Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/12/2012

Humour : le clin d'oeil de Gehu

Centre-piéton- 7 12.jpg

Illustration : Gehu (Tous droits réservés)

12/10/2012

Tribune du groupe Union Pour Saint-Dié (UPS) dans L'Echo des Vosges du 5 octobre

Compte-rendu du conseil municipal du 21 septembre (2/3)

Nous poursuivons cette semaine notre analyse des points marquants de ce conseil.

Point 2 : Le Sénégal a été de nouveau victime de graves inondations qui ont  malheureusement causé la mort de 13 personnes et d’importants dégâts. Sur notre proposition, le conseil municipal a décidé, à l’unanimité, de doubler l’aide financière au Sénégal : soit un montant de 4 000 euros au lieu des 2 000 euros initialement proposés par le maire.

Point sur le Schéma de Cohérence Territoriale (SCoT) : L. Chrétien nous a confirmé que la Déodatie possédait plus de 210 hectares de zones aménagées et disponibles, soit l’équivalent de 50 années de nos futurs besoins. Vu cette surabondance d’espaces, notre opposition au "bétonnage" de toute nouvelle surface agricole ou forestière (comme les Grandes Croisettes) se trouve renforcée et se justifie également par l’application d’un des principes du SCoT : « favoriser un urbanisme économe en ressources foncières et énergétiques ».

Grandes croisettes 5 octobre 2012.jpg

Point 7 : La subvention de 7 000 euros pour le club de basket (qui s’ajoute à celle de 20 000 euros déjà votée) est la conséquence de la venue de T. Parker. Lors de ce passage plus que rapide, nous avions attiré l’attention de C. Pierret sur le coût pour le contribuable déodatien d’un tel événement plus médiatique que sportif. Mais, une fois de plus, ne regardant que l’usage politicien qu’il pouvait tirer de cette présence, il a dépensé sans compter.

Points 10 et 11 : La ville cède deux terrains, dont l’un par le biais d’un agent immobilier qui, pour une transaction de 35 000 euros, touchera une commission de 5 000 euros. Pour éviter cet intermédiaire, le "cher" service communication de la ville n’a-t-il pas les moyens de diffuser largement l’information sur les nombreux biens communaux à vendre ?

Rappelons également que ces terrains sont situés sur la zone « Ecosite des Tiges », censée « protéger et mettre en valeur notre nature ». En effet, dans le bulletin municipal de mai 2008, C. Pierret promettait : « Grâce à l’ouverture de l’Ecosite des Tiges, les Déodatiens, notamment les jeunes, pourront profiter de la très grande richesse de la faune et de la flore vosgienne et participer aux activités de l’ancienne ferme transformée en espace d’accueil, d’animation et d’exposition ».

Nous laissons les lecteurs apprécier la véracité des propos du maire.

 

écosite,les tiges,environnement,tony parker,grandes croisettes,scot,étalement urbain,solidarité,sénégal

(Cliquez sur l'image pour l'afficher en grand)

A suivre…

Les élus du groupe UPS

27/04/2012

Aire de jeu à Foucharupt

Aire de jeu à Foucharupt (20 avril).jpg

05:01 Publié dans Arrêt sur image, Environnement, cadre de vie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : foucharupt | | |  Facebook

06/04/2012

Massacre à la tronçonneuse ?

Arbres maternelle Colnat (30 mars).jpg

05:36 Publié dans Arrêt sur image, Environnement, cadre de vie, Forêt | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : école colnat, arbres, abattage | | |  Facebook

02/03/2012

Tribune du groupe Union Pour Saint-Dié (UPS) dans L'Echo des Vosges du 24/02/12

Pour une ville respectueuse de tous

La ville ne se limite pas à un ensemble de rues dont l’objectif premier est de faciliter la circulation automobile, assignant à résidence les plus vulnérables et empêchant tout autre choix de mobilité.

La nécessité de densifier harmonieusement notre ville, pour lutter contre la facilité de l’étalement urbain, et la volonté d’y recréer du lien social nous font dire qu’il est temps de revoir la triste politique menée par la municipalité dans ce domaine.

Enfant, parent avec poussette, senior, accidenté de la vie, cycliste, roller, piéton… chacun doit pouvoir se déplacer facilement en ville. Nous estimons qu’elle est avant tout un lieu de vie et d’échanges où la sécurité doit être assurée dans un esprit de convivialité.

B52_-_Zone_de_rencontre.pngNous devons également réfléchir au partage de l’espace public entre activités locales et circulation, tout en redonnant une véritable place aux vélos et aux piétons avec, entre autres, la création de « zones de rencontre ». Ces lieux sont ouverts à tous les modes de transport mais les piétons y sont prioritaires et peuvent se déplacer sur toute la largeur de la voirie (la vitesse y est limitée à 20 km/heure).

Nous souhaitons que la situation des personnes vulnérables et à mobilité réduite soit systématiquement prise en compte dans la réflexion sur la voirie. Dans chaque zone de circulation, il doit être prévu un cheminement continu, dégagé de tout obstacle, pour faciliter le déplacement des Déodatiens, notamment des personnes aveugles et malvoyantes.

La concertation avec les particuliers et les professionnels étant au cœur de notre projet municipal, nous proposons d’y associer un maximum de Déodatiens en créant une commission consultative d’usagers. Cette instance devra élaborer une véritable charte locale  « Code de la rue » et se pencher sur un nouveau plan de circulation afin de faire coexister pacifiquement les différents usagers pour une ville toujours plus agréable.

En matière de développement durable, il est indéniable que l’instauration d’un tel plan conduira à une diminution des émissions de gaz à effet de serre et permettra à chacun de choisir son mode de déplacement dans un cadre sécurisé.

Cette réflexion s’intègre dans notre volonté de faire de Saint-Dié une référence en matière environnementale et permettre ainsi son développement touristique et économique.

 

Les conseillers municipaux UPS : Ramata Ba, Catherine Saint-Dizier, Francine Walter, Jean-Louis Bourdon, Sébastien Rochotte et Serge Vincent.

03/02/2012

Un skatepark pour les jeunes

Skatepark janvier 2012.jpg

30/12/2011

Tribune du groupe Union Pour Saint-Dié (UPS) dans L'Echo des Vosges du 23/12/11

Urbanisme : une politique inhumaine et incohérente

Babel-des-Vosges.jpg

[illustration : Gehu (Tous droits réservés)]

C. Pierret a proposé au conseil municipal d’ouvrir une enquête publique en vue de l’achat ou de l’expropriation de plusieurs « parcelles » sises rue de la Prairie. Il veut y créer un parking, à l’arrière du bâtiment actuellement inoccupé de l’ex-Banque de France.

Ni lui, ni ses adjoints, n’ont pu (ou voulu) nous préciser l’affectation actuelle de ces terrains. Or, l’étude des plans a confirmé nos craintes : plusieurs commerces et logements risquent d’être détruits.

En rencontrant la grande majorité des personnes concernées, nous avons constaté qu’elles n’avaient même pas été consultées. Pour nous, une véritable politique d’urbanisme ne peut se passer de concertation.

Au-delà de cet aspect humain primordial, la valeur commerciale ou immobilière de ces bâtiments rendrait de telles acquisitions extrêmement coûteuses pour un simple parking.

Cette incohérence se retrouve également dans la décision de C. Pierret d’autoriser des constructions pouvant désormais atteindre une hauteur insensée de 30 mètres. Pourquoi autoriser de tels immeubles dans plusieurs secteurs bordant le centre-ville alors que l’Opération de Renouvellement Urbain (ORU) de Kellermann privilégie l’habitat à taille humaine aux dépens des grands ensembles ?

Quel est l’objectif réel de cette modification du plan local d’urbanisme ? Y a-t-il une volonté de favoriser certains promoteurs ?

Dans ce contexte, nous nous interrogeons sur le choix de la mairie de vendre systématiquement terrains, anciennes écoles et autres immeubles communaux au Toit Vosgien. Pire, l’ex-maison des syndicats lui a été cédée sans respecter le vote du conseil municipal qui prévoyait une vente aux enchères.

Cette même société, dont le vice-président est C. Pierret, possède pourtant de nombreux terrains non utilisés depuis plusieurs années. Nos inquiétudes sont d’autant plus grandes que la ville est caution des emprunts souscrits par ce promoteur.

 

Ramata BA, Catherine SAINT-DIZIER, Francine WALTER, Jean Louis BOURDON, Sébastien ROCHOTTE et Serge VINCENT

28/10/2011

Tribune du groupe Union Pour Saint-Dié (UPS) dans L'Echo des Vosges du 21/10/11

La vérité !

Dans l’éditorial du magazine municipal du mois d’octobre, intitulé « Un devoir de vérité » C. Pierret a non seulement perdu le sens des responsabilités mais aussi celui du mot « vérité ».

Lâché par plusieurs de ses anciens adjoints aux finances, comment peut-il écrire que la dette de notre ville (51 millions d’euros) diminue alors que nous allons payer en plus 70 millions d’euros pendant les 25 ans du contrat de location de la piscine Aqua Nova ?

La vérité, les Déodatiens aimeraient la connaître sur « les emprunts toxiques ». Selon « un fichier confidentiel de la banque Dexia », révélé par Libération, ils sont évalués pour notre ville à 19 656 000 euros et vont entraîner un surcoût de 3 582 000 euros à payer par les contribuables.

La vérité, c’est aussi reconnaître le bien-fondé de nos propositions comme :

- une maison d’accueil pour personnes âgées en centre ville et non pas à l’écart des commerces et des autres services ;

- un service de distribution de l’eau en régie municipale et non une privatisation rallongée jusqu’en 2023, alors qu’il était possible d’arrêter le contrat dès 2014 et sans pénalités ;

- une diminution des impôts et taxes et non une surimposition insupportable pour de nombreuses familles déodatiennes ;

- le développement et l’entretien de notre patrimoine communal et non la vente de nos forêts ou de nos bâtiments ;

- une piscine pour les scolaires et les adultes en intercommunalité et non un projet Aquanova hors de prix ;

- une voie verte tout le long de la Meurthe et de vraies pistes cyclables et non des portions de bandes cyclables étroites et dangereuses ;

- des aménagements urbains favorisant le déplacement des personnes à mobilité réduite ou des familles avec de jeunes enfants et non des réfections de trottoirs inadaptées ;

- un nouveau plan de circulation et non des rues et des carrefours encombrés ;

-  la diminution des zones de stationnement payant et non pas une politique du tout payant néfaste à l’activité commerciale et touristique de la ville ;

- la consultation des Déodatiens par un référendum citoyen et non pas la suppression des conseils de quartier ;

- l’organisation des assises du sport afin de recenser les besoins des bénévoles et non pas des « coups » médiatiques très onéreux et sans lendemain ;

- une politique éducative réellement prioritaire et non pas la fermeture d’écoles de la République ;

- le maintien d’un espace musical de centre ville pour les jeunes et non pas la fermeture de L’Entracte ;

- la construction d’une salle polyvalente intercommunale pouvant accueillir concerts, spectacles, expositions, salons (loisirs, tourisme, énergies renouvelables,..), et non pas la vente du Centre Schuman, privant ainsi Saint-Dié d’un espace d’animation de centre ville.

Oui, Monsieur Le Maire, nous avons des projets ambitieux pour notre ville répondant aux attentes de nos concitoyens et adaptés à nos finances. Des projets qui éviteront à plusieurs générations de payer vos dangereux choix politiques !

Ramata BA, Catherine SAINT-DIZIER, Francine WALTER, Jean Louis BOURDON, Sébastien ROCHOTTE et Serge VINCENT

14/10/2011

Accessibilité à Saint-Dié

trottoirs et handicapés octobre 2011.jpg

07/10/2011

Ecosite des Tiges : qu'est devenu le seul engagement écologique de C. Pierret ?

Ecosite des Tiges septembre 2011.jpg