Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/02/2008

Un Déodatien à vos côtés : Serge VINCENT

600dd976582ad3aaf0762bf9a7d2a3a4.jpg

 

Serge Vincent, qui êtes-vous ?

Marié depuis 26 ans, j’ai 49 ans et deux enfants : Nicolas, 23 ans, qui poursuit des études pour être expert-comptable et Myriam, 19 ans, étudiante en droit à Nancy.

Ma vie s'est passée en déodatie: j'habite depuis 1989 à Saint-Dié et je suis né à Sainte-Marguerite.

Comme je voulais mettre mes connaissances de gestionnaire au service des entreprises déodatiennes, je me suis orienté vers des bureaux d'expertise comptable à la fin de mes études.

En 2001, je me suis associé avec un expert-comptable pour créer deux sociétés à Saint-Dié :

- une entreprise d’informatique ;

- et un cabinet d’expertise comptable.

Dirigeant de ces deux sociétés, je suis fier d’avoir ainsi contribué à créer des emplois dans notre ville.

Par mes activités professionnelles, je suis tous les jours en contact avec les artisans, commerçants et chefs d’entreprises déodatiens. Cela me permet de bien connaître leurs attentes et d’être sensible à leurs préoccupations.

 

Quelles sont vos implications dans les associations Déodatiennes ?

D’abord président d’une association de parents d’élèves de mon quartier, j’ai poursuivi mon engagement dans différentes associations tournées vers l’animation de notre ville (Comité des Fêtes et Parti d’en Rire).

J’aime profondément travailler avec tous ces bénévoles qui ne comptent pas leur temps pour rendre notre ville plus attrayante.

 

Quelle est votre expérience politique ?

Toujours attentif au monde politique, j’ai voulu m’engager activement pour mettre mes compétences et mes valeurs au service de mes concitoyens. J’ai donc décidé de me présenter aux élections municipales de 1995, sur la liste de M. Pierret.

Ce fut le point de départ de différents mandats :

1995 – 2001 : Adjoint au maire en charge de la vie scolaire puis du développement économique.

2001 – 2004 : Adjoint au maire en charge des finances et du budget.

2004 – 2008 : Conseiller municipal.

1998 – 2004 : Conseiller Général des Vosges (Canton de Saint-Dié Est).

 

Pourquoi avez-vous quitté Christian Pierret en 2004 ?

En 2001, je fus élu adjoint aux finances. Très vite, je me suis rendu compte que la situation de notre ville n’était pas aussi brillante que M. Pierret voulait bien le dire ou le laisser croire. Les services de l’Etat étaient inquiets sur les capacités de notre ville à faire face à ses dépenses. Des bruits circulaient d’une mise sous tutelle.

Devant cette situation, j’avais deux possibilités : soit quitter le navire avant qu’il ne coule, soit essayer de le tenir à flot.

En tant que Déodatien, j’ai décidé de relever le défi et j’ai proposé un plan de redressement à nos différents partenaires afin d’honorer toutes nos dettes dans un délai raisonnable.

En 2004, nos factures payées et donc mes engagements tenus, j’ai quitté celui qui m’a trompé, celui qui a trompé tous les Déodatiens. Je ne pouvais plus cautionner ou soutenir un Maire dont la gestion opaque hypothéquait l’avenir de notre ville.

Le mandat de maire est le plus beau de tous, à condition d’aimer réellement passionnément sa ville et non pas de l’utiliser pour des ambitions personnelles et nationales.

Voilà en quelques mots les raisons de mon départ de 2004, mais j’aurai l’occasion pendant cette campagne de vous donner d’autres détails sur ma démission de l’actuelle majorité.

 

Pourquoi avez-vous choisi de présenter votre candidature ?

Les Déodatiens sont dans l’attente d’un réel changement. Après 19 ans de pouvoir sans partage, ils aspirent à une véritable alternance.

Pour ma part, je pense que seule une équipe plurielle, dépassant les clivages droite/gauche, peut relever le défi de redresser les finances de notre ville.

Seule cette union de toutes les sensibilités démocratiques redonnera confiance aux Déodatiens.

La tache est lourde, mais nos atouts sont importants, car nous laisserons les Déodatiens s’exprimer.

fe5287e1271b7801f5be8de3e0cb9a5b.jpg