Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/06/2010

Tribune du groupe Union Pour Saint-Dié (UPS) dans L'Echo des Vosges du 18/06/10

Cachez ces banderoles que je ne saurais voir !

rue thiers.jpgEn mettant leur santé en danger par une grève de la faim, les parents d’élèves des Trois-Villages revendiquent l’ajournement du projet de fermeture de leur école de quartier. Des citoyens déodatiens ont souhaité appuyer cette revendication en accrochant des banderoles de soutien à leur balcon.

Cette mobilisation ne plaît pas à tout le monde : le 24 mai, une de ces banderoles a été incendiée à l’intérieur d’une propriété privée d’un élu de l’opposition.

banderole jaune.jpgDix jours plus tard, C. Pierret a fait parvenir, à ceux qu’il considère comme des fauteurs de trouble, une lettre recommandée avec accusé de réception, leur notifiant une « mise en demeure de déposer la banderole apposée sur [leur] balcon ».

Nous savons qu’à Saint-Dié,  les opposants au maire ne bénéficient que de très peu de place pour se faire entendre. Faute d’un véritable espace d’expression libre dans le mensuel de la mairie ou dans les autres médias municipaux, les défenseurs des écoles de la République n’ont d’autre choix que d’afficher leur message sur leur façade.

banderole nuit.jpgDans une démarche qui s’inscrit dans le respect démocratique, notre projet prévoit, au contraire, une plus large ouverture des moyens d’expression municipaux à toutes les préoccupations des Déodatiens, même quand celles-ci sont critiques à l’égard de la politique menée par le maire.

 


Soyons attentifs à toutes les causes

Nous pensons également que le premier magistrat de notre ville se doit de recevoir les délégations des différentes manifestations organisées à Saint-Dié pour défendre certaines causes.

C. Pierret a reçu, à juste titre, des porte-paroles du défilé de soutien au peuple palestinien. Mais pourquoi a-t-il refusé de rencontrer les représentants d’une autre manifestation ayant mobilisé  plus de 600 personnes et ayant l’appui de près de 4 000 signataires d’une pétition ?

Nous sommes convaincus que celui qui devrait être le maire de tous les Déodatiens se doit d’être à l’écoute de tous leurs engagements.

Défendons les petites écoles !

école La Bolle.jpgDans l’affaire de l’école Camille-Claudel, C. Pierret et ses adjoints ont malheureusement devancé et facilité les néfastes projets de l’Education nationale visant à fermer des petites structures scolaires pour des raisons purement financières.

Fortement opposés à cette gestion comptable de l’avenir de nos enfants, nous serons très vigilants quant à l’avenir des autres écoles de tous les quartiers déodatiens comme, par exemple, l’école Eugénie et Jules-Ferry à La Bolle.

Serge Vincent, Francine Walter, Jean-Louis Bourdon et Ramata Ba.

http://unionpoursaintdie.fr/

02/05/2010

Arrêtez de réviser l’histoire !

Lettre ouverte de Jean-Louis Bourdon à Messieurs Christian Pierret, Romuald Gbedey et leurs collègues de la majorité municipale

Saint-Dié, le 2 mai 2010


Mesdames et Messieurs,


Depuis quelques semaines, vous tentez de justifier votre décision de fermer l'école de Marzelay à partir de chiffres faux que j'ai déjà dénoncés lors du conseil municipal du 12 avril dernier, mais aussi à partir d'affirmations erronées concernant le bilan des « années Pierret » sur les constructions d'écoles.

Non, vous n'avez pas construit deux écoles (Claire Goll et Eugénie et Jules Ferry). Non, M. Pierret n'est pas le maire qui a construit le plus d'écoles à Saint-Dié, et loin s'en faut.

Concernant les constructions, votre « compteur » s'est arrêté au chiffre 1 : il s'agit de l'école primaire Eugénie et Jules Ferry, construction résultant de la fermeture de 2 écoles (Le Cardinal et La Bolle). En effet, Claire Goll est l'œuvre du maire socialiste Pierre Noël : décision du conseil municipal du 12 mai 1964 et début des travaux en mai 1971. Seul un agrandissement est à mettre à votre crédit, conséquence de la fermeture de la maternelle Vincent Auriol.

Bilan : une seule école construite et trois écoles fermées. Solde négatif de deux écoles. On est loin des chiffres que vous annoncez.

Concernant les constructions d'écoles, comme le montrent les archives municipales, C. Pierret est l'avant dernier de la classe (liste détaillée en annexe), juste devant Robert Bernard (aucune école construite) et derrière Jean Mansuy (12 écoles, en plus des écoles préfabriquées construites dans les différents quartiers de la ville), Pierre Noël (6 écoles) et Maurice Jeandon (2 écoles). Le résultat serait encore plus net si on prenait le nombre de classes construites. Par ailleurs, en plus des écoles, Jean Mansuy et Pierre Noël ont également fait construire les collèges et lycées publics de  la ville. Pour plus d'information, je vous invite à consulter les archives municipales ou à lire l'article publié en 1999 dans le Bulletin  n°100 de la Société Philomatique Vosgienne à la suite de l'exposition organisée par la FCPE en 1997.

Je vous saurais gré de ne plus falsifier l'histoire lors de vos prochaines déclarations et vous prie de croire, Mesdames et Messieurs, à l'assurance de mes sentiments les meilleurs.


Jean-Louis Bourdon


 

Annexe : les constructions d'écoles par les 5 derniers maires de St-Dié

 

Christian Pierret (1989-1997 et 2002-...) : 1 école

* Eugénie et Jules Ferry (fermeture des écoles  du Cardinal et de la Bolle)


Maurice Jeandon (1972-1989) : 2 écoles à St-Roch (en remplacement de l'école maternelle et de l'école élémentaire de garçons du quartier St-Roch - L'Orme construites en préfabriqués par Jean Mansuy) :

* maternelle Jacques Prévert

* élémentaire Jacques Prévert


Pierre Noël (1965-1972) : 6 écoles

* 4 écoles à Kellermann : école élémentaire de filles Vincent Auriol, école élémentaire de garçons Vincent Auriol, école maternelle Vincent Auriol et école Claire Goll

*  2 écoles à Marzelay (maternelle et élémentaire) en remplacement de l'ancienne école

 

Jean Mansuy 1947-1965 : 12 écoles

* 9 écoles au centre ville : école maternelle Gaston Colnat et écoles élémentaires de filles et de garçons Gaston Colnat , école maternelle Paul Elbel et écoles élémentaires de filles et de garçons Paul Elbel, école maternelle Ferdinand Brunot et écoles élémentaires de filles et de garçons Ferdinand Brunot

* 1 école à Foucharupt en remplacement de baraquements

* 2 écoles à Saint-Roch : maternelle et élémentaire Baldensperger (en remplacement de préfabriqués de l'école maternelle et de l'école de filles du quartier du quartier St-Roch - L'Orme)

Il faut ajouter à cette liste les écoles préfabriquées à St-Roch, Robache, Le Cardinal et les 3 scieries.