Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/06/2016

Conseil municipal du 20/05/16 (I)

Réhabilitation du site de l’ancienne piscine et de ses abords – Demande de subvention auprès de l’État au titre du soutien à l’investissement public local

 

Il s’agit du dossier concernant :

- l’aménagement d’un parc sur le site de l’ancienne piscine,

- le remplacement de la « patte d’oie » de la Place du 8 Mai par un rond point,

- la création d’un parvis devant le bâtiment dit « Foyer Saint-Martin »,

- la création d’une passerelle enjambant la Meurthe au niveau du parc Mansuy.

 

Le coût global de ces travaux s’élèverait à 1 680 000 € TTC !

 

A ce jour nous n’avons jamais eu le moindre plan de ce projet.

 

Nous rappelons nos propositions d’aménager, sur l’emplacement de l’ancienne piscine, un espace vert pour les familles. Sous réserve de faisabilité financière et technique, ce nouveau parc pourrait être en partie abrité en y installant la grande marquise de la Place du Marché.

 

Pour la Place du 8 Mai, nous avons toujours souhaité le maintien de l’actuel aménagement sous forme de « patte d’oie » puisqu’il satisfait les usagers. La création d’un rond-point n’apporterait ni fluidité ni sécurité supplémentaire mais engendrerait une dépense inutile.  

place du 8 mai,place de la cathédrale,salles saint-martin,lycée beaumont

Au sujet du Foyer Saint-Martin, nous avons voté contre son acquisition, estimant que ces locaux sont trop petits et inadaptés pour remplacer ceux de Copernic. Dans cette logique, nous nous opposons à l’aménagement de son parvis, tout aussi superflu que la voie piétonne du Cirtes.

 

Par ailleurs, la construction d’une passerelle enjambant la Meurthe ne se justifie nullement, étant donné la proximité de deux ponts, dont l’un est situé à moins de cent mètres. Compte tenu de la situation financière de notre ville, ce projet est loin d’être une priorité.

 

Nous avons rappelé que d’autres investissements seraient bien plus utiles aux Déodatiens, et notamment :

- la remise en état de la voirie,

- la réfection de la passerelle enjambant les voies ferrées, actuellement fermée faute de moyens financiers,

- les travaux d’accessibilité pour les personnes handicapées dans les lieux publics,

- un rond-point place de la Cathédrale.

 

Si le maire s’obstine à vouloir une nouvelle passerelle au-dessus de la Meurthe, nous lui proposons que sa fabrication soit réalisée dans notre ville, en faisant appel au lycée Georges-Baumont. Cet établissement a déjà construit celle de la Vanne de Pierre.

Nous avons bon espoir que le maire se range aux arguments d’Union Pour Saint-Dié, et renonce notamment à la construction d’un rond-point Place du 8 Mai.

 

Abstention du groupe UPS

(Suite du compte-rendu de nos interventions au conseil municipal dans les prochains jours...)

03/02/2012

Un skatepark pour les jeunes

Skatepark janvier 2012.jpg

09/12/2011

Tribune du groupe Union Pour Saint-Dié (UPS) du 09/12/11

Sapin de Noël : 1 pour le prix de 2

Nombreux sont les Déodatiens à s’interroger sur la valse des sapins de Noël place de la cathédrale. Dans son édition du 25 novembre,  le quotidien vosgien nous apprend que le sapin « chétif » initialement installé venait de … Gap. Ce premier conifère a été vite remplacé par un autre, plus fourni et bien de chez nous.

Pourquoi le maire de la capitale du massif vosgien a-t-il tout d’abord acheté un sapin dans les Alpes du Sud ? Pourquoi aller chercher très loin et payer très cher ce que nous avons abondamment dans nos forêts (du moins celles que C. Pierret n’a pas encore vendues) ? Sans parler de l’aberration écologique et du coût d’un tel transport …

Cette histoire, digne d’un premier avril, pourrait faire sourire si elle n’avait aucune conséquence financière pour les contribuables déodatiens.

Après le déplacement du jet d’eau pour 60 000 euros, cette nouvelle décision municipale prouve malheureusement que notre ville est bien mal gérée.

Les 2 sapins de Noel 2011.jpg

Le sapin qui cachait (la vente de) la forêt

C. Pierret vient de vendre 257 hectares de notre patrimoine forestier dans le massif du Kemberg. Cette décision, profondément scandaleuse, va priver définitivement notre ville d’une ressource importante pour l’équilibre de nos finances. Si cet espace naturel doit demeurer accessible aux promeneurs, les nouveaux propriétaires pourront exploiter comme ils l’entendent cette ressource par des coupes de bois dont l’ampleur pourrait remettre en cause la qualité environnementale du site.

Nous sommes outrés que C. Pierret se soit « félicité » de cette vente qui, selon lui, « permet de valoriser le patrimoine ». Ces propos sont choquants et fort déplacés à l’égard des Déodatiens amoureux de leurs forêts.

C. Pierret n’a jamais obtenu mandat pour vendre la forêt déodatienne afin de financer une très faible partie de son projet pharaonique « Aquanova America ». Ces deux décisions malheureuses et intimement liées auraient dû être soumises à référendum.


Echec de la politique touristique : qui est le vrai responsable ?

La société Mangin Loisirs gère le terrain de camping de la Vanne de pierre et celui de Bouzey à Epinal. Ce professionnel avait été choisi par l’actuelle municipalité pour exploiter grâce à une Délégation de Service Public (DSP) notre camping municipal.

Alors que sa gestion du site spinalien ne semble pas poser de problème, il a reçu de la mairie une lettre recommandée lui signifiant la fin de cette DSP. C’est un nouvel échec de la politique municipale en matière de tourisme. Depuis plus de 20 ans et après chaque déboire, C. Pierret promet qu’il va insuffler une « nouvelle dynamique » (quotidien vosgien du 28/11) et cela ne reste à chaque fois qu’un effet d’annonce et une nouvelle promesse sans lendemain.

Seule une nouvelle politique municipale associant tous les acteurs du tourisme et de l’animation (hôtelier, restaurateurs, cafetiers, loueurs de gîte, associations, etc.) fera de Saint-Dié la ville phare du massif vosgien.

Ramata BA, Catherine SAINT-DIZIER, Francine WALTER, Jean Louis BOURDON, Sébastien ROCHOTTE et Serge VINCENT