Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/03/2013

Revue de Presse : L'Echo des Vosges du 28 février

Conseil municipal du 22 février (1/2)

Le débat d’orientation budgétaire (DOB) fixe la politique financière de la collectivité pour l’année à venir … ou, comme à Saint-Dié, pour l’année déjà entamée. Pour permettre un véritable débat, nous aurions dû recevoir une note explicative de synthèse rappelant le contenu du précédent budget. Elle devait aussi comporter des éléments d’analyse prospective (produit escompté des recettes fiscales et dotations de l’Etat, dépenses nettes de fonctionnement et d’investissement, charges d’intérêt de la dette, épargne brute et nette) et des informations sur les principaux investissements projetés. Or, la quasi-totalité de ces informations ne figurait pas dans la note reçue.

En tant qu’élus responsables, nous avons rappelé la procédure légale au maire sortant. Soucieux d’éviter le blocage du budget, ce qui aurait eu pour conséquence de faire payer aux Déodatiens l’incompétence de leur premier magistrat, nous avons décidé de ne pas porter l’affaire devant le tribunal administratif.

Conscients de l’incapacité de C. Pierret à remettre en cause ses mauvais choix et à saisir l’intérêt des Déodatiens, nous n’avons pas rappelé nos sept propositions d’orientation de 2012.

Nous avons en revanche relativisé les propos irréalistes du maire sortant (à l’image de cette aberrante liste de « priorités » énumérant … toutes les compétences d’une ville), en signalant une capacité d’autofinancement inférieure de 72 % à celle des villes de même strate - et ce malgré des impôts plus lourds - ce qui nuit aux investissements (40 % de moins que les autres villes moyennes). A nos questions sur les conséquences des emprunts toxiques et du PPP d’Aquanova sur l’endettement de notre ville, C. Pierret n’a pas daigné nous apporter le moindre début de réponse !

Outre ce passif accablant, c’est à une véritable politique de la terre brûlée que se livre un maire sortant qui doute de sa réélection. Ainsi C. Pierret a avoué que son objectif était de faire en sorte que le futur maire n’ait pas d’autre choix que de poursuivre sa politique actuelle.

Exemple au point 4, avec la vente anticipée, pour un prix sous-évalué, de la cuisine centrale à ELRES-ELIOR (ex-Avenance) alors que la ville aurait dû récupérer en fin de contrat (janvier 2017) ce bâtiment. Cette perspective servait d’ailleurs à justifier le prix des repas, très supérieur à celui des autres communes.

photo 28 février.jpg

De plus, cette cession nuira à un éventuel retour de ce service en régie publique (impossible sans cuisine) ou à un nouvel appel à la concurrence, désormais faussée au profit du délégataire actuel.

Cette politique à courte vue, faite d’expédients qui coûteront très cher aux Déodatiens, s’apparente à un sabotage irresponsable commis par orgueil et mépris.

 

Les élus du groupe UPS

11/12/2011

Conseil municipal du 9 décembre 2011 : Votes et interventions des élus du groupe Union Pour Saint-Dié (Première partie)

Conseillers UPS.JPG

1. Adoption du compte-rendu de la séance du conseil municipal du 23 septembre 2011

 

ABSTENTION.

 

2. Remplacement de M. Jérémy Chrétien dans les différentes commissions et instances dans lesquelles il siégeait

 

M. Chrétien ayant démissionné à compter du 14 octobre, il est proposé de le remplacer par plusieurs autres conseillers au sein des différentes commissions et instances dans lesquelles il siégeait.

POUR.

 

Point d’information sur la refonte de la carte intercommunale

 

Mme Lovely Chrétien rend compte des travaux de la Commission départementale de coopération intercommunale (CDCI).

Elle rappelle que, le 8 juillet, le conseil municipal a émis un avis défavorable au premier schéma proposé par cette instance. En effet, celui-ci prévoyait une intercommunalité manquant d’étendue comme d’ambition.

Finalement, malgré une demande de délai formulée par Mme Chrétien, le schéma sera arrêté par Mme la Préfète au 16 décembre prochain.

Serge Vincent prend la parole pour rappeler que les élus d’Union Pour Saint-Dié ont été les premiers à proposer une communauté d’agglomération de la Grande Déodatie et se réjouit que ce terme, naguère dédaigné par les membres du groupe pierretiste, ait été employé dans le rapport de Mme Chrétien. Rappelant que, lors de la réunion du 10 décembre de la CDCI, le maire de Saint-Jean-d’Ormont a clairement posé la question de la communauté d’agglomération, Serge Vincent se félicite que les uns et les autres, et notamment plusieurs maires de communes rurales, aient su évoluer sur le sujet en commençant à surmonter leurs réticences initiales.

Seule une communauté d’agglomération de Grande Déodatie (64 communes et 76.000 habitants, selon notre projet dévoilé au printemps dernier) sera apte à répondre aux attentes de nos concitoyens et apporter des solutions face aux défis de demain. Serge Vincent invite par conséquent le maire, qui est par ailleurs président de la Fédération des maires des villes moyennes, à reprendre cette solution ambitieuse (plutôt que son projet initial, qui n’est pas beaucoup plus étendu que le schéma proposé par la CDCI).

aquanova america,nova america,aqualand,référendum,ppp,cgct,intercommunalité,communauté d'agglomération,grande déodatie,cdci,conseil municipal

Mme Chrétien répond que la Préfète refuserait cette solution et prétend que notre territoire ne serait pas éligible à la constitution d’une communauté d’agglomération car il comprendrait « trop de communes rurales » [sic]. En disant cela, Mme Chrétien ignore ou mésinterprète l’article L5216-1 du Code général des collectivités territoriales (CGCT), qui impose en réalité « un ensemble de plus de 50 000 habitants d'un seul tenant et sans enclave, autour d'une ou plusieurs communes centre de plus de 15 000 habitants ». Notre projet est donc bel et bien conforme à la loi.

Appuyant les propos de Mme Chrétien, le maire est plus direct dans son argumentation en exprimant sa crainte que les délégués de la ville de Saint-Dié ne siègent qu’en majorité relative (et non absolue) au sein d’une communauté d’agglomération.

M. Pierret craindrait-il une intercommunalité qu’il ne pourrait pas entièrement garder sous son contrôle ?

Ne serait-il pas temps, au contraire, de faire preuve de bonne volonté et d’esprit de concertation pour établir une confiance mutuelle avec nos futurs partenaires intercommunaux ?

 

3. Nova America – Demande de subventions

 

REFUS DE VOTE :

Nous sommes résolument opposés à ce projet dangereux pour l’avenir de notre ville.

Nous avons donc mené une campagne d’information sur ce sujet en distribuant plus de 11.000 documents dans les boîtes-à-lettres déodatiennes. Beaucoup de nos concitoyens y ont réagit, nous manifestant à leur tour leur inquiétude devant une décision qui mettrait en péril les finances de notre cité.

Face à cette prise de conscience, nous savons, contrairement à ce qu’affirme la maire, que ce projet est de plus en plus loin de faire l’unanimité.

Christian Pierret n’a pas eu mandat pour signer ce contrat de PPP : sa profession de foi de 2008 évoquait seulement, entre autres promesses souvent abandonnées, un ... « aqualand » [sic]. Depuis, le montage financier (manifestement inachevé, puisque la demande de subventions n’intervient que maintenant), l’emplacement ainsi que l’étendue et les dimensions du projet ont varié à plusieurs reprises. Sans parler des données économiques et financières nouvelles posées par une crise qui n’a – hélas – pas épargné notre territoire. Aucun vote de 2008 ne saurait donc être interprété comme un chèque en blanc, contrairement à la vision étriquée et passéiste de la démocratie représentative invoquée par Christian Pierret.

Serge Vincent est donc intervenu pour proposer l’organisation d’un référendum local sur ce projet. Ce serait en effet faire preuve de courage politique et de respect de la démocratie que de solliciter l’avis des Déodatiens sur une question qui engage si lourdement leur avenir.

 

aquanova america,nova america,aqualand,référendum,ppp,cgct,intercommunalité,communauté d'agglomération,grande déodatie,cdci,conseil municipal

(Suite de ce compte-rendu dans une prochaine note de notre blog ...)

01/07/2011

Tribune du groupe Union Pour Saint-Dié (UPS) dans L'Echo des Vosges du 24/06/11

Le Bilan à mi-mandat

C. Pierret vient de vous faire parvenir un coûteux document de 36 pages en couleur intitulé : Notre Saint-Dié-des-Vosges avance. Il présente le « bilan de l’action municipale à mi-mandat – 2008/2011 ».

Nous devons attirer l’attention des Déodatiens sur le non-respect par le premier magistrat du Code Général des Collectivités Territoriales (CGCT).

En effet, la cour administrative d’appel de Versailles, dans un arrêt du 27 août 2009, a considéré qu’en application de l’article L.2121-27-1 du CGCT, le bilan de mi-mandat qui « présente les réalisations et la gestion du conseil municipal à la moitié de son mandat » constitue « un bulletin d’information générale » dans lequel « la commune était tenue de réserver un espace à l’expression des conseillers n’appartenant pas à la majorité ».

En infraction à cette décision judiciaire et au mépris de l’esprit républicain qui devrait animer un véritable « démocrate décomplexé », l’opposition a été « oubliée » dans ce document pourtant payé par tous les contribuables déodatiens !

 

Notre Saint-Dié-des-Vosges avance ?

En feuilletant ce « bilan de l’action municipale à mi-mandat », nous pouvons remarquer que les différentes rubriques sont très proches du magazine municipal mensuel. Tous les projets, les manifestations, les travaux et même la majeure partie des photos ont déjà été publiés.

Alors, pourquoi diffuser à plus de 10 000 exemplaires un tel document ?

Notre projet prévoit des économies importantes concernant le service de communication. Supprimer ce document qui n’est qu’une répétition du mensuel municipal serait une première mesure, parmi tant d’autres.

 

Eau en bouteille : le mirage déodatien ?

Après des recherches coûteuses dans plusieurs massifs déodatiens et « un projet en marche » dans le secteur de La Bolle (magazine municipal d’avril 2010), il semblerait, selon un article de ce « bilan à mi-mandat », que cette eau si « chère » à C. Pierret pourrait maintenant se trouver dans le massif du Kemberg.

On espère que l’éventuel captage ne fasse pas partie des 256 hectares de forêt vendus à Réseau Ferré de France !

cgct,cumul des mandats,eau,kemberg

Illustration : Gehu (Tous droits réservés).

Cumul des mandats (suite)

Le 10 juin, le quotidien vosgien en titrant  « Pierret président », nous informait qu’il avait été élu à la présidence de la fédération française des villes moyennes. Il était jusqu’alors président délégué et bénéficie de l’alternance politique instaurée dans cette instance.

Comment peut-il concilier le métier d’avocat d’affaires à Paris, le mandat de maire de Saint-Dié, la candidature aux primaires socialistes, les fonctions d’administrateur de plusieurs sociétés, les nombreuses présidences honorifiques et cette nouvelle nomination ?

Pour notre part, nous rappelons que nous sommes contre le cumul des mandats. La fonction de maire de Saint-Dié exige une présence quotidienne pour une bonne gestion de la ville et une grande disponibilité pour répondre rapidement aux problèmes des Déodatiens.

 

Les conseillers municipaux UPS.

Consultez notre blog : http://unionpoursaintdie.fr

10:19 Publié dans Défense de la démocratie, Eau, Forêt | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cgct, cumul des mandats, eau, kemberg | | |  Facebook

29/03/2010

Notre tribune dans L'Echo des Vosges du 26 mars

Le débat d'orientation budgétaire (DOB)

Le Code Général des Collectivités Territoriales impose la tenue d'un débat d'orientation budgétaire (DOB) dans les deux mois qui précèdent le vote du budget primitif. Il sert à préciser les grands axes financiers de la ville et donne à l'opposition la possibilité d'exprimer son point de vue. Le DOB doit également permettre à l'exécutif municipal de présenter les engagements pluriannuels envisagés.

Qu'en est-il à Saint-Dié ?

Nous sommes fin mars, trois mois se sont écoulés depuis le début de l'année, et ce débat d'orientation budgétaire pour 2010 n'a toujours pas été inscrit à l'ordre du jour d'un conseil municipal.

Pourquoi ce retard ?

Compte tenu de la situation économique de notre ville, nous estimons qu'une large concertation aurait dû s'ouvrir avec les Déodatiens et leurs représentants élus de la majorité ou de l'opposition.

De même, les commissions municipales, qui devraient être le lieu de discussions et d'échanges, se réunissent rarement et ne sont plus que des chambres d'enregistrement.

Pourquoi, C. Pierret en réduisant tous les moyens d'expression de l'opposition (magazine, site internet....) fuit-il un débat pourtant indispensable à une véritable démocratie ?

Plus que jamais, notre groupe Union Pour Saint-Dié (UPS) est déterminé à représenter une opposition ferme et constructive.


Les conseils de quartier

La création de conseils de quartier est encadrée par la loi du 27 février 2002 relative à la démocratie de proximité. Ils sont consultés sur l'élaboration, la mise en œuvre et l'évaluation des actions intéressant le quartier, en particulier dans la cadre de la politique de la ville.

Dans notre projet, ces conseils sont les acteurs majeurs de la démocratie participative car nous voulons associer le plus grand nombre de Déodatiens à la bonne marche de notre ville. Même si le dernier mot doit revenir aux élus, les citoyens ont une légitimé pour donner leurs avis sur des décisions concernant leur vie quotidienne.

C'est notre vision de la démocratie et c'est pour cela que nous regrettons que depuis plusieurs mois, les habitants ne soient plus consultés. Les conseils de quartiers doivent être une autre façon de donner la voix aux Déodatiens. Encore faut-il avoir la volonté et le courage de les écouter.


Serge VINCENT, Francine WALTER, Jean-Louis BOURDON et Ramata BA.

04/01/2010

Notre tribune dans L'Echo des Vosges du 31 décembre

Le Chevalier Pierret : Censeur ... et sans reproche ?

Lors d'un récent conseil municipal, nous avons attiré l'attention de C. Pierret sur les espaces d'expression du pluralisme politique prévus par le Code général des collectivités territoriales (CGCT).

En effet, non seulement nous n'avons pas accès au site internet de notre ville, mais notre seul espace public d'expression, dans le mensuel de la commune, se réduit comme peau de chagrin.

Après avoir osé nous répondre que la réduction de l'espace de parole de l'opposition se justifiait par des « contraintes techniques », C. Pierret a menacé de censurer la retransmission du conseil municipal sur le site de la commune en caviardant les interventions de l'opposition proportionnellement au nombre des élus.

Accompagnant sa menace d'un sourire ironique, C. Pierret a osé prétendre que sa « gestion de la présidence du conseil municipal est extrêmement libérale ».

On savait C. Pierret libéral sur le plan économique ... mais sur le plan politique, et plus particulièrement en matière de liberté d'expression, on peut en douter !

Comme nous dénoncions cette situation dans le dernier magazine, « la rédaction » nous a répondu que notre espace est « nettement supérieur à ce que prescrit la loi, et qui est inscrit dans le règlement intérieur adopté par le Conseil municipal ».

En réalité, la loi (article L2121-27-1 du CGCT) dit simplement : « Dans les communes de 3 500 habitants et plus, lorsque la commune diffuse, sous quelque forme que ce soit, un bulletin d'information générale sur les réalisations et la gestion du conseil municipal, un espace est réservé à l'expression des conseillers n'appartenant pas à la majorité municipale. Les modalités d'application de cette disposition sont définies par le règlement intérieur. » C'est donc la majorité municipale, en votant le règlement intérieur, qui fixe elle-même les limites de l'espace d'expression ... ce qui lui permet, si elle aussi peu démocrate qu'à Saint-Dié, de censurer son opposition !

**

Promesses non tenues : faut-il encore croire au Père Noël ?

Construction du complexe aqualudique Nova America, reconversion de l'ancienne Banque de France en hôtellerie-restauration haut-de-gamme, aménagement du parc Dormeuil, implantation d'entreprises et création d'emplois sur la zone d'Hellieule, valorisation de l'« écosite » des Tiges, mise en service du boulodrome couvert, réfection de l'espace Sadoul ... autant de promesses démesurées et inconsidérées, toujours inachevées ou restées à l'état d'effet d'annonce malgré les sommes déjà engagées.

***

Combien ça nous coûte ?

60 000 euros

C'est le budget prévisionnel de l'édition 2010 de la « Vélodatienne ».

Quand la ville se substitue aux associations pour organiser une manifestation, ce sont les contribuables qui trinquent. Dans le même temps, la plupart des subventions aux associations ont été revues à la baisse.

 

Serge Vincent, Francine Walter,  Jean-Louis Bourdon et Ramata Ba

On peut être "socialiste" ET favorable au pluralisme !

En complément à nos dernières tribunes, voici un exemple d'application de l'article du CGCT sur l'expression des groupes d'élus (article applicable à toutes les collectivités territoriales : conseils municipaux, conseils généraux, conseils régionaux).

Le Conseil général de Haute-Saône (70) est composé de 32 élus. 25 d'entre eux (78 %) sont socialistes ou "de Gauche", les 7 autres (22 %) étant UMP ou "Divers droite". La majorité est donc nettement "de Gauche", et le conseil général est présidé par un socialiste, Yves Krattinger.

Ci-dessous, vous pouvez voir la page d'expression libre de la dernière revue mensuelle du Conseil général de Haute-Saône. Fifty-fifty !

tribune 70 12 09.jpg

Comparez à présent avec la page équivalente du mensuel municipal de Saint-Dié (ci-dessous), sur laquelle nous avons entouré les tribunes des groupes d'opposition (à gauche) et celle du groupe de C. Pierret (en bas et à droite). La comparaison est éloquente !

tribune sddv 12 09.jpg

L'exemple de nos voisins du 70 mériterait d'être pris en considération par C. Pierret. Il verrait en effet que l'on peut être majoritaire en nombre d'élus, se dire "de Gauche" ... et être néanmoins attaché à l'expression du pluralisme !