Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/01/2016

Compte-rendu du conseil municipal du 22/12/15 (II)

10. Budget primitif 2016

Le maire rappelle son action de 2015 et annonce la vente de l’ancien bâtiment du Tribunal des Prud'hommes, rue de la Meurthe, pour 140 000 €, le rachat de la propriété Dormeuil à l’Orme (sans en préciser le montant). La création d’un skate-park et celle de pistes cyclables sont différées. L’aménagement du carrefour de la place de la cathédrale est « envisagé ».

 

Les interventions du groupe UPS

Intervention de Jean-Louis Bourdon concernant les subventions aux associations :

Les associations, qui contribuent dans bien des domaines à l’animation de la cité, voient, sauf exceptions, le soutien financier de la ville baisser à nouveau cette année. Notamment les clubs sportifs qui sont fortement touchés par d’importantes réductions de la subvention municipale.

Je constate également, une baisse drastique des subventions au CCAS (moins 223 000 en 2016, soit une diminution de 300 000 en deux ans). On note également que la baisse du Contrat Enfance Jeunesse a été répercutée pour la quasi-totalité sur les centres sociaux.

Dans les circonstances actuelles, toutes les structures qui créent du lien social doivent être encouragées. Les clubs sportifs et associations en font partie.

 

Intervention de Jean-Louis Bourdon concernant l’insuffisance de défibrillateurs accessibles au public à Saint-Dié :

Vous annoncez un budget de 8 700 pour des stèles et calvaires, donc à la mémoire des morts. J’aurais aimé voir un investissement pour éviter des morts subites par arrêt cardiaque, grâce à l’implantation de défibrillateurs accessibles au public 24h/24. Notre ville est en effet à la traine dans ce domaine avec un seul appareil. Plusieurs commune de la Déodatie en ont déjà 3 et la ville de Montbard, pilote en la matière, en a une vingtaine. Implanter de tels appareils dans tous les quartiers de la ville permettrait de sauver plusieurs vies chaque année. Quelles ont vos projets en la matière ?

 

Intervention de Michel Cacclin sur les investissements :

Vous annoncez un investissement de 950 000 euros pour la création d’un parc sur le terrain laissé libre par la démolition de l’ancienne piscine, avec une passerelle le reliant au parc Jean Mansuy.

D’autre part, vous souhaitez remplacer la patte d’oie située place du 8 mai par un nouveau rond-point pour un coût de 190 000 euros. Pourtant ce carrefour, reliant les rues du 11 novembre aux rues de la Ménantille et d’Hellieulle, ne pose aucun problème de circulation. Ce n’est pas une priorité, contrairement à la place de la Cathédrale qui est très dangereuse pour les piétons et les automobilistes. D’autre part, de nombreuses rues de notre ville, en mauvais état, mériteraient une réfection.

 

Intervention de Serge Vincent sur les choix budgétaires :

1ère Proposition : celle que nous avons évoquée lors du DOB

Non pas une hausse de 1% de tous les impôts locaux comme l'a décidé le maire, mais une baisse de 5% du taux de la taxe d’habitation.

Pour financer cette proposition, qui entraîne un manque à gagner de 266 000 euros pour la ville, il suffit de baisser de seulement 0,8% les seules dépenses de fonctionnement du budget principal

Nous continuons à penser que la taille de notre ville ne justifie pas d’avoir un directeur du cabinet du maire (avec plusieurs secrétaires). Le directeur général des services peut remplir sans problème les deux fonctions, sauf à considérer que les contribuables déodatiens doivent payer un service « politique » à la disposition du maire.

A noter : le projet de budget nous est déjà présenté avec des recettes fiscales sous-estimées de 111 000 euros. C’est-à-dire qu’une partie de notre proposition est déjà budgétée.

 

2ème Proposition : un plan d’investissement renforcé pendant 5 ans

A une situation souvent difficile (chômage, précarité, mal-vivre…), il ne faut pas imposer aux Déodatiens une politique municipale trop austère et trop rude.

Le montant de nos investissements est bien trop faible pour changer en profondeur l’image de notre ville, pour la rendre plus accueillante qu’elle n’est actuellement, pour redonner de l’espoir, de l’envie, de la confiance à nos concitoyens.

Aussi nous vous proposons de consacrer nos moyens financiers à la réalisation des investissements indispensables à l’avenir de notre ville, à son changement.

A côté de la baisse de la fiscalité, cela doit être LA priorité des 5 prochaines années.

 

Grâce à ce plan de relance de l’économie déodatienne, nous pourrons :

- lancer l’aménagement de la place du Marché, avec la création d’un marché couvert ;

- réaliser un rond-point place de la Cathédrale ;

- programmer un plan de rénovation de la voirie plus ambitieux ;

- procéder à la première tranche de l’aménagement des rives de la Meurthe avec la participation de la Communauté de commune.

 

Pour financer ces millions d’euros, qui seront autant de chiffres d’affaires supplémentaires pour les entreprises locales et donc d’emplois sauvegardés ou créés, de revenus pour les Déodatiennes et Déodatiens, nous n’avons qu’une seule solution :

Geler le montant de notre dette à son niveau actuel.

Je comprends que cette proposition peut faire débat, mais j’ai entendu le message des Français et des Déodatiens lors des dernières élections.

Monsieur le Maire, en tant qu’élus responsables, nous ne devons pas rester sourds à ce cri de désespoir de millions d’électeurs.

...

(A suivre : Réponses du maire et suite des délibérations)

09/01/2016

Compte-rendu du conseil municipal du 22/12/15 (I)

conseil municipal,saint-dié,saint-dié-des-vosges

Initialement prévue pour le vendredi 18 décembre, la réunion du conseil municipal a été reportée de quelques jours car, d’après certaines sources fiables, le cabinet du maire était occupé (et sans doute préoccupé) par les élections régionales.

 

1. Compte-rendu de la séance du conseil municipal du 22 novembre 2015

Abstention du groupe UPS.

___________________________

2. Rapport de la Commission Locale d’Évaluation des Charges Transférées

Le groupe UPS vote pour.

___________________________

3. Médiathèque - Numérisation de documents du fonds Yvan Goll

Le groupe UPS vote pour.

___________________________

4. Modification de membres désignés par le conseil au sein de la fondation Yvan et Claire Goll

En avril 2014, le conseil avait désigné 7 membres au lieu de 5. Restent membres : MM. Zanchetta, Ruh et Mmes Kiener, Felden et Urbès.

Le groupe UPS vote pour.

___________________________

5. Ouverture de commerces 12 dimanches par an

Il est demandé au conseil de valider la liste retenue par la communauté de communes.

Le groupe UPS vote pour.

___________________________

6. Décision modificative N°4

Il est proposé une baisse de la subvention pour le CCAS (centre communal d'action sociale).

Le groupe UPS s’abstient.

___________________________

7. Modification de la provision au titre des emprunts toxiques

Le groupe UPS vote pour.

___________________________

8. Quartier de Kellermann – Échange de terrains entre la ville et Vosgélis et le Toit Vosgien dans le cadre du programme de renouvellement urbain

Le groupe UPS vote pour.

___________________________

9. Programme de développent durable et Année verte

Ce programme nous est exposé sans que le document projeté nous soit remis. A ce jour, nous ne l’avons toujours pas.

Il est annoncé, entre autres :

- l’aménagement d’un parc de 10 000 m²,

- un nouveau cahier des charges pour la DSP de la restauration en 2017, avec des circuits courts pour lesquels l’adjointe à la vie scolaire était dubitative lorsque Christine Urbès (Union Pour Saint-Dié) les proposait en novembre dernier,

- un nouveau plan de circulation avec une place pour le vélo (proposé en 2014 par Union Pour Saint-Dié),

- un projet d’usine hydroélectrique à la Vanne de Pierre (déjà proposé, il y a plusieurs années, par l’adjointe au développement durable de la précédente municipalité).

Il s’agit d’une information : il n’y a donc pas de vote.

...

(A suivre : Budget primitif 2016)

14:42 Publié dans Conseil municipal | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : conseil municipal, saint-dié, saint-dié-des-vosges | | |  Facebook

08/01/2016

Cumul des mandats (communiqué d'Union Pour Saint-Dié du 7 janvier 2016)

« Il n'y a de réussite qu'à partir de la vérité. » (Charles de Gaulle)

 

Le 24 février 2014, le directeur de campagne du candidat David Valence affirmait : « David Valence sera un maire à plein-temps […]. Et contrairement à ce que M Vincent chante sous tous les toits [sic], David Valence ne sera pas candidat à une autre élection ». Cette position a été confirmée à plusieurs reprises par l’intéressé lors de débats télévisés et de réunions publiques.

Qui a trompé les Déodatiens ?

Notre maire a en effet décidé de cumuler quatre mandats :

  • maire ;
  • président de la communauté de communes ;
  • membre du conseil syndical du Pays de la Déodatie ;
  • conseiller régional.

Sans parler d’autres fonctions exigeant beaucoup de temps :

  • président de l’association des élus du massif vosgien ;
  • président de la commission Transports de la région ;
  • et membre de nombreuses autres structures politiques.

Certes, il ne sera plus président du Pays de la Déodatie, mais cela ne lui enlèvera aucun revenu puisque cette fonction n’était pas rémunérée.

Par contre, son nouveau mandat d’élu régional va lui apporter des indemnités supplémentaires dont le montant sera au minimum de 2 130 euros.

Il touchera ainsi mensuellement près de 9 000 euros d’indemnités brutes, soit l’équivalent du salaire brut de 6 personnes travaillant à temps complet et rémunérées au SMIC.

Comment ne pas s’indigner que des hommes politiques perçoivent la totalité de leurs indemnités alors qu’ils n’exercent leurs mandats qu’à temps partiel ?

Ils n’ont matériellement pas le temps d'assumer pleinement toutes les missions liées à leurs multiples fonctions.

Le cumul des mandats est aujourd’hui rejeté par 91% des Français (sondage Elabe/BFMTV du 16/12/2015), qui ne veulent plus d’une professionnalisation de la politique financée par leurs impôts.

Les élus doivent prendre en compte cette attente, sous peine d’accroître davantage le désarroi des Français.

Serge Vincent : « J’ai assumé simultanément deux mandats par le passé, alors que ce débat était moins présent. Même si mes fonctions d’adjoint au maire et de conseiller général d’opposition étaient moins exigeantes en temps, j’ai compris que pour assumer parfaitement les responsabilités confiées par les citoyens, il faut consacrer toute son énergie à un seul mandat. C’est pourquoi, en fondant UPS, j’ai souhaité que ce mouvement indépendant porte des valeurs démocratiques nouvelles et salutaires telles que le non-cumul des mandats. »

Face à l’inertie des politiciens, un mouvement citoyen tel que le nôtre est à l’avant-garde des pratiques et des idées qui pourront réconcilier les Déodatiens avec la politique.

 

Les membres du conseil d’administration de l’association UPS

01/01/2016

Tribune des élus d'Union Pour Saint-Dié (janvier 2016)

Une nouvelle année à votre service

Au terme d’une année 2015 particulièrement sombre et éprouvante pour tous les citoyens attachés aux valeurs de liberté, de fraternité, de laïcité et de progrès, nous sommes plus que jamais engagés au service des Déodatiens.

Sans tomber dans l’écueil stérile d’une opposition systématique, nous avons toujours à cœur de défendre l’intérêt général avant tout, sans jamais nous éloigner d’un état d’esprit constructif et responsable. L’avenir de notre ville et le bien-être de ses habitants restent les seules préoccupations de notre équipe citoyenne et indépendante de tout parti politique.

C’est pourquoi nous sommes intervenus à plusieurs reprises, notamment au conseil municipal, pour demander une baisse des impôts et une diminution significative du prix de l’eau.

Nous restons très vigilants quant à des dépenses et des projets discutables, tels que la piétonisation de la rue d’Hellieule ou les futurs travaux de la place du 8 mai. Par contre, le carrefour de la place de la cathédrale, dangereux, justifie un nouvel aménagement, sans oublier les rues de la ville en mauvais état qui nécessitent également une réfection.

Le projet de communauté d’agglomération, que nous avons été les premiers à proposer dès 2011, devrait voir le jour d’ici un an. Nous veillerons à ce que l’intercommunalité devienne vraiment une source d’économies et donc de baisse des impôts.

Comme vous pouvez le constater, nous sommes attentifs à l’utilisation de l’argent des Déodatiens. Nous avons en effet à cœur de défendre avant tout votre pouvoir d’achat et votre qualité de vie.

Nous vous souhaitons une année 2016 propice à la préparation d’un avenir plus serein, une nouvelle année riche de moments heureux pour vous et ceux que vous aimez.

test2.JPG

De gauche à droite : MM. Bourdon, Vincent, Turhan, Mme Ba, M. Cacclin, Mmes Urbès et Zmirli.


Serge VINCENT, Christine URBES, Jean-Louis BOURDON, Nadia ZMIRLI, Michel CACCLIN, Ramata BA et Orhan TURAN

09/12/2015

Info + (décembre 2015)

Voici le sixième numéro d'info +, la lettre d'information citoyenne déodatienne :

INFO+ n°6 decembre 2015.jpg

(Cliquez sur l'image pour ouvrir le fichier pdf)

02/12/2015

Tribune des élus d'Union Pour Saint-Dié (décembre 2015)

Communiqué des élus d’Union Pour Saint-Dié *

Union Pour Saint-Dié a une pensée émue pour les victimes et pour les nombreux blessés des attentats du vendredi 13 novembre. Elle partage la peine et la douleur de leurs familles et de leurs proches.

La colère légitime contre ces atrocités ne doit pas nous laisser céder à la peur ni à la division que les terroristes souhaitent installer en France.

Notre ville, comme l’ensemble du pays avec ses institutions et ses citoyens rassemblés, devra faire face à cette agression délibérée, avec détermination et responsabilité. Nous relèverons ce défi en conservant plus que jamais nos valeurs de liberté, fraternité et de solidarité.

Au-delà de la douleur et de l'indignation, face à cet acte de guerre, il appartient à tous d'être responsables et confiants en l’avenir. Comme en d'autres temps troublés, la France retrouvera sa paix et sa grandeur par l'union autour de ce qui a toujours fait sa force et sa constance, ses valeurs, puisées aux sources de son histoire.

Serge VINCENT, Christine URBES, Jean-Louis BOURDON, Nadia ZMIRLI, Michel CACCLIN, Ramata BA, Orhan TURAN


* Communiqué transmis le 20 novembre, date limite pour l’envoi de notre texte.

19:00 Publié dans Défense de la démocratie, Solidarités | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook

29/11/2015

Compte-rendu du conseil municipal du 19/10/15 (III)

10. Questions diverses (proposées par le maire selon l’ordre alphabétique du nom de leurs auteurs)

A - Question de Christine Felden sur les dommages créés par une entreprise chargée d’intervenir sur le chantier des tennis couverts.

L’adjoint aux travaux précise que la réparation de ces dommages sera prise en charge par l’assurance de l’entreprise et que les travaux seront terminés pour le 31 janvier 2016.


B - Question de Roselyne Froment sur les critiques de l’association de pêche concernant les travaux sur le Taintroué dont la presse s’est faite l’écho.

L’adjoint aux travaux précise que les travaux ont été réalisés avec l’accord de la Direction Départementale des Territoires et de la Fédération départementale de pêche et que l’association locale n’a participé qu’à une seule des réunions organisées sur ce sujet.


C - Question de M-F Lecomte sur la programmation culturelle, en réponse à un article de Vosges Matin consacré à une tribune de l’ancienne adjointe à la culture sur la période 2008-2014.

L’adjointe à la culture rappelle que la Nef a pour mission la création culturelle et que l’Espace Georges Sadoul, quant à lui, est destiné à la diffusion de spectacles. Elle dénonce les tarifs élevés des spectacles proposés à la Nef. Elle indique que la compagnie des Crieurs de nuit a procédé, à la Nef, à la création de son dernier spectacle avec des répétitions ouvertes au public. Elle signale aussi l’objectif d’amener chaque année les scolaires pour des spectacles à La Nef et à l’Espace Georges Sadoul.


D - Question de Jacqueline Thirion sur les dégâts causés par les sangliers.

Le premier adjoint indique que des arrêtés ont été pris pour permettre l’abattage de plusieurs bêtes, avec des tirs à l’arc en liaison avec le lieutenant de louveterie.

Le maire indique que l’on a fait le choix de la chasse à l‘arc, car on est près des habitations et qu’une balle de fusil peut tuer jusqu’à 2 km.


E - Question de Christine URBES (UPS)

Depuis plusieurs mois, les repas proposés par la restauration scolaire sont au cœur d’un débat national. La solution actuellement retenue à Saint-Dié, qui consiste à proposer une viande de substitution, n’est pas satisfaisante.

Cet été, le député UDI Yves Jégo a proposé de généraliser la possibilité de choisir entre un menu végétarien et un menu comprenant de la viande.

Pour notre part, nous tenons fermement au principe de Laïcité, inscrit dans la loi de 1905 mais aussi dans celle de 2004 qui interdit toute manifestation ostentatoire d’une appartenance religieuse au sein des écoles de la République.

Pour nous, l’État et les collectivités doivent, aujourd’hui plus que jamais, rester neutres et ne pas céder aux demandes allant à l’encontre de nos valeurs républicaines.

Aussi, nous estimons que notre ville doit proposer un choix entre, d’une part, un menu comprenant de la viande ou du poisson et, d’autre part, un menu végétarien complet et équilibré.

L’école de la République ne doit laisser aucun enfant sur le bord de la route.

Est-il possible, à l’occasion de la prochaine DSP début 2017, de retenir notre proposition ?

L’adjointe à la vie scolaire indique qu’elle a déjà répondu à une question sur ce sujet à Jean-Louis Bourdon en commission scolaire.
Elle précise que les parents sont contre les menus végétariens, qu’Avenance ne sait pas faire de tels menus [!], qu’elle n’a pas eu de plainte des parents sur les plats de substitution au porc actuellement proposés et que les parents disent que les enfants qui n’aiment pas le poisson n’ont pas de plat de substitution.
Le maire indique néanmoins qu’il va en discuter avec le prestataire.
Remarque de UPS : nous sommes étonné qu’une question abordée lors d’une commission ne puisse pas être posée pendant un conseil municipal. Nous souhaitons que sur des sujets importants, les débats soient publics et que tous les Déodatiens soient informés des réponses de la municipalité. C’est notre conception d’une véritable démocratie.


On pourrait aussi dire qu’il est surprenant que les élus de la majorité se posent des questions entre eux, alors qu’ils ont la maîtrise du débat lors des séances du conseil municipal avec les questions inscrites à l’ordre du jour et les informations de début de conseil. A cet égard, lors de cette séance du 19 octobre, le temps consacré aux informations a été quasiment aussi long que celui consacré à l’ordre du jour officiel : 47 minutes contre 51 minutes, temps auxquels il faut ajouter celui des questions diverses : 42 minutes.

F - Question de Serge VINCENT (UPS)

Fin septembre, nous avons été alertés par des Déodatiens sur la mise à disposition de bacs complémentaires destinés à recueillir des déchets d’abattage d’animaux. Ce type de collecte, organisé par la collectivité, pose des problèmes sanitaires évidents. Est-il légal ?

Dans de nombreuses autres communes, des abattoirs mobiles ont été mis en place par les personnes intéressées à leurs frais, avec l’accord de la collectivité.

Pourquoi une telle solution n’a-t-elle pas été retenue dans notre ville ?

Réponse du maire : (puisqu’il s’agit d’une question d’un président de groupe)

Des bacs sans couvercles vidés le matin et le soir ont été mis en place en 2010 par la précédente municipalité. L’opération a été poursuivie.
Pour 2015 le maire indique : « nous avons estimé que nous n’étions pas prêts ». Mais des contacts ont été pris avec la ville de Behren les Forbach et, dès novembre 2015, une nouvelle réunion aura lieu afin de déposer un dossier à la préfecture.

18:21 Publié dans Conseil municipal | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook

23/11/2015

Compte-rendu du conseil municipal du 19/10/15 (II)

5. Décision modificative n° 4

La présentation de Nicolas BLOSSE, adjoint, a la particularité de se faire sans jamais citer de chiffres. Il explique que cette décision modificative concerne :
- l’annulation de la vente du terrain de camping,
- l’achat à la SEV de CAP 6, situé à côté de la Caisse d’Épargne et son intégration dans le budget annexe des locations commerciales,
- le provisionnement des intérêts des emprunts toxiques,
- une écriture d’amortissement,
- une écriture de régularisation de participation et des admissions en non-valeur (cf. point suivant).
Les Déodatiens n’en sauront pas plus. On est loin de « l’open data » (en français : la transparence) annoncée avant les élections…

Intervention de Serge VINCENT : Il informe le conseil que cette décision modificative concerne également le paiement par la ville d’une somme importante pour le compte du centre AquaNova. Cette dépense, non prévue dans le budget 2015, est due à la prise en charge par la ville des taxes foncières 2014 et 2015 de cette piscine. Il rappelle au maire le coût démesuré du contrat de Partenariat Public Privé qui lie la ville à AquaNova et souhaite que cette nouvelle charge soit remboursée par l’exploitant.

Voté à l’unanimité.

_________________________________


6. Admission en non-valeur et créances éteintes 2015

Concerne des taxes et produits non recouvrables du fait de l’insolvabilité des débiteurs, de recherches infructueuses. La plus importante (43 291,79 €) est liée à la liquidation judiciaire de l’ancien bowling et correspond à des loyers non payés.

Voté à l’unanimité.

_________________________________


7. Demande de classement dans le domaine public communal de la voie privée du lotissement de la Goutte Morelle à la Bolle, dénommée « Chemin des Ecureuils »


Cette demande avait déjà été effectuée en 2012 mais la procédure n’avait pas été menée à son terme.

Serge Vincent (UPS) informe le conseil municipal que cette voie est déjà, de fait, dans le domaine public. En effet, le ramassage des poubelles et le déneigement sont déjà effectués dans le lotissement. Il précise également que le chemin est en mauvais état.

L’adjoint aux travaux confirme ces informations et précise que les montant des travaux pour le revêtement de la chaussée s’élève à 13 000€.

Le maire précise que, pour être acceptée, une telle démarche nécessite en cas de lotissement, que celui-ci soit terminé, et qu’il a déjà refusé le classement dans le domaine public de la voirie d’un lotissement incomplet.

Voté à l’unanimité.

_________________________________


8. Signature de la Charte du droit fondamental des citoyens à accéder à l’information et aux savoirs par les bibliothèques


Lors de son dernier congrès à Strasbourg en 2015, l’Association des Bibliothécaires de France a dévoilé sa Charte du droit fondamental des citoyens à accéder à l’information et aux savoirs par les bibliothèques. L’Association propose aux collectivités d’adhérer aux principes énumérés dans cette Charte, qui sont :
• Le droit d’accéder librement et sans discrimination à toutes les cultures et à une information plurielle
• Le droit à un accompagnement attentif et compétent, respectueux des attentes des citoyens
• Le droit des personnes handicapées à l’égalité d’accès aux savoirs et à l’information
• Le droit d’expérimenter et de se former tout au long de la vie
• Le droit d’être en capacité de participer à l’innovation sociale et aux débats citoyens
• Le droit d’accéder à un internet public ouvert et fiable
• Le droit d’accéder, de réutiliser, de créer et de diffuser des communs du savoir
• Le droit d’accéder à des ressources, y compris numériques, respectant la diversité des usages et favorisant l’appropriation de l’information et du savoir
L'adhésion à la charte ouvre la possibilité d’obtenir une labellisation des actions et des services réalisés. Cette labellisation « Bib’Lib » se déclinera en trois labels attribués selon des critères déterminant le niveau d’implication dans la mise en œuvre des principes énoncés par la charte.

Voté à l’unanimité.

_________________________________


9. Compte-rendu des décisions du Maire


A la demande du maire, l’adjoint aux finances indique que l’État va faire une avance de 400 000€ à taux zéro sur le FCTVA (Fond de compensation de la TVA).

(A suivre...)

20:23 Publié dans Aquanova America, Conseil municipal | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook

21/11/2015

Compte-rendu du conseil municipal du 19/10/15 (I)

Informations

Congrès de L’ANEM (Association Nationale des Élus de Montagne) : en 2016 il aura lieu à Saint-Dié-des-Vosges et Gérardmer.

Situation financière : les frais de personnel ont diminué de 0,9% si l’on tient compte des transferts vers la communauté de commune (tout autre mode de calcul ne serait pas sincère). Pour l’investissement, après les 9 premiers mois de 2015, on en est à un taux de réalisation de 42% du budget prévisionnel.

Le Projet Éducatif de Territoire est présenté par l’adjointe à la vie scolaire. Ce projet qui vise à mener des actions dans l’intérêt des enfants permet de bénéficier de l’aide de l’État pour les Nouvelles Activités Périscolaires (90 € par enfant scolarisé même s’il ne participe pas à ces NAP). Le PEdT a été validé le 1er septembre par le Préfet et l’Éducation Nationale. Les NAP restent organisées sur deux après-midi par semaine, avec quelques modifications par rapport à l’an dernier (regroupement différent pour les écoles et périodes d’activité sur un trimestre et non plus sur 6 semaines). Elles demeurent payantes car, pour le maire, « Tout ce qui est gratuit n’a pas de valeur » (sic).

Schéma de Coopération Intercommunale. Réunion de la commission départementale vendredi 23 octobre. Le calendrier prévoit un retour vers les communes qui devront délibérer pour la fin de l’année. Le schéma définitif sera arrêté par le Préfet le 31 mars 2016.

Modernisation de la Médiathèque Jean de la Fontaine. Les travaux viennent de commencer et s’achèveront fin décembre. La réouverture est prévue début janvier 2016. Avis de subventions accordées par l’État pour des travaux dans les quartiers de Saint-Roch-L’Orme et Kellermann (cf. Conseil du 24 juillet 2015).

Subvention de 15 000 € du Conseil Régional pour la Culture.

Dépôt de l’Agenda d’accessibilité des bâtiments municipaux : délai supplémentaire de 3 ans accordé par le Directeur Départemental des Territoires.

___________________________________

1. Adoption du compte-rendu de la séance du conseil municipal du 18 septembre 2015

Les élus UPS s’abstiennent.

___________________________________

2. Désignation de membres supplémentaires au conseil d’exploitation de la régie de spectacles vivants

L’Espace Georges Sadoul et la Nef possèdent un conseil d’exploitation de régie à autonomie financière qui se réunit deux fois par an pour proposer les orientations budgétaires et partenariales. Le conseil municipal a déjà désigné le 18 avril 2014 Claude KIENER, adjointe, comme représentante du conseil municipal, puis le 17 avril 2015, José DA SILVA et Emmanuel ANTOINE, représentant le secteur associatif. Ce conseil municipal a désignés trois membres supplémentaires : Jean-Pierre, Christine Felden, conseillère municipale et Laetitia Demenge.

Lors du débat, Christine Urbès (UPS) s’interroge sur les raisons de la disparition de Scène+ et sur le fait que cette décision n’ait pas fait l’objet d’un débat préalable au sein du conseil. Une question est posée à la majorité sur le conventionnement avec la Région pour ‘Lorraine en Scène’. Cette labélisation qui a fait l’objet de négociations (voir conseil du 20 juin 2014) avec la région n’a, semble-t-il, pas aboutie. UPS soumet la proposition d’une mutualisation de l’action culturelle de l’Espace Sadoul et de la Nef avec la communauté de communes, comme cela se fait déjà avec la Médiathèque et le Conservatoire Olivier Douchain.

Réponse du maire : il rappelle la subvention de 15 000 € de la part de la Région sur le budget culturel en indiquant que la programmation culturelle est passée de 360 000 € en 2014 à 380 000 en 2015. Christine Urbès revient sur sa question sur la labélisation à laquelle le maire n’a pas répondu. Le maire répond que les crédits du Conseil départemental et de la Région ont tous les deux diminué. Il revient sur l’intervention faite par Nadia Zmirli (UPS) lors du débat budgétaire fin 2014, l’accusant à nouveau d’avoir donné de faux chiffres. Serge Vincent (UPS) intervient pour rappeler, chiffres à l’appui, que le budget prévisionnel 2015 prévoyait bien une baisse de 40 % pour la culture. Le maire conteste ces chiffres, qui sont pourtant les siens, puisque c’est lui qui a présenté ce budget prévisionnel. Il cite quelques réductions ne concernant que quelques milliers d’euros (affranchissement, communication, frais de réception…) et n’expliquant pas la réduction du budget culturel observée dans son budget prévisionnel 2015.

Budget régie de spectacles (G. Sadoul) :

2014 = 628 000 euros

2015 = 440 200 euros

Après cette discussion, il est procédé au vote sur la nomination des trois personnes proposées par le maire.

Voté à l’unanimité.

___________________________________

3. Remplacement d’un représentant du conseil municipal à la commission de réforme des agents de la Fonction Publique Territoriale

Le 18 avril 2014, le conseil municipal a désigné deux représentants titulaires à la commission de réforme des agents de la Fonction Publique Territoriale, dont Bruno Toussaint (1er adjoint). Il est proposé de le remplacer par Françoise Legrand (adjointe).

Voté à l’unanimité.

___________________________________

4. Adhésion de la Ville à la Fédération Nationale des Communes Forestières (FNCOFOR)

Elle regroupe des communes, des collectivités ou leurs groupements ayant sur leur territoire une forêt publique et plus largement, des collectivités intéressées par l’espace forestier et la filière forêt-bois. Le montant annuel de la cotisation est calculé suivant le montant des ventes de bois de l’année « n-1 », ce qui représente une cotisation annuelle de 675 € pour la Ville. Par ailleurs, il procédé à la désignation de Patrick Zanchetta, adjoint, comme représentant de la ville auprès de cette fédération.

Voté à l’unanimité.

(A suivre...)

18:17 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook

01/11/2015

Tribune des élus d'Union Pour Saint-Dié (novembre 2015)

Pour une ville plus animée et un nouveau cinéma

Outre notre projet, repris par l’actuelle municipalité, d’une animation estivale continue sur les mois de juillet et août, nous proposons de poursuivre par :

- Des moments forts dans la cité. De nouvelles manifestations majeures en relation avec les acteurs locaux, tels qu’un salon des loisirs et du tourisme, des fêtes sur différents thèmes comme le camp celtique, la Meurthe, la forêt…

- Un multiplexe de centre-ville. En accord avec les partenaires existants, implantation d’un complexe cinématographique répondant aux attentes du public.

 

Culture : une politique hésitante

Lors du vote du budget 2015, le groupe UPS s'était inquiété des conséquences de la baisse des crédits en faveur de la programmation culturelle.

La chute de 40%, en un an, de la fréquentation de  l’Espace Georges Sadoul (42 000 entrées au lieu de 70 000), vient malheureusement confirmer nos craintes.

Par ailleurs, suite à notre intervention au conseil municipal, nous avons appris que le projet de résidence d’artistes dans l’ex-usine Sylva était abandonné.

A la place, un projet de médiathèque serait envisagé par la municipalité. Nous sommes heureux que notre proposition de réinstaller un tel équipement dans le quartier de Kellermann soit maintenant à l’étude après avoir été rejetée lors d’un précédent conseil.

Toutefois, nous pensons que cette médiathèque pourrait être réalisée dans un bâtiment appartenant déjà à la ville.

 

Un repas pour tous

Depuis plusieurs mois, les repas proposés par la restauration scolaire sont au cœur d’un débat national. La solution actuellement retenue à Saint-Dié, qui consiste à proposer une viande de substitution, n’est pas satisfaisante.

Le 14 octobre, le député UDI Yves Jégo a déposé une proposition de loi visant à rendre obligatoire la présence d'un menu végétarien dans les cantines scolaires. Le texte est cosigné par des élus de toutes tendances (Écologistes, Les Républicains, Socialistes…). Chantal Jouanno a déposé un texte identique au Sénat.

Pour notre part, nous tenons fermement au principe de Laïcité, inscrit dans la loi de 1905 mais aussi dans celle de 2004 qui interdit toute manifestation ostentatoire d’une appartenance religieuse au sein des écoles de la République.

Pour nous, l’État et les collectivités doivent, aujourd’hui plus que jamais, rester neutres et ne pas céder aux demandes allant à l’encontre de nos valeurs républicaines.

Aussi, nous estimons que notre ville doit proposer un choix entre, d’une part, un menu comprenant de la viande ou du poisson et, d’autre part, un menu végétarien complet et équilibré.

L’école de la République ne doit laisser aucun enfant sur le bord de la route.

Nous avons donc soumis notre demande au conseil municipal du 19 octobre afin qu’elle soit prise en compte début 2017, lors de la négociation du prochain marché de la restauration scolaire.

Elus UPS Magazine Municipal de novembre 2015.jpg

Serge VINCENT, Christine URBES, Jean-Louis BOURDON, Nadia ZMIRLI, Michel CACCLIN, Ramata BA et Orhan TURAN

(Sur la photo, de gauche à droite : M. Bourdon, Mme Ba, MM. Vincent et Turan, Mme Zmirli, M. Cacclin et Mme Urbès)

12:03 Publié dans Culture, Ecole | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tribune | | |  Facebook