Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/11/2012

Tribune du groupe Union Pour Saint-Dié (UPS) dans L'Echo des Vosges du 23 novembre

Mais que fait-il de nos impôts ?

Pour les cérémonies du 11 novembre, deux bus étaient judicieusement mis à la disposition des élus et des associations patriotiques pour se rendre sur les lieux de commémoration.

Pourtant, C. Pierret n’a pas daigné utiliser ce moyen de transport en commun. Il a préféré mobiliser son chauffeur, un dimanche, pour se faire emmener  avec la « voiture du maire » (depuis Pair-et-Grandrupt ?) au cimetière des Tiges puis au monument aux morts. Ajoutant le ridicule au gaspillage, c’est avec ce même véhicule qu’il s’est fait conduire à la mairie distante de quelques pas.

Qu’en pense son adjointe au développement durable ? Et surtout, que doivent penser les Déodatiens des propos de C. Pierret dans le magazine municipal de mars 2012 : « Nous maîtrisons les dépenses de fonctionnement » ?

 

impôts,indemnités des élus,aquanova america,raon-thiaville,centre aqualudique

Nos impôts, leurs indemnités

Suite aux élections municipales de mars 2008, C. Pierret a décidé de s’entourer de 13 adjoints au maire. Ceci a notamment eu pour conséquence une envolée du montant des indemnités à verser aux élus (+30% par rapport à la précédente mandature).

Malgré cette équipe pléthorique et des finances municipales au plus bas, il se murmure que le maire, jamais avare d’idées lorsqu’il s’agit de dépenser les impôts des Déodatiens, envisagerait de nommer un nouvel adjoint.

Il se pourrait même qu’il choisisse un de ses colistiers n’habitant pas notre ville. Dans ce cas, celui-ci rejoindrait la liste des adjoints qui, résidant hors de Saint-Dié comme C. Pierret, ne payent pas de taxe d’habitation dans notre ville : P. Leroy, R. Gbedey, J. Fresse et M. Fève-Chobaut.

 

Aquanova America : le danger s’aggrave

Au sujet de la construction d’une nouvelle patinoire, le maire d’Epinal précisait récemment : « Si la communauté d’agglomération n’avait jamais existé, la ville d’Epinal n’aurait pas été en mesure de faire ce qu’elle a fait, entre le coût, élevé, et le délai ».

A l’exemple de son collègue, et comme nous l’avions proposé, C. Pierret aurait dû construire la future piscine en intercommunalité. Ainsi, le coût aurait été bien moindre pour les contribuables déodatiens.

Plus grave encore pour nos finances, de très nombreuses communes proches de Saint-Dié sont intéressées par un projet de centre aqualudique sur le parc d’activités de Raon-Thiaville [cf. article de Vosges Matin ci-dessous]. Celui-ci privera Aquanova d’une grosse partie de ses clients potentiels.

 

Les élus du groupe UPS

 

______________________________________

 

impôts,indemnités des élus,aquanova america,raon-thiaville,centre aqualudique,adjoints

Article de Vosges Matin, 17/10/2012

14/09/2012

Tribune du groupe Union Pour Saint-Dié (UPS) dans L'Echo des Vosges du 13 septembre

Pour de véritables services publics

Après nos articles sur l’Ecole et la démocratie locale, nous revenons cette semaine sur les services publics, compétence essentielle de la vie municipale largement abandonnée au secteur privé par C. Pierret, au détriment de l’intérêt général.

Le Canard Enchaîné du 29 août consacre un article aux relations entre les municipalités et les multinationales de l’eau, constatant que si « de nombreux élus engagent un bras de fer avec les marchands de flotte », « d’autres préfèrent se laisser câliner par ces compagnies ». Dès 1989, C. Pierret a fait le choix de la délégation de service public (DSP) au profit de la Lyonnaise des Eaux, avec comme principale conséquence un prix de l’eau supérieur de 50% à la moyenne nationale.

Alors que le Conseil d’Etat a estimé en 2009 que les DSP d’une durée supérieure à 20 ans (comme à Saint-Dié) devaient être renégociées, C. Pierret a repoussé le terme final de ce contrat de 2015 à 2023. Par cette prolongation anticipée (au lieu d’attendre les prochaines élections), il prive ses successeurs de la possibilité de sortir rapidement de la DSP.

Pour notre part, comme précisé lors de notre conférence-débat de juin 2011, nous sommes pour le retour à une gestion en régie municipale. Nous obtiendrions ainsi une baisse significative du prix de l’eau, qui, par une tarification adaptée, pourrait être plus importante sur les premiers mètres-cubes correspondant aux besoins vitaux des foyers.

eau,lyonnaise des eaux,dsp,services publics,aquanova america,ppp,partenariat public privé

Après d’autres services (restauration collective, transports en commun, chauffage urbain, ordures ménagères), c’est maintenant la piscine municipale qui va passer au secteur privé. En effet, le recours au PPP pour financer le projet démesuré d’Aquanova America est la dernière offensive de privatisation menée par C. Pierret. Les PPP désengagent les villes de leurs missions essentielles et diminuent leur capacité à peser sur les choix publics. Au final, ils ne sont qu’un moyen de socialiser les pertes tout en privatisant les bénéfices.

La "gestion" pierretiste des services publics, contraire au bien commun, se traduit notamment par une constante augmentation des tarifs et des taxes locales. Refusant de faire le jeu de grands groupes dont l’objectif unique est la course aux profits au détriment des citoyens, nous continuerons, par nos actions et nos propositions, à défendre les intérêts des Déodatiens.

Les élus du groupe UPS

27/08/2012

Notre tribune dans le mensuel municipal (septembre 2012)

M. Pierret, gardez votre calme !

Dans son précédent éditorial, C. Pierret tient des propos intolérables et injurieux. Il nous accuse de « manipuler les faits, à en créer de faux, à des fins de démolir, de salir, voire de chercher à abattre le maire et son équipe ».

Si s’opposer à la construction d’une piscine au coût pharaonique endettant notre ville sur plusieurs générations, c’est « salir » le premier magistrat, alors nous n’avons pas la même lecture du dictionnaire.

En réalité notre volonté d’informer les citoyens sur les méfaits de sa politique sème un vent de panique chez C. Pierret, qui en est réduit à caricaturer notre action au service des Déodatiens.

Il nous accuse de créer un climat « propice aux rumeurs », dont une « particulièrement ridicule » sur son départ. Or, c’est lui-même qui confiait le 17 juin à un ancien élu qu’il quitterait notre ville dans « 20 jours » !

D’autre part, pour le maire, « la majorité municipale ne déviera pas de sa ligne, courtoise mais ferme, résolue et démocratique ». Alors pourquoi a-t-il supprimé, au motif que cela « ennuie » les Déodatiens, la diffusion intégrale des vidéos du conseil municipal ? Cette censure lui permet notamment de cacher ses propos injurieux envers des citoyens présents, traités « d’ignorants du fond ».

Par ailleurs, alors que le maire et quatre de ses adjoints ont choisi de ne pas résider à Saint-Dié, les élus pierretistes osent prétendre que les membres de l’opposition « n’aiment pas leur cité comme nous l’aimons ». Pour notre part, nous aimons notre ville et nous y habitons.

Nous appelons C. Pierret à garder son sang-froid et à cesser d’insulter ses opposants. Refusant l’invective, l’injure et la guerre des mots, nous construisons l’alternance politique avec force, sérénité et tranquillité.

 

Ramata BA, Catherine SAINT-DIZIER, Francine WALTER, Jean-Louis BOURDON, Sébastien ROCHOTTE et Serge VINCENT

28/06/2012

Notre tribune dans le mensuel municipal (juillet-août 2012)

AQUANOVA AMERICA : Les non-dits

Par une surcommunication coûteuse et indécente, C. Pierret essaye de justifier le bien-fondé de cette piscine financée par un Partenariat Public-Privé (PPP). Voici les informations qu’il a « oublié » de vous donner.

1) Nos finances en danger

Sur un coût de construction de plus de 21 millions TTC, le Partenaire Privé n’apporte que 73 000 €. La quasi-totalité provient de financements publics, d’emprunts et … d’une avance de la ville !

En effet, si l’ouverture de cette piscine est prévue début 2014, nous devons payer, dès 2012, des « avances sur loyers » pour un montant de 3,6 millions.

Malgré cette avance et l’espoir d’encaisser chaque année plus d’un million de recettes venant des entrées (soit 5 fois le montant actuel), le total des loyers et des charges pour les 25 années du contrat est démesuré : 75  millions TTC.

2) Une piscine peu ludique et peu sportive

Les équipements restent rudimentaires : pas de piscine à vagues ni même de toboggan ou de pentagliss. A croire qu’il n’y pas de jeunes dans notre ville !

De même, la longueur du grand bassin n’est pas supérieure à celle de l’actuelle piscine (seulement 25 m) et sa profondeur est insuffisante pour le plongeon sportif.

3) Un mauvais financement

La Cour des Comptes critique très sévèrement les PPP qui « ne peuvent pas servir de source de financement de substitution à l’emprunt bancaire [car ils] génèrent des coûts bien supérieurs ».

Pour A. Rousset, président socialiste de l’Association des régions de France, « c’est une solution de facilité pour ne pas dire un poison insidieux […] C’est surtout une fuite en avant aux conséquences imprévisibles ».

Pour François Hollande, le PPP « est devenu un outil qui favorise la vie à crédit et le surendettement. A ce titre, c’est déjà un système qui a dérapé ».


Ramata BA, Catherine SAINT-DIZIER, Francine WALTER, Jean-Louis BOURDON, Sébastien ROCHOTTE et Serge VINCENT

23:55 Publié dans Aquanova America | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ppp, partenariat public privé, aquanova america, nova america | | |  Facebook

22/06/2012

Tribune du groupe Union Pour Saint-Dié (UPS) dans L'Echo des Vosges du 15/06/12

Aquanova America : premier flop

Pour la pose de la première pierre de cette piscine, la mairie avait envoyé des centaines d’invitations aux responsables associatifs, chefs d’entreprises, élus voisins et habitants. Malgré cette coûteuse communication, seules quelques dizaines de personnes (pour la plupart des employés communaux) étaient présentes pour ce qui devait être l’événement de l’année. Par contre, la police municipale était largement mobilisée aux différents carrefours menant à cet équipement dont l’enjeu, d’après C. Pierret, « va au-delà de tout ce qu’on imagine ».

Première pierre Nova America 15 juin 2012-1.jpg


Encore une atteinte à la liberté d’expression

Effectivement, ce qui s’est passé lors de cette cérémonie « va au-delà de tout ce qu’on imagine ». Dans un souci d’informer les Déodatiens, nous avons distribué un document mettant en évidence les dangers financiers de cette piscine et ainsi que l’opposition aux contrats de Partenariat Public-Privé (PPP) des responsables politiques de gauche et notamment de F. Hollande. Furieux de cette démarche démocratique, des proches de C. Pierret, employés municipaux en service, ont détruit nos documents. La vérité ferait-elle peur aux Pierretistes ?


Un investisseur peu confiant et un maire peu concerné

Le directeur général adjoint du groupe Duval, porteur du projet, a rappelé que sa société « n’engage pas des deniers aussi importants pendant si longtemps si [elle] ne croit pas au projet ». Sachant que le coût de construction de cette piscine dépasse les 21 millions TTC et que sa société n’apporte que 73 000 euros, nous sommes en droit de penser que ce groupe financier doute sérieusement de la pérennité d’Aquanova America. Non concerné par la « participation » insensée demandée aux Déodatiens (75 millions sur les 25 années de ce PPP), C. Pierret a conclu son discours par des propos profondément choquant : « rien ne sera possible sans la participation de vous toutes et tous ».


La ville vend son camping

Poursuivant sa frénésie de céder les biens communaux (forêts, écoles, résidence d’étudiants, maison des syndicats…), C. Pierret a décidé, sans aucune concertation ni débat au conseil municipal, de vendre le camping de notre ville. Cette vente serait-elle due aux besoins financiers liés au coût déraisonnable d’Aquanova America et au train de vie de la mairie ? Que va-t-il rester du patrimoine des Déodatiens au départ de C. Pierret ?

LeBonCoin-15 juin.jpg

[Illustration : Géhu - Tous droits réservés]


Les conseillers municipaux UPS

15/06/2012

Tribune du groupe Union Pour Saint-Dié (UPS) dans L'Echo des Vosges du 08/06/12

Mag’Bus : un petit tour et puis s’en va…

Le service communication de la ville, jamais en panne d’idée pour faire la promotion de C. Pierret au frais du contribuable, avait inventé la tournée en « Mag’Bus ». Fin avril, avec un bus de plus de 70 places, six élus ou communicants de la mairie avaient tenté de vanter devant à peine dix Déodatiens les bienfaits de la politique municipale.

Cette belle opération d’autosatisfaction devait se répéter chaque mois. Or, par manque de participants, la deuxième tournée n’a pas eu lieu.

MagBus (8 juin).jpg

[Illustration : Géhu]

A chacun ses soutiens

La semaine dernière, nous avons rappelé que notre opposition au contrat de Partenariat Public-Privé est partagée par le Président de la République et de nombreuses personnalités de gauche. Faute de trouver des défenseurs de ce mode de financement parmi ses « amis » politiques, C. Pierret est fier d’annoncer que son projet de piscine a l’appui d’un ex-ministre des Sports de N. Sarkozy. Il est étrange que celui qui se disait le « conseiller » du candidat socialiste cherche des soutiens chez les opposants à F. Hollande.


Encore une atteinte à la liberté d’expression

Dans cette tribune, nous avons souvent souligné la volonté de C. Pierret de restreindre le droit d’expression des élus de l’opposition dans les médias municipaux.

Heureusement, grâce à L’Echo des Vosges, que nous remercions, nous pouvons chaque semaine informer les Déodatiens en traitant de sujets volontairement oubliés (ou tronqués) par la mairie. Ces articles sont fréquemment illustrés par les photographies prises par l’un des élus de notre groupe.

Ne supportant pas cette situation, les pierretistes critiquent sévèrement cette démarche d’information. Ainsi, dans L’Echo du 25 mai, ils prétextaient des motifs mensongers pour écrire « que de nombreux Déodatiens se plaignent de ses méthodes qui violent le respect de leur intimité et leur droit à l’image ».

Nous serions curieux de connaître ces « nombreux Déodatiens » car, à ce jour, aucun de nos concitoyens ne s’est plaint d’une violation de son « intimité » ou de son « droit à l’image ».

En fait, les pierretistes craignent notre démarche de vérité, appréciée par de « nombreux Déodatiens ». Partisans de la transparence, nous refusons le sectarisme et l’intolérance et nous construisons notre projet autour des valeurs de respect et d’ouverture.

Les conseillers municipaux UPS

08/06/2012

Tribune du groupe Union Pour Saint-Dié (UPS) dans L'Echo des Vosges du 01/06/12

AQUANOVA AMERICA : Les non-dits

Par une surcommunication coûteuse et indécente, C. Pierret essaye de justifier le bien-fondé de cette piscine financée par un Partenariat Public-Privé (PPP). Afin que chaque Déodatien puisse avoir une vision complète de ce dossier, voici les informations « oubliées » par les services de la mairie :

1) Nos finances en danger

Le coût de construction est de plus de 21 millions TTC. Pour assurer son financement, le Partenaire Privé apportera « généreusement » ... 73 000 €. La quasi-totalité proviendra de financements publics, d’emprunts et… d’une avance de la ville !

En effet, si l’ouverture de cette piscine est seulement prévue fin 2013, voire début 2014, nous devons payer, dès 2012, des « avances sur loyers » pour un montant global de 3,6 millions.

Malgré cette avance et l’espoir d’encaisser plus d’un million de recettes annuelles provenant des entrées (soit 5 fois le montant actuel), le total des loyers et des charges de fonctionnement pour les 25 années du contrat est démesuré :

75  millions TTC !

Aquanova (VM 1er juin).jpg

[Illustration : Géhu - Tous droits réservés]

2) Une piscine peu ludique et peu sportive

C. Pierret nous promet non pas des bassins mais des « lacs » dont l’un sera « estival… en période d’été ».

Si les espaces extérieurs deviennent, en toute modestie pierretiste, « plaine sportive » et « prairie ensoleillée », les équipements ludiques restent rudimentaires : pas de piscine à vagues ni même de toboggan ou de pentagliss. A croire qu’il n’y pas de jeunes en Déodatie !

De même, la longueur du grand bassin n’est pas supérieure à celle de l’actuelle piscine (seulement 25 mètres) et sa profondeur est insuffisante pour le plongeon sportif.

3) Un mauvais financement

La Cour des Comptes critique très sévèrement les PPP qui « ne peuvent pas servir de source de financement de substitution à l’emprunt bancaire [car ils] génèrent des coûts bien supérieurs ».

Pour Alain Rousset, président socialiste de l’Association des régions de France « c’est une solution de facilité pour ne pas dire un poison insidieux […] C’est surtout une fuite en avant aux conséquences imprévisibles ».

Sur son site de campagne, Jean-Luc Mélenchon a rappelé : « le Front de gauche est opposé à tout partenariat public-privé ».

Enfin pour François Hollande, le PPP « est devenu un outil qui favorise la vie à crédit et le surendettement. A ce titre, c’est déjà un système qui a dérapé ». Si c’est le Président de la République qui le dit …

Les conseillers municipaux UPS

Ecole de Foucharupt (VM 1er juin).jpg

05/06/2012

AQUANOVA AMERICA, les non-dits ... Téléchargez notre document

AQUANOVA AMERICA les non-dits.jpg

(Cliquez sur l'image ci-dessus pour ouvrir le fichier pdf)

Au sommaire :

1. Un coût insupportable pour les finances des Déodatiens

2. Une piscine peu ludique et peu sportive

3. Notre proposition

4. Les experts et la Gauche (dont le Président de la République) contre les Partenariats Public-Privé (PPP)

____________________________________________________

Article paru dans Vosges Matin du 02/06/12 (cliquez sur l'image ci-dessous pour l'agrandir) :

aquanova america,nova america,ppp,partenariat public privé

18/05/2012

Tribune du groupe Union Pour Saint-Dié (UPS) dans L'Echo des Vosges du 11/05/12

Cette chère communication

Le service communication de la mairie, déjà omniprésent pour promouvoir la politique municipale par presque tous les moyens imaginables, vient encore d’en inventer un : la tournée en « Mag’Bus ».  Avec un bus de plus de 70 places, loué à la société Véolia, six élus ou communicants de la mairie ont tenté de vanter devant à peine dix Déodatiens les bienfaits de la politique de C. Pierret.

Lors de cette visite très encadrée, les guides ont ciblé des chantiers majeurs et « remarquables » : ici, une platebande de roses remplacée en fin d’hiver ; là, une conduite d’eau changée ; ailleurs, un bout de trottoir réparé ou quelques trous bouchés. Pour toute question (hormis sur la chaufferie), embarrassante ou non, une seule réponse: « Veuillez prendre rendez-vous en mairie » [sic].

Le réel ne faisant guère rêver, le virtuel a été ajouté au programme, avec le passage sur le futur site de la piscine Nova America, sur celui de la Nef ou le long de la « voie verte » du quai du Stade. En raison sans doute d’une nouvelle amnésie, les élus pierretistes ont omis de préciser que cet aménagement partiel de bord de Meurthe est inspiré d’une proposition bien plus structurante que nous défendons avec force depuis plus de quatre ans.

C. Pierret a trop souvent l’habitude de s’approprier des réalisations faites par d’autres (logement social, rénovation urbaine, commissariat, hôpital…). C’est ainsi que le Mag’Bus s’est attardé devant la chaufferie biomasse, propriété de Dalkia. L’adjointe J. Fresse a prétendu que la facture énergétique des usagers à diminué de 40%, grâce à cet équipement. Les locataires, les entreprises, les établissements scolaires ou l’hôpital n’ont pourtant pas constaté une telle baisse de leurs dépenses de chauffage.

En revanche, une « facture » qui, elle, augmente assurément, c’est celle du service communication. Ce n’est pas en multipliant les supports d’autopromotion (« Notre » Saint-Dié-des-Vosges, le Trois-Minutes, DéodaTV… et désormais le Mag’Bus) que C. Pierret diminuera les frais de fonctionnement de la ville. Cette propagande coûteuse n’est-elle pas destinée à cacher la faiblesse des réalisations de ces dernières années ?

A propos de communication : pourquoi la vidéo du Conseil municipal du 30 mars n’est-elle toujours pas sur le site de la ville ? Que veut-on cacher ?

 

Les conseillers Municipaux UPS

11/05/2012

Aquanova America

Nova America  Avril 2012.jpg

05:44 Publié dans Arrêt sur image | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : aquanova america, nova america, ppp, partenariat public privé | | |  Facebook