Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/01/2016

Tribune des élus d'Union Pour Saint-Dié (janvier 2016)

Une nouvelle année à votre service

Au terme d’une année 2015 particulièrement sombre et éprouvante pour tous les citoyens attachés aux valeurs de liberté, de fraternité, de laïcité et de progrès, nous sommes plus que jamais engagés au service des Déodatiens.

Sans tomber dans l’écueil stérile d’une opposition systématique, nous avons toujours à cœur de défendre l’intérêt général avant tout, sans jamais nous éloigner d’un état d’esprit constructif et responsable. L’avenir de notre ville et le bien-être de ses habitants restent les seules préoccupations de notre équipe citoyenne et indépendante de tout parti politique.

C’est pourquoi nous sommes intervenus à plusieurs reprises, notamment au conseil municipal, pour demander une baisse des impôts et une diminution significative du prix de l’eau.

Nous restons très vigilants quant à des dépenses et des projets discutables, tels que la piétonisation de la rue d’Hellieule ou les futurs travaux de la place du 8 mai. Par contre, le carrefour de la place de la cathédrale, dangereux, justifie un nouvel aménagement, sans oublier les rues de la ville en mauvais état qui nécessitent également une réfection.

Le projet de communauté d’agglomération, que nous avons été les premiers à proposer dès 2011, devrait voir le jour d’ici un an. Nous veillerons à ce que l’intercommunalité devienne vraiment une source d’économies et donc de baisse des impôts.

Comme vous pouvez le constater, nous sommes attentifs à l’utilisation de l’argent des Déodatiens. Nous avons en effet à cœur de défendre avant tout votre pouvoir d’achat et votre qualité de vie.

Nous vous souhaitons une année 2016 propice à la préparation d’un avenir plus serein, une nouvelle année riche de moments heureux pour vous et ceux que vous aimez.

test2.JPG

De gauche à droite : MM. Bourdon, Vincent, Turhan, Mme Ba, M. Cacclin, Mmes Urbès et Zmirli.


Serge VINCENT, Christine URBES, Jean-Louis BOURDON, Nadia ZMIRLI, Michel CACCLIN, Ramata BA et Orhan TURAN

22/06/2015

Compte-rendu du conseil municipal du 22/05/15

commissions,école clémencet,école darmois,rue d'hellieule,camping,campwood

 

A) Motions

Le maire présente 2 motions.

La première concerne le maintien de la Chambre régionale des comptes à Épinal dans la future grande région.

Adoptée à l’unanimité.

La seconde concerne la réforme du collège et la suppression des classes bilangues en 6ème.

Après une longue intervention sur la réforme, le maire que celle-ci mettrait en péril l’enseignement de l’allemand et menacerait l’emploi des enseignants d’allemand « au nom d’un égalitarisme de façade ». Il précise que les élèves sont répartis dans différentes classes.

Dans son intervention, Serge Vincent fait observer que ce point n’est pas à l’ordre du jour et que la motion écrite n’est pas à la disposition des élus. Il s’inquiète également de la « lourdeur » des futurs conseils municipaux si ceux-ci devaient débattre de tous les sujets nationaux.

Il demande une suspension de séance.

Au retour, Jean-Louis Bourdon donne une explication sur le vote du groupe. Il redit le souhait du groupe UPS d’être informé en amont du conseil sur les textes des motions. Sur le fond il rappelle que les choses ne sont pas aussi « carrées » que le dit le maire puisque le projet a reçu un avis favorable du Conseil Supérieur de l’Education, que les fédérations de parents d’élèves de l‘enseignement public sont favorables aux grandes lignes de la réforme ainsi que l’enseignement catholique.

Aussi le groupe UPS s’abstient lors du vote de la motion, qui recueille 28 voix.

[...]

 

Situation financière de la ville


Le maire continue de jouer avec la réalité lorsqu’il affirme que les charges de gestion courante sont en baisse... si on exclut le financement de la nouvelle piscine et les subventions aux écoles privées. On se souvient qu’il affirmait lors du précédent conseil que la dette baissait... si on excluait les 6 millions d’emprunts qu’il a contractés en 2014.

 

B) Ordre du jour officiel

 

1. Compte-rendu du CM du 17 avril

Abstention du groupe UPS, car il ne s’agit pas d'un compte-rendu mais seulement d’un recueil des délibérations qui ne traduit pas la réalité des débats municipaux.

 _________________________________________

2. Remplacement de M. Bruno Toussaint dans les Commissions Paritaires Administratives, au Comité Technique et à la CHSCT

Ces remplacements sont justifiés par le fait que cela concerne des personnels sous « l’autorité » de l’adjointe à la Vie scolaire, Mme D. Chobaut, qui est proposée pour le remplacer.

Serge Vincent se fait préciser par le maire que dans certaines de ces commissions il y a bien trois élus et renouvelle par conséquent la demande du groupe UPS de voir un membre de l’opposition parmi ces trois représentants du CM. Il propose donc la candidature de Michel Cacclin

Le vote est à nouveau le théâtre d’une erreur du maire, comme il y a un an.

Après avoir soumis au vote la candidature de D. Chobaut qui recueille 27 voix (8 abstentions), il met au vote la candidature de Michel Cacclin qui recueille 7 voix pour et 28 abstentions et se trouve donc en situation d’être élu (seuls les suffrages exprimés sont retenus pour le calcul de la majorité).

Se rendant compte qu’il a donné une mauvaise consigne de vote et que le résultat ne lui convient pas, le maire demande que l’on revote !

Serge Vincent lui fait remarquer que cela n’est pas possible.

Il propose donc une nouvelle délibération demandant l’annulation du vote précédent.

Par souci d’apaisement, nous votons cette proposition.

 _________________________________________

3. Proposition de renouvellement de classement comme commune touristique

 

Adoptée à l’unanimité.

 _________________________________________

4. Modification des statuts de la communauté de commune avec compétence « Aménagement de l’espace »

 

Adoptée à l’unanimité.

 _________________________________________

5. Mise à disposition de la communauté de commune de Mme Mélany Luccisano, chargée à la ville des transports et du développement durable et à la communauté du service des ordures ménagères

Il s’agit de la régularisation d’une situation qui existe depuis plusieurs mois.

Adoptée à l’unanimité.

 _________________________________________

6. Mise à disposition de la communauté de communes de Mme Dominique Hériat pour l’Office de Tourisme

Mme Hériat a été embauchée au 1er septembre 2014 sur contrat aidé d’une durée d’un an et travaille actuellement au musée. Elle est mise à disposition de la communauté de communes avant sa mutation à la fin de ce contrat.

Adoptée à l’unanimité.

 _________________________________________

7. Demande de subvention sur la réserve parlementaire du député Cherpion pour l’école Clémencet

Elle concerne le changement des fenêtres et fait partie d’un programme de 2 500 000 € TTC réparti sur 5 ans.

Michel Cacclin se réjouit que la ville puisse bénéficier des fonds de la réserve parlementaire, ce qui n’était pas arrivé depuis de nombreuses années (comme il l'avait déjà fait remarquer lors d'un précédent conseil). Il indique que le groupe UPS votera pour cette demande (en ce qui concerne les travaux de changement des fenêtres), qui sera adoptée à l'unanimité.

Au nom du groupe UPS, Nadia Zmirli revient sur les choix de construire une extension à côté du bâtiment actuel de Clémencet et de supprimer l’école Darmois. Le maire indique que des études réalisées par la précédente municipalité auraient montré que la rénovation de Darmois aurait coûté 4 000 000 €. Cependant, cela n’a jamais été abordé lors de la précédente mandature.

Serge Vincent regrette que ce point, comme bien d’autres, n’ait pas été abordé dans les différentes commissions compétentes.

Déformant ces propos, le maire accuse Serge Vincent d’avoir dit que son équipe ne travaillait pas. Plus grave, il indique que certains ont une mémoire de poisson rouge !

 _________________________________________

8. Demande de subvention sur la réserve parlementaire du sénateur Grémillet pour des panneaux photovoltaïques sur le toit des tennis couverts

Il s’agit de l’installation de panneaux qui fourniront de l’électricité qui sera vendue à EDF.

Adoptée à l’unanimité.

 _________________________________________

9. Attribution de subvention aux associations

Cela concerne Côté Jardin, dont la subvention initiale avait été drastiquement réduite par rapport aux années précédentes lors du vote du budget primitif, ce qui menaçait le maintien d’une activité théâtrale de qualité sur la ville, ainsi que le Groupe folklorique La Soyotte, le Cercle Généalogique et le Club Pyra’déo. L’Amicale des Sapeurs-Pompiers reçoit également une subvention pour l’organisation du congrès départemental qui aura lieu à Saint-Dié le 13 juin prochain.

Adoptée à l’unanimité.

 _________________________________________

10. Dissolution des budgets annexes « Ordures ménagères » et « Office Déodatien du Tourisme »

C’est la suite logique de leur transfert à la Communauté de Communes.

Adoptée à l’unanimité.

 _________________________________________

11. Classement dans le domaine public communal de la voie privée « Chemin  du Champ des Alouettes »

Cette voie est située à Foucharupt. La ville l’entretient, la déneige et s’occupe des réseaux depuis … 1989. Il s’agit donc de la régularisation d’une situation déjà ancienne.

Adopté à l’unanimité.

 _________________________________________

12. Décisions du maire

Aménagement de la rue d’Hellieule et de la place du 8 mai : Michel Cacclin interroge le maire sur l’affectation de différents marchés attribués à « Colas Est » d’un montant total de 622 674 Euros.

Le maire indique que ces montants sont affectés en trois tranches à la piétonisation de la rue d’Hellieule et à la réalisation d’un rond-point sur la place du 8 mai.

commissions,école clémencet,école darmois,rue d'hellieule,camping,campwood

Michel Cacclin regrette ces dépenses et précise que l’urgence n’est pas la place du 8 mai mais plutôt le carrefour de la Cathédrale, que les Déodatiens trouvent très dangereux pour les automobilistes et les piétons.

La piétonisation d’une petite partie de la rue d’Hellieule a de lourdes conséquences pour les Déodatiens.

Déjà, cette fermeture à la circulation entraîne des problèmes pour les riverains et de nombreux autres Déodatiens.

De plus, elle oblige à revoir toute l’organisation du carrefour situé près de l’ancienne piscine.

Enfin, le coût total des trois tranches de ces travaux pèsera gravement sur les finances de la ville : il est déjà évalué à plus de 620.000 euros.

Rappelons qu’UPS est opposée depuis le début à ce projet, qui est de peu d’intérêt pour un coût important.

commissions,école clémencet,école darmois,rue d'hellieule,camping,campwood

 _________________________________________

13. Question écrites

Question de Christine Urbès  sur le camping et Campwood

Elle souhaite connaître les décisions du tribunal suite à l’acte de préemption de la ville sur ce terrain, décision contestée par les actionnaires de Campwood.

La ville a perdu et le maire indique qu’il le savait d’avance, mais que cela a permis de « gagner du temps » dans ce dossier.

Une autre décision de justice concernant ce dossier sera rendue prochainement et le maire indique qu’il en communiquera le résultat lors d’un prochain conseil.

 

Question de François Fichter sur les emprunts toxiques contractés auprès de Dexia et la raison de la non-demande auprès du fonds de soutien de l’État

Le maire rappelle que ces 5 emprunts ont été réalisés en 1990 et renégociés en 2007. L’un d’eux est « toxique ». La vile  a déposé en 2012 une plainte concernant ce dernier. Le 30 avril, date limite de sollicitation du fonds de soutien, le maire a « estimé » que demander le fonds de soutien pouvait réduire les chances de gagner le procès en cours. UPS pense qu'à l'exemple la quasi-totalité des collectivités concernées, la ville aurait dû solliciter le fond de soutien parallèlement à la poursuite de la procédure judiciaire.

Espérons que les Déodatiens n’auront pas à regretter le choix de notre maire de tout parier sur une décision de justice, par nature aléatoire et coûteuse.

Affaire à suivre…

 

Photographies : Marc Fourniquet (1), Jean-Louis Bourdon (2)

17/06/2015

Info + (juin 2015)

Voici le second numéro d'info +, la lettre d'information citoyenne déodatienne :

aperçu info plus juin.jpg

(Cliquez sur l'image pour ouvrir le fichier pdf)

14/01/2015

Conseil municipal du 19/12/14 (3/4) : le budget primitif 2015 à St-Dié

budget,investissements,dette,taxe d'habitation,taxe foncière,rue d'hellieule,indemnités des élus,saint-dié,saint-dié-des-vosges,union pour saint-diéSuite du point 8 (budget primitif 2015) avec notre analyse sur les choix budgétaires, nos propositions en la matière, ainsi que la suite des débats.

Demain : suite et fin du compte-rendu du conseil municipal.

_____________________________________________________

 

Synthèse sur le budget 2015 (Serge VINCENT) :

 

" Les 3 marqueurs principaux d’un budget d’une commune sont :

- La dette

- Les investissements

- Les impôts locaux

 

La dette

La baisse de la dette a été l’une de vos principales promesses de campagne.

Pour notre part, nous sommes toujours restés prudent sur une baisse à court terme de l’endettement de notre ville car nous avions largement anticipé la véritable situation financière de notre ville.

Chacun se souvient de nos différentes interventions dans cette même salle et de nos nombreux articles sur les emprunts toxiques, sur AquaNova America, sur le train de vie de la mairie ou sur les cessions du patrimoine des Déodatiens qui, lorsqu’elles étaient réelles, ne servaient qu’à boucher les trous laissés par des dépenses inconsidérées.

Les faits nous ont donné raison. Il fallait donc être prudent dans l’annonce d’un désendettement car l’héritage n’est pas brillant.

Que proposez-vous ?

Variation de la dette

2014

2015

-  3 370 000 €

-  2 646 000 €

+ 5 870 000 € (de juin à 12/2014)

+ 2 000 000 €

Solde : + 2 500 000 €

Solde : - 646 000 €

 

Dette par habitant

SDDV

Moyenne des villes de la même strate

1 438,93 €

1 092,00 €

 

Depuis votre arrivée, la dette a donc augmenté.

Ce n’était pas votre engagement.

Toutefois, cette hausse était malheureusement inévitable.

Nous avons toujours dit que nous serions courageux dans nos prises de décisions et dans nos votes.

Nous approuvons donc ce choix budgétaire concernant le recours à la dette pour financer les investissements de 2014 et 2015.

 

Investissement par habitant

SDDV

Moyenne des villes de la même strate

149,75 €

379,00 €

Écart : 253%

Afin de se situer dans la moyenne des villes de même taille, il faudrait donc investir 230 euros de plus par habitant, soit une somme globale de 5 millions d’euros.

Malheureusement, nous ne disposons pas des ressources nécessaires  pour financer un tel montant, sauf à encore augmenter notre dette.

Cette contrainte budgétaire rend encore plus important le choix des investissements réalisables.

Si nous sommes d’accord sur l’enveloppe d’investissement, certes trop faible, de 3 millions d’euros inscrite au budget, nous ne pouvons pas approuver votre choix de consacrer près de 10 % du total des investissements à la piétonnisation de la seule rue d’Hellieule

 

Taux des impôts locaux

Ces taux sont de 20 à 40% plus élevés que la moyenne de taux des villes de même taille.

Devenues insupportables pour de nombreux Déodatiens, les taxes locales expliquent grandement la morosité de l’immobilier dans notre ville.

Trop nombreuses sont les familles qui quittent notre ville ou refusent d’y venir en raison des taux d’imposition intolérables.

Notre effort financier doit donc se concentrer sur une baisse des impôts, afin de redonner confiance à nos concitoyens.

Une première étape a été réalisée en 2014. Elle fut largement appréciée par les contribuables déodatiens.

Nous proposons de poursuivre cet effort et de s’engager dans une baisse durable de la taxe d’habitation, impôt local trop cher et payé par le plus grand nombre de Déodatiens.

Certes, une diminution de la taxe foncière serait également appréciée par les propriétaires, mais nos finances ne le permettent malheureusement pas.

Nous vous proposons donc de la maintenir à son niveau de 2014.

En conclusion nous vous proposons une baisse de 2% de la taxe d’habitation et une non-augmentation de la taxe foncière.

Ces propositions concernent évidemment les montants payés et non pas les taux d’imposition.

Ce qui compte pour les Déodatiens, c’est la somme qu’ils auront à payer et non pas l’artifice du maintien des taux qui se traduit par une hausse réelle de près de 1% (soit bien plus que l’inflation).

Pour financer ces propositions, il est nécessaire de trouver un montant de :

- 200 000 euros pour baisser de 2% la taxe d’habitation (et non pas l’augmenter de 1% comme vous le proposez)

- 55 000 euros pour maintenir la taxe foncière à son niveau de 2014 (et non pas de l’augmenter de 1% comme vous le proposez)

Soit une somme globale de 255 000 euros, qu’il faut rapporter aux 40 millions du seul budget principal.

Cela représente donc moins de 0,65% de ce budget.

Ce montant est donc assez facile à trouver.

Il suffit, entre autres, de :

- supprimer la piétonisation de la rue d’Hellieule = 260 000 euros

- de ne verser à l’ensemble des élus que le montant que nous aurions perçu, soit une économie de 70 000 euros

Total des économies réalisées : 330 000 euros.

Il existe donc une marge de 75 000 euros que nous vous proposons de redonner aux associations. En effet, certaines d’entre elles subissent une trop forte baisse de leur subvention (10 à 20%).

En conclusion, nous vous proposons :

- de rendre du pouvoir d’achat aux Déodatiens

- d’inscrire la baisse des impôts comme LA priorité des années à venir

- de continuer à accompagner les associations dans leur rôle d’animateur de la ville

- et, ainsi, de redonner confiance aux Déodatiens. "

 

 ___________________________________________

 

Le maire regrette qu'UPS veuille supprimer l’investissement prévu rue d’Hellieule.

Il revient sur les réunions de la commission des subventions, indiquant que l’opposition était présente et qu’elle est « coresponsable des subventions ». Il affirme qu’il avait défini un delta de 40 000 € avec les services (sauf que cela n’a pas été dit en commission aux élues de l’opposition) et que les élues de l’opposition ont voté pour ces subventions.

Ceci est vigoureusement nié par Christine Urbès, notre version des faits étant confirmée par la représentante de l’autre groupe d’opposition.

Christine Urbès indique que les dossiers ont été préparés en amont de la commission sans que l’on connaisse le montant alloué aux associations ni les orientations générales du budget.

Le maire précise qu’il n’y a pas eu de vote : Ceci est encore faux.

Intervention de l’élue du FN : « Il faut que la baisse des subventions aux associations perdure. Tout le monde doit faire un effort. Il ne faut pas toucher aux taxes ».

Le maire dit : « On n’a pas baissé le montant des subventions des associations qui sont bien gérées ».

 

Vote : 7 voix contre, celles du groupe UPS.

28 pour (la majorité, dont des élus en charge d’associations subventionnées - ce qui est contraire à la loi - ainsi que l’élue de l’autre groupe « d’opposition »).

 ___________________________________________

Illustration : d'après Honoré Daumier.

15/12/2014

Compte-rendu du conseil municipal du 02/12/14 (3/3)

Suite et fin du compte-rendu du conseil municipal (pour la partie 2, cliquez ICI).

 _____________________________

Questions et interventions dans le cadre du DOB (suite)

 

Financement des écoles privées (Nadia ZMIRLI) :

Vous nous annoncez que la ville a gagné son procès avec les écoles privées concernant les classes maternelles. Est-il possible d’avoir copie du jugement et qu’en est-il pour les classes élémentaires ?

Réponse : Vous pouvez demander le jugement au tribunal !

Pas de réponse pour la deuxième partie de la question.

 

Place Jean XXIII (Orhan TURAN) :

Que reste-t-il comme travaux à faire et quel en est le budget prévisionnel ?

Réponse : La 2ème tranche est prévue pour 160 000€.

 

École Clémencet (Nadia ZMIRLI) :

Qu’entendez-vous par "rénovation" pour cette école maternelle centenaire, avec les contraintes actuelles de sécurité et d’accessibilité aux handicapés ? Quels sont vos projets pour l’école Georges Darmois ?

Réponse : Travaux sur plusieurs années. D’abord les huisseries puis projet de regroupement de l’école Darmois sur le même site avec de nouvelles constructions.

Commentaires d’UPS : Grâce à notre question, les Déodatiens viennent d’apprendre la fermeture, à terme, de l’école Darmois ! Cette fermeture n’a jamais été annoncée par le candidat David Valence.

Le coût des travaux à réaliser à Clémencet - afin de rendre ce bâtiment conforme aux normes et aux besoins d’accueil de toutes les classes maternelles et élémentaires de Foucharupt - nous paraît démesuré compte tenu de la situation financière de notre ville.

Des études et des travaux préliminaires pour plus de 300 000 € avaient pourtant déjà été engagés il y a quelques années pour un regroupement de Clémencet sur Georges Darmois, qui offre une plus grande cour et des locaux de plain-pied.

Réponse à une nouvelle question sur le coût des travaux : « C’est une surprise »  (sic) !

 

Rue d’Hellieule (Michel CACCLIN) :

Comme vous le savez nous sommes opposés à la « piétonisation » d’une partie de cette rue, qui correspond en fait à une quasi privatisation. Nous proposons le maintien, au moins à sens unique, de cette voie. Ce qui permettrait d’économiser 260 000 €.

Réponse : Ce n’est pas une privatisation. Au Moyen Âge les rues privées étaient fermées. A Paris, il y a des rues privées avec des grilles à digicode. Pourquoi n’avez-vous rien dit depuis un an ?

Commentaire d’UPS : Nous étions déjà intervenus lors de la présentation de ce projet par le précédent maire. (Lire notre compte-rendu du conseil municipal du 21 septembre 2012 en cliquant ICI).

 

AquaNova (Jean-Louis BOURDON) :

Emprunt d' 1 million € pour AquaNova America signé le 21 octobre 2014 : est-ce normal que la ville, et elle seule, assume financièrement le non versement d’une subvention d'un million d’euros de la part de l’État ? N’aurait-on pas pu envisager au moins un partage avec le partenaire privé qui va bénéficier cette année d’un intéressement de 60 000 € ?

Réponse : On est prisonniers du contrat.

Commentaire d’UPS : Il faut négocier un avenant (comme c'est fréquemment l'usage pour de nombreux contrats liant la ville à des sociétés).

 

Synthèse par Serge VINCENT :

Nous sommes conscients des difficultés financières de la ville, mais il est important de donner une lueur d’espoir aux Déodatiens. Nous devons donc nous inscrire dans une baisse durable des impôts locaux. Une nouvelle réduction des taxes locales (1 ou 2 %) est possible.

Pour cela, nous devons trouver de nouvelles économies à hauteur de 100 000 €.

Réponse du maire : Il a dit qu’il prenait en compte nos remarques.

Il n’y a pas de vote sur le DOB.

 ___________________________________________

 

Tableau des effectifs

La ville souhaite renforcer les actions de la police municipale avec la création de 3 postes de gardiens de police municipale. L’adjointe évoque des embauches nouvelles (1 voire 2).

Michel CACCLIN intervient pour rappeler les effectifs actuels, soit 26 agents, et indique notre souhait d’un redéploiement des effectifs, avec des actions de police de proximité et la mise en place de l'îlotage pour une meilleure action de prévention. Il rappelle que Saint-Dié est loin d’avoir les mêmes problèmes d'incivilité que de nombreuses villes françaises.

Notre collègue rappelle que la sécurité des personnes et des biens est une mission régalienne de l’État. Elle doit être assurée en premier lieu par la police nationale. Compte tenu de la précarité de nos finances (situation souvent rappelée par le maire), il ne nous semble pas judicieux de procéder à de nouvelles embauches.

Réponse du maire : En contradiction avec son adjointe, il parle non d'embauches mais de promotions pour des ASVP qui ont passé le concours. On ne sait qui croire.

Vote du groupe UPS : Abstention.

05/10/2012

Tribune du groupe Union Pour Saint-Dié (UPS) dans L'Echo des Vosges du 28 septembre

Compte-rendu du conseil municipal du 21 septembre (1/3)

Cette semaine et les suivantes, nous reviendrons sur les points marquants de ce conseil.

Celui-ci s’est tenu, in extremis, un jour avant l’expiration du délai légal (art. L2121-7 du  CGCT), les élus ayant, une fois de plus, reçu l’ordre du jour moins d’une semaine avant.

Afin de permettre aux représentants des Déodatiens de s’organiser pour travailler de manière sereine et approfondie, nous proposons d’établir un calendrier annuel des séances (qui auraient lieu toutes les 6 semaines).

Le point 2-ter incluait une information sur le projet départemental intégrant notre ville dans une intercommunalité a minima. C. Pierret, dont les positions excessives et la gestion municipale inquiètent de nombreux maires de communes voisines, est grandement responsable de cette situation. Au-delà de ce constat, il faut avancer une alternative crédible, ambitieuse et capable de vaincre les réticences.

Depuis le conseil du 14 avril 2011, nous proposons une communauté d’agglomération cohérente et compétitive de 64 communes du Nord-Est des Vosges (76.000 habitants). Cette solution nous procurerait de nouvelles subventions, un cadre pour élaborer des politiques d’ensemble (tel le SCoT) et, surtout, le poids nécessaire pour réinsérer notre territoire dans la mondialisation.

Nous lançons donc un appel à tous les élus de la Déodatie pour qu’enfin le bon sens l’emporte et qu’une structure intercommunale de la Grande Déodatie voie le jour, offrant ainsi un nouvel avenir à ses habitants.

grande déodatie,communauté d'agglomération,cirtes,inori,sev,rue d'Hellieule,SCoT,intercommunalité,conseil municipal

Au point 14, nous nous sommes abstenus d’approuver la création, par la Société d’Equipement Vosgienne (dont la ville est l’associée majoritaire) et divers actionnaires inconnus, d’une société chargée de construire un bâtiment, en face du CIRTES, puis de le vendre à une autre société inconnue, qui le louera enfin à la SA INORI. En effet, il serait plus simple et moins coûteux pour INORI (dont le capital est de 3,5 millions) d’emprunter pour construire, sans intermédiaires inutiles, ses propres locaux.

Outre l’opacité du montage, l’emplacement pose problème : suite à nos questions insistantes, C. Pierret a dû avouer que cette partie de la rue d’Hellieule serait transformée en voie piétonne ! Ce qui ne serait pas sans conséquence sur le plan de circulation et le quotidien des commerçants et des riverains.

grande déodatie,communauté d'agglomération,cirtes,inori,sev,rue d'Hellieule,SCoT,intercommunalité,conseil municipal

A suivre …

Les élus du groupe UPS