Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/12/2016

Info + novembre 2016 - Tribune municipale du mois de décembre

INFO+ n°16 novembre 2016.jpg

Cliquez sur l'image ci-dessus pour lire ou télécharger le document.

10/10/2015

Compte-rendu du conseil municipal du 24/07/15 (III)

(Suite et fin du point 5 : Présentation des rapports de délégations de service public pour l'année 2014)

6 - Eau et assainissement - Lyonnaise des Eaux (Suez) : Le contrat se termine en 2023. Selon la tarification actuelle, qualifiée à tort « d’éco-solidaire », ce sont les 30 premiers m3 qui sont les plus chers. Ce qui est l’inverse de ce qui se fait dans les communes qui ont mis en place une tarification sociale. Ces 30 premiers m3 sont pourtant de l’eau « vitale ». Résultat : le prix de référence du m3 (correspondant à une consommation de 120 par an, qui sert de comparaison entre les communes) est de 4,73 €. Par contre, pour les personnes ayant une consommation de moins de 30 m3, le prix est supérieur à 6 €.

On notera avec étonnement que malgré ce prix de l’eau très élevé, les pertes cumulées pour la Lyonnaise des Eaux sont de 3 millions € pour l’eau et de plus de 5,6 millions € pour l’assainissement, données qui ont déconcerté les membres de la commissions des services publics de fin juin.

D’autre part, le rendement du réseau de distribution (il s'agit d’eau déjà traitée) est en baisse avec un taux de fuites de près de 20 %.

Malgré le prix élevé du mètre cube payé par les usagers, la ville a, en plus, pris à sa charge d’importants travaux en 2014 : 497 000 € pour l’eau et 270 000€ pour l’assainissement, soit un total de 767 000 € !

800px-Drops_Imapct.JPG

Intervention de Michel Cacclin (UPS) : il fait remarquer l’importance des fuites sur le réseau, alors que le prestataire vante les investissements réalisés. Il relève dans le rapport financier des lignes concernant des m3 gratuits et des m3 communaux et s’interroge sur leur origine. Il note aussi que les travaux réalisés pour remplacer la neutralite (calcaire marin des Iles des Glénans) ont été à la charge de la ville, ce qui n’est pas le cas pour d’autres commues ayant le même délégataire que celui de Saint-Dié.

L’adjoint aux travaux précise que les m3 gratuits concernent le payement, par la ville, de la facture de certaines personnes en grande difficulté financière.

Pour les m3 communaux, cela correspond en partie à certaines fontaines de la ville branchées sur le réseau. Elles fonctionnent maintenant en circuit fermé (exemple : fontaine de la Place du Point du Jour).

Intervention de Christine Urbès (UPS) : Union pour Saint-Dié demande depuis de nombreuses années une baisse du prix de l’eau. 

Nous avions soulevé fin 2014 la possibilité de déposer un dossier de candidature dans le cadre de la loi Brottes du 15 avril 2013 permettant l’étude d’une tarification sociale de l’eau sur une période de 5 ans.

La majorité en place a choisi de ne pas déposer de dossier.

En revanche la communauté urbaine du Grand Nancy et 3 autres collectivités de Meurthe-et-Moselle ont choisi de s’engager dans cette tarification ainsi que 14 autres collectivités en France.

Inutile de rappeler la situation sociale très dure de notre ville et les tarifs de l’eau insupportables pour de nombreux Déodatiens (+6.3% d’impayés en 2014), pour comprendre que l’étude de cette tarification sociale autorisée par la loi Brottes aurait été essentielle dans la négociation avec la Lyonnaise des Eaux.

Le maire répond qu’il y a la possibilité de décider d’une baisse qui porterait sur les premiers m3.

 

7 – OGF – Service cinéraire : Pas de remarques.

 _______________________________________________

6. Questions écrites

Une seule question écrite a été déposée pour cette séance. Il s'agit d'une question de Ramata Ba (UPS).

Remarque préliminaire d’UPS : depuis le début de la mandature, le maire lit les questions écrites des élus, contrairement à ce qui se passait précédemment.

UPS fait remarquer que cela ne correspond à ce que prévoit le Code général des Collectivités Territoriales et à ce que dit la jurisprudence. UPS demande donc que les élus puissent lire leurs questions.

En effet, comme le rappelle le Journal des Maires (janvier 2015, p.17), « Un règlement intérieur ne peut imposer que la question soit lue par le maire ou un adjoint plutôt que l’auteur. De plus, le juge a eu l’occasion de rappeler que toute "mise en commun" du droit à la parole en cours de séance est irrégulière » (réponse du Ministre de l'Intérieur, M. Hortefeux, à une question d'un sénateur, 2010).

Question écrite de Ramata Ba (UPS) : 

« Monsieur le Maire,

Pouvez-vous nous indiquer où en est le projet de l’ex-Banque de France ?

Merci de votre réponse. »

Le maire répond qu’il s’agit d’un projet privé et que le paiement respecte globalement les échéances fixées.  On notera que celle du 7 juillet est en attente (alors que le conseil a lieu de 24 juillet) et que le dernier versement est prévu pour le 15 décembre 2015. La ville « dialogue » avec l’acquéreur concernant les « Bijoux de Braque ». Il est prévu d'aménager à l’étage des logements de grand standing. Des négociations sont en cours sur une clause de l’acte de vente qui prévoyait de murer une propriété voisine et d’en « expulser la locataire ».

(Illustration : CC-BY-SA Marlon Felippe pour Commons, 2008)

09/01/2014

Revue de Presse : L'Echo des Vosges du 02/01/14

Echo des Vosges 02 01 14.jpg

(Transcription ci-dessous)

Pourquoi les élus d’UPS ont-ils voté la baisse des taux des trois taxes locales et de celle des ordures ménagères, contrairement aux autres élus d’opposition ?

Nous avons choisi d’encourager ce premier pas, même s’il est encore très en-deçà de notre proposition qui ciblait principalement l’impôt dû par une majorité de Déodatiens : la taxe d’habitation. Nous voulons, en effet, la diminuer de manière significative en réduisant le montant payé de 10%. Du fait de la revalorisation annuelle des bases, l’abaissement du taux de 5% prévu par le maire sortant n’entraînera qu’une petite diminution de la somme due par chaque contribuable (seulement 3,5%).

Pourquoi avoir critiqué « l’audit » présenté par Forum, alors qu’UPS prévoyait un « audit des finances municipales » dans son programme de 2008 ?

Contrairement à notre projet, qui prévoyait le recours à une structure compétente et impartiale (comme la Chambre régionale des comptes), le rapport fourni par l’association Forum n’est ni indépendant ni fiable. Il n’est pas indépendant, car l’avocat C. Pierret est membre, à la fois, du Conseil d’Orientation et du Conseil de Développement de Forum. Il n’est pas fiable, car il omet volontairement tous les budgets annexes (eau, assainissement, ordures …) ainsi que les coûts liés à la nouvelle piscine.

De plus, pourquoi avoir payé près de 10 000 euros un tel rapport, alors que tous les chiffres utiles sont disponibles en mairie et sur le site Internet du ministère des Finances ?

La vente de l’ex-Banque de France et celle de la piscine actuelle sont-elles de bonnes nouvelles pour la ville ?

Pour équilibrer son budget, le maire sortant continue de céder des biens municipaux car il ne sait pas rogner les dépenses inutiles. Ceci dit, la vente du bâtiment du quai Carnot serait plutôt une bonne chose … mais ne nous réjouissons pas trop vite : une vente précédente avait échoué, non sans entraîner des dégradations. De plus,  ce bâtiment et ses terrains attenants sont cédés à un prix en dessous des prix du marché et inférieur de 52 000 euros à l’estimation des services de France Domaine. D’où notre abstention.

Quant à l’actuelle piscine, elle serait destinée à être remplacée par un Etablissement d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes (EHPAD) de centre-ville, zone que nous avions opposée au choix de l’emplacement de la maison de retraite qui est en cours de réalisation aux Grandes Croisettes. Une fois de plus, nous avions raison car le maire sortant a repris tous nos arguments, développés lors d’un précédent conseil municipal. Nous avons donc voté pour, malgré les annonces peu réalistes et faibles quant au coût annoncé de la démolition de la piscine et qui sera à la charge de la ville (150 000 euros). Par ailleurs,  l’orientation exacte du projet semble peu précise puisque lors du débat, le maire a parlé de « foyer résidence ».

Serge Vincent, pour le groupe Union Pour Saint-Dié (UPS)

31/01/2013

Tribune du groupe Union Pour Saint-Dié (UPS) dans L'Echo des Vosges du 24 janvier

Un candidat qui ne veut pas d’adversaire

Dans le magazine de propagande municipale de janvier, C. Pierret répond à la question « Serez-vous à nouveau candidat [aux prochaines municipales] ? » par « Il n’y a aucune raison pour que je ne le sois pas », confirmant l’annonce faite lors du conseil municipal du 21 décembre. Ainsi, le maire sortant, à défaut d’autres perspectives, ambitionne … un cinquième mandat.

Lors du traditionnel goûter des seniors, le candidat Pierret a transformé ce moment convivial en meeting pré-électoral pour vanter sa politique. Au mépris des usages républicains, il a écarté d’un revers de main ses opposants de ce rendez-vous festif.

Dans leur tribune, les élus pierretistes nous reprochent « d’être déjà en campagne dix-huit mois avant les élections ». Ainsi, seul le maire sortant aurait le droit de déclarer sa candidature, sans que nous puissions informer les Déodatiens de notre projet d’alternance pour 2014.

Un endettement toujours aussi lourd

Lors de ses vœux, le maire sortant a annoncé : « notre collectivité n’a pas peur de financer des projets structurants » tout en poursuivant « un désendettement de 15 millions depuis 2004 » (Vosges Matin du 12 janvier 2013).

En fait, en consultant les comptes administratifs certifiés par C. Pierret, la dette globale était de 50,4 millions d’euros début 2004 contre 50,7 millions d’euros au 31 décembre 2011 (dernier chiffre connu). Ce n’est donc pas une baisse de 15 millions mais une augmentation de 300 000 euros. Pourquoi tromper les Déodatiens ?

Plus grave encore, dans cette dette déjà abyssale ne figurent pas les 75 millions d’euros à payer pour la piscine Aquanova pendant les 25 années du contrat de Partenariat Public Privé !

Pourtant, le maire sortant est fier d’annoncer qu’il mène « une gestion dynamique de la dette ». Dynamique ou plutôt explosive ?

dette,tour de la liberté,rue de la prairie,banque de france,2014


Combien cela nous coûte ?

La Tour de la Liberté vieillit mal. Le maire sortant a décidé du « remplacement de l’architecture textile » pour un coût des travaux à la charge des contribuables déodatiens de 202 832 euros.

Combien cela nous coûte ? (suite)

La ville va acquérir un bien immobilier situé 8, rue de la Prairie au prix de 187 600 euros, hors frais de notaire. Quel est l’intérêt de cette nouvelle dépense publique ? Serait-ce pour aider à la concrétisation d’un projet privé (hôtel dans l’ex-Banque de France) annoncé depuis de nombreuses années par le maire ? Pourtant, à ce jour, il reste toujours au stade de promesse électorale.

Les élus du groupe UPS

16/03/2012

Tribune du groupe Union Pour Saint-Dié (UPS) dans L'Echo des Vosges du 09/03/12

Conseil municipal du 2 mars : les 7 propositions d’UPS

Le point le plus important de ce conseil fut le débat d’orientation budgétaire (DOB). Après avoir dénoncé les insuffisances du document fourni aux élus (données très succinctes sur le budget principal et rien sur les nombreux budgets annexes), nous avons proposé sept orientations pour améliorer les prochains DOB et mieux gérer les finances de notre ville :

1. Présenter aux élus la situation financière de manière bien plus complète, grâce à un document de référence élaboré par les services municipaux.

2. Réunir plus en amont la commission des finances afin de mieux préparer ce DOB.

3. Faire réaliser un audit financier par un organisme indépendant.

4. Affecter au désendettement 100 % des recettes issues des cessions de patrimoine.

5. Améliorer, dans un délai de 2 à 3 ans, notre capacité d’autofinancement actuellement très inférieure à la moyenne des villes de même taille.

6. Stopper le projet Aquanova America.

7. Bloquer les impôts locaux à leur niveau actuel.


L’intercommunalité, c’est maintenant !

Lors de son rapport sur ce sujet, Lovely Chrétien a repris notre expression « Grande Déodatie ». Nos propositions continuent donc de s’imposer dans les esprits et de nourrir la réflexion. Cette initiative pionnière dépasse désormais le cadre municipal. En effet une nouvelle association, U-3D, composée de citoyens de tous horizons et dont nous saluons la démarche, reprend notre idée.

Face à un projet actuel insatisfaisant, nous ne proposons pas de nous « hâter lentement » mais bien de rattraper le temps perdu. Par conséquent notre ville doit jouer dès maintenant un rôle moteur dans la coopération avec les autres communes dans la préparation d’une intercommunalité ambitieuse, qui débouchera sur la communauté d’agglomération de la Grande Déodatie.


Flagrant-déni

Dans l’art de rejeter la réalité, C. Pierret et ses colistiers ont fait fort en niant l’existence d’une décision qu’ils ont pourtant votée … lors du précédent conseil. En effet, interrogé sur le lien entre la vente de l’ex-banque de France pour un projet hôtelier et la délibération 4 du 09/12 prévoyant la création d’un « parking public et gratuit » à l’arrière de ce bâtiment (en démolissant plusieurs immeubles dont les propriétaires pourraient être expropriés), le maire a affirmé n’avoir rien voté de tel !

Cet inquiétant flagrant-déni est une manifestation de mépris envers les Déodatiens et plus particulièrement envers les propriétaires, locataires et commerçants qui restent hélas concernés par cette délibération.

Les conseillers municipaux UPS : Ramata Ba, Catherine Saint-Dizier, Francine Walter, Jean-Louis Bourdon, Sébastien Rochotte et Serge Vincent.

02/03/2012

Amnésie sélective (et collective) ?

Lors des débats de ce soir, à l'occasion d'un point concernant la vente de l'ex-banque de France, Serge Vincent a demandé s'il y avait un lien entre le projet d'hôtel annoncé dans ce bâtiment et la volonté (du maire et de ses colistiers) de construire un parking public gratuit à l'arrière de cet immeuble.

M. Pierret et les membres de son groupe ont nié avoir jamais voté une telle décision. Or, celle-ci figurait bien dans la délibération n°4 du ... dernier conseil municipal !

Amnésie sélective (et collective) ou mensonge éhonté ?


Afin de rafraîchir la mémoire à certains et de rétablir la vérité des faits, voici :

- la délibération n°4 du conseil du 9 décembre ;

- la vidéo, diffusée sur Internet, du vote en question.



Saint-Dié - Délibération 4 du conseil municipal du 09 12 11.mp4

23:40 Publié dans Conseil municipal | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : banque de france, rue de la prairie, cabane au darou, parking | | |  Facebook

17/02/2012

Une stratégie touristique cohérente ?

De nouveaux h-tels-- St-Di-.jpg

20/01/2012

PPP : Parking Public ... puis Privé ? Voici les locaux concernés par ce projet :

Parking derrière Banque de France.jpg

13/01/2012

AC 567, AC 565, AC 47, AC 46, AC 45 ... Assez ! Les Déodatiens ont droit à la vérité.

Voici le plan communiqué aux conseillers municipaux lors du conseil municipal du 9 décembre :

rue de la prairie,cabane au darou,banque de france

Les parcelles colorées en rouge sont celles que la municipalité de C. Pierret souhaite acquérir, soit par "voie amiable" soit en ayant "recours à l'expropriation" grâce à une déclaration d'utilité publique.

A ce sujet, face aux contre-feux maladroitement allumés par les pierretistes pour tenter d'assimiler ce projet opaque à de simples "rumeurs", il suffit de se référer à la délibération n°4 du conseil municipal.


Parking public ?

Banque de France et Darou Janvier 2012.jpg

08:00 Publié dans Arrêt sur image | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cabane au darou, banque de france, parking | | |  Facebook