Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/01/2010

Notre tribune dans L'Echo des Vosges du 15 janvier

Dans L'Echo du 31 décembre, nous pouvions lire un communiqué du « bureau du Parti socialiste de Saint-Dié-des-Vosges », nom donné au fan-club local de C. Pierret. Les membres de ce cénacle se présentent également quelquefois comme les « amis de Jean Jaurès » (objet de nombreuses récupérations politiques, l'illustre député de Carmaux doit souvent se retourner dans sa tombe !).

Dans leur communiqué, ces porte-plume de C. Pierret ont à nouveau appliqué la formule politique tristement célèbre : « Plus c'est gros, mieux ça passe » ... au moyen de trois procédés assez grossiers.

1. Confusion et simplification abusive

Les auteurs du communiqué assimilent notre groupe, Union Pour Saint-Dié (UPS), à l'UMP. En réalité, UPS (dont aucun élu n'est membre d'un parti de la majorité présidentielle) rassemble des Déodatiens issus de toutes les familles politiques républicaines (y compris la gauche) et non-encartés pour la grande majorité d'entre eux. Voilà qui est difficilement compréhensible et admissible pour les thuriféraires sectaires du pierretisme !

2. Inversion des rôles

Les auteurs du communiqué comparent les tribunes de l'opposition à une « propagande » digne de « la Pravda » [sic.] soviétique. Or, L'Echo publie leur communiqué sans aucune censure en face de notre texte, permettant ainsi au lecteur de se faire sa propre opinion. Quoi de plus démocratique ?

On ne peut pas en dire autant de la publication mensuelle de la municipalité, une coûteuse « Pravda » quadri-chromée de 32 pages dans laquelle les tribunes de l'opposition sont réduites à une brièveté télégraphique et, trop régulièrement, censurées.

3. Contre-vérités et (gros) mensonges

Pour essayer de défendre le bilan de leur idole, les partisans de C. Pierret n'hésitent pas à écrire des contre-vérités si énormes qu'elles ne peuvent duper que ceux qui ignorent la situation réelle de notre ville.

« Non-augmentation des taux d'imposition à Saint-Dié » : Les contribuables, soumis à des taxes bien plus élevées que dans les autres villes de la même strate apprécieront cette affirmation !

« Opération d'attractivité commerciale menée avec les commerçants » : La municipalité a soumis ces mêmes commerçants à une taxe sur la publicité (TLPE) qu'elle n'était pourtant pas obligée d'appliquer avec tant de zèle. Les commerçants apprécieront !

« Investissements dans les écoles » : Un exemple ? Une école a été dotée d'un système de vidéosurveillance ayant coûté 60 000 euros. Un dispositif orwellien ou, plus vraisemblablement, une dépense exagérée alors que les crédits scolaires ont baissé de 33 %.

« Embellissement de la ville » : Les amis de la nature apprécieront notamment le défrichage musclé et le goudronnage de la zone des grandes croisettes.

« Soutien aux associations » : C'est faux, car de nombreuses associations ont vu leur subvention municipale s'effondrer.

Pour finir, les pierretistes prétendent que l'opposition ne propose rien. Ils feraient mieux de lire nos documents, qui contiennent des propositions concrètes et courageuses pour améliorer la vie des Déodatiens. Ces projets, que nous continuons à rappeler régulièrement, seront mis en œuvre après une alternance démocratique ... n'en déplaise aux « fans » aveugles de C. Pierret.

Serge VINCENT, Francine WALTER, Jean-Louis BOURDON et Ramata BA.

10/01/2010

Réponse de l'association Union Pour Saint-Dié

Droit de réponse d'Union Pour Saint-Dié (UPS) au communiqué du bureau du Parti socialiste de Saint-Dié

=========================

En venant nous rejoindre, les Déodatiens (de plus en plus nombreux) s'inscrivent dans une démarche de rassemblement de toutes les bonnes volontés. Conscients que nos problèmes ne pourront pas être résolus selon des dogmes politiciens, des formules réductrices ou des idées toutes faites, de droite ou de gauche, ils font le choix de l'union et non pas celui des appartenances partisanes.

Notre objectif est de réunir des gens de tendances politiques différentes, de quartiers différents, d'origines différentes, de catégories socioprofessionnelles différentes, afin de pouvoir représenter au mieux et équitablement la diversité et la richesse des Déodatiens.

Cette union, autour de projets qui permettront à notre ville de sortir de cette détresse qui touche de plus en plus de Déodatiens, est la seule voie possible face aux difficultés qu'engendre la situation économique.

Dans ce contexte difficile, nous comprenons mieux le désarroi des « membres » de la section du PS déodatien, obligés de remonter près de 20 ans en arrière pour justifier la politique menée ces dernières années. Ils ont raison, nous sommes bien dans le rayon farces et attrapes, car comment se dire socialiste et soutenir la politique municipale de C. Pierret ?

 

En fait, il n'y a pas de parti socialiste déodatien, il s'agit plutôt d'un clan pierretiste,  dont les actes concrets sont fort éloignés du socialisme !

* L'eau, la restauration collective, le ramassage des ordures, le chauffage, le transport urbain : tous ces services publics privatisés, c'est socialiste ?

* Le stationnement payant de plus en plus cher et qui ruine le commerce et la vie du centre ville, c'est socialiste ?

* Bafouer la démocratie, c'est socialiste ?

* Laisser son « fan club »  insulter des élus au conseil municipal, c'est socialiste ?

* Ne pas habiter notre ville et donc de ne pas être solidaire des contribuables déodatiens, c'est socialiste ?

 

Pour notre part, Union Pour Saint-Dié continuera à défendre les projets indispensables au renouveau de notre ville comme :

* L'intercommunalité

* La défense et le respect de la démocratie

* La diminution des impôts locaux

* Le retour aux services publics des délégations confiées au privé

* Un nouveau plan de circulation et  de stationnement

* Une voie verte traversant notre ville et irriguant tous les quartiers

* Un réel soutien aux commerçants, artisans et aux associations

Etc. ...

 

Nous n'avons jamais renoncé à nos valeurs (humanisme, solidarité avec ceux qui rencontrent des difficultés...), à nos idées et, surtout, à notre attachement aux Déodatiens, quelque soit leurs origines ou leur milieu social.

Avec la force de notre diversité, nous continuerons à travailler avec tous ceux qui veulent sincèrement le bien de tous les Déodatiens sans esprit partisan !

 

Serge VINCENT et Michel CACCLIN

au nom de l'association Union Pour Saint-Dié (UPS)

 

[Paru dans L'Echo des Vosges du 8 janvier 2010]

04/01/2010

Notre tribune dans L'Echo des Vosges du 31 décembre

Le Chevalier Pierret : Censeur ... et sans reproche ?

Lors d'un récent conseil municipal, nous avons attiré l'attention de C. Pierret sur les espaces d'expression du pluralisme politique prévus par le Code général des collectivités territoriales (CGCT).

En effet, non seulement nous n'avons pas accès au site internet de notre ville, mais notre seul espace public d'expression, dans le mensuel de la commune, se réduit comme peau de chagrin.

Après avoir osé nous répondre que la réduction de l'espace de parole de l'opposition se justifiait par des « contraintes techniques », C. Pierret a menacé de censurer la retransmission du conseil municipal sur le site de la commune en caviardant les interventions de l'opposition proportionnellement au nombre des élus.

Accompagnant sa menace d'un sourire ironique, C. Pierret a osé prétendre que sa « gestion de la présidence du conseil municipal est extrêmement libérale ».

On savait C. Pierret libéral sur le plan économique ... mais sur le plan politique, et plus particulièrement en matière de liberté d'expression, on peut en douter !

Comme nous dénoncions cette situation dans le dernier magazine, « la rédaction » nous a répondu que notre espace est « nettement supérieur à ce que prescrit la loi, et qui est inscrit dans le règlement intérieur adopté par le Conseil municipal ».

En réalité, la loi (article L2121-27-1 du CGCT) dit simplement : « Dans les communes de 3 500 habitants et plus, lorsque la commune diffuse, sous quelque forme que ce soit, un bulletin d'information générale sur les réalisations et la gestion du conseil municipal, un espace est réservé à l'expression des conseillers n'appartenant pas à la majorité municipale. Les modalités d'application de cette disposition sont définies par le règlement intérieur. » C'est donc la majorité municipale, en votant le règlement intérieur, qui fixe elle-même les limites de l'espace d'expression ... ce qui lui permet, si elle aussi peu démocrate qu'à Saint-Dié, de censurer son opposition !

**

Promesses non tenues : faut-il encore croire au Père Noël ?

Construction du complexe aqualudique Nova America, reconversion de l'ancienne Banque de France en hôtellerie-restauration haut-de-gamme, aménagement du parc Dormeuil, implantation d'entreprises et création d'emplois sur la zone d'Hellieule, valorisation de l'« écosite » des Tiges, mise en service du boulodrome couvert, réfection de l'espace Sadoul ... autant de promesses démesurées et inconsidérées, toujours inachevées ou restées à l'état d'effet d'annonce malgré les sommes déjà engagées.

***

Combien ça nous coûte ?

60 000 euros

C'est le budget prévisionnel de l'édition 2010 de la « Vélodatienne ».

Quand la ville se substitue aux associations pour organiser une manifestation, ce sont les contribuables qui trinquent. Dans le même temps, la plupart des subventions aux associations ont été revues à la baisse.

 

Serge Vincent, Francine Walter,  Jean-Louis Bourdon et Ramata Ba

On peut être "socialiste" ET favorable au pluralisme !

En complément à nos dernières tribunes, voici un exemple d'application de l'article du CGCT sur l'expression des groupes d'élus (article applicable à toutes les collectivités territoriales : conseils municipaux, conseils généraux, conseils régionaux).

Le Conseil général de Haute-Saône (70) est composé de 32 élus. 25 d'entre eux (78 %) sont socialistes ou "de Gauche", les 7 autres (22 %) étant UMP ou "Divers droite". La majorité est donc nettement "de Gauche", et le conseil général est présidé par un socialiste, Yves Krattinger.

Ci-dessous, vous pouvez voir la page d'expression libre de la dernière revue mensuelle du Conseil général de Haute-Saône. Fifty-fifty !

tribune 70 12 09.jpg

Comparez à présent avec la page équivalente du mensuel municipal de Saint-Dié (ci-dessous), sur laquelle nous avons entouré les tribunes des groupes d'opposition (à gauche) et celle du groupe de C. Pierret (en bas et à droite). La comparaison est éloquente !

tribune sddv 12 09.jpg

L'exemple de nos voisins du 70 mériterait d'être pris en considération par C. Pierret. Il verrait en effet que l'on peut être majoritaire en nombre d'élus, se dire "de Gauche" ... et être néanmoins attaché à l'expression du pluralisme !

30/12/2009

Notre tribune dans le mensuel municipal (janvier 2010)

QUI A DIT :

« Ils cherchent à instrumentaliser la Justice pour que ce qu'ils n'obtiennent pas par la politique, ils puissent l'obtenir par la Justice » ?

C'est C. Pierret (sur une vidéo publiée sur son site) à propos d'une affaire judiciaire nationale.
Or, sa remarque s'applique à St-Dié : n'ayant pu éliminer démocratiquement ceux qui s'opposent à sa politique, il les poursuit en justice en les accusant d'avoir distribué des tracts anonymes diffamatoires.
Rappelons que tous nos tracts de campagne étaient signés et ne comportaient aucun propos diffamatoire.
C. Pierret n'a pas oublié le vieil adage : Qui veut tuer son chien l'accuse de la rage !


CENSURE

Une fois de plus, notre dernière tribune a été modifiée par l'ajout d'une «NDLR» municipale.
Non contente de réduire cet espace d'expression, la mairie se permet d'y intervenir !
Le bâillon, c'est pour quand ?

Serge VINCENT, Francine WALTER, J-Louis BOURDON, et Ramata BA.

30/11/2009

Notre tribune dans le mensuel municipal

PETITIONS ...

Après les usagers du bus, les commerçants et riverains de la place de Gaulle ont lancé une pétition pour déplorer l'absence de dialogue entre le maire et les citoyens.

Avec de véritables conseils de quartier démocratiques, tels que nous les proposions, ces problèmes ne se poseraient pas.


PASSIONNEMENT POUR NOTRE VILLE ?

Alors que tant de Déodatiens sont au chômage, nous nous étonnons que la mairie ait recruté pour ses emplois d'été des jeunes venus d'autres villes de France. Sur quels critères leur candidature a-t-elle été retenue ?


COMMENT S'EXONERER DE SES RESPONSABILITES LOCALES ?

Dans leur dernière tribune, le maire et ses colistiers ne parlent que de politique nationale.

Ils espèrent ainsi détourner l'attention des Déodatiens des problèmes de leur ville.


*Cette tribune est écourtée. Sur décision du maire, notre espace d'expression est réduit. Vive la démocratie !

25/11/2009

Notre tribune dans L'Echo des Vosges du 20 novembre

Démocratie

Droit d'expression de l'opposition municipale

Dans une commune, l'état de santé de la démocratie peut se mesurer à l'échelle du droit d'expression accordé par la majorité municipale à son opposition.

A Saint-Dié, l'espace d'expression de l'opposition dans le mensuel municipal vient d'être réduit de 25% sur décision du maire.
On est loin du temps où M. Pierret accrochait dans ses réunions publiques une banderole reprenant les propos de Voltaire : « Je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu'au bout pour que vous puissiez le dire ».


Invitations des élus d'opposition

L'Echo des Vosges de la semaine dernière annonçait la pose de la première pierre de la pépinière d'entreprises située sur l'ancien site de la STAHV.

L'opposition municipale n'était pas présente. Et pour cause ! Elle n'a pas été invitée. Il s'agit là malheureusement d'une pratique courante.

Ce n'est sûrement pas pour des raisons financières, car nous avons reçu le même jour deux invitations dans deux enveloppes différentes pour la même cérémonie (commémoration de la libération de la ville) !


Délai de convocation et de transmission des documents du conseil municipal : service minimum

Les élus d'opposition ont reçu le samedi 14 novembre la convocation et les documents du conseil municipal du vendredi 20 novembre.

Durant ce délai (qui est tout juste le minimum légal de 5 jours francs), nous devons afin de préparer ce conseil, analyser près de 500 pages (491 exactement) !

Dans d'autres collectivités, les élus disposent de davantage de temps pour remplir leur mandat.


Protocole républicain ?

Lors des cérémonies officielles, les élus d'opposition sont constamment oubliés par le protocole et se retrouvent placés derrière des proches de la majorité municipale


Contradiction

Dans les tribunes politiques du magazine Notre Saint-Dié-Des-Vosges du mois de novembre, Christian Pierret et ses colistiers signaient un article intitulé : « Stop à la privatisation de la poste ! »

Il est de bon ton de la part d'un élu (surtout lorsque qu'il se dit de gauche !) de défendre un service public comme la Poste et de s'opposer à la privatisation de ce grand service public !

Après la participation de plus de 2 millions de personnes à la votation citoyenne sur l'avenir de la Poste, il est facile de demander l'organisation d'un débat public qui pourrait déboucher sur un vrai référendum.

La démocratie à besoin d'un discours de vérité : on ne peut pas dire tout et son contraire.

Pourtant, dans un article publié par L'Expansion, intitulé : « C. Pierret un libéral en Jospinie » le secrétaire d'Etat à l'Industrie déclarait : « ma tâche c'est de défricher pour trouver des solutions nouvelles ».

Parmi ses prises de positions, on découvrait :

- « Nucléaire : il est partisan de l'énergie nucléaire

- EDF : il pousse à une libéralisation rapide du marché de l'électricité

- GDF : il aurait souhaité l'ouverture rapide du capital

- LA POSTE : il est favorable à  une libéralisation accélérée »

Enfin, l'hebdomadaire Marianne dans un article daté du 13 mai 2002, intitulé : « Un artiste nommé Pierret », nous indique que : « en quittant le ministère de l'Industrie, C. Pierret n'a pas oublié de signer le décret (J.O. du 5/05/2002) permettant à la Poste de gérer son patrimoine immobilier comme elle l'entend. L'entreprise va donc liquider quelques-uns de ses 17 100 bureaux de poste répartis en France ».

C. Pierret pratique le double langage : à Saint-Dié-Des-Vosges il défend le service public, mais à Paris, sous les lambris dorés des palais de la République, il pousse à la libéralisation....

D'ailleurs dans notre ville, n'a-t-il pas privatisé tous les services publics (eau, ordures ménagères, restauration scolaire, chauffage urbain, transport) ?


Déo d'Anim, un comité qui n'est pas à la fête !

Nous apprenons que la municipalité a expulsé le comité des fêtes « Déo d'Anim » de son local.

Voilà comment C. Pierret revient sur sa parole, lui qui a signé une convention mettant ce local à disposition de « Déo d'Anim » jusqu'en 2012 !

Voilà comment C. Pierret remercie les bénévoles qui ont consacré plusieurs mois pour transformer un bâtiment insalubre en un lieu de convivialité parfaitement aménagé pour permettre à de nombreuses associations d'y réaliser les chars et les costumes du défilé de la Saint-Nicolas.

De plus, la municipalité prend le contrôle de la Saint-Nicolas, grand événement populaire et familial organisé depuis plus de 60 ans par les bénévoles du comité des fêtes avec le succès que l'on sait.

C. Pierret entend ainsi poursuivre sa politique de municipalisation des associations (Surtout celles dont quelques membres ont le tort, immense, d'appartenir à l'opposition municipale !).

Mais au delà de ces manœuvres politiciennes, ce sont les contribuables Déodatiens qui trinquent !

En effet,  pourquoi payer un agent communal de 8h à 12h et de 14h à 22h du lundi au dimanche, uniquement pour ouvrir et fermer la porte à clef du local ?

Il aurait été si simple et bien plus économique de donner un double de cette clef à chaque association comme l'a fait jusque présent le comité des fêtes Déo d'Anim !

Monsieur Pierret, faire confiance aux citoyens peut parfois engendrer de grandes économies et permettre une gestion en bon père de famille !

 

Serge VINCENT, Francine WALTER, Jean Louis BOURDON  et Ramata BA

Conseillers municipaux d'opposition du groupe Union Pour Saint-Dié (U.P.S.)

19/02/2009

Défense de la démocratie à Saint-Dié

Grâce à la vigilance de plusieurs membres d’ « Union Pour Saint-Dié » et de « Demain Pour Saint-Dié », sept faux électeurs ont été retirés des listes électorales de la commune, conformément au jugement du tribunal d’instance du 6 février dernier.
Sans livrer d’interprétation définitive sur l’origine des inscriptions irrégulières, qui concernaient des proches de la « majorité » municipale actuelle, nous réaffirmons avec force notre volonté de défendre une démocratie digne, transparente et honnête pour les Déodatiens.
Cette exigence est au cœur de notre projet et elle ne relève pas de la « politique politicienne ». Elle constitue au contraire le coeur d’un projet d’avenir cohérent et d’une prochaine alternance démocratique dont Saint-Dié a aujourd’hui besoin.
Vendredi dernier, nos élus ont choisi de ne pas se prêter à une mauvaise parodie de conseil municipal que l’actuelle « majorité » avait préalablement privée de toute possibilité de débat serein.

Christian Pierret prétend lutter contre une « crise économique », crise dont il se sert de paravent pour masquer l’ampleur de son échec municipal et qui ne peut être combattue  - l’ancien ministre le sait bien - au niveau municipal.
Il est cependant une crise contre laquelle nous pouvons lutter à notre échelle, la crise démocratique dont Christian Pierret est le principal responsable, lui qui dénonce l’esprit « procédurier » de ses opposants tout en prenant le temps – et les moyens – pour polluer le site Internet de notre ville par des messages personnels de basse communication politicienne.
Cette crise démocratique est aujourd’hui combattue par une coalition de femmes et hommes qui n’ont d’autre ambition que l’intérêt commun :

« Tous Unis Pour Saint-Dié ».

 

Union Pour Saint-Dié

15/02/2009

Spam politicien sur le site des Déodatiens !

Le site officiel de la ville de Saint-Dié (http://www.ville-saintdie.fr/site_web/pages/accueil.php), service public destiné - en principe - à tous les Déodatiens a été détourné par Christian Pierret à des fins personnelles de propagande politicienne !

En effet, si vous vous rendez sur le site de la commune, vous ne pourrez échapper à l'apparition, au premier plan, d'une vidéo dans laquelle M. Pierret, se mettant en scène dans une parodie d'interview télévisée, dénigre ceux qui osent s'opposer à lui.

Le site de tous les Déodatiens ne doit pas servir de vitrine aux diffamations d'un clan qui souhaite, manifestement, réaliser une pré-campagne avec les moyens de la commune (donc sur le dos du contribuable déodatien).

125082.jpg