Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/11/2012

Tribune du groupe Union Pour Saint-Dié (UPS) dans L'Echo des Vosges du 9 novembre

Intercommunalité : notre projet bientôt retenu ?

Le débat sur l’intercommunalité est revenu au cœur de l’actualité locale, notamment pour la mise en place du Schéma de Cohérence Territoriale (SCoT). Nous avons toujours considéré ce sujet comme un enjeu majeur pour notre territoire. Dès le début de 2011, nous étions les premiers à proposer le projet d’une « Grande Déodatie », rapidement suivis par de nombreux élus de communes voisines, conscients comme nous de la nécessité d’une telle structure.

A l’inverse, C. Pierret se contentait d’une intercommunalité a minima : lors des conseils municipaux de mars et avril 2011, il proposait, sans grand enthousiasme, un petit regroupement limité à 14 communes. Il précisait même que Saint-Dié n’était « pas demandeur » et rejetait le périmètre large que nous souhaitions, le jugeant « artificiel », « opportuniste » et n’ayant « pas de sens économique et social ».

Au contraire, nous rappelions dans L’Echo des Vosges du 6 mai 2011 notre volonté de créer une Communauté d’agglomération de 64 communes (76 000 habitants), et d’associer celle-ci au pôle métropolitain du Sillon lorrain constitué par Metz, Nancy, Thionville et Epinal.

Grande déodatie 9 novembre 2012.jpg

Le 8 juillet 2011, la majorité municipale semblait enfin rejoindre notre position, votant une délibération favorable à une intercommunalité de projet intégrée au Sillon lorrain, sans pour autant s’engager sur un périmètre clair. Dans le même temps, notre idée de Communauté d’agglomération faisait son chemin parmi les élus de la « Grande Déodatie ».

Ainsi, lors de la réunion de la Commission départementale de coopération intercommunale du 16 décembre 2011, plusieurs maires proposèrent un amendement pour regrouper toutes les communes de l’est vosgien. Celui-ci reçut l’approbation de la majorité des délégués présents, mais ne put néanmoins obtenir les 2/3 des voix nécessaires, à cause notamment du vote négatif des élus de la Déodatie.

Alors que C. Pierret a depuis si longtemps été l’obstacle majeur à une réelle coopération entre les communes de la « Grande Déodatie », ses récentes déclarations, nourries du zèle du nouveau converti, pourraient laisser croire qu’il est l’inventeur du concept même d’intercommunalité. Porteurs du projet de Communauté d’agglomération et engagés dans un dialogue constructif avec de nombreux élus du territoire, nous sommes heureux de constater que C. Pierret nous suit enfin dans notre volonté de défendre l’intérêt des Déodatiens et de la Déodatie.

Les élus du groupe UPS

03/02/2012

Tribune du groupe Union Pour Saint-Dié (UPS) dans L'Echo des Vosges du 27/01/12

Intercommunalité : l’empereur est nu !


Lors de ses vœux, C. Pierret a plaidé en faveur d’une coopération intercommunale « franche, loyale, équitable … sans aucun souci d’impérialisme » (quotidien vosgien du 8/1).
En réalité, c’est bien par souci d’hégémonie qu’il a tout fait pour retarder la naissance d’une structure cohérente et ambitieuse.


Déléguée de Saint-Dié lors de la réunion de la Commission départementale de coopération intercommunale (CDCI) du 16 décembre, L. Chrétien a parfaitement appliqué la politique hypocrite de C. Pierret : s’opposer au projet initial (effectivement incohérent et insuffisant) tout en refusant la perspective alternative d’une communauté d’agglomération esquissée dans l’amendement proposé par le maire de Saint-Jean-d’Ormont. Prétendant qu’il serait trop « difficile de travailler sur un si vaste périmètre qui comprend de nombreuses communes rurales », la première adjointe de C. Pierret a jugé cette proposition « prématurée ». Belle démonstration de bonne volonté, de vision et d’ouverture aux autres …


Conséquence concrète de cette attitude de repli : la perte d’un million d’euros (dont près de la moitié pour notre ville) de subventions réservées aux communautés d’agglomération !


Afin de défendre sa position intenable, L. Chrétien n’a pas hésité, lors du dernier conseil municipal, à employer l’approximation, voire l’esbroufe, en prétendant que la Déodatie ne serait pas éligible à la constitution d’une communauté d’agglomération car elle comprendrait « trop de communes rurales » [sic]. Mme Chrétien ignore-t-elle l’article L5216-1 du Code Général des Collectivités Territoriales ? Celui-ci impose en réalité « un ensemble de plus de 50.000 habitants d'un seul tenant et sans enclave, autour d'une ou plusieurs communes centre de plus de 15 000 habitants ».
Le même soir, C. Pierret s’était montré plus direct en exprimant sa crainte que ses délégués ne siègent qu’en majorité relative (et non absolue) au sein d’une telle structure. Il a ainsi prouvé sa soif d’hégémonie, cet « impérialisme » que fuient nos éventuels partenaires.

Elus d’Union Pour Saint-Dié, nous avons été les premiers à proposer une communauté d’agglomération de la Grande Déodatie (64 communes, 76.000 habitants) capable de répondre aux défis de demain. Nous œuvrerons à sa mise en place dès 2015.

Grande Déodatie.jpg


Les conseillers municipaux UPS : Ramata Ba, Catherine Saint-Dizier, Francine Walter, Jean-Louis Bourdon, Sébastien Rochotte et Serge Vincent.

11/12/2011

Conseil municipal du 9 décembre 2011 : Votes et interventions des élus du groupe Union Pour Saint-Dié (Première partie)

Conseillers UPS.JPG

1. Adoption du compte-rendu de la séance du conseil municipal du 23 septembre 2011

 

ABSTENTION.

 

2. Remplacement de M. Jérémy Chrétien dans les différentes commissions et instances dans lesquelles il siégeait

 

M. Chrétien ayant démissionné à compter du 14 octobre, il est proposé de le remplacer par plusieurs autres conseillers au sein des différentes commissions et instances dans lesquelles il siégeait.

POUR.

 

Point d’information sur la refonte de la carte intercommunale

 

Mme Lovely Chrétien rend compte des travaux de la Commission départementale de coopération intercommunale (CDCI).

Elle rappelle que, le 8 juillet, le conseil municipal a émis un avis défavorable au premier schéma proposé par cette instance. En effet, celui-ci prévoyait une intercommunalité manquant d’étendue comme d’ambition.

Finalement, malgré une demande de délai formulée par Mme Chrétien, le schéma sera arrêté par Mme la Préfète au 16 décembre prochain.

Serge Vincent prend la parole pour rappeler que les élus d’Union Pour Saint-Dié ont été les premiers à proposer une communauté d’agglomération de la Grande Déodatie et se réjouit que ce terme, naguère dédaigné par les membres du groupe pierretiste, ait été employé dans le rapport de Mme Chrétien. Rappelant que, lors de la réunion du 10 décembre de la CDCI, le maire de Saint-Jean-d’Ormont a clairement posé la question de la communauté d’agglomération, Serge Vincent se félicite que les uns et les autres, et notamment plusieurs maires de communes rurales, aient su évoluer sur le sujet en commençant à surmonter leurs réticences initiales.

Seule une communauté d’agglomération de Grande Déodatie (64 communes et 76.000 habitants, selon notre projet dévoilé au printemps dernier) sera apte à répondre aux attentes de nos concitoyens et apporter des solutions face aux défis de demain. Serge Vincent invite par conséquent le maire, qui est par ailleurs président de la Fédération des maires des villes moyennes, à reprendre cette solution ambitieuse (plutôt que son projet initial, qui n’est pas beaucoup plus étendu que le schéma proposé par la CDCI).

aquanova america,nova america,aqualand,référendum,ppp,cgct,intercommunalité,communauté d'agglomération,grande déodatie,cdci,conseil municipal

Mme Chrétien répond que la Préfète refuserait cette solution et prétend que notre territoire ne serait pas éligible à la constitution d’une communauté d’agglomération car il comprendrait « trop de communes rurales » [sic]. En disant cela, Mme Chrétien ignore ou mésinterprète l’article L5216-1 du Code général des collectivités territoriales (CGCT), qui impose en réalité « un ensemble de plus de 50 000 habitants d'un seul tenant et sans enclave, autour d'une ou plusieurs communes centre de plus de 15 000 habitants ». Notre projet est donc bel et bien conforme à la loi.

Appuyant les propos de Mme Chrétien, le maire est plus direct dans son argumentation en exprimant sa crainte que les délégués de la ville de Saint-Dié ne siègent qu’en majorité relative (et non absolue) au sein d’une communauté d’agglomération.

M. Pierret craindrait-il une intercommunalité qu’il ne pourrait pas entièrement garder sous son contrôle ?

Ne serait-il pas temps, au contraire, de faire preuve de bonne volonté et d’esprit de concertation pour établir une confiance mutuelle avec nos futurs partenaires intercommunaux ?

 

3. Nova America – Demande de subventions

 

REFUS DE VOTE :

Nous sommes résolument opposés à ce projet dangereux pour l’avenir de notre ville.

Nous avons donc mené une campagne d’information sur ce sujet en distribuant plus de 11.000 documents dans les boîtes-à-lettres déodatiennes. Beaucoup de nos concitoyens y ont réagit, nous manifestant à leur tour leur inquiétude devant une décision qui mettrait en péril les finances de notre cité.

Face à cette prise de conscience, nous savons, contrairement à ce qu’affirme la maire, que ce projet est de plus en plus loin de faire l’unanimité.

Christian Pierret n’a pas eu mandat pour signer ce contrat de PPP : sa profession de foi de 2008 évoquait seulement, entre autres promesses souvent abandonnées, un ... « aqualand » [sic]. Depuis, le montage financier (manifestement inachevé, puisque la demande de subventions n’intervient que maintenant), l’emplacement ainsi que l’étendue et les dimensions du projet ont varié à plusieurs reprises. Sans parler des données économiques et financières nouvelles posées par une crise qui n’a – hélas – pas épargné notre territoire. Aucun vote de 2008 ne saurait donc être interprété comme un chèque en blanc, contrairement à la vision étriquée et passéiste de la démocratie représentative invoquée par Christian Pierret.

Serge Vincent est donc intervenu pour proposer l’organisation d’un référendum local sur ce projet. Ce serait en effet faire preuve de courage politique et de respect de la démocratie que de solliciter l’avis des Déodatiens sur une question qui engage si lourdement leur avenir.

 

aquanova america,nova america,aqualand,référendum,ppp,cgct,intercommunalité,communauté d'agglomération,grande déodatie,cdci,conseil municipal

(Suite de ce compte-rendu dans une prochaine note de notre blog ...)