Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/01/2013

Tribune du groupe Union Pour Saint-Dié (UPS) dans L'Echo des Vosges du 17 janvier

Rythmes scolaires : pour la convocation rapide d’un conseil municipal

D'ici le 1er mars, les municipalités devront déclarer si elles appliqueront le projet de décret des rythmes scolaires dès la rentrée 2013 ou si elles attendront 2014.

Pour inciter les communes à adopter cette réforme dès 2013 et pour les aider à assurer l'organisation du temps des élèves après 16 h 30, le gouvernement a promis une aide de 90 euros par enfant pour les villes en difficulté (c’est le cas de Saint-Dié).

A quelques semaines de cette échéance, nous demandons une convocation rapide d’un conseil municipal afin de fixer l’année de mise en œuvre et de trouver les solutions pour résoudre les nombreux problèmes liés à cette réforme : recherche du personnel, inventaire des structures d’accueil disponibles, financement…

 

Intercommunalité : nos propositions progressent

En 2011, nous avons présenté notre projet d’une communauté d’agglomération de la « Grande Déodatie » (64 communes, 76 000 habitants) qui permettrait de coordonner efficacement l’action publique dans un bassin de vie et d’emploi concernant tout le Nord-Est des Vosges, avec des effets bénéfiques pour toutes les communes.

 

intercommunalité,grande déodatie,communauté d'agglomération,rythmes scolaires

A l’époque, C. Pierret faisait savoir par son adjointe qu’il n’était pas « demandeur » d’une intercommunalité large comprenant « trop de communes rurales », et se gaussait de nos propositions. Il semblait se satisfaire de l’isolement dont il est responsable et préférait se retrancher derrière un projet a minima assez dérisoire.

Aujourd’hui, le candidat Pierret, sans doute conscient d’être dépassé par nos projets, prétend être prêt à revoir sa copie initiale et à coopérer avec les élus des communes situées le long de la Meurthe.

C’est déjà un début, mais la perspective doit rester une intercommunalité à la mesure des enjeux et incluant aussi bien les communes voisines de Saint-Dié que celles de la vallée de la Plaine ou de la Fave.

Or, nos voisins ne sont pas rassurés quant aux intentions du candidat Pierret, dont l’unilatéralisme est un repoussoir : en effet, alors qu’il affirme aujourd’hui ne projeter aucun « impérialisme », n’oublions pas qu’il s’est opposé à notre communauté d’agglomération de peur de ne pas y détenir la majorité absolue des sièges.

Pour la construction d’une large coopération intercommunale, fondée sur l’équité et la confiance réciproque, il faudra donc encore attendre 2014.

Les élus du groupe UPS

16/11/2012

Tribune du groupe Union Pour Saint-Dié (UPS) dans L'Echo des Vosges du 9 novembre

Intercommunalité : notre projet bientôt retenu ?

Le débat sur l’intercommunalité est revenu au cœur de l’actualité locale, notamment pour la mise en place du Schéma de Cohérence Territoriale (SCoT). Nous avons toujours considéré ce sujet comme un enjeu majeur pour notre territoire. Dès le début de 2011, nous étions les premiers à proposer le projet d’une « Grande Déodatie », rapidement suivis par de nombreux élus de communes voisines, conscients comme nous de la nécessité d’une telle structure.

A l’inverse, C. Pierret se contentait d’une intercommunalité a minima : lors des conseils municipaux de mars et avril 2011, il proposait, sans grand enthousiasme, un petit regroupement limité à 14 communes. Il précisait même que Saint-Dié n’était « pas demandeur » et rejetait le périmètre large que nous souhaitions, le jugeant « artificiel », « opportuniste » et n’ayant « pas de sens économique et social ».

Au contraire, nous rappelions dans L’Echo des Vosges du 6 mai 2011 notre volonté de créer une Communauté d’agglomération de 64 communes (76 000 habitants), et d’associer celle-ci au pôle métropolitain du Sillon lorrain constitué par Metz, Nancy, Thionville et Epinal.

Grande déodatie 9 novembre 2012.jpg

Le 8 juillet 2011, la majorité municipale semblait enfin rejoindre notre position, votant une délibération favorable à une intercommunalité de projet intégrée au Sillon lorrain, sans pour autant s’engager sur un périmètre clair. Dans le même temps, notre idée de Communauté d’agglomération faisait son chemin parmi les élus de la « Grande Déodatie ».

Ainsi, lors de la réunion de la Commission départementale de coopération intercommunale du 16 décembre 2011, plusieurs maires proposèrent un amendement pour regrouper toutes les communes de l’est vosgien. Celui-ci reçut l’approbation de la majorité des délégués présents, mais ne put néanmoins obtenir les 2/3 des voix nécessaires, à cause notamment du vote négatif des élus de la Déodatie.

Alors que C. Pierret a depuis si longtemps été l’obstacle majeur à une réelle coopération entre les communes de la « Grande Déodatie », ses récentes déclarations, nourries du zèle du nouveau converti, pourraient laisser croire qu’il est l’inventeur du concept même d’intercommunalité. Porteurs du projet de Communauté d’agglomération et engagés dans un dialogue constructif avec de nombreux élus du territoire, nous sommes heureux de constater que C. Pierret nous suit enfin dans notre volonté de défendre l’intérêt des Déodatiens et de la Déodatie.

Les élus du groupe UPS

05/10/2012

Tribune du groupe Union Pour Saint-Dié (UPS) dans L'Echo des Vosges du 28 septembre

Compte-rendu du conseil municipal du 21 septembre (1/3)

Cette semaine et les suivantes, nous reviendrons sur les points marquants de ce conseil.

Celui-ci s’est tenu, in extremis, un jour avant l’expiration du délai légal (art. L2121-7 du  CGCT), les élus ayant, une fois de plus, reçu l’ordre du jour moins d’une semaine avant.

Afin de permettre aux représentants des Déodatiens de s’organiser pour travailler de manière sereine et approfondie, nous proposons d’établir un calendrier annuel des séances (qui auraient lieu toutes les 6 semaines).

Le point 2-ter incluait une information sur le projet départemental intégrant notre ville dans une intercommunalité a minima. C. Pierret, dont les positions excessives et la gestion municipale inquiètent de nombreux maires de communes voisines, est grandement responsable de cette situation. Au-delà de ce constat, il faut avancer une alternative crédible, ambitieuse et capable de vaincre les réticences.

Depuis le conseil du 14 avril 2011, nous proposons une communauté d’agglomération cohérente et compétitive de 64 communes du Nord-Est des Vosges (76.000 habitants). Cette solution nous procurerait de nouvelles subventions, un cadre pour élaborer des politiques d’ensemble (tel le SCoT) et, surtout, le poids nécessaire pour réinsérer notre territoire dans la mondialisation.

Nous lançons donc un appel à tous les élus de la Déodatie pour qu’enfin le bon sens l’emporte et qu’une structure intercommunale de la Grande Déodatie voie le jour, offrant ainsi un nouvel avenir à ses habitants.

grande déodatie,communauté d'agglomération,cirtes,inori,sev,rue d'Hellieule,SCoT,intercommunalité,conseil municipal

Au point 14, nous nous sommes abstenus d’approuver la création, par la Société d’Equipement Vosgienne (dont la ville est l’associée majoritaire) et divers actionnaires inconnus, d’une société chargée de construire un bâtiment, en face du CIRTES, puis de le vendre à une autre société inconnue, qui le louera enfin à la SA INORI. En effet, il serait plus simple et moins coûteux pour INORI (dont le capital est de 3,5 millions) d’emprunter pour construire, sans intermédiaires inutiles, ses propres locaux.

Outre l’opacité du montage, l’emplacement pose problème : suite à nos questions insistantes, C. Pierret a dû avouer que cette partie de la rue d’Hellieule serait transformée en voie piétonne ! Ce qui ne serait pas sans conséquence sur le plan de circulation et le quotidien des commerçants et des riverains.

grande déodatie,communauté d'agglomération,cirtes,inori,sev,rue d'Hellieule,SCoT,intercommunalité,conseil municipal

A suivre …

Les élus du groupe UPS

16/03/2012

Tribune du groupe Union Pour Saint-Dié (UPS) dans L'Echo des Vosges du 09/03/12

Conseil municipal du 2 mars : les 7 propositions d’UPS

Le point le plus important de ce conseil fut le débat d’orientation budgétaire (DOB). Après avoir dénoncé les insuffisances du document fourni aux élus (données très succinctes sur le budget principal et rien sur les nombreux budgets annexes), nous avons proposé sept orientations pour améliorer les prochains DOB et mieux gérer les finances de notre ville :

1. Présenter aux élus la situation financière de manière bien plus complète, grâce à un document de référence élaboré par les services municipaux.

2. Réunir plus en amont la commission des finances afin de mieux préparer ce DOB.

3. Faire réaliser un audit financier par un organisme indépendant.

4. Affecter au désendettement 100 % des recettes issues des cessions de patrimoine.

5. Améliorer, dans un délai de 2 à 3 ans, notre capacité d’autofinancement actuellement très inférieure à la moyenne des villes de même taille.

6. Stopper le projet Aquanova America.

7. Bloquer les impôts locaux à leur niveau actuel.


L’intercommunalité, c’est maintenant !

Lors de son rapport sur ce sujet, Lovely Chrétien a repris notre expression « Grande Déodatie ». Nos propositions continuent donc de s’imposer dans les esprits et de nourrir la réflexion. Cette initiative pionnière dépasse désormais le cadre municipal. En effet une nouvelle association, U-3D, composée de citoyens de tous horizons et dont nous saluons la démarche, reprend notre idée.

Face à un projet actuel insatisfaisant, nous ne proposons pas de nous « hâter lentement » mais bien de rattraper le temps perdu. Par conséquent notre ville doit jouer dès maintenant un rôle moteur dans la coopération avec les autres communes dans la préparation d’une intercommunalité ambitieuse, qui débouchera sur la communauté d’agglomération de la Grande Déodatie.


Flagrant-déni

Dans l’art de rejeter la réalité, C. Pierret et ses colistiers ont fait fort en niant l’existence d’une décision qu’ils ont pourtant votée … lors du précédent conseil. En effet, interrogé sur le lien entre la vente de l’ex-banque de France pour un projet hôtelier et la délibération 4 du 09/12 prévoyant la création d’un « parking public et gratuit » à l’arrière de ce bâtiment (en démolissant plusieurs immeubles dont les propriétaires pourraient être expropriés), le maire a affirmé n’avoir rien voté de tel !

Cet inquiétant flagrant-déni est une manifestation de mépris envers les Déodatiens et plus particulièrement envers les propriétaires, locataires et commerçants qui restent hélas concernés par cette délibération.

Les conseillers municipaux UPS : Ramata Ba, Catherine Saint-Dizier, Francine Walter, Jean-Louis Bourdon, Sébastien Rochotte et Serge Vincent.

03/02/2012

Tribune du groupe Union Pour Saint-Dié (UPS) dans L'Echo des Vosges du 27/01/12

Intercommunalité : l’empereur est nu !


Lors de ses vœux, C. Pierret a plaidé en faveur d’une coopération intercommunale « franche, loyale, équitable … sans aucun souci d’impérialisme » (quotidien vosgien du 8/1).
En réalité, c’est bien par souci d’hégémonie qu’il a tout fait pour retarder la naissance d’une structure cohérente et ambitieuse.


Déléguée de Saint-Dié lors de la réunion de la Commission départementale de coopération intercommunale (CDCI) du 16 décembre, L. Chrétien a parfaitement appliqué la politique hypocrite de C. Pierret : s’opposer au projet initial (effectivement incohérent et insuffisant) tout en refusant la perspective alternative d’une communauté d’agglomération esquissée dans l’amendement proposé par le maire de Saint-Jean-d’Ormont. Prétendant qu’il serait trop « difficile de travailler sur un si vaste périmètre qui comprend de nombreuses communes rurales », la première adjointe de C. Pierret a jugé cette proposition « prématurée ». Belle démonstration de bonne volonté, de vision et d’ouverture aux autres …


Conséquence concrète de cette attitude de repli : la perte d’un million d’euros (dont près de la moitié pour notre ville) de subventions réservées aux communautés d’agglomération !


Afin de défendre sa position intenable, L. Chrétien n’a pas hésité, lors du dernier conseil municipal, à employer l’approximation, voire l’esbroufe, en prétendant que la Déodatie ne serait pas éligible à la constitution d’une communauté d’agglomération car elle comprendrait « trop de communes rurales » [sic]. Mme Chrétien ignore-t-elle l’article L5216-1 du Code Général des Collectivités Territoriales ? Celui-ci impose en réalité « un ensemble de plus de 50.000 habitants d'un seul tenant et sans enclave, autour d'une ou plusieurs communes centre de plus de 15 000 habitants ».
Le même soir, C. Pierret s’était montré plus direct en exprimant sa crainte que ses délégués ne siègent qu’en majorité relative (et non absolue) au sein d’une telle structure. Il a ainsi prouvé sa soif d’hégémonie, cet « impérialisme » que fuient nos éventuels partenaires.

Elus d’Union Pour Saint-Dié, nous avons été les premiers à proposer une communauté d’agglomération de la Grande Déodatie (64 communes, 76.000 habitants) capable de répondre aux défis de demain. Nous œuvrerons à sa mise en place dès 2015.

Grande Déodatie.jpg


Les conseillers municipaux UPS : Ramata Ba, Catherine Saint-Dizier, Francine Walter, Jean-Louis Bourdon, Sébastien Rochotte et Serge Vincent.

11/12/2011

Conseil municipal du 9 décembre 2011 : Votes et interventions des élus du groupe Union Pour Saint-Dié (Première partie)

Conseillers UPS.JPG

1. Adoption du compte-rendu de la séance du conseil municipal du 23 septembre 2011

 

ABSTENTION.

 

2. Remplacement de M. Jérémy Chrétien dans les différentes commissions et instances dans lesquelles il siégeait

 

M. Chrétien ayant démissionné à compter du 14 octobre, il est proposé de le remplacer par plusieurs autres conseillers au sein des différentes commissions et instances dans lesquelles il siégeait.

POUR.

 

Point d’information sur la refonte de la carte intercommunale

 

Mme Lovely Chrétien rend compte des travaux de la Commission départementale de coopération intercommunale (CDCI).

Elle rappelle que, le 8 juillet, le conseil municipal a émis un avis défavorable au premier schéma proposé par cette instance. En effet, celui-ci prévoyait une intercommunalité manquant d’étendue comme d’ambition.

Finalement, malgré une demande de délai formulée par Mme Chrétien, le schéma sera arrêté par Mme la Préfète au 16 décembre prochain.

Serge Vincent prend la parole pour rappeler que les élus d’Union Pour Saint-Dié ont été les premiers à proposer une communauté d’agglomération de la Grande Déodatie et se réjouit que ce terme, naguère dédaigné par les membres du groupe pierretiste, ait été employé dans le rapport de Mme Chrétien. Rappelant que, lors de la réunion du 10 décembre de la CDCI, le maire de Saint-Jean-d’Ormont a clairement posé la question de la communauté d’agglomération, Serge Vincent se félicite que les uns et les autres, et notamment plusieurs maires de communes rurales, aient su évoluer sur le sujet en commençant à surmonter leurs réticences initiales.

Seule une communauté d’agglomération de Grande Déodatie (64 communes et 76.000 habitants, selon notre projet dévoilé au printemps dernier) sera apte à répondre aux attentes de nos concitoyens et apporter des solutions face aux défis de demain. Serge Vincent invite par conséquent le maire, qui est par ailleurs président de la Fédération des maires des villes moyennes, à reprendre cette solution ambitieuse (plutôt que son projet initial, qui n’est pas beaucoup plus étendu que le schéma proposé par la CDCI).

aquanova america,nova america,aqualand,référendum,ppp,cgct,intercommunalité,communauté d'agglomération,grande déodatie,cdci,conseil municipal

Mme Chrétien répond que la Préfète refuserait cette solution et prétend que notre territoire ne serait pas éligible à la constitution d’une communauté d’agglomération car il comprendrait « trop de communes rurales » [sic]. En disant cela, Mme Chrétien ignore ou mésinterprète l’article L5216-1 du Code général des collectivités territoriales (CGCT), qui impose en réalité « un ensemble de plus de 50 000 habitants d'un seul tenant et sans enclave, autour d'une ou plusieurs communes centre de plus de 15 000 habitants ». Notre projet est donc bel et bien conforme à la loi.

Appuyant les propos de Mme Chrétien, le maire est plus direct dans son argumentation en exprimant sa crainte que les délégués de la ville de Saint-Dié ne siègent qu’en majorité relative (et non absolue) au sein d’une communauté d’agglomération.

M. Pierret craindrait-il une intercommunalité qu’il ne pourrait pas entièrement garder sous son contrôle ?

Ne serait-il pas temps, au contraire, de faire preuve de bonne volonté et d’esprit de concertation pour établir une confiance mutuelle avec nos futurs partenaires intercommunaux ?

 

3. Nova America – Demande de subventions

 

REFUS DE VOTE :

Nous sommes résolument opposés à ce projet dangereux pour l’avenir de notre ville.

Nous avons donc mené une campagne d’information sur ce sujet en distribuant plus de 11.000 documents dans les boîtes-à-lettres déodatiennes. Beaucoup de nos concitoyens y ont réagit, nous manifestant à leur tour leur inquiétude devant une décision qui mettrait en péril les finances de notre cité.

Face à cette prise de conscience, nous savons, contrairement à ce qu’affirme la maire, que ce projet est de plus en plus loin de faire l’unanimité.

Christian Pierret n’a pas eu mandat pour signer ce contrat de PPP : sa profession de foi de 2008 évoquait seulement, entre autres promesses souvent abandonnées, un ... « aqualand » [sic]. Depuis, le montage financier (manifestement inachevé, puisque la demande de subventions n’intervient que maintenant), l’emplacement ainsi que l’étendue et les dimensions du projet ont varié à plusieurs reprises. Sans parler des données économiques et financières nouvelles posées par une crise qui n’a – hélas – pas épargné notre territoire. Aucun vote de 2008 ne saurait donc être interprété comme un chèque en blanc, contrairement à la vision étriquée et passéiste de la démocratie représentative invoquée par Christian Pierret.

Serge Vincent est donc intervenu pour proposer l’organisation d’un référendum local sur ce projet. Ce serait en effet faire preuve de courage politique et de respect de la démocratie que de solliciter l’avis des Déodatiens sur une question qui engage si lourdement leur avenir.

 

aquanova america,nova america,aqualand,référendum,ppp,cgct,intercommunalité,communauté d'agglomération,grande déodatie,cdci,conseil municipal

(Suite de ce compte-rendu dans une prochaine note de notre blog ...)

02/12/2011

Tribune du groupe Union Pour Saint-Dié (UPS) dans L'Echo des Vosges du 25/11/11

Pour une intercommunalité ambitieuse, économe et démocratique

Grande Déodatie.jpg


Sale temps pour l’intercommunalité ? Alors que les travaux en cours ont été ajournés pour cause de frilosité de certains élus et de précampagne électorale, Le Canard enchaîné vient de dresser un tableau inquiétant des dérives de plusieurs Etablissements Publics de Coopération Intercommunale (EPCI) qui ont entraîné un alourdissement de la fiscalité locale.

Notre engagement pionnier pour une intercommunalité ambitieuse aux champs de compétence élargis (la communauté d’agglomération de la Grande Déodatie, avec 64 communes et 76.000 habitants), la seule qui soit à la hauteur des défis auxquels notre territoire doit faire face, n’en reste pas moins intact.

Le Canard pointe surtout du doigt les armées mexicaines de vice-présidents aux indemnités plus que confortables et les « doublons » créés entre communes et structures intercommunales (alors que le but de celles-ci est la mutualisation et non l’empilement). Pour éviter ces écueils, il faudra faire, à l’échelle intercommunale, le contraire de ce qui est pratiqué aujourd’hui par l’actuelle municipalité, incapable de travailler en collectivité et dont le nombre d’adjoints ainsi que le montant des indemnités flirte avec le maximum légal.

Il faudra aussi, en organisant régulièrement des consultations et référendums locaux sur les questions importantes, réconcilier et reconnecter les citoyens avec des institutions intercommunales dont les membres ont longtemps été élus au suffrage indirect (ce qui ne sera, heureusement, plus le cas à partir de 2014).

Cet engagement démocratique est notre priorité.

 

Pour aider les associations : une salle polyvalente en intercommunalité

Avec son parc des expositions, Epinal peut accueillir de nombreuses animations. Depuis la vente de l’Espace Georges Schumann, notre ville ne dispose plus d’un équipement indispensable à l’organisation d’importantes manifestations. C’est sans doute pour cela que tous les salons ont disparus de notre ville (habitat, énergies renouvelables...).

Seul, celui de l’automobile était encore organisé, grâce au travail considérable de quelques bénévoles et à la mise à disposition par le Tennis club de ses terrains couverts.

Malheureusement, il semble que l’édition 2011 ne soit pas programmée. C’est encore un nouveau coup dur pour l’animation et le commerce de notre ville !

Les conseillers municipaux UPS : Ramata Ba, Catherine Saint-Dizier, Francine Walter, Jean-Louis Bourdon, Sébastien Rochotte et Serge Vincent.

21/07/2011

Tribune du groupe Union Pour Saint-Dié (UPS) dans L'Echo des Vosges du 15/07/11

Nova America : Attention danger !

Depuis plus de 4 ans, C. Pierret nous annonce l’ouverture prochaine du centre aqualudique « Nova America ». Pendant cette longue période, nous n’avons jamais cessé de nous opposer à ce projet pharaonique et démesuré pour une ville de la taille de Saint-Dié.

Après avoir renoncé à un financement par une Délégation de Service Public (DSP), C. Pierret a malheureusement choisi de recourir à un Partenariat Public Privé (PPP) et d’envoyer en avril 2010 un Avis d’Appel Public à la Concurrence (AAPC)  pour les candidatures.

Seulement trois groupements ont répondu à cet AAPC et ont participé à la phase de discussion appelée « dialogue compétitif », avec notamment l’organisation de réunions dont certaines se sont bizarrement tenues à Paris !

La commission d’appel d’offres du jeudi 7 juillet 2011, qui devait choisir un de ces groupements, n’a pas eu beaucoup à réfléchir. En effet, sur les trois candidats, deux avaient jeté l’éponge. Seul le groupe qui comprend entre autres les multinationales Dalkia et Spie Batignolles avait déposé un dossier.

Mais, comme le conseil municipal se tenait le 8 juillet, nous n’avons disposé que de 24 heures pour analyser le contenu de leur projet.

Toutefois, il ressort de cette analyse de nombreux points négatifs notamment sur le plan financier :

- Le coût des bâtiments : 21,5 millions d’euros TTC soit l’équivalent de 60 années du budget consacré aux investissements dans les écoles !

- Le loyer annuel versé par la ville : 2,3 millions d’euros soit plus de 58 millions sur la durée de l’exploitation !

- Les recettes espérées qui doivent venir en déduction de ce loyer : 1,1 million soit 5 fois le montant actuel des entrées de la piscine !

- La durée de cette location : 25 ans, jusqu’en 2036 !

- Les impôts locaux (taxe locale d’équipement, ..) payés par ce groupement d’entreprises au moment de la construction (225 000 euros) lui seront remboursés par la ville !

Le recours au PPP pour financer ce projet démesuré de Nova America est une nouvelle offensive de privatisation de l’action publique. C. Pierret présente les PPP comme l’horizon unique de la nouvelle action publique, alors que sa particularité consiste à désengager les villes des tâches d’intérêt général qui leur reviennent et à diminuer leur marge d’inflexion et d’évolution des choix publics. En finalité, les PPP sont un moyen de socialiser les pertes, tout en privatisant les bénéfices.

Après la privatisation de l’eau, de l’assainissement, des transports, des ordures, de la restauration collective, c’est l’un des derniers services publics (la piscine) qui disparaît.

Fermement opposés à cette politique ultra-libérale qui se traduit entre autres par des impôts locaux sans cesse en augmentation,  les élus du groupe Union Pour Saint-Dié continueront à défendre les intérêts des Déodatiens. En votant contre ce projet nous refusons d’apporter notre caution à quelques grands groupes internationaux dont l’objectif unique est la course aux bénéfices au détriment des citoyens.

 

Intercommunalité : notre projet voté à l’unanimité

Epine dorsale de notre projet municipal, l’intercommunalité est l’un des enjeux majeurs de cette décennie.

Depuis plus de trois ans et plus particulièrement depuis le début de cette année, nous défendons le principe d’une intercommunalité la plus large possible. C’est ainsi que dans le magazine « Notre Saint-Dié des Vosges » de juin 2011 nous écrivions :

«  Face à une communauté d’agglomération spinalienne de 39 communes pour une population de 80.000 habitants, futur point d’ancrage à la partie sud du sillon lorrain (Thionville-Metz-Nancy-Epinal), Saint-Dié se retrouve isolée dans une structure inadaptée. »  Face à cette situation, nous avions insisté sur la nécessité d’une intercommunalité qui soit capable de « se structurer juridiquement et d’offrir aux Déodatiens des services de haut niveau dans le domaine scolaire, universitaire, médical, culturel, sportif, économique et touristique ».

Après avoir constaté l’échec de ses démarches initiales, C. Pierret a dû reconnaitre le bien-fondé de cette inquiétude et le bons sens de notre proposition. Ainsi, cette dernière correspond exactement à la délibération votée à l’unanimité (sauf une abstention) lors du conseil municipal du 8 juillet dernier.

 

Carte scolaire : Les incohérences de la politique municipale

 Une nouvelle fois, l’adjoint à la vie scolaire (comme C. Pierret lors d’un précédent conseil) a affirmé que les décisions municipales de regrouper les écoles maternelles et élémentaires dans plusieurs quartiers de la ville s’étaient faites en tenant compte de propositions unanimes de la commission municipale consultative et avec l’accord des enseignants et parents d’élèves. Ceci est totalement faux car, par exemple, aucun vote n’a eu lieu lors des différents conseils d’écoles concernés.

L’adjoint a ensuite dénoncé la politique gouvernementale de réduction des postes d’enseignants. Mais cela ne l’a pas empêché de voter, comme ses collègues de la majorité municipale, les regroupements d’écoles proposés par l’inspectrice d’académie.

Ces regroupements se traduisent pourtant par des disparitions de postes de direction et par la création d'établissements de grandes tailles qui n’offrent plus des conditions d’accueil satisfaisantes pour les élèves.

Nous avons dit non à cette politique scolaire municipale et nous dénonçons cette position très ambiguë des élus pierretistes.

 

Les conseillers municipaux UPS.

Consultez notre blog : http://unionpoursaintdie.fr

31/05/2011

Notre tribune dans le mensuel municipal (juin 2011)

Pour une « Grande Déodatie »

Le premier projet départemental intègre notre ville dans une intercommunalité a minima.

C’est l’une des conséquences de la politique de C. Pierret, dont le jeu « perso » et la gestion municipale inquiètent les élus des villages voisins.

Face à une communauté d’agglomération spinalienne de 39 communes pour une population de 80 000 habitants, futur point d’ancrage à la partie sud du sillon lorrain (Thionville-Metz-Nancy-Epinal), Saint-Dié se retrouve isolée dans une structure inadaptée.

Cet avant-projet n’est pas à la hauteur des défis que nous devons relever.

Nous rappelons notre proposition : une «Grande Déodatie» de 64 communes (avec plus de 76 000 habitants), capable de se structurer juridiquement et d’offrir aux Déodatiens des services de haut niveau dans les domaines scolaire, universitaire, médical, culturel, sportif, économique et touristique.

Communauté d'Agglomération de la Grande Déodatie.jpg

Les élus du groupe UPS.

15:34 Publié dans Intercommunalité : pour une communauté d'agglo' | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : grande déodatie | | |  Facebook

22/05/2011

Tribune du groupe Union Pour Saint-Dié (UPS) dans L'Echo des Vosges du 20/05/11

Carte intercommunale : une catastrophe pour notre ville

Depuis plusieurs mois nous attirons l’attention de C. Pierret sur le risque d’une intercommunalité a minima. Hélas, nos craintes se sont révélées exactes car le projet du nouveau schéma départemental présenté par Monsieur le Préfet place notre ville dans une situation catastrophique.

Alors que la ville d’Epinal va bénéficier d’une communauté d’agglomération élargie regroupant 39 communes pour une population de 80 000 habitants et va ainsi servir de point d’ancrage à la partie sud du sillon lorrain (pôle reliant Thionville à Epinal, via Metz et Nancy et comptant 1,2 million d’habitants), Saint-Dié se retrouve isolée dans une structure complètement inadaptée.

La nouvelle carte intercommunale vosgienne propose ainsi de regrouper notre ville avec seulement 8 communes : Etival-Clairefontaine, Saint-Rémy, Nompatelize, La Voivre, La Salle, Saint-Michel/Meurthe, La Bourgonce et Taintrux.

Il est évident que cette proposition n’est pas du tout à la hauteur des enjeux et des défis que notre ville doit relever. Nous sommes très loin de notre projet de rassembler la Grande Déodatie (64 communes regroupant plus de 76 000 habitants) pour en faire une région capable de se structurer juridiquement et d’offrir des services de haut niveau dans les domaines universitaires, médicaux, culturels, sportifs, économiques et touristiques.

C. Pierret, par ses positions excessives et par sa gestion municipale (inquiétante pour de nombreux maires de communes voisines), partage la responsabilité de cette situation désastreuse pour l’avenir de notre bassin.

Mais il est encore temps de réagir car la CDCI (Commission Départementale de Coopération Intercommunale) se réunira dans les prochains mois pour d’éventuels ajustements.

Nous lançons donc un appel à tous les élus de la Déodatie pour qu’enfin le bon sens l’emporte et qu’une structure intercommunale de la Grande Déodatie voit le jour et offre ainsi à tous ses habitants un avenir porteur d’espoir.

Communauté d'Agglomération de la Grande Déodatie.jpg


Commémoration

Le 10 mai est traditionnellement la journée commémorative de l’abolition de l’esclavage. Pour rendre hommage au principal artisan du décret de 1848, Victor Schœlcher, une cérémonie est organisée chaque année à Saint-Dié sur le rond-point qui porte son nom.

La municipalité l’organise à 11 heures… Or, à cette heure, de nombreux conseillers municipaux (de la majorité comme de l’opposition) sont pris par leurs obligations professionnelles et ne peuvent y participer. Nous considérons que pour honorer la mémoire de cet humaniste, originaire de Fessenheim et dont les cendres reposent au Panthéon, une heure plus appropriée doit être choisie par le maire.


Déo… et débats :

En feuilletant Notre Saint-Dié-des-Vosges du mois de mai, le lecteur est obligé de constater que tout va pour le mieux dans notre ville. Rien de plus normal à la veille du compte-rendu de mi-mandat qui nous parviendra  prochainement !

Par exemple, dans son éditorial, C. Pierret laisse croire que « la dette régresse de 14,5 % ». Mais en page 7, cette baisse n’est déjà plus que de « 6,80 % tous budgets confondus ». En fait, il se garde bien de préciser que cette petite baisse est largement annulée par le « découvert bancaire » (ligne de trésorerie) qui a été multiplié par 5 en un an, passant de 200.000 à 950.000 euros.

 

Serge Vincent, Francine Walter, Jean-Louis Bourdon et Ramata Ba

Consultez notre blog : http://unionpoursaintdie.fr