Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/08/2013

Lettre de Serge Vincent aux Déodatiens

Chères Déodatiennes,

Chers Déodatiens,


Après un quart de siècle de pouvoir pierretiste, il est temps de tourner la page, sans la déchirer, dans le respect des personnes, dans un esprit démocratique d’ouverture et d’humanisme, loin des petits calculs politiciens, des réflexes de clans et des querelles de partis.

Tout d’abord séduit, comme certains d’entre vous, par le premier mandat du maire sortant, je suis devenu son adjoint, avant de découvrir la « part d’ombre » et la dérive d’une gestion s’éloignant de l’intérêt général.

C’est suite à cette prise de conscience, il y a bientôt dix ans, que j’ai décidé de m’opposer à cette politique, rompant ainsi avec un « clan », pour reprendre le seul parti qui vaille : celui des Déodatiens, celui qui n’a jamais cessé d’être au cœur de mes engagements.

photo vignette sv.jpgFace aux nombreux défis à relever, notre ville a besoin de l’union de toutes ses forces vives, de toutes ses bonnes volontés.

Pour les rassembler, le prochain maire de Saint-Dié doit être un  Déodatien ayant une bonne connaissance du terrain économique et social, un Déodatien expérimenté, maîtrisant les dossiers les plus complexes, un Déodatien privilégiant le contact quotidien, l’écoute et la concertation avec ses concitoyens.

Ce maire et son équipe, que vous choisirez en mars 2014, devront mettre en œuvre, en toute transparence, un projet de renouveau ambitieux et réaliste, un projet s’appuyant sur une gestion plus rigoureuse, un projet permettant une baisse significative de la pression fiscale.

Avec votre confiance, je suis prêt à être ce maire qui rassemblera tous les Déodatiens pour porter ce projet d’espoir et faire de Saint-Dié une ville qui compte.

 

Bien à vous.

 

Serge VINCENT


__________________________________


Document téléchargeable ci-dessous (en cliquant sur l'image) :

photo vignette sv - Copie (2).jpg

Nos engagements pour une démocratie participative, transparente et efficace

Au cours des prochains mois, nous vous présenterons les grandes lignes du contrat élaboré avec toutes celles et tous ceux qui nous auront rejoints.

Pour commencer, nous avons choisi de vous présenter nos engagements pour une démocratie participative, transparente et efficace :


* Le non-cumul et la limitation du nombre de mandats successifs : outre l’incompatibilité avec le cumul d’un autre mandat, la mission du maire doit être limitée dans le temps et ne pas dépasser deux mandats afin d’éviter l’usure du pouvoir et d’encourager le renouvellement.

*  Une gouvernance transparente : les citoyens doivent pouvoir s’exprimer en parfaite connaissance de cause. Outre le retour de la diffusion intégrale des débats du conseil municipal, nous publierons sur le site de la ville tous les comptes et les documents officiels concernant la vie de la cité.

* Une démocratie participative : le maire sortant refuse la concertation et conçoit la démocratie représentative comme un chèque en blanc lui permettant d’effectuer des choix sur lesquels il n’a jamais consulté ses administrés : vente de la forêt communale, tentative de fermeture d’une école publique, signature d’un contrat de 25 ans pour la future piscine … Au contraire, nous voulons une démocratie locale participative privilégiant l’écoute et le dialogue, s’appuyant sur une consultation citoyenne en cas de décision importante qui ne serait pas prévue dans notre programme.

* Le rétablissement des conseils de quartier ouverts à tous les habitants et l’organisation d’une séance annuelle du conseil municipal spécialement dédiée aux questions des Déodatiens.

* Une équipe municipale plus efficace et économe : les frais de fonctionnement du maire et de ses adjoints doivent être conformes aux besoins d’une ville de 22 000 habitants. Aussi, nous proposons de réduire de 13 à 9 le nombre des adjoints et de diminuer de 30% le montant global des indemnités versées aux élus.


Si vous partagez cette conception de la démocratie locale, nous vous invitons à nous rejoindre pour poursuivre l’élaboration du contrat que nous proposerons aux Déodatiens en mars 2014.


L’équipe d’Union Pour Saint-Dié

10/07/2013

Déodatiens, devenez les acteurs du changement

Depuis plusieurs mois, nous allons à la rencontre de tous les Déodatiens, sans exception, afin de les écouter et de noter leurs soucis et leurs attentes.

Nous constatons qu’après un quart de siècle de gestion pierretiste, de nombreux Déodatiens souhaitent tourner la page. Ils ne veulent plus d’une politique qui se réduit à augmenter constamment les impôts, à vendre systématiquement le patrimoine communal et à contracter des emprunts pour dépenser sans compter.

Les Déodatiens attendent des femmes et des hommes nouveaux, tirant enfin lucidement les leçons de la crise afin de mettre en place une nouvelle gouvernance plus sobre, moins dispendieuse, imaginant des services et des solidarités allant plus à l'essentiel.

De nombreuses communes françaises sont administrées par des maires sans étiquette partisane. L’électeur choisit avant tout des concitoyennes et concitoyens qui lui paraissent les mieux à même de tirer la municipalité vers le haut.

Ce constat renforce notre volonté de ne pas mettre au centre des prochaines élections des questions de politique nationale, mais un projet répondant aux préoccupations et attentes spécifiques des Déodatiens et porté par une équipe forte de sa diversité.

Ainsi, lors des municipales de mars 2014, notre liste représentera chaque quartier, chaque catégorie sociale et chaque génération.

Notre mouvement de citoyens a la passion de Saint-Dié et du débat d’idées démocratique. Notre ouverture permet d’accueillir toutes les Déodatiennes et tous les Déodatiens désirant s’investir pour leur ville quel que soit leur vote lors des dernières élections.

Notre volonté est de construire, dans l’union, un projet équilibré et novateur pour les Déodatiens, et demain pour les habitants de la Grande Déodatie.

Des groupes de travail pour élaborer ce programme communal sont en place depuis plusieurs mois et vont poursuivre leurs travaux sur toute l’année 2013. Ils sont ouverts à celles et ceux qui se reconnaissent dans les valeurs d’indépendance et de démocratie d’Union Pour Saint-Dié.

Si vous souhaitez participer au renouveau de notre ville, n’hésitez pas à nous contacter : upsd@free.fr


L'équipe d'Union Pour Saint-Dié

 

UPS groupe concertation.jpg

08/06/2013

A Saint-Dié, nous pouvons baisser la taxe d’habitation de 10% ! (suite)

Suite de la vidéo de la conférence-débat du 3 mai (première partie ici).

02/06/2013

A Saint-Dié, nous pouvons baisser la taxe d’habitation de 10% !

Afin de redonner du pouvoir d’achat aux Déodatiens et de l’attractivité à notre ville, nous voulons baisser de 10% la taxe d’habitation.

Pour y arriver, notre proposition est simple : dépenser moins et mieux, en réalisant des économies réalistes (correspondant à moins de 2% du seul budget principal), sans impact négatif sur le bien-être de nos concitoyens.

Dans notre dernier document (téléchargeable ici) et lors d’une conférence-débat à Foucharupt (vidéo ci-dessus), nous avons donc ciblé plusieurs dépenses qui s’apparentent à des abus ou des gaspillages.

Dans sa dernière tribune mensuelle, le groupe du maire sortant, visiblement gêné par la publication de ces sommes, évoque de « très nombreux mensonges et manipulations de chiffres ». Or, nous ne faisons que reprendre les chiffres des documents officiels, et notamment ceux du « Grand livre » des dépenses du budget principal 2012. Il s’agit d’un document public, qu’une municipalité moderne et n’ayant pas peur de la transparence pourrait même publier sur le site de la ville.

Le maire sortant, qui a supprimé les retransmissions du conseil municipal et qui rejette la communication directe de ces comptes publics, semble craindre la transparence.

Nous pensons, au contraire, que la vérité est une des conditions de la démocratie.

Extraits GL.jpg

Illustration : Extraits du Grand livre des dépenses

 

04/05/2013

Pour une ville qui compte (mai 2013)

Vignette dépliant UPS Avril 2013.jpg

(Cliquez sur l'image ci-dessus pour ouvrir le document en pdf)

17/03/2013

Suite et fin du compte-rendu du conseil municipal du 22 février

Conseil municipal du 22 février (2/2)

Intercommunalité : C. Pierret a raté le coche

L’un des points importants de ce conseil concernait le projet préfectoral de communauté de commune avec pour seuls partenaires La Bourgonce, La Salle, Taintrux, La Voivre et Saint-Michel-sur-Meurthe. Cette proposition a évidemment été rejetée à l’unanimité. Par contre, nous avons fait preuve de cohérence en donnant notre accord à l’amendement du maire sortant visant à regrouper les communes de la vallée de la Meurthe.

Depuis mars 2011, nous proposons de créer la « Grande Déodatie », communauté de 64 communes et 76 000 habitants. Alors fermement opposé à notre projet, C. Pierret le trouvait « opportunisme » et n’ayant « pas de sens économique et social ». Il précisait même qu’il n’était « pas demandeur » et qu’il fallait se « hâter lentement ».

Complétement coupé des besoins économiques et sociaux de notre ville et de son bassin de vie, il préférait, à cette époque, une intercommunalité a minima (14 communes).

Deux ans plus tard, C. Pierret découvre enfin tous les avantages de notre proposition. Malheureusement, il est trop tard pour cette fois. En effet, les communautés situées en aval de notre ville, tout en approuvant le principe d’une intercommunalité à grande échelle (Vosges Matin du 24 février), estiment qu’il ne leur reste pas assez de temps avant le 3 mars (date butoir fixée par le Préfet) pour étudier ce nouveau périmètre.

Décidemment, le maire sortant sera toujours un obstacle à la création de la « Grande Déodatie », organisation pourtant indispensable au renouveau de notre ville. Nous œuvrerons à sa mise en place dans la perspective de la révision prévue en 2015.

Taxes sur l’eau : nouvelle augmentation

La maire sortant a décidé d’augmenter les taxes communales sur l’eau et l’assainissement. Ainsi,  par la création de quatre tranches d’imposition, les tarifs appliqués à trois d’entre elles seront en augmentation par rapport aux prix pratiqués aujourd’hui (de 3 à 10% de hausse).

De plus, il pénalise les petits consommateurs d’eau car il a préféré taxer plus durement les 30 premiers mètres cubes que les suivants.

Notre proposition, rappelée lors de ce conseil, est à l’opposé de cette surimposition : une tarification sociale et écologique grâce à des prix progressifs (l’eau consommée pour les besoins vitaux devant être moins taxée que celle utilisée pour les loisirs).

Moins imposer les Déodatiens est pour nous une priorité. Hélas ce n’est pas celle du maire sortant !

14/02/2013

Tribune du groupe Union Pour Saint-Dié (UPS) dans L'Echo des Vosges du 7 février

Déodatiens, prenez la parole, prenez le pouvoir !

Suite à la diffusion de notre dernier bulletin d’information citoyenne, Déo et débats, plus d’une centaine de Déodatiens ont répondu à notre invitation à la conférence-débat du 31 janvier.

Cette soirée, très chaleureuse et vivante, nous a permis d’apporter des éléments de réponse concrets à vos principales préoccupations, de faire le point avec vous sur la situation réelle des finances et de la fiscalité dans notre cité, et, surtout, d’écouter vos remarques, votre ressenti et vos idées.

Nous vous remercions pour ces échanges : ils sont essentiels à notre démarche, qui se fonde sur la participation directe des citoyens – quels que soient leur origine, rang social et convictions politiques - à la construction d’un projet fédérateur capable de redresser notre ville.

Nous vous remercions également pour avoir pris part à une autre expérience démocratique inédite que nous venons d’initier : la consultation par enquête d’opinion. Ce « sondage » fera partie de tous les éléments (rencontres directes avec les habitants, consultations thématiques, futures réunions publiques dans les quartiers) dont nous tiendrons compte lors de l’élaboration du projet que nous vous présenterons en 2014.

Ce projet, pour être crédible et recevable, doit être le vôtre. Le temps des politiques paternalistes et unilatérales est révolu : plus personne ne fait confiance en ces « hommes providentiels » qui prétendent décider seuls de l’avenir de leurs administrés, au mépris de l’avis et de l’expérience quotidienne de ces derniers.

Notre ambition n’est pas de remplacer un homme, un parti ou un clan par une autre coalition d’intérêts particuliers : nous voulons rendre le pouvoir aux citoyens déodatiens, qui disposeront de lieux de concertation civique et d’expression démocratique (les conseils de quartier, la séance spéciale du conseil municipal dédiée aux questions des habitants) et qui pourront compter sur des élus conscients de leurs responsabilités.

Un mandat ne saurait être un chèque en blanc : quand nous serons confrontés à une prise de décision engageant l’avenir mais apparue après l’échéance de 2014, nous organiserons une consultation citoyenne afin d’agir conformément à l’intérêt général.

Dès aujourd’hui, nous vous rendons la parole : demain, nous vous rendrons enfin le pouvoir.

Les élus du groupe UPS

 

conférence-débat,démocratie participative,démocratie,sondage,référendum

06/02/2013

Tribune du groupe Union Pour Saint-Dié (UPS) dans L'Echo des Vosges du 31 janvier

Pour une action publique plus efficace

Plus de huit Français sur dix considèrent que les hommes politiques ne s’occupent pas d’eux et négligent l’intérêt général. N’est-ce pas la conséquence de la déconnexion, aggravée avec le temps, entre certains élus et leurs concitoyens ?

La mesure la plus évidente pour lutter contre cette dégradation est la limitation du nombre de mandats successifs.

En démocratie, l’action politique est une mission, elle ne devrait pas être un métier : il faut donc empêcher que certains considèrent leur fonction élective comme une rente à vie. Pour cela, il existe une solution très simple : l’interdiction de se présenter plus de deux fois à une même responsabilité. A défaut d’une loi, c’est notre engagement pour le mandat municipal.

L’intérêt de tous doit prévaloir sur le désir et l’ambition d’un seul. Servir ses concitoyens, c’est aussi être suffisamment lucide pour savoir passer le relais, préparer sa succession pour le bien commun. Collectionner au fil du temps les mandats, c’est perdre de vue les enjeux, fermer des portes plutôt que d’ouvrir des horizons. Ne pas se rendre compte qu’il convient, après une trop longue période, de passer la main relève du manque d’humilité et d’un aveuglement préjudiciable à la collectivité. Notre démocratie n’a pas vocation à enfanter des monarques que seuls des problèmes de santé pourraient priver de « leur » trône.

Un autre point clé de notre volonté de moderniser et d’améliorer l’action publique est notre capacité de faire mieux en dépensant moins. Pour cela, le train de vie du maire et de ses adjoints doit être conforme aux besoins d’une ville de 22 000 habitants. Aussi, nous proposons de réduire de 30% le nombre des adjoints et également de 30% le montant global des indemnités versées aux élus.

La démocratie participative, le vote d’initiative populaire, les conseils de quartiers seront également des outils essentiels pour une politique qui prendra réellement en compte l’évolution de la pensée sociale et l’écoute des citoyens. En prenant le pouls des Déodatiens, nous garderons le contact indispensable avec la réalité et les besoins de chacun.

Ces premiers engagements forts permettront de moraliser la vie politique déodatienne et de rendre plus efficaces les actions publiques.

Les élus du groupe UPS

03/01/2013

Tribune du groupe Union Pour Saint-Dié (UPS) dans L'Echo des Vosges du 27 décembre

Conseil municipal du 21 décembre (1ère partie)

Une fois de plus, C. Pierret a convoqué le conseil au dernier moment, trois mois après la précédente séance, d’où un ordre du jour chargé (54 points) peu propice à une étude approfondie des dossiers ou à un débat démocratique transparent. Nous proposons une organisation plus sérieuse et plus digne d’une ville moyenne, avec 8 ou 9 réunions annuelles inscrites dans un calendrier prévisionnel public.

Le point 2 avait pour objet l’élection d’un 13e adjoint, ou plutôt la promotion à ce titre d’un conseiller municipal, déjà en charge des mêmes dossiers. Nous avons voté blanc car notre engagement est clair : par souci d’économie (chaque adjoint touchant des indemnités), notre équipe municipale comptera moins de dix adjoints.

A l’occasion du point sur Aquanova, C. Pierret s’est vanté du prix décerné à ce projet par le « club des PPP ». Or, ce dernier réunit notamment les grandes firmes intéressées à ce chantier (Spie batignolles, Financière Duval, Dalkia, cabinet d’architectes Chabanne …), ce qui n’est pas vraiment un gage d’impartialité.  De plus, l’Inspection générale des finances (IGF) reproche à un organisme fondateur de ce club, la Mission d’appui aux PPP (MaPPP), d’être en « conflit d’intérêts », sa mission de conseil se transformant systématiquement en promotion de ce type de contrat : le patron de la MaPPP vient du privé, où il vendait … des PPP ! C’est ce que révèle le Canard enchaîné du 19/12, qui déplore le fait que les « élus signent les bons de commande mais laissent la facture à leurs successeurs » tandis que « les constructions réalisées en PPP ont coûté 25% plus cher que les autres ».

Contrairement à l’affirmation de C. Pierret selon laquelle le partenaire privé assumerait le risque, nous rappelons que l’apport du privé est ridiculement faible, que c’est la ville qui paiera le manque à gagner à défaut de la fréquentation attendue et qu’elle ne touchera, dans le cas contraire, que 40% des gains. De plus, cette piscine profitable au privé a déjà coûté 7 millions … d’argent public !

Nous reviendrons dans les prochaines semaines sur ce conseil, et notamment sur le prix injuste de l’eau.

Nous vous souhaitons une nouvelle année riche en espoirs : 2013 sera une étape décisive dans la préparation du projet d’alternance humaniste et durable que nous allons mener avec vous pour l’avenir de notre ville.

Les élus du groupe UPS