Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/02/2016

Tribune des élus d'Union Pour Saint-Dié (février 2016)

« Il n'y a de réussite qu'à partir de la vérité. » (Charles de Gaulle)

 

Le 24 février 2014, le directeur de campagne du candidat David Valence affirmait : « David Valence sera un maire à plein-temps […]. Et contrairement à ce que M Vincent chante sous tous les toits [sic], David Valence ne sera pas candidat à une autre élection». Cette position a été confirmée à plusieurs reprises par l’intéressé lors de débats télévisés et de réunions publiques.

Qui a trompé les Déodatiens ?

Notre maire a en effet décidé de cumuler quatre mandats :

  • - maire ;
  • - président de la communauté de communes ;
  • - membre du conseil syndical du Pays de la Déodatie ;
  • - conseiller régional.

Sans parler d’autres fonctions exigeant beaucoup de temps :

  • - président de l’association des élus du massif vosgien ;
  • - président de la commission Transports de la région ;
  • - et membre de nombreuses autres structures politiques.

Certes, il ne sera plus président du pays de la Déodatie, mais cela ne lui enlèvera aucun revenu puisque cette fonction n’était pas rémunérée.

Par contre, son nouveau mandat d’élu régional va lui apporter des indemnités supplémentaires.

Il touchera ainsi mensuellement près de 9 000 euros d’indemnités brutes, soit l’équivalent du salaire brut de 6 personnes travaillant à temps complet et rémunérées au SMIC.

Comment ne pas s’indigner que des hommes politiques perçoivent la totalité de leurs indemnités alors qu’ils n’exercent leurs mandats qu’à temps partiel ?

Ces « professionnels » de la politique n’ont matériellement pas le temps d'assumer pleinement toutes les missions liées à leurs multiples fonctions.

Serge Vincent : « J’ai assumé simultanément deux mandats par le passé, alors que ce débat était moins présent. Même si mes fonctions d’adjoint au maire et de conseiller général d’opposition étaient moins exigeantes en temps, j’ai compris que pour assumer parfaitement les responsabilités confiées par les citoyens, il faut consacrer toute son énergie à un seul mandat. C’est pourquoi, en fondant UPS, j’ai souhaité que ce mouvement indépendant porte des valeurs démocratiques nouvelles et salutaires telles que le non-cumul des mandats. »

Face aux politiciens dont la seule défense est d’accuser de « populisme » et de « démagogie » tous les citoyens dénonçant des pratiques révolues, nous continuons à proposer des alternatives capables de réconcilier les Déodatiens avec la politique.

Elus UPS SDDV Magazine Février 2016.jpg

Serge VINCENT, Christine URBES, Jean-Louis BOURDON, Nadia ZMIRLI, Michel CACCLIN, Ramata BA et Orhan TURAN

30/01/2016

Info + (janvier 2016)

Voici le septième numéro d'info +, la lettre d'information citoyenne déodatienne :

infoplus7.jpg

(Cliquez sur l'image pour ouvrir le fichier pdf)

13/01/2016

Compte-rendu du conseil municipal du 22/12/15 (III)

10. Budget primitif 2016 (suite)

Les réponses du maire

Sur un ton professoral, il se dit satisfait de voir Union Pour Saint-Dié faire de telles propositions, mais les dénigre rapidement. Il tourne en dérision la proposition de Serge Vincent. Il estime qu’emprunter un montant identique à celui du remboursement des anciens emprunts fera augmenter notre dette !

Ces propos démontrent soit une mauvaise foi évidente, soit une méconnaissance des mécanismes des emprunts bancaires. Dans les deux cas, les Déodatiens peuvent se poser certaines questions.

Il met également le groupe UPS au défi de trouver un aménagement moins cher pour la voirie du parc de l’ex-piscine (près de 1 000 000 €).

Il indique qu’il n’est pas possible d’aménager un rond-point Place de la Cathédrale tant qu’un nouveau plan de circulation n’est pas établi. Dont acte. Mais pourquoi dans ce cas est-il possible de faire un rond-point place du 8 mai ?

Le maire refuse également notre proposition de ne pas baisser les subventions aux associations et indique que le montant des indemnités versées aux élus est normal. Il répète des arguments maintes fois entendus et aborde uniquement les indemnités des conseillers délégués et des adjoints.

Concernant ces dernières, le maire indique aussi que leurs indemnités sont de 1100 euros, ce qui ne correspond pas à la vérité. La somme votée en mai 2014 est de 1454,16 € par mois. Pourquoi le maire ne dit-il pas la vérité ?

Par contre, pas un mot sur ce qu’il perçoit au titre de maire, 4 863,03 € par mois en 2014, et de président de la communauté de communes, 1929,62 € (valeur 2014). Le total de ces indemnités est de 6792,65€, somme qu’il juge pourtant inférieure à ce qu’il gagnait lorsqu’il était à temps plein à Paris : « J’ai renoncé à des émoluments plus importants ». A ces indemnités vont s’ajouter celle de conseiller régional (plus de 2000 €).

Le débat s’anime. Le maire accuse Union Pour Saint-Dié de faire le jeu d’un parti extrémiste avec de telles propositions. Il reproche à Serge Vincent, qu’il contacté par SMS à plusieurs reprises, de ne pas avoir publié de communiqué en faveur de la liste Richert, dans laquelle il figurait, contrairement à ce qu’a fait le Parti socialiste déodatien.

Remarque : Par respect de ses engagements, UPS ne donne et ne donnera jamais de consigne de vote pour des élections autres que municipales. Tel a été le cas lors des dernières élections départementales alors même que notre collègue et présidente de l’association UPS, Christine Urbès, était candidate.

Serge Vincent rappelle au maire sa promesse de campagne d’être maire à temps-plein. Rappelons que depuis mars 2014, il est devenu président de la Communauté de Communes, puis du Pays de la Déodatie, puis de l’association des élus du massif vosgien et enfin, depuis quelques semaines, conseiller régional et qu’il sera président de la commission des transports.

Pour D. Valence, être un maire à temps plein, ce n’est pas se consacrer uniquement à son mandat de maire, mais c’est habiter à Saint-Dié ! (voir l’article de Vosges Matin du 27 décembre).

Très énervé par le rappel de sa promesse non tenue, il attaque personnellement Serge Vincent, estimant qu’il n’a aucune compétence dans le domaine de la gestion des collectivités publiques.

L’actuel adjoint aux Finances, qui a les mêmes compétences professionnelles que Serge Vincent, appréciera les propos de son chef de file.

Le groupe UPS vote contre la proposition de budget pour 2016.

N.B : On notera que tous les élus de la majorité ont voté le budget, y compris ceux qui ont des responsabilités dans des associations (il s’agit là d’une situation de conflit d’intérêt que nous avons déjà dénoncé par le passé).

_________________________________________

11. Taux des 3 taxes locales

Il est proposé de ne pas les changer. Ce qui va mécaniquement entrainer une hausse de tous les impôts locaux car les bases sont réévaluées de 1%.

Le groupe UPS vote contre.

_________________________________________

12. Indemnités du comptable public

Le groupe UPS vote pour.

_____________________________________

13. Tableau des effectifs

Le groupe UPS vote pour.

__________________________________________

 

Question écrite de Jean-Louis Bourdon sur l’aménagement de l’arrêt de bus près de la Maison Mosaïque et la Maison des Charmes

Lors du conseil municipal du 26 juin 2015, suite à une question de Christine Urbès concernant l’accessibilité aux bus pour les personnes à mobilité réduite près de la Maison Mosaïque, vous nous avez répondu que des travaux seraient réalisés rapidement.

Pouvez-vous me préciser le calendrier prévisionnel des travaux ?

Réponse de l’adjoint aux travaux : il est prévu d’agrandir le parking de la Maison des Charmes jusqu’à la rue d’Ortimont. L’aménagement de l’arrêt de bus sera alors réalisé.

photo jlb.jpg

(Photo JLB, janvier 2016)

01/01/2016

Tribune des élus d'Union Pour Saint-Dié (janvier 2016)

Une nouvelle année à votre service

Au terme d’une année 2015 particulièrement sombre et éprouvante pour tous les citoyens attachés aux valeurs de liberté, de fraternité, de laïcité et de progrès, nous sommes plus que jamais engagés au service des Déodatiens.

Sans tomber dans l’écueil stérile d’une opposition systématique, nous avons toujours à cœur de défendre l’intérêt général avant tout, sans jamais nous éloigner d’un état d’esprit constructif et responsable. L’avenir de notre ville et le bien-être de ses habitants restent les seules préoccupations de notre équipe citoyenne et indépendante de tout parti politique.

C’est pourquoi nous sommes intervenus à plusieurs reprises, notamment au conseil municipal, pour demander une baisse des impôts et une diminution significative du prix de l’eau.

Nous restons très vigilants quant à des dépenses et des projets discutables, tels que la piétonisation de la rue d’Hellieule ou les futurs travaux de la place du 8 mai. Par contre, le carrefour de la place de la cathédrale, dangereux, justifie un nouvel aménagement, sans oublier les rues de la ville en mauvais état qui nécessitent également une réfection.

Le projet de communauté d’agglomération, que nous avons été les premiers à proposer dès 2011, devrait voir le jour d’ici un an. Nous veillerons à ce que l’intercommunalité devienne vraiment une source d’économies et donc de baisse des impôts.

Comme vous pouvez le constater, nous sommes attentifs à l’utilisation de l’argent des Déodatiens. Nous avons en effet à cœur de défendre avant tout votre pouvoir d’achat et votre qualité de vie.

Nous vous souhaitons une année 2016 propice à la préparation d’un avenir plus serein, une nouvelle année riche de moments heureux pour vous et ceux que vous aimez.

test2.JPG

De gauche à droite : MM. Bourdon, Vincent, Turhan, Mme Ba, M. Cacclin, Mmes Urbès et Zmirli.


Serge VINCENT, Christine URBES, Jean-Louis BOURDON, Nadia ZMIRLI, Michel CACCLIN, Ramata BA et Orhan TURAN

09/12/2015

Info + (décembre 2015)

Voici le sixième numéro d'info +, la lettre d'information citoyenne déodatienne :

INFO+ n°6 decembre 2015.jpg

(Cliquez sur l'image pour ouvrir le fichier pdf)

19/10/2015

Info + (octobre 2015)

Voici le cinquième numéro d'info +, la lettre d'information citoyenne déodatienne :

Vignette Info plus oct 15.jpg

(Cliquez sur l'image pour ouvrir le fichier pdf)

14/10/2015

Compte-rendu du conseil municipal du 18/09/15 (IV)

19. Questions diverses

Question de Jean-Louis Bourdon (UPS) : Pouvez-vous nous indiquer l’état d’avancement du dossier de l'ex-usine Sylva ?

IMG_3549.jpg

(Photo : J-L. B.)

Réponse de Christine Felden : Alors que le projet initial était d’en faire une résidence d’artistes, la municipalité a pensé à une nouvelle affectation. Il pourrait s’agir d’une annexe de la médiathèque (avec vidéothèque) avec ouverture du parc au public. Le maire indique que cela pourrait se faire dans 2 à 3 ans.

Note d’UPS : Lors du conseil du 26 juin 2015, à l’occasion du débat sur la médiathèque, le groupe UPS avait demandé la réouverture de la bibliothèque de Kellermann. Il lui avait été répondu que cela n’était pas possible. Notons également qu'il y a d’autres locaux municipaux disponibles sur le quartier, par exemple au sein de l’école Vincent Auriol.

________________________

Question d'Orhan Turan (UPS) : Pouvez-vous nous indiquer pourquoi les travaux de sécurisation du terrain de basket de l’Orme prévus au printemps dernier n’ont pas encore été réalisés ?

Réponse de l’adjoint aux quartiers : On a prévu des poteaux et un filet.

Note d’UPS : Depuis ce conseil, les travaux démarrent « doucement ». Sur la photo ci-dessous, prise par Jean-Louis Bourdon le 22 septembre, on voit que des travaux ont commencé à la suite de la question posée (le 14/09, conformément aux délais fixés par le maire) par Orhan Turan.

IMG_3327.jpg

________________________

Question de Jean-Louis Bourdon (UPS) : Suite aux votes du conseil municipal du 22 mai 2015, pouvez-vous nous indiquer les réponses obtenues sur les demandes de subventions au titre des réserves parlementaires (au député Gérard Cherpion pour les menuiseries de l’école Clémencet et au sénateur Daniel Gremillet pour la toiture des tennis couverts) ?

Réponse : Le député « a donné » 7 500 € pour Clémencet, mais la réserve parlementaire du sénateur était déjà totalement utilisée lorsque la demande a été déposée.

________________________

Question de Johann Ruh (SDA) : La ville vient de rejoindre le Réseau des villes solidaires, peut-on connaître les dispositions prises par le gouvernement ?

Réponse de l’adjointe à la solidarité : Il y a eu une réunion de la majorité. Quatre logements sociaux ont été réservés (hors des quartiers « Politique de la Ville »). On est encore dans le flou de la part du gouvernement. Cela ne concerne que les réfugiés de guerre, pas les réfugiés économiques. On ne sait pas ce que le préfet proposera.

07/10/2015

Restauration scolaire : la position d'Union Pour Saint-Dié

Depuis plusieurs mois, les repas proposés par la restauration scolaire sont au cœur d’un débat national.

Cet été, le député UDI Yves Jégo a repris une idée de François Bayrou en proposant de généraliser la possibilité de choisir entre un menu végétarien et un menu comprenant de la viande.

Dans ce contexte, quelle est la position d’UPS sur ce sujet d’actualité ?

Il faut d’abord préciser que la restauration scolaire constitue un « service public facultatif » et qu’aucune obligation ne contraint les communes en matière de menus. Les collectivités peuvent donc l’organiser librement mais en respectant les impératifs du service public.

Pour notre part, nous tenons fermement au principe de Laïcité, inscrit dans la loi de 1905 mais aussi dans celle de 2004 qui interdit toute manifestation ostentatoire d’une appartenance religieuse au sein des écoles de la République.

Pour UPS, l’État et les collectivités doivent, aujourd’hui plus que jamais, rester neutres et ne pas céder aux demandes allant à l’encontre de nos valeurs républicaines.

Aussi, nous estimons que notre ville doit proposer un choix entre, d’une part, un menu comprenant de la viande ou du poisson et, d’autre part, un menu végétarien complet et équilibré.

L’École de la République ne doit laisser aucun enfant sur le bord de la route. C’est une question d’éthique, de justice et d’égalité des chances. A l’opposé des positions dogmatiques, la liberté de choisir entre deux repas consacre le principe du libre arbitre : tout le monde peut s’y retrouver et contribuer, ainsi, au « vivre ensemble ».

Des engagements respectés : une force indépendante, responsable, constructive et vigilante

Il est temps pour UPS de faire le point sur son action au cours des dix-huit mois qui se sont écoulés depuis le début de la mandature.

Fort de la confiance d’un très grand nombre de Déodatiens, notre mouvement citoyen s’impose comme un acteur incontournable de la vie politique locale.

Les enjeux de ce mandat sont cruciaux car ils conditionneront une grande part de l'avenir de notre ville, notamment dans la nécessité d'un développement harmonieux avec nos voisins au cœur de l’actuelle communauté de commune et demain, dans la future communauté d’agglomération que nous appelons de tous nos vœux depuis mars 2011.

La lutte contre le poids de la dette et la pression fiscale, la nécessité d'une nouvelle attractivité de notre ville, un projet de solidarité fort… sont autant d’enjeux qui exigent de la volonté, du courage et une détermination absolue.

Ces défis ne pourront être relevés qu’avec un nouveau mode de gouvernance. Le recours à la démocratie de proximité et le lien direct avec les Déodatiens doivent être privilégiés. Faire de notre commune un exemple de démocratie est non seulement conforme à nos valeurs républicaines mais constituerait un outil du changement.

Quels sont les engagements qui guident notre action ?

Dans notre première tribune municipale de la mandature actuelle, nous exposions nos engagements à l’égard des Déodatiens.

Dix-huit mois plus tard, avons-nous respecté notre parole ?

En tant qu’élus responsables, nous mettons régulièrement sur la table des propositions concernant la vie municipale. Cette attitude constructive et positive nous distingue des oppositions traditionnelles.

Ces propositions sont le fruit d’un travail de fond. Nous étudions scrupuleusement tous les dossiers, vérifions les calculs et les coûts annoncés. Nous sommes assidus et actifs au sein des commissions municipales et communautaires.

Toujours objectifs dans nos analyses, nous expliquons les raisons de notre opposition lorsqu’un projet paraît approximatif, flou ou pire, inutile.

Nous exigeons des précisions, des pièces justificatives, pas pour le plaisir de contrarier, mais pour protéger le capital et l’avenir des Déodatiens.

Nous n’avons d’autre ambition que de servir l’intérêt général dans notre ville.

Pour cela, nous disposons d’un groupe uni par des valeurs communes et composé de conseillers municipaux au service des Déodatiens qui ont décidé de faire de la politique autrement, loin des querelles partisanes et des ambitions personnelles.

union pour saint-dié,ups saint-dié

Élus, membres du bureau et du C.A. d'UPS - Photo : M. Fourniquet

20:40 Publié dans Nos engagements, nos propositions | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : union pour saint-dié, ups saint-dié | | |  Facebook

02/10/2015

Tribune des élus d'Union Pour Saint-Dié (octobre 2015)

ups.jpg

Une force de proposition, indépendante et vigilante

Fort de son expérience, le groupe Union Pour Saint-Dié (UPS) reste mobilisé pour défendre les intérêts des Déodatiens.

Par nos interventions régulières, nous assurons le suivi de tous les dossiers importants. Par nos actions de communication, notamment avec notre nouvelle lettre électronique Info+, nous contribuons à informer les citoyens et à alimenter le débat.

Toujours indépendants des partis politiques, nous plaçons l’impartialité au cœur de notre engagement au service de la collectivité. Ainsi, nous n’avons pas vocation à nous opposer systématiquement à la majorité municipale : quand des mesures de bon sens sont reprises ou proposées, nous appuyons celles-ci par nos votes. Nous restons cependant vigilants quant aux choix effectués, notamment en ce qui concerne les impôts, les services publics ou les travaux.

Plus que jamais, nous pensons que la parole des citoyens ne doit pas être ignorée et qu’une pratique plus directe de la démocratie serait salutaire. Les habitants de Saint-Dié méritent notamment des conseils de quartier couvrant toute la ville.

 

L’école au cœur

Nous avons toujours accordé une place centrale aux écoliers déodatiens, que ce soit en prenant la défense d’établissements scolaires menacés ou en avançant des propositions pour l’amélioration des rythmes scolaires.

Particulièrement attentifs au maintien de la spécificité de l’école maternelle, nous sommes très réservés au sujet du projet de regroupement des écoles Clémencet-Darmois et inquiets quant aux risques de fermeture de la maternelle Claire Goll.

 

Pour une intercommunalité plus ambitieuse et efficace

En 2011, nous étions les seuls à proposer la création d’une communauté d’agglomération de la Grande Déodatie. Même si Saint-Dié a commencé à sortir de son isolement depuis 2013, il reste encore beaucoup à faire.

En effet, certaines communes limitrophes de la nôtre devront être intégrées, dans une optique de cohérence territoriale et de développement mutuel.

De plus, il reste à atteindre l’objectif majeur de l’intercommunalité, à savoir la réduction des frais par la mutualisation des moyens, ce qui permettait une baisse sensible des impôts locaux.

Ce n’est malheureusement pas encore le cas, comme les Déodatiens pourront le constater en payant leur taxe d’habitation ou leur taxe foncière.

 

Serge VINCENT, Christine URBES, Jean-Louis BOURDON, Nadia ZMIRLI, Michel CACCLIN, Ramata BA et Orhan TURAN