Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/12/2013

Notre action au service des Déodatiens (tribune des élus du groupe Union Pour Saint-Dié dans le mensuel municipal de décembre 2013)

notre saint-dié-des-vosges,tribune,rapport,code,intercommunalité,communauté d'agglomération,grande déodatie,bâtiment alsace,pré fleuri,bus,union pour saint-dié

Notre action au service des Déodatiens

Le mois dernier, nous avons évoqué les 107 280 euros versés par la ville, pour la seule année 2012, à une société bordelaise de « conseil en développement économique ». A force de persévérance, nous avons enfin obtenu la communication du rapport de cette agence. A défaut d’apporter des remèdes miracles au fléau du chômage en Déodatie, ce coûteux document confirme (malgré lui) ce que nous avons toujours pensé et dit : on peut faire des économies rien qu’en écoutant les Déodatiens et leurs représentants.

Un exemple : l’intercommunalité.

En page 143 de ce rapport, l’agence assimile le tardif projet « a minima » de la majorité sortante à un « minimum » auquel « il ne faudrait pas s’arrêter » et prône une « deuxième étape : une communauté d’agglomération fondée sur l’axe de développement de la Meurthe. L’objectif est d’atteindre le seuil de 50 000 habitants, par un élargissement à des intercommunalités existantes dans l’intégralité de leur périmètre actuel. Cette hypothèse reprend une proposition émise par M. Vincent ».

En acceptant de prendre en compte ce que nous proposons depuis 2011, la majorité sortante aurait ainsi évité de faire perdre du temps et de l’argent aux habitants de la Déodatie.

Nous avons en effet pour objectif de défendre les intérêts de nos concitoyens et d’améliorer leurs conditions de vie, aussi bien dans la future Grande Déodatie que dans le cadre quotidien de leur quartier. Nous avons ainsi obtenu le rétablissement de l’arrêt de bus du bâtiment Alsace et nous poursuivrons nos démarches en faveur de celui du Pré Fleuri.

Ce ne sont là que quelques exemples de toutes les propositions et actions constructives motivées par notre volonté, plus forte que jamais, de mettre notre expérience et notre travail d’élus de terrain au service des Déodatiens.

Ramata BA, Catherine SAINT-DIZIER, Francine WALTER, Jean-Louis BOURDON, Sébastien ROCHOTTE et Serge VINCENT

01/11/2013

Un devoir d'information et de transparence (tribune des élus du groupe Union Pour Saint-Dié dans le mensuel municipal de novembre 2013)

notre saint-dié-des-vosges,tribune,union pour saint-dié,dette,impôts,code,fig

Un devoir d’information et de transparence

Plongés au cœur de la crise, les citoyens crient leur colère aux politiciens qui oublient de les écouter et de rendre des comptes quant à leur utilisation des deniers publics.

Ce climat de défiance, nous le ressentons localement, au fil des échanges quotidiens avec nos concitoyens. Les Déodatiens veulent être non seulement écoutés mais également mieux informés de la gestion municipale.

Le maire de Saint-Dié doit faire ce qu’il dit et dire ce qu’il fait … surtout quand il le fait avec l’argent des Déodatiens.

Ces derniers constatent que, malgré un endettement record (Saint-Dié est la 4e ville de plus de 20 000 habitants la plus endettée de tout le Grand Est) et une fiscalité insoutenable, leur vie quotidienne se dégrade.

Ils s’interrogent donc sur l’emploi de leurs impôts locaux.

Par conséquent, nous voulons que toute la lumière soit faite sur des dossiers tels que le financement du FIG (combien nous coûte-t-il réellement ?) ou encore les 107 280 euros versés à une agence bordelaise de « conseil en développement économique ». Nous avons demandé, en vain, les rapports de cette société.

Ce ne sont hélas que deux exemples parmi tant d’autres.

Dans l’esprit constructif et responsable de notre tribune, ce magazine doit avoir uniquement vocation à informer les Déodatiens, en toute transparence et en toute objectivité, sans mener campagne avec des moyens publics.

Ce mensuel municipal ne devrait donc pas contenir, comme ce fut le cas le mois dernier, une tribune si outrancièrement insultante et électoraliste qu’aucun élu de la majorité sortante n’a osé l’assumer de sa signature.

Les Déodatiens méritent un débat démocratique digne, respectueux de tous, et fondé sur une transparence salutaire. Face à cette attente, nous ne nous déroberons pas.

Ramata BA, Catherine SAINT-DIZIER, Francine WALTER, Jean-Louis BOURDON, Sébastien ROCHOTTE et Serge VINCENT

29/01/2013

Notre tribune dans le mensuel municipal (février 2013)

Un candidat en campagne, mais aux frais de qui ?

Nous avons toujours été choqués par le coût indécent, notamment en période de crise, de la communication municipale qui s’élève à plus de 3 millions d’euros pour les quatre dernières années.

Sous couvert de l’intention louable d’informer les Déodatiens, ce bulletin municipal est devenu, au fil du temps, un véritable outil de propagande. Ainsi l’édition précédente consacrait plusieurs pages à une interview du maire sortant destinée à faire sa promotion. De même, dans les onze bulletins mensuels de 2012,  les lecteurs pouvaient trouver plus de 110 photos où figuraient C. Pierret ou l’un de ses colistiers … mais aucune avec un élu de l’opposition. Sa phobie du pluralisme est telle qu’il pourrait rebaptiser cette revue « Mon Saint-Dié-des-Vosges ».

Le maire sortant se réserve donc une capacité de publicité (3 millions en quatre ans) financée par le contribuable. Ainsi, depuis plusieurs semaines, il monopolise tous les médias municipaux pour claironner sa candidature aux prochaines élections.

Il en est de même pour les manifestations républicaines de début d’année, comme le goûter des aînés ou les vœux au personnel communal, dont les élus de l’opposition sont systématiquement exclus.

Cette omniprésence de la communication pierretiste, cette autocélébration permanente et ce sectarisme sont choquants. Le candidat Pierret ne lésine pas sur les moyens pour marteler promesses et effets d’annonce, en traitant le citoyen comme un enfant auquel il voudrait faire croire que sa politique est « remarquable » à tous points de vue.

Mais nous faisons confiance aux Déodatiens : ils ne sont pas dupes de la supercherie.

Ramata BA, Catherine SAINT-DIZIER, Francine WALTER, Jean-Louis BOURDON, Sébastien ROCHOTTE et Serge VINCENT

00:33 Publié dans Défense de la démocratie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : notre saint-dié-des-vosges | | |  Facebook

27/09/2012

Humour : le clin d'oeil de Gehu

Magasins-presse 21 09.jpg

Illustration : Gehu (Tous droits réservés)

25/05/2012

Tribune du groupe Union Pour Saint-Dié (UPS) dans L'Echo des Vosges du 18/05/12

Sa parole s’envole, ses écrits restent …

« Le temps est loin des mairies qui communiquaient à coup d’ « officiel municipal », sur un mode qui tenait plus de la propagande que de l’information » (Christian Pierret, magazine municipal d’octobre 2008).

Ce temps est hélas loin d’être révolu, car Notre-Saint-Dié-des-Vosges, au lieu d’informer objectivement les Déodatiens, relaie trop souvent les effets d’annonce et les promesses sans lendemain du premier magistrat.

En voici quelques exemples, parmi tant d’autres :


Promesse : « Grâce à l’ouverture de l’Ecosite des Tiges, les Déodatiens, notamment les jeunes, pourront […] participer aux activités de l’ancienne ferme transformée en espace d’accueil, d’animation et d’exposition. » (mai 2008)

Réalité : Projet complètement oublié, voire abandonné.

 

Promesse : « Et c’est en 2011 que […] la Nef ouvrira ses portes, au cœur du parc public de Kellermann. » (mars 2009)

« Le début des travaux est calé pour début 2012 pour une livraison à l’été 2013. » (avril 2011)

Réalité : A ce jour, les travaux n’ont toujours pas démarré.

 

Promesse : « Holcim Bétons s’implante sur Hellieule 4. […] A la clé de cet investissement de 1,5 millions d’euros, 6 emplois directs (et des emplois indirects à venir). » (Juin 2009)

Réalité : A l’instar de Petot (80 emplois annoncés avant les élections municipales), cette entreprise ne viendra malheureusement pas.

écosite,les tiges,nef,kellermann,holcim,hellieule,conseil des seniors,école darmois,notre saint-dié-des-vosges

[illustration : Géhu - Tous droits réservés]

Promesse : « En place pendant deux ans, le Conseil des Seniors se réunira en séance plénière privée quatre fois par an en présence du maire à qui il fera part des fruits de son travail. » (mai 2009)

Réalité : Aucune nouvelle de ce conseil, ni renouvellement, ni compte-rendu de réunion.

 

Promesse : « Le bâtiment actuel de l’école Darmois sera rénové et sera complété par la construction d’une aile supplémentaire […] Les travaux commenceront en juillet 2011 et prendront fin à la rentrée 2012 pour un coût estimé à environ 2 millions d’euros. » (mai 2011)

Réalité : Projet au point mort faute de financement.

 

Multiplier ainsi les faux espoirs n’est pas digne d’élus responsables qui ne doivent pas duper les citoyens. Nous nous engageons à ce que le bulletin communal reste un support d’information pour les Déodatiens et non un « officiel municipal » tenant « plus de la propagande que de l’information. »

 

Ramata BA, Catherine SAINT-DIZIER, Francine WALTER, Jean-Louis BOURDON, Sébastien ROCHOTTE et Serge VINCENT

 

écosite,les tiges,nef,kellermann,holcim,hellieule,conseil des seniors,école darmois,notre saint-dié-des-vosges

29/02/2012

Notre tribune dans le mensuel municipal (mars 2012)

Pour un débat digne et démocratique

Dans leur précédente tribune, M. Pierret et ses colistiers ont attaqué un citoyen déodatien, responsable d’une association, qui a eu le «tort» d’avancer des propositions pour réduire les impôts de notre ville. Il est choquant que des élus utilisent un support municipal financé par le contribuable pour insulter un de nos concitoyens et dénaturer ses propos.

Pour notre part, nous estimons que cette page ne doit pas être le lieu d’attaques personnelles ou d’entreprises de dénigrement. Au contraire, elle devrait permettre un débat constructif et digne. Telle est notre conception d’une expression démocratique responsable, à l’opposé des libelles haineux qui trahissent le manque de sérénité de leurs auteurs.

De plus, nous pensons que tous les élus, de la majorité comme des oppositions, doivent être également respectés.

Ils doivent notamment être conviés sans discrimination aux temps forts républicains de la vie de notre cité, tels que les Trophées des Sports, le goûter des personnes âgées, l’accueil des nouveaux habitants ou encore les voeux au personnel communal.

L’ouverture aux autres et le pluralisme sont pour nous des valeurs fondamentales, nous qui fédérons des femmes et des hommes de différentes sensibilités, à l’image de la diversité qui enrichit notre ville. L’écoute, la tolérance et l’humanisme guident au quotidien notre action municipale au service de l’intérêt général.

Nous proposons une réelle alternance, fondée sur une conception profondément différente de la vie municipale actuelle. Plutôt que dénigrer ou mentir, nous voulons entreprendre et construire.

Ainsi, malgré l’obstination de certains à vouloir abaisser le débat, nous continuerons à avancer fortement et tranquillement nos propositions pour améliorer l’avenir des Déodatiens.

Ramata BA, Catherine SAINT-DIZIER, Francine WALTER, Jean-Louis BOURDON, Sébastien ROCHOTTE et Serge VINCENT.

15:56 Publié dans Défense de la démocratie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : notre saint-dié-des-vosges | | |  Facebook

26/01/2011

Tribune du groupe Union Pour Saint-Dié (UPS) dans L'Echo des Vosges du 21/01/11

Des associations actives, des manifestations réussies

Présents lors des différentes animations proposées par les associations déodatiennes, nous avons pu apprécier la grande qualité des spectacles qu’elles ont organisés pendant les fêtes de fin d’année.

De la 5ème édition de « Déo’Chœur », avec l’excellente interprétation de la chorale « Si On chantait », au remarquable concert du Nouvel An de l’Orchestre symphonique de notre ville, nombreux ont été les succès à mettre à l’actif de tous ces bénévoles qui se dévouent sans compter pour animer notre ville. 

Un grand bravo à tous !

 

Le petit monde merveilleux de C. Pierret

Le dernier numéro de Notre Saint-Dié-des-Vosges ferait presque croire aux lecteurs que notre ville nage dans le bonheur. Toutes les manifestations organisées sont des triomphes : « Saint-Nicolas : quel succès ! » - « MagniFig ! » - « Holi« dié » on ice » « des milliers d’heureux » ! - Le marché de Noël, « encore un marché réussi ! » - « L’image de la ville, une source d’attractivité ». Les Déodatiens apprécieront la modestie du maire…

En page 14 du même magazine, sous les titres « Une gestion active - Des services performants et une vision d’avenir », la municipalité pierretiste fait l’apologie des services publics qu’elle a privatisés et qui assureraient leurs missions « dans des conditions optimales ». Opti … mal au porte-monnaie !


Sa parole s’envole, ses écrits restent

Compte rendu annuel.jpgEn avril 2009, C. Pierret vous adressait, aux frais du contribuable déodatien, une brochure tape-à-l’œil en couleurs de près de 50 pages intitulée « Compte-rendu annuel de mandat ». Dans son éditorial, il reliait cette communication à l’une de ses promesses de campagne : « Conformément à mes engagements, je vous adresse le présent document afin de vous rendre compte de l’action que j’ai menée […] Il est essentiel que vous disposiez, en toute transparence, des informations vous permettant de connaître précisément le travail réalisé pendant cette première année de mandat ».

Or, la « transparence », déjà toute relative, n’a duré qu’un temps : il n’y a pas eu de bilan « annuel » de C. Pierret depuis plus de 20 mois !

Nous avons donc décidé de pallier ce fâcheux « oubli » de C. Pierret, en reprenant, au cours des prochaines semaines, ses anciens écrits … et en confrontant à la réalité toutes ses annonces, affirmations et promesses.

 

Serge Vincent, Francine Walter, Jean-Louis Bourdon et Ramata Ba

 

Consultez notre blog : http://unionpoursaintdie.fr

30/11/2009

Notre tribune dans le mensuel municipal

PETITIONS ...

Après les usagers du bus, les commerçants et riverains de la place de Gaulle ont lancé une pétition pour déplorer l'absence de dialogue entre le maire et les citoyens.

Avec de véritables conseils de quartier démocratiques, tels que nous les proposions, ces problèmes ne se poseraient pas.


PASSIONNEMENT POUR NOTRE VILLE ?

Alors que tant de Déodatiens sont au chômage, nous nous étonnons que la mairie ait recruté pour ses emplois d'été des jeunes venus d'autres villes de France. Sur quels critères leur candidature a-t-elle été retenue ?


COMMENT S'EXONERER DE SES RESPONSABILITES LOCALES ?

Dans leur dernière tribune, le maire et ses colistiers ne parlent que de politique nationale.

Ils espèrent ainsi détourner l'attention des Déodatiens des problèmes de leur ville.


*Cette tribune est écourtée. Sur décision du maire, notre espace d'expression est réduit. Vive la démocratie !