Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/02/2016

Compte-rendu du conseil municipal du 05/02/16 (II)

8. Questions diverses

A - Question de Ramata Ba (Union Pour Saint-Dié)

Nous avons toujours souhaité le maintien de l’école Claire Goll dans ses locaux actuels, adaptés à une véritable école maternelle. Vous avez, semble-t-il, abandonné votre projet de transfert de cette école maternelle vers l’école élémentaire Vincent Auriol.

Avez-vous d’autres projets de regroupement, en dehors de celui concernant les écoles de Foucharupt ?

Réponse de l’adjointe à la vie scolaire :

Pour Claire Goll, nous étions dans une réflexion. Il n’y a jamais eu de décision.

___________________________________________

B - Question de Michel CACCLIN (Union Pour Saint-Dié)

Des parents d’élèves ont attiré notre attention sur l’insécurité aux abords de certaines écoles, notamment celle de Sainte-Marie, où la situation s’est fortement dégradée ces derniers mois.

Quelles solutions envisagez-vous d’apporter pour assurer la sécurité des personnes, en particulier aux heures d’entrées et sorties de cette école ?

Réponse du premier adjoint :

Une réunion a eu lieu à ce sujet le 2 février à Sainte-Marie avec les parents d’élèves. Des solutions sont envisagées concernant la durée du stationnement gratuit place Monseigneur-de-Chaumont, une réduction de la vitesse de la circulation dans cette rue et la création d’une zone de dépose-minute.

Commentaire d’Union Pour Saint-Dié :

Notre groupe a communiqué ses questions écrites le lundi 1er février. La réunion a eu lieu le 2 février. Y a-t-il un lien entre la question et la réunion ? Ce n‘est pas la première fois que des réponses sont apportées à nos question entre leur dépôt et le conseil. Cela prouve la pertinence de nos interventions.

___________________________________________

C - Question de Christine URBES (Union Pour Saint-Dié)

La situation économique de nombreux commerces déodatiens s’est encore dégradée ces derniers temps. Nous constatons que plusieurs enseignes viennent de disparaître. Pour nous, il est urgent d’engager un plan de soutien aux commerçants Déodatiens.

Quelles mesures concrètes envisagez-vous ?

Réponse de l’adjointe : « Vous semblez insinuer que le commerce se porte mal, vous voyez tout en gris. Le commerce local ne se porte pas si mal. La situation économique est difficile mais tout n’est pas noir, le centre ville est très actif et attractif.

Je suis régulièrement sur le terrain à l’écoute des commerçants, contrairement à mon prédécesseur qui était souvent absent.

On envie Saint-Dié à Lunéville et dans la vallée de la Bruche ».

Commentaire d’Union Pour Saint-Dié : malheureusement, la situation réelle du commerce déodatien est bien différente de celle évoquée par l’adjointe. Les élus d'Union Pour Saint-Dié, par leurs activités professionnelles, sont interpelés régulièrement par les commerçants sur leurs difficultés.

02/10/2015

Tribune des élus d'Union Pour Saint-Dié (octobre 2015)

ups.jpg

Une force de proposition, indépendante et vigilante

Fort de son expérience, le groupe Union Pour Saint-Dié (UPS) reste mobilisé pour défendre les intérêts des Déodatiens.

Par nos interventions régulières, nous assurons le suivi de tous les dossiers importants. Par nos actions de communication, notamment avec notre nouvelle lettre électronique Info+, nous contribuons à informer les citoyens et à alimenter le débat.

Toujours indépendants des partis politiques, nous plaçons l’impartialité au cœur de notre engagement au service de la collectivité. Ainsi, nous n’avons pas vocation à nous opposer systématiquement à la majorité municipale : quand des mesures de bon sens sont reprises ou proposées, nous appuyons celles-ci par nos votes. Nous restons cependant vigilants quant aux choix effectués, notamment en ce qui concerne les impôts, les services publics ou les travaux.

Plus que jamais, nous pensons que la parole des citoyens ne doit pas être ignorée et qu’une pratique plus directe de la démocratie serait salutaire. Les habitants de Saint-Dié méritent notamment des conseils de quartier couvrant toute la ville.

 

L’école au cœur

Nous avons toujours accordé une place centrale aux écoliers déodatiens, que ce soit en prenant la défense d’établissements scolaires menacés ou en avançant des propositions pour l’amélioration des rythmes scolaires.

Particulièrement attentifs au maintien de la spécificité de l’école maternelle, nous sommes très réservés au sujet du projet de regroupement des écoles Clémencet-Darmois et inquiets quant aux risques de fermeture de la maternelle Claire Goll.

 

Pour une intercommunalité plus ambitieuse et efficace

En 2011, nous étions les seuls à proposer la création d’une communauté d’agglomération de la Grande Déodatie. Même si Saint-Dié a commencé à sortir de son isolement depuis 2013, il reste encore beaucoup à faire.

En effet, certaines communes limitrophes de la nôtre devront être intégrées, dans une optique de cohérence territoriale et de développement mutuel.

De plus, il reste à atteindre l’objectif majeur de l’intercommunalité, à savoir la réduction des frais par la mutualisation des moyens, ce qui permettait une baisse sensible des impôts locaux.

Ce n’est malheureusement pas encore le cas, comme les Déodatiens pourront le constater en payant leur taxe d’habitation ou leur taxe foncière.

 

Serge VINCENT, Christine URBES, Jean-Louis BOURDON, Nadia ZMIRLI, Michel CACCLIN, Ramata BA et Orhan TURAN

02/05/2010

Arrêtez de réviser l’histoire !

Lettre ouverte de Jean-Louis Bourdon à Messieurs Christian Pierret, Romuald Gbedey et leurs collègues de la majorité municipale

Saint-Dié, le 2 mai 2010


Mesdames et Messieurs,


Depuis quelques semaines, vous tentez de justifier votre décision de fermer l'école de Marzelay à partir de chiffres faux que j'ai déjà dénoncés lors du conseil municipal du 12 avril dernier, mais aussi à partir d'affirmations erronées concernant le bilan des « années Pierret » sur les constructions d'écoles.

Non, vous n'avez pas construit deux écoles (Claire Goll et Eugénie et Jules Ferry). Non, M. Pierret n'est pas le maire qui a construit le plus d'écoles à Saint-Dié, et loin s'en faut.

Concernant les constructions, votre « compteur » s'est arrêté au chiffre 1 : il s'agit de l'école primaire Eugénie et Jules Ferry, construction résultant de la fermeture de 2 écoles (Le Cardinal et La Bolle). En effet, Claire Goll est l'œuvre du maire socialiste Pierre Noël : décision du conseil municipal du 12 mai 1964 et début des travaux en mai 1971. Seul un agrandissement est à mettre à votre crédit, conséquence de la fermeture de la maternelle Vincent Auriol.

Bilan : une seule école construite et trois écoles fermées. Solde négatif de deux écoles. On est loin des chiffres que vous annoncez.

Concernant les constructions d'écoles, comme le montrent les archives municipales, C. Pierret est l'avant dernier de la classe (liste détaillée en annexe), juste devant Robert Bernard (aucune école construite) et derrière Jean Mansuy (12 écoles, en plus des écoles préfabriquées construites dans les différents quartiers de la ville), Pierre Noël (6 écoles) et Maurice Jeandon (2 écoles). Le résultat serait encore plus net si on prenait le nombre de classes construites. Par ailleurs, en plus des écoles, Jean Mansuy et Pierre Noël ont également fait construire les collèges et lycées publics de  la ville. Pour plus d'information, je vous invite à consulter les archives municipales ou à lire l'article publié en 1999 dans le Bulletin  n°100 de la Société Philomatique Vosgienne à la suite de l'exposition organisée par la FCPE en 1997.

Je vous saurais gré de ne plus falsifier l'histoire lors de vos prochaines déclarations et vous prie de croire, Mesdames et Messieurs, à l'assurance de mes sentiments les meilleurs.


Jean-Louis Bourdon


 

Annexe : les constructions d'écoles par les 5 derniers maires de St-Dié

 

Christian Pierret (1989-1997 et 2002-...) : 1 école

* Eugénie et Jules Ferry (fermeture des écoles  du Cardinal et de la Bolle)


Maurice Jeandon (1972-1989) : 2 écoles à St-Roch (en remplacement de l'école maternelle et de l'école élémentaire de garçons du quartier St-Roch - L'Orme construites en préfabriqués par Jean Mansuy) :

* maternelle Jacques Prévert

* élémentaire Jacques Prévert


Pierre Noël (1965-1972) : 6 écoles

* 4 écoles à Kellermann : école élémentaire de filles Vincent Auriol, école élémentaire de garçons Vincent Auriol, école maternelle Vincent Auriol et école Claire Goll

*  2 écoles à Marzelay (maternelle et élémentaire) en remplacement de l'ancienne école

 

Jean Mansuy 1947-1965 : 12 écoles

* 9 écoles au centre ville : école maternelle Gaston Colnat et écoles élémentaires de filles et de garçons Gaston Colnat , école maternelle Paul Elbel et écoles élémentaires de filles et de garçons Paul Elbel, école maternelle Ferdinand Brunot et écoles élémentaires de filles et de garçons Ferdinand Brunot

* 1 école à Foucharupt en remplacement de baraquements

* 2 écoles à Saint-Roch : maternelle et élémentaire Baldensperger (en remplacement de préfabriqués de l'école maternelle et de l'école de filles du quartier du quartier St-Roch - L'Orme)

Il faut ajouter à cette liste les écoles préfabriquées à St-Roch, Robache, Le Cardinal et les 3 scieries.