Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/10/2013

Vente du patrimoine communal : nous demandons un moratoire (tribune des élus du groupe Union Pour Saint-Dié dans le mensuel municipal d'octobre 2013)

vente,patrimoine,services techniques,tribunal d'instance,école de musique,camping,saint-dié plage

 

Vente du patrimoine communal : nous demandons un moratoire

Cela aurait presque pu passer inaperçu dans la torpeur estivale : le maire a mis en vente le bâtiment des services techniques, situé à côté de l’hôtel de ville, et les maisons de maître qui accueillaient le tribunal d’instance et l’école de musique.

Cette triple vente de beaux immeubles de caractère, vastes et bien situés, interpelle les Déodatiens. La municipalité serait-elle aux abois ? Aurait-elle du mal à financer ses dépenses inconsidérées, à commencer par la piscine Aquanova ?

Les cessions de patrimoine se sont en effet accélérées ces trois dernières années (ventes de l’office de tourisme, de la résidence d’étudiants du quai Carnot, du centre Schuman, de la maison des syndicats, du kiosque et, surtout, de la forêt du Kemberg).

Loin d’être des poids morts inutiles à la collectivité, certains des biens ainsi vendus avaient un réel intérêt stratégique.

Fermé et vendu pour la réalisation d’un énième projet immobilier, le camping municipal était l’outil indispensable d’une politique touristique digne de ce nom. Combien de touristes ont renoncé à séjourner à Saint-Dié faute d’un tel équipement ?

Combien de Déodatiens, suite à la vente et à la fermeture en catimini de Saint-Dié plage, ont trouvé porte close et ont dû se contenter de la Meurthe ou de la Fave ?

Comment qualifier l’attitude du maire à l’égard du patrimoine communal des Déodatiens ?

En tant qu’élus responsables, nous appelons le maire à cesser cette politique de la terre brûlée et à ne pas battre en retraite face aux difficultés financières entraînées par ses mauvais choix. Nous lui demandons de cesser la vente des biens de notre ville et de réaliser plutôt des économies parmi toutes les dépenses inutiles que nous exposons régulièrement lors des conseils.

Ramata BA, Catherine SAINT-DIZIER, Francine WALTER, Jean-Louis BOURDON, Sébastien ROCHOTTE et Serge VINCENT

05/08/2013

La vente du patrimoine déodatien continue. Que va-t-il nous rester ?

Ces dernières années ont vu la vente de nombreux éléments de notre patrimoine communal, et notamment des 250 hectares de forêt du Kemberg, pour financer les premières factures de la coûteuse piscine Aquanova America.

Récemment, nous avons découvert dans les annonces immobilières du quotidien vosgien que la ville mettait en vente l’actuel tribunal d’instance situé rue de la Meurthe, non loin de la gare, pour un montant de 250 000 € (*).

Tribunal d'Instance (21 juillet).jpg

Quelques jours plus tard, le même constat s’appliquait à l’actuelle école de musique, sise rue d’Alsace, mise en vente pour 300 000 €.

Ecole de musique (28 07).jpg

Chacun de ces immeubles comprenant plus de 500 m² habitables, on comprendra que le maire sortant brade nos biens communaux.

Il s’agit d’une vente directe, le numéro de téléphone indiqué étant celui d’un des portables de la mairie.

Nous ne sommes hélas pas surpris, tant la politique de l’équipe pierretiste actuelle repose sur la vente de notre patrimoine pour financer ses dépenses somptuaires et ses choix calamiteux (piscine en PPP, emprunts toxiques, etc.).

On peut cependant s’étonner que ces ventes aient été lancées sans aucune délibération du conseil municipal. Mais il est vrai que, là encore, il ne s’agit pas d’une première. L’avis des citoyens et de leurs élus est-il réellement important pour le maire sortant ?

L’équipe d’Union Pour Saint-Dié


(*) Soit moins que le coût de quatre des chalets actuellement proposés à la vente sur l’ancien terrain de camping.

______________________________________________________

MISE A JOUR DU 24/08/13 :

Suite de la vente estivale du patrimoine communal. Extrait des annonces immobilières du 18 août concernant, cette fois-ci, le bâtiment des services techniques, avec une photo prise au pied de la statue de Jules Ferry.

tribunal d'instance,rue de la meurthe,école de musique,rue d'alsace,vente,patrimoine


23/04/2013

Vente du bâtiment des services techniques

Essayant de compenser ses mauvais choix financiers (dépenses de fonctionnement exagérées, emprunts « toxiques », PPP d’Aquanova …), le maire sortant en est réduit à surimposer les Déodatiens et à vendre le patrimoine communal.

Cette dernière politique concerne aussi bien le patrimoine naturel (forêt du Kemberg) que le patrimoine bâti (kiosque du quai du Maréchal de Lattre de Tassigny, ancienne maison des syndicats) ainsi que d’autres bâtiments et équipements (résidences étudiantes du quai Carnot, camping municipal). C’est à la seconde catégorie qu’appartient le bel immeuble situé à côté de la mairie.

Répondant par l'affirmative aux interrogations dont nous vous avions fait part sur ce blog il y a déjà deux mois (voir notre note du 24 février), les derniers mots d’un article de Vosges Matin du 17 avril confirment que le « bâtiment des services techniques sera vendu ».

Vosges Matin 17 avril.jpg

Vosges Matin 17 avril - Copie.jpg

Vente du bâtiment des services techniques de Saint-Dié.jpg

24/02/2013

Le bâtiment des services techniques municipaux sera-t-il vendu ?

Vente bâtiment services techniques.jpg

09/11/2012

Tribune du groupe Union Pour Saint-Dié (UPS) dans L'Echo des Vosges du 1er novembre

Pour une ville plus attractive et rayonnante

Le tourisme est aujourd’hui l’un des vecteurs majeurs du développement communal ainsi qu’un outil fondamental d’aménagement du territoire. Or, nous avons la chance d’avoir un environnement alliant qualité et diversité, propice à l’exercice de nombreuses activités culturelles, sportives ou en lien avec la nature.

Malgré cela, nous sommes loin d’être considérés comme la capitale du massif  vosgien sur le plan touristique (les fermetures de nombreux commerces, du terrain de camping et du cinéma confirment malheureusement cette situation).


Pour que Saint-Dié devienne une ville-phare, il faut mener une politique plus ambitieuse qui doit s’appuyer sur trois piliers :


Des aménagements urbains repensés :

- une voie verte longeant la Meurthe, valorisant l’environnement naturel et la qualité de vie tout en garantissant une utilisation conviviale et sécurisée à tous les usagers. La mise en valeur de cette rivière permettra aussi la pratique d’activités sportives et de loisirs : pêche, parcours de canoë en eau vive … ;

- une place du marché rénovée, commerciale et conviviale, autour d’un marché couvert.

Place du marché 2 novembre 2012.jpg


De nouveaux équipements structurants :

- la réalisation, en intercommunalité, d’un parc des expositions polyvalent pouvant accueillir des manifestations telles que des salons, de grands spectacles et d’autres activités sportives et culturelles ;

- un musée d’envergure nationale dédié au déodatien Jules Ferry, et implanté de préférence dans une ancienne école ;

-  le soutien à un projet d’ouverture d’un nouveau complexe cinématographique.


Une véritable volonté de faire vivre notre ville :

En plus de notre volonté d’animer Saint-Dié tout au long de l’année, nous voulons, en relation avec les associations, créer deux nouvelles manifestations majeures : un grand évènement estival qui attirera de nombreux visiteurs et dynamisera les commerces déodatiens ainsi qu’un « salon des loisirs et du tourisme » qui donnera un aperçu complet des loisirs en Déodatie et dans les Vosges.

Notre projet est de faire du tourisme un levier pour soutenir l’économie locale et créer ainsi les emplois indispensables au renouveau déodatien. Seule une nouvelle politique municipale, associant tous les acteurs du tourisme et de l’animation et valorisant toute la diversité du patrimoine historique et naturel, fera de Saint-Dié la ville-phare du massif vosgien.


Les élus du groupe UPS

26/10/2012

Tribune du groupe Union Pour Saint-Dié (UPS) dans L'Echo des Vosges du 19 octobre (1/2)

Une autre promesse de C. Pierret s’envole en fumée

En janvier 2008, le mensuel municipal nous annonçait, « face au quartier de l’Orme », un programme immobilier confié à un groupe privé mais réalisé « à la demande de la ville ». « De nouveaux logements au cœur d’espaces verts préservés [et d’] un parc exceptionnel avec des espèces rares » devaient ainsi voir le jour sur la propriété Dormeuil après des travaux « lancés en juin 2008 ».

mag municipal janvier 2008 001.jpg

Magazine municipal de janvier 2008 (p. 15) - Cliquez sur l'image pour l'agrandir.

Depuis, nous avions constaté l’abandon du projet et le délabrement de la maison de maître, squattée et exposée au risque d’incendie (L’Echo des Vosges des 12/02/10, 11/02/11 et 20/01/12). Le sinistre a hélas eu lieu, au petit matin (comme pour l’école Baldensperger), détruisant une parcelle du patrimoine déodatien.

Dormeuil incendiée 19 octobre.jpg

Nous espérons que le magnifique parc, avec ses arbres centenaires et ses essences rares, sera préservé.

Les élus du groupe UPS

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _


Article de Vosges Matin (12/10/12)

 

Article VM 12 10 12.jpg

(Cliquez sur l'image pour l'agrandir)

04:57 Publié dans Arrêt sur image | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : l'orme, dormeuil, patrimoine, incendie | | |  Facebook

19/10/2012

L'Empire

Cinéma Empire 12 octobre 2012.jpg

06:40 Publié dans Arrêt sur image | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinéma, l'empire, quai carnot, patrimoine | | |  Facebook

06/07/2012

Que va-t-il rester ?

Mairie à vendre (29 juin).jpg

29/06/2012

Avec le camping, le stade de rugby : où s'arrêtera la vente du patrimoine déodatien ?

stade de rugby juin 2012-22 juin.jpgMISE A JOUR DEPUIS LA PUBLICATION DE CETTE PHOTO DANS L'ECHO DES VOSGES DU 22/06 : La lecture du compromis de vente du camping présenté lors du conseil municipal du 22 juin permet de répondre par l'affirmative à la question ci-dessus. La parcelle concernant le stade de rugby (AP80) figure effectivement dans ce compromis de vente.

22/06/2012

Tribune du groupe Union Pour Saint-Dié (UPS) dans L'Echo des Vosges du 15/06/12

Aquanova America : premier flop

Pour la pose de la première pierre de cette piscine, la mairie avait envoyé des centaines d’invitations aux responsables associatifs, chefs d’entreprises, élus voisins et habitants. Malgré cette coûteuse communication, seules quelques dizaines de personnes (pour la plupart des employés communaux) étaient présentes pour ce qui devait être l’événement de l’année. Par contre, la police municipale était largement mobilisée aux différents carrefours menant à cet équipement dont l’enjeu, d’après C. Pierret, « va au-delà de tout ce qu’on imagine ».

Première pierre Nova America 15 juin 2012-1.jpg


Encore une atteinte à la liberté d’expression

Effectivement, ce qui s’est passé lors de cette cérémonie « va au-delà de tout ce qu’on imagine ». Dans un souci d’informer les Déodatiens, nous avons distribué un document mettant en évidence les dangers financiers de cette piscine et ainsi que l’opposition aux contrats de Partenariat Public-Privé (PPP) des responsables politiques de gauche et notamment de F. Hollande. Furieux de cette démarche démocratique, des proches de C. Pierret, employés municipaux en service, ont détruit nos documents. La vérité ferait-elle peur aux Pierretistes ?


Un investisseur peu confiant et un maire peu concerné

Le directeur général adjoint du groupe Duval, porteur du projet, a rappelé que sa société « n’engage pas des deniers aussi importants pendant si longtemps si [elle] ne croit pas au projet ». Sachant que le coût de construction de cette piscine dépasse les 21 millions TTC et que sa société n’apporte que 73 000 euros, nous sommes en droit de penser que ce groupe financier doute sérieusement de la pérennité d’Aquanova America. Non concerné par la « participation » insensée demandée aux Déodatiens (75 millions sur les 25 années de ce PPP), C. Pierret a conclu son discours par des propos profondément choquant : « rien ne sera possible sans la participation de vous toutes et tous ».


La ville vend son camping

Poursuivant sa frénésie de céder les biens communaux (forêts, écoles, résidence d’étudiants, maison des syndicats…), C. Pierret a décidé, sans aucune concertation ni débat au conseil municipal, de vendre le camping de notre ville. Cette vente serait-elle due aux besoins financiers liés au coût déraisonnable d’Aquanova America et au train de vie de la mairie ? Que va-t-il rester du patrimoine des Déodatiens au départ de C. Pierret ?

LeBonCoin-15 juin.jpg

[Illustration : Géhu - Tous droits réservés]


Les conseillers municipaux UPS