectés.

Ils doivent notamment être conviés sans discrimination aux temps forts républicains de la vie de notre cité, tels que les Trophées des Sports, le goûter des personnes âgées, l’accueil des nouveaux habitants ou encore les voeux au personnel communal.

L’ouverture aux autres et le pluralisme sont pour nous des valeurs fondamentales, nous qui fédérons des femmes et des hommes de différentes sensibilités, à l’image de la diversité qui enrichit notre ville. L’écoute, la tolérance et l’humanisme guident au quotidien notre action municipale au service de l’intérêt général.

Nous proposons une réelle alternance, fondée sur une conception profondément différente de la vie municipale actuelle. Plutôt que dénigrer ou mentir, nous voulons entreprendre et construire.

Ainsi, malgré l’obstination de certains à vouloir abaisser le débat, nous continuerons à avancer fortement et tranquillement nos propositions pour améliorer l’avenir des Déodatiens.

Ramata BA, Catherine SAINT-DIZIER, Francine WALTER, Jean-Louis BOURDON, Sébastien ROCHOTTE et Serge VINCENT.

15:56 Publié dans Défense de la démocratie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : notre saint-dié-des-vosges | | |  Facebook

28/01/2012

Notre tribune dans le mensuel municipal (février 2012)

Pour une nouvelle démocratie


Nous voulons que les Déodatiens, unis et solidaires, retrouvent courage et foi en l’avenir, que notre ville renoue le dialogue avec tous et que l’optimisme revienne.

Saint-Dié a beaucoup d’atouts pour elle. Il faut qu’elle prenne conscience de ses forces, qu’elle retrouve ses valeurs et qu’elle les mette au service de tous. Pour beaucoup de Déodatiens, déçus par des promesses non tenues, cela paraît impossible. Nous croyons le contraire. Nous refusons que la politique soit dominée par un clan qui, depuis plus de vingt ans, a érigé des murs entre les Déodatiens.

Il n’y a pas de démocratie sans pluralisme.

Nous avons la conviction que parmi les différentes sensibilités républicaines de notre ville, il y a plus d’accords que de désaccords. Le constater, c’est préparer l’avenir. Le nier, en rester aux vieux sectarismes, c’est se condamner à la régression.

La démocratie, c’est l’organisation politique qui fait confiance à la conscience et à la responsabilité des citoyens. Nous voulons donner à ceux-ci la liberté de juger et leur reconnaître le droit de comprendre et d’influencer, par leurs choix politiques, l’évolution de leur ville et être ainsi au cœur de la politique municipale. Nous voulons instaurer une nouvelle façon de faire de la politique en offrant des espaces d’écoute, de réflexion et de participation à la portée de tous. Nous refusons le mensonge ou la dissimulation comme cela a été le cas récemment lors de l’affaire du Darou.

Depuis trop longtemps, l’unique objectif de C. Pierret est la prolongation de son mandat. D’où une tendance néfaste à privilégier les promesses démagogiques plutôt que le débat sur les vrais enjeux.

Respectons les Déodatiens et rassemblons-nous pour créer un avenir meilleur pour notre ville.


Ramata BA, Catherine SAINT-DIZIER, Francine WALTER, Jean Louis BOURDON, Sébastien ROCHOTTE et Serge VINCENT

03:05 Publié dans Défense de la démocratie | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook

20/01/2012

Tribune du groupe Union Pour Saint-Dié (UPS) dans L'Echo des Vosges du 13/01/12

Nos vœux pour 2012 : Union et humanisme (2e partie)

L’être humain au centre d’une nouvelle démocratie


Toute personne, quels que soient sa situation, son âge, son état de santé, porte en elle, identiquement, intégralement, sa part d’humanité et a droit à un égal respect.
Nous plaçons l’Homme au centre de chaque question de société car il ne peut vivre hors d’elle ni sans elle. Nous sommes convaincus qu’en positionnant harmonieusement l’homme et son environnement au centre des préoccupations politiques, l’amélioration de la vie de la cité est possible.


La démocratie, c’est l’organisation politique qui fait confiance à la conscience et à la responsabilité des citoyens. Nous voulons donner à ceux-ci la liberté de juger et leur reconnaître le droit de comprendre et d’influencer, par leurs choix politiques, l’évolution de leur ville.

Ainsi, notre volonté est de replacer les Déodatiens au cœur de la politique municipale notamment grâce une démocratie semi-directe. Nous voulons instaurer une nouvelle façon de faire de la politique en offrant des espaces de participation et d'action à la portée de tous, en un mot en créant une démocratie plus vivante.


Il n’y a pas de démocratie sans pluralisme, sans respect des minorités. Ce pluralisme doit s’exercer en particulier dans l’information communale, en offrant à toutes les sensibilités présentes au conseil municipal, de véritables espaces d’expression.
Chacune et chacun ont également droit à la vérité. La propension des gouvernants à ne pas dire la vérité est toxique. Elle rompt le lien de confiance qui devrait relier les citoyens à ceux qui ont la charge de l’intérêt général.


Depuis trop longtemps, l’unique objectif de C. Pierret est la prolongation de son mandat. D’où une tendance néfaste à privilégier, avant l’élection, les promesses démagogiques plutôt que le débat sur les vrais enjeux, les difficultés, le réel. L’illusion d’un monde merveilleux plutôt que la vraie vie.

Pour notre part, notre respect sincère des Déodatiens nous engage à leur dire la vérité sur les défis à relever et les solutions possibles.

C’est sur ces principes que nous avons commencé à convaincre et rassembler. Refondée par cet élan, notre ville s’éloignera progressivement de la peur dans laquelle elle s’est enlisée et l’espoir d’un avenir meilleur pourra renaître.


Ramata BA, Catherine SAINT-DIZIER, Francine WALTER, Jean Louis BOURDON, Sébastien ROCHOTTE et Serge VINCENT

10:35 Publié dans Défense de la démocratie | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : union pour saint-dié, voeux | | |  Facebook

23/12/2011

Tribune du groupe Union Pour Saint-Dié (UPS) dans L'Echo des Vosges du 16/12/11

Vente des écoles : la triste priorité de la municipalité

Lors du conseil municipal, C. Pierret a décidé de déclasser deux écoles maternelles : Baldensperger et Colnat.

Le sort de l’école Baldensperger est connu : après son dramatique incendie, elle sera vendue au « Toit Vosgien ». (*)

L’école Colnat devrait quant à elle accueillir le Tribunal d’instance et les Prudhommes actuellement situés rue de la Meurthe.

Autre vente symbolique des méfaits de la politique menée par C. Pierret : la maison des syndicats, le plus ancien bâtiment scolaire déodatien (XIXe s), est également cédée au … « Toit  Vosgien ».

Par contre, l’extension du groupe scolaire Darmois qui devait permettre en 2012 le regroupement des écoles de Foucharupt, est repoussée, faute de financement par les banques.

Mais comme la ville va recevoir plus de 2 millions d’euros de la cession et de l’indemnisation par les assurances de l’école Baldensperger, nous avons proposé que cet argent soit affecté à cet agrandissement. C. Pierret a refusé notre proposition. Il préfère sans doute utiliser ces 2 millions pour financer son projet dispendieux de nouvelle piscine.

Non, l’école n’est plus une priorité à St-Dié !


 (*) Rappelons que le maire est le vice-président de cette société, que la ville en est l’actionnaire majoritaire et qu’elle cautionne ses emprunts.

 

Laissons les Déodatiens choisir leur avenir

Suite à notre campagne d’information sur les dangers d’Aquanova America, de nombreux Déodatiens partagent notre inquiétude. Nous avons donc proposé l’organisation d’un référendum local.

Se retranchant derrière une vision étriquée de la démocratie représentative selon laquelle les électeurs ne seraient bons qu’à signer un chèque en blanc tous les six ans à une équipe (ou, pire, à une seule personne) dotée des pleins pouvoirs, C. Pierret refuse cette solution démocratique pertinente.

Soulignant qu’un tel processus est consultatif et non impératif, ce qui est effectivement conforme à la loi, il prétend même qu’il n’en tiendrait pas compte. Ce mépris envers les citoyens révèle que le premier magistrat lui-même doute de l’accueil populaire réservé à sa décision.

Pour notre part, nous sommes pour la démocratie semi-directe : nous consulterons les Déodatiens sur les choix ayant des conséquences à long terme sur l’avenir de notre ville.

Nous nous y engageons.

Ramata BA, Catherine SAINT-DIZIER, Francine WALTER, Jean Louis BOURDON, Sébastien ROCHOTTE et Serge VINCENT

09/12/2011

Tribune du groupe Union Pour Saint-Dié (UPS) dans L'Echo des Vosges du 02/12/11

Liberté, Egalité, Fraternité … Laïcité

Publiée le 18/11 en page d’accueil du site de la ville, une vidéo présente le « monsieur communication » de la mairie, qui interroge l’évêque de Saint-Dié sur l’ « engagement des citoyens dans la religion ». En septembre, le magazine mensuel de la municipalité (n°33, p.34) invitait à « fêter la fin du ramadan », tandis que le maire faisait voter par le conseil municipal une importante subvention à une association israélite.

Nous sommes bien entendu sensibles à la question du dialogue interreligieux ou à la place du patrimoine cultuel dans notre cité. Nous sommes heureux que les Déodatiens, dans la diversité de leurs croyances, puissent mener librement leurs quêtes spirituelles et pratiquer leurs cultes dans les meilleures conditions possibles.

Mais les manifestations de la foi appartiennent à la sphère privée et doivent ainsi rester à l’abri des interventions politiques.

En tant que citoyens préoccupés par les événements nationaux et internationaux de ces derniers mois, mais aussi en tant qu’élus républicains, nous réaffirmons notre attachement à la Laïcité.

Seul le respect de cette valeur de la République permet de concilier, en toute impartialité et sans ambiguïté, liberté de culte et neutralité de la sphère publique. En tant que femmes et hommes politiques responsables, nous préférons rassembler les Déodatiens au-delà de leurs différences religieuses, sans favoritisme, ni communautarisme, ni mélange des genres.

Cet engagement pour la Laïcité est un impératif démocratique.

laïcité,république,liberté,démocratie,jaurès« Démocratie et laïcité sont deux termes identiques. Qu’est-ce que la démocratie ? Royer-Collard […] en a donné la définition décisive : « La démocratie n’est autre chose que l’égalité des droits. » Or, il n’y a pas égalité des droits si l’attachement de tel ou tel citoyen à telle ou telle croyance, à telle ou telle religion, est pour lui une cause de privilège ou une cause de disgrâce. Dans aucun des actes de la vie civile, politique ou sociale, la démocratie ne fait intervenir, légalement, la question religieuse. Elle respecte, elle assure l’entière et nécessaire liberté de toutes les consciences, de toutes les croyances, de tous les cultes, mais elle ne fait d’aucun dogme la règle et le fondement de la vie sociale. »

Jean Jaurès (discours du 30 juillet 1904)

 

Ramata BA, Catherine SAINT-DIZIER, Francine WALTER, Jean Louis BOURDON, Sébastien ROCHOTTE et Serge VINCENT

08:05 Publié dans Défense de la démocratie | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : laïcité, république, liberté, démocratie, jaurès | | |  Facebook

02/12/2011

Tribune du groupe Union Pour Saint-Dié (UPS) dans L'Echo des Vosges du 25/11/11

Pour une intercommunalité ambitieuse, économe et démocratique

Grande Déodatie.jpg


Sale temps pour l’intercommunalité ? Alors que les travaux en cours ont été ajournés pour cause de frilosité de certains élus et de précampagne électorale, Le Canard enchaîné vient de dresser un tableau inquiétant des dérives de plusieurs Etablissements Publics de Coopération Intercommunale (EPCI) qui ont entraîné un alourdissement de la fiscalité locale.

Notre engagement pionnier pour une intercommunalité ambitieuse aux champs de compétence élargis (la communauté d’agglomération de la Grande Déodatie, avec 64 communes et 76.000 habitants), la seule qui soit à la hauteur des défis auxquels notre territoire doit faire face, n’en reste pas moins intact.

Le Canard pointe surtout du doigt les armées mexicaines de vice-présidents aux indemnités plus que confortables et les « doublons » créés entre communes et structures intercommunales (alors que le but de celles-ci est la mutualisation et non l’empilement). Pour éviter ces écueils, il faudra faire, à l’échelle intercommunale, le contraire de ce qui est pratiqué aujourd’hui par l’actuelle municipalité, incapable de travailler en collectivité et dont le nombre d’adjoints ainsi que le montant des indemnités flirte avec le maximum légal.

Il faudra aussi, en organisant régulièrement des consultations et référendums locaux sur les questions importantes, réconcilier et reconnecter les citoyens avec des institutions intercommunales dont les membres ont longtemps été élus au suffrage indirect (ce qui ne sera, heureusement, plus le cas à partir de 2014).

Cet engagement démocratique est notre priorité.

 

Pour aider les associations : une salle polyvalente en intercommunalité

Avec son parc des expositions, Epinal peut accueillir de nombreuses animations. Depuis la vente de l’Espace Georges Schumann, notre ville ne dispose plus d’un équipement indispensable à l’organisation d’importantes manifestations. C’est sans doute pour cela que tous les salons ont disparus de notre ville (habitat, énergies renouvelables...).

Seul, celui de l’automobile était encore organisé, grâce au travail considérable de quelques bénévoles et à la mise à disposition par le Tennis club de ses terrains couverts.

Malheureusement, il semble que l’édition 2011 ne soit pas programmée. C’est encore un nouveau coup dur pour l’animation et le commerce de notre ville !

Les conseillers municipaux UPS : Ramata Ba, Catherine Saint-Dizier, Francine Walter, Jean-Louis Bourdon, Sébastien Rochotte et Serge Vincent.

01/07/2011

Notre tribune dans le mensuel municipal (juillet 2011)

Pour une démocratie active : le Référendum d’Initiative Citoyenne

Nous voulons encourager l’organisation de consultations locales, en permettant aux citoyens d’en être à l’origine (conformément aux art. L1112-15 et 16 du Code des collectivités territoriales).

Cette consultation permettrait aux citoyens d’être mieux informés et impliqués dans la vie de la cité. Elle constituerait un outil de contrôle qui ferait réapparaître, si nécessaire, l’intérêt général.

Les Déodatiens doivent être consultés, hors périodes électorales, sur les sujets qui engagent l’avenir de notre ville.

En effet, C. Pierret a-t-il reçu mandat pour vendre notre patrimoine forestier ou pour prolonger, sans justification, un contrat désavantageux avec la Lyonnaise des Eaux ?

Rendre la parole aux Déodatiens sur des enjeux stratégiques pour notre ville, voilà notre conception d’une véritable démocratie.

 

Les élus du groupe UPS.

Tribune du groupe Union Pour Saint-Dié (UPS) dans L'Echo des Vosges du 24/06/11

Le Bilan à mi-mandat

C. Pierret vient de vous faire parvenir un coûteux document de 36 pages en couleur intitulé : Notre Saint-Dié-des-Vosges avance. Il présente le « bilan de l’action municipale à mi-mandat – 2008/2011 ».

Nous devons attirer l’attention des Déodatiens sur le non-respect par le premier magistrat du Code Général des Collectivités Territoriales (CGCT).

En effet, la cour administrative d’appel de Versailles, dans un arrêt du 27 août 2009, a considéré qu’en application de l’article L.2121-27-1 du CGCT, le bilan de mi-mandat qui « présente les réalisations et la gestion du conseil municipal à la moitié de son mandat » constitue « un bulletin d’information générale » dans lequel « la commune était tenue de réserver un espace à l’expression des conseillers n’appartenant pas à la majorité ».

En infraction à cette décision judiciaire et au mépris de l’esprit républicain qui devrait animer un véritable « démocrate décomplexé », l’opposition a été « oubliée » dans ce document pourtant payé par tous les contribuables déodatiens !

 

Notre Saint-Dié-des-Vosges avance ?

En feuilletant ce « bilan de l’action municipale à mi-mandat », nous pouvons remarquer que les différentes rubriques sont très proches du magazine municipal mensuel. Tous les projets, les manifestations, les travaux et même la majeure partie des photos ont déjà été publiés.

Alors, pourquoi diffuser à plus de 10 000 exemplaires un tel document ?

Notre projet prévoit des économies importantes concernant le service de communication. Supprimer ce document qui n’est qu’une répétition du mensuel municipal serait une première mesure, parmi tant d’autres.

 

Eau en bouteille : le mirage déodatien ?

Après des recherches coûteuses dans plusieurs massifs déodatiens et « un projet en marche » dans le secteur de La Bolle (magazine municipal d’avril 2010), il semblerait, selon un article de ce « bilan à mi-mandat », que cette eau si « chère » à C. Pierret pourrait maintenant se trouver dans le massif du Kemberg.

On espère que l’éventuel captage ne fasse pas partie des 256 hectares de forêt vendus à Réseau Ferré de France !

cgct,cumul des mandats,eau,kemberg

Illustration : Gehu (Tous droits réservés).

Cumul des mandats (suite)

Le 10 juin, le quotidien vosgien en titrant  « Pierret président », nous informait qu’il avait été élu à la présidence de la fédération française des villes moyennes. Il était jusqu’alors président délégué et bénéficie de l’alternance politique instaurée dans cette instance.

Comment peut-il concilier le métier d’avocat d’affaires à Paris, le mandat de maire de Saint-Dié, la candidature aux primaires socialistes, les fonctions d’administrateur de plusieurs sociétés, les nombreuses présidences honorifiques et cette nouvelle nomination ?

Pour notre part, nous rappelons que nous sommes contre le cumul des mandats. La fonction de maire de Saint-Dié exige une présence quotidienne pour une bonne gestion de la ville et une grande disponibilité pour répondre rapidement aux problèmes des Déodatiens.

 

Les conseillers municipaux UPS.

Consultez notre blog : http://unionpoursaintdie.fr

10:19 Publié dans Défense de la démocratie, Eau, Forêt | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cgct, cumul des mandats, eau, kemberg | | |  Facebook

11/06/2011

Tribune du groupe Union Pour Saint-Dié (UPS) du 10/06/11

Ecoles maternelles en danger

Ce n’est pas vraiment le printemps pour les écoles maternelles dans la cité de Jules Ferry. En effet, la politique gouvernementale dont l’objectif est le non-remplacement d’un retraité sur deux, va entraîner de nombreuses suppressions de postes. Les conséquences sont connues : fermetures de classes, régression de la scolarisation en maternelle, manque de remplaçants, fusions d’écoles…

En février 2010, nous avions voté, comme C. Pierret, une motion pour dénoncer cette politique. Or, loin d’être cohérent avec son vote, le premier magistrat a proposé la disparition de trois écoles maternelles, Baldensperger, Clémencet et Colnat, qui seront « fusionnées » avec les écoles élémentaires voisines (conseil municipal du 14/04).

Les conséquences de ces décisions sont dramatiques : disparition de trois postes de direction et mise en place d’établissements de près de 300 élèves à Foucharupt et Colnat. De plus, les plus petits quittent des salles spécialement aménagées pour eux, pour d’autres classes initialement prévues pour des plus grands.

Pour essayer de justifier ses propositions, C. Pierret dit s’appuyer sur des conclusions de la Commission Municipale Consultative (CMC) votées soi-disant à l’unanimité de ses membres.

Cela est d’autant plus faux que le cas de l’école Colnat n’a pas été évoqué. Pour les écoles de Baldensperger et de Foucharupt, une seule réunion de « concertation » avait été menée six jours plus tôt en l’absence de certains acteurs (plusieurs délégués départementaux de l’Education nationale n’ont pas été conviés), sans aucune information en amont et sans document remis aux participants.

A chaque fois, le maire a dit et répété : « Ce n’est qu’un projet, si vous n’êtes pas d’accord, nous ne le ferons pas… ». Alors qu’entre la fin des travaux de la CMC en décembre et le conseil municipal d’avril, C. Pierret avait largement le temps de réunir tous les membres de la communauté éducative, il a tenté d’organiser dans la précipitation (deux jours avant le conseil municipal) une réunion avec des parents.

Plus grave encore, en réponse à une question posée par Serge Vincent, lors du conseil municipal, il a certifié avoir l’accord des partenaires concernés. Ainsi, après avoir trompé les parents d’élèves, C. Pierret a menti aux élus.

Les parents et enseignants que nous avons rencontrés dénoncent ces décisions. Des enseignants sont également intervenus lors de la dernière réunion de la caisse des écoles où l’adjoint R. Gbedey a nié les propositions d’une directrice de maternelle (pourtant mentionnées dans les comptes rendus de la CMC). Enfin, le vendredi 27 mai, la "Nuit des écoles" organisée par le SNUipp (Syndicat National Unitaire des Instituteurs et Professeurs des écoles) et la FCPE (Fédération des Conseils de Parents d'Élèves) à Baldensperger et Colnat, a été l’occasion de dénoncer la politique scolaire nationale mais aussi locale.

Le groupe UPS rappelle que l’école doit rester une priorité. Elle ne doit pas être la victime des  projets démesurés de C. Pierret. Notre groupe soutient les parents et les enseignants qui se battent pour garder une école maternelle de qualité.

Maternelle Colnat juin 2011.jpg

 

Non au cumul des mandats

Les dernières élections révèlent une constante importante : l’abstention.

Signe d’un désintérêt manifeste du citoyen pour la politique, le divorce est aujourd’hui consommé entre le politique et le citoyen.

école clémencet,école colnat,école baldensperger,école maternelle,foucharupt,commission multipartite,cumul des mandatsL’une des raisons de ce divorce est le cumul des mandats.

Une nouvelle génération d’hommes et de femmes est aujourd’hui prête à assumer des responsabilités politiques, mais elle se trouve confrontée à un « monopole » prolongé de certains élus sur des territoires, créant ainsi une situation qualifiée par des experts de « baronnies ».

La France est la seule démocratie à pratiquer ainsi l'addition des pouvoirs. Pourquoi persister dans le cumul des mandats, cause d'impuissance pour le citoyen, de gaspillage dans les finances publiques, de clientélisme, voire de corruption ?

Nous considérons que l’intérêt de tous doit prévaloir sur l’ambition personnelle et que l’action politique doit être un engagement et non un métier. Nous estimons que servir ses concitoyens, c’est aussi être suffisamment lucide pour laisser la place à d’autres et passer le relais en préparant sa succession.

Ne pas se rendre compte qu’il convient de se retirer après plus de 20 voire 30 ans de pouvoir, relève d’un manque d’humilité et d’un aveuglement bien loin de l’intérêt général.

Face à cette situation, notre engagement est simple : un mandat unique renouvelable une seule fois.

 

Les conseillers municipaux UPS.

 

Consultez notre blog : http://unionpoursaintdie.fr

Communiqué du président de l'association Union Pour Saint-Dié

Remplacement de conseillers démissionnaires : ignorance ou mensonge ?

Dans le mensuel municipal de juin, à la page 18, la tribune des élus pierretistes expose une savante spéculation sur le remplacement de deux conseillers municipaux titrée : « Démissions, récupération ».

Rappelons les faits : au second tour des élections de 2008, une liste d’union avait été constituée autour d’un projet ambitieux et réaliste, rassemblant toutes les sensibilités politiques et proposant aux Déodatiens un profond changement pour l’avenir de notre ville. Elle avait obtenu huit élus.

Damien Parmentier ayant dû céder sa place, c’est le neuvième de la liste, Michel Boulet, qui  l’a évidemment remplacé. Suite à sa démission et à celle de Nathalie Mandra, c’est donc tout aussi naturellement que les personnes situées en dixième et onzième position se retrouvent de fait et de droit conseillers municipaux. D’ailleurs, C. Pierret a adressé à Catherine Saint-Dizier et Sébastien Rochotte une lettre confirmant qu’ils étaient désormais des élus déodatiens.

Ce sont donc les institutions républicaines qui ont été strictement appliquées à Saint-Dié. Il n’y a aucune manœuvre de la part de quiconque dans ce processus car n’en déplaise à C. Pierret et à ses colistiers, c’est la loi !

Les pierretistes semblent oublier cette réalité quand ils prétendent que Serge Vincent va « imposer un de ses très proches comme conseiller municipal ».

Pourquoi cette polémique ?

Soit C. Pierret et ses colistiers ignorent le Code électoral. Dans ce cas, nous leur indiquons qu’ils peuvent le consulter au « service élections » de chaque mairie. Et nous ne pouvons croire que Saint-Dié soit dépourvu de cet excellent outil !

Soit, et ce serait très grave, en publiant leur tribune, ils ont menti sciemment à tous les Déodatiens.

Ne souhaitant pas laisser les rédacteurs du groupe pierretiste dans l’ignorance, nous les invitons à compulser l’article L 270 du Code électoral, où ils pourront lire : 

« Le candidat venant sur une liste immédiatement après le dernier élu est appelé à remplacer le conseiller municipal élu sur cette liste dont le siège devient vacant pour quelque cause que ce soit… »

Fin de la polémique.

Michel CACCLIN,  Président de l’association Union Pour Saint-Dié (UPS)

17:57 Publié dans Défense de la démocratie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : conseil municipal | | |  Facebook