Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/12/2011

Les jambes ... sans la tête ?

Le charme de Maman Noël.jpg

14:16 Publié dans Arrêt sur image | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : communication, noël, années 50, mauvais goût | | |  Facebook

11/12/2011

Vu sur le sapin de la salle du conseil municipal ...

DSC06246.JPG

(Photo réalisée, bien entendu, sans trucage).

Avec C. Pierret, les Déodatiens ont les boules ... Mieux vaut en rire !

13:56 Publié dans Arrêt sur image | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : humour, noël, sapin | | |  Facebook

09/12/2011

Tribune du groupe Union Pour Saint-Dié (UPS) du 09/12/11

Sapin de Noël : 1 pour le prix de 2

Nombreux sont les Déodatiens à s’interroger sur la valse des sapins de Noël place de la cathédrale. Dans son édition du 25 novembre,  le quotidien vosgien nous apprend que le sapin « chétif » initialement installé venait de … Gap. Ce premier conifère a été vite remplacé par un autre, plus fourni et bien de chez nous.

Pourquoi le maire de la capitale du massif vosgien a-t-il tout d’abord acheté un sapin dans les Alpes du Sud ? Pourquoi aller chercher très loin et payer très cher ce que nous avons abondamment dans nos forêts (du moins celles que C. Pierret n’a pas encore vendues) ? Sans parler de l’aberration écologique et du coût d’un tel transport …

Cette histoire, digne d’un premier avril, pourrait faire sourire si elle n’avait aucune conséquence financière pour les contribuables déodatiens.

Après le déplacement du jet d’eau pour 60 000 euros, cette nouvelle décision municipale prouve malheureusement que notre ville est bien mal gérée.

Les 2 sapins de Noel 2011.jpg

Le sapin qui cachait (la vente de) la forêt

C. Pierret vient de vendre 257 hectares de notre patrimoine forestier dans le massif du Kemberg. Cette décision, profondément scandaleuse, va priver définitivement notre ville d’une ressource importante pour l’équilibre de nos finances. Si cet espace naturel doit demeurer accessible aux promeneurs, les nouveaux propriétaires pourront exploiter comme ils l’entendent cette ressource par des coupes de bois dont l’ampleur pourrait remettre en cause la qualité environnementale du site.

Nous sommes outrés que C. Pierret se soit « félicité » de cette vente qui, selon lui, « permet de valoriser le patrimoine ». Ces propos sont choquants et fort déplacés à l’égard des Déodatiens amoureux de leurs forêts.

C. Pierret n’a jamais obtenu mandat pour vendre la forêt déodatienne afin de financer une très faible partie de son projet pharaonique « Aquanova America ». Ces deux décisions malheureuses et intimement liées auraient dû être soumises à référendum.


Echec de la politique touristique : qui est le vrai responsable ?

La société Mangin Loisirs gère le terrain de camping de la Vanne de pierre et celui de Bouzey à Epinal. Ce professionnel avait été choisi par l’actuelle municipalité pour exploiter grâce à une Délégation de Service Public (DSP) notre camping municipal.

Alors que sa gestion du site spinalien ne semble pas poser de problème, il a reçu de la mairie une lettre recommandée lui signifiant la fin de cette DSP. C’est un nouvel échec de la politique municipale en matière de tourisme. Depuis plus de 20 ans et après chaque déboire, C. Pierret promet qu’il va insuffler une « nouvelle dynamique » (quotidien vosgien du 28/11) et cela ne reste à chaque fois qu’un effet d’annonce et une nouvelle promesse sans lendemain.

Seule une nouvelle politique municipale associant tous les acteurs du tourisme et de l’animation (hôtelier, restaurateurs, cafetiers, loueurs de gîte, associations, etc.) fera de Saint-Dié la ville phare du massif vosgien.

Ramata BA, Catherine SAINT-DIZIER, Francine WALTER, Jean Louis BOURDON, Sébastien ROCHOTTE et Serge VINCENT

02/05/2010

Arrêtez de réviser l’histoire !

Lettre ouverte de Jean-Louis Bourdon à Messieurs Christian Pierret, Romuald Gbedey et leurs collègues de la majorité municipale

Saint-Dié, le 2 mai 2010


Mesdames et Messieurs,


Depuis quelques semaines, vous tentez de justifier votre décision de fermer l'école de Marzelay à partir de chiffres faux que j'ai déjà dénoncés lors du conseil municipal du 12 avril dernier, mais aussi à partir d'affirmations erronées concernant le bilan des « années Pierret » sur les constructions d'écoles.

Non, vous n'avez pas construit deux écoles (Claire Goll et Eugénie et Jules Ferry). Non, M. Pierret n'est pas le maire qui a construit le plus d'écoles à Saint-Dié, et loin s'en faut.

Concernant les constructions, votre « compteur » s'est arrêté au chiffre 1 : il s'agit de l'école primaire Eugénie et Jules Ferry, construction résultant de la fermeture de 2 écoles (Le Cardinal et La Bolle). En effet, Claire Goll est l'œuvre du maire socialiste Pierre Noël : décision du conseil municipal du 12 mai 1964 et début des travaux en mai 1971. Seul un agrandissement est à mettre à votre crédit, conséquence de la fermeture de la maternelle Vincent Auriol.

Bilan : une seule école construite et trois écoles fermées. Solde négatif de deux écoles. On est loin des chiffres que vous annoncez.

Concernant les constructions d'écoles, comme le montrent les archives municipales, C. Pierret est l'avant dernier de la classe (liste détaillée en annexe), juste devant Robert Bernard (aucune école construite) et derrière Jean Mansuy (12 écoles, en plus des écoles préfabriquées construites dans les différents quartiers de la ville), Pierre Noël (6 écoles) et Maurice Jeandon (2 écoles). Le résultat serait encore plus net si on prenait le nombre de classes construites. Par ailleurs, en plus des écoles, Jean Mansuy et Pierre Noël ont également fait construire les collèges et lycées publics de  la ville. Pour plus d'information, je vous invite à consulter les archives municipales ou à lire l'article publié en 1999 dans le Bulletin  n°100 de la Société Philomatique Vosgienne à la suite de l'exposition organisée par la FCPE en 1997.

Je vous saurais gré de ne plus falsifier l'histoire lors de vos prochaines déclarations et vous prie de croire, Mesdames et Messieurs, à l'assurance de mes sentiments les meilleurs.


Jean-Louis Bourdon


 

Annexe : les constructions d'écoles par les 5 derniers maires de St-Dié

 

Christian Pierret (1989-1997 et 2002-...) : 1 école

* Eugénie et Jules Ferry (fermeture des écoles  du Cardinal et de la Bolle)


Maurice Jeandon (1972-1989) : 2 écoles à St-Roch (en remplacement de l'école maternelle et de l'école élémentaire de garçons du quartier St-Roch - L'Orme construites en préfabriqués par Jean Mansuy) :

* maternelle Jacques Prévert

* élémentaire Jacques Prévert


Pierre Noël (1965-1972) : 6 écoles

* 4 écoles à Kellermann : école élémentaire de filles Vincent Auriol, école élémentaire de garçons Vincent Auriol, école maternelle Vincent Auriol et école Claire Goll

*  2 écoles à Marzelay (maternelle et élémentaire) en remplacement de l'ancienne école

 

Jean Mansuy 1947-1965 : 12 écoles

* 9 écoles au centre ville : école maternelle Gaston Colnat et écoles élémentaires de filles et de garçons Gaston Colnat , école maternelle Paul Elbel et écoles élémentaires de filles et de garçons Paul Elbel, école maternelle Ferdinand Brunot et écoles élémentaires de filles et de garçons Ferdinand Brunot

* 1 école à Foucharupt en remplacement de baraquements

* 2 écoles à Saint-Roch : maternelle et élémentaire Baldensperger (en remplacement de préfabriqués de l'école maternelle et de l'école de filles du quartier du quartier St-Roch - L'Orme)

Il faut ajouter à cette liste les écoles préfabriquées à St-Roch, Robache, Le Cardinal et les 3 scieries.