Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/10/2015

Info + (octobre 2015)

Voici le cinquième numéro d'info +, la lettre d'information citoyenne déodatienne :

Vignette Info plus oct 15.jpg

(Cliquez sur l'image pour ouvrir le fichier pdf)

10/07/2015

Compte-rendu du conseil municipal du 26/06/15 (II)

3150382865.jpg

4. Médiathèque municipale : présentation du rapport de l’inspection générale des bibliothèques

Le rapport note que si la bibliothèque était à l’avant-garde lors de sa création, ce n’est plus le cas aujourd’hui. Il convient de redynamiser l’établissement, qui sera de compétence communautaire dans ses nouveaux locaux de l’Espace Copernic. Le rapport pointe également la nécessité de travaux à l’annexe de St-Roch et la situation préoccupante de l’annexe de Kellermann, logée depuis quelques années dans le hall de KAFÉ avec une chute de fréquentation.

Des travaux de protection et/ou de traitement sont nécessaires pour certains documents, et il faut réaliser la numérisation des catalogues. Il est envisagé une ouverture pendant la pause méridienne et une fermeture plus tardive le vendredi.

Question de Jean-Louis Bourdon : La fermeture de l’annexe de Kellermann à KAFÉ étant envisagée, il demande si une autre localisation est prévue, la situation actuelle n’étant pas favorable au développement de la lecture sur le quartier.

Le maire lui répond qu’il faudrait 300 m² de locaux qu’il n’a pas mais qu’il y aura des « animations au moins mensuelles » avec un service de prêt avec livraison à domicile.

Jean-Louis Bourdon indique qu’il partage le diagnostic de l’inspection générale et demande si on ne pourrait pas envisager la localisation de la bibliothèque de Kellermann dans les bâtiments vides de la Chaumière.

Réponse négative du maire qui indique que son projet est de faire une extension des horaires à Saint-Roch grâce au personnel actuellement affecté à Kellermann. Il indique que l’on améliorera la bibliothèque de Saint-Roch au détriment de celle de Kellermann.

(Commentaire : Drôle de politique : ce qui est bon au développement de la lecture dans un quartier ne le serait pas pour l’autre...)

Note : Il y a aussi de la place dans les locaux de l’école Vincent Auriol pour y recréer une véritable bibliothèque de quartier plutôt que de vouloir y transférer l’école maternelle Claire Goll, comme certaines informations le laissent entendre.

Il s’agit de la présentation d’un rapport. Il n’y pas de vote sur ce point.

_____________________________________________

5. Médiathèque municipale : régularisation de collections

Il s’agir de faire du « désherbage » dans les rayonnages, une médiathèque n’ayant pas vocation à conserver tous les ouvrages publiés (c’est le rôle de la Bibliothèque Nationale de France).

Christine Urbès demande que la Société Philomatique et la Société des Amis de la Bibliothèque et du Musée soient associées à la sélection des ouvrages à conserver. Réponse positive de l’adjointe.

Vote : adopté à l’unanimité.

 _____________________________________________

6. Intégration des médiathèques de Saint-Dié-des-Vosges au réseau de la médiathèque départementale. Signature de la convention de partenariat avec le Conseil Départemental des Vosges

Cette convention permettra à la médiathèque de Saint-Dié de bénéficier d’un soutien départemental.  Ce soutien « peut être matériel (mise à disposition de documents pour augmenter le fonds) ou intellectuel (conseils dans les opérations bibliothéconomiques, mais également accompagnement lors d’un projet de création d’une nouvelle structure, formations, etc…) ».

Vote : adopté à l’unanimité.

 _____________________________________________

7. Achat d’une une licence IV (débit de boissons et spiritueux) afin d'assurer un service de consommations lors des spectacles organisés à l’Espace Georges Sadoul

Questions de Michel Cacclin : Quel est le coût de cette licence ? Une licence III ne serait-elle pas suffisante ? Quel sera la mode de gérance de cet établissement ? Quels seront ses horaires d’ouverture ?

Réponse du maire : Ouverture uniquement pour les spectacles ou à la demande d’associations. La licence a été achetée 8500 Euros TTC au « Terminus » de Raon-L’Etape. La licence sera « exploitée par la Ville ».

Intervention de Serge Vincent : N’y aura-t-il pas concurrence avec les établissements voisins de la rue de la Prairie ou des quais ?

Réponse du maire : L’établissement sera géré en régie municipale. L’adjointe indique que les personnels suivront une formation. Le maire reproche alors au groupe UPS de n’intervenir « que sur un point mineur » et « pas autant sur la médiathèque ».

Vote : abstention des élus UPS.

_____________________________________________

8. Groupement de commandes entre la Ville, la Communauté de Communes, le CCAS et la Caisse des Écoles, pour l’acquisition, l’installation et la maintenance d’un progiciel de gestion des ressources humaines et des finances

La formule du groupement de commandes telle que décrite à l’article 8 du Code des marchés publics permet la centralisation des besoins, une simplification des démarches, ainsi que la réalisation d’économies d’échelle.

Vote : adopté à l’unanimité.

(A suivre : le contrat de ville 2015-2020...)

(crédits illustration : Ji-Elle, cc-by-sa-3.0)

06:56 Publié dans Conseil municipal | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : culture, médiathèque, bibliothèque, sadoul, saint-roch, kellermann | | |  Facebook

20/02/2013

Tribune du groupe Union Pour Saint-Dié (UPS) dans L'Echo des Vosges du 14 février

Les indiscrets de la presse

Un maire sortant, bien seul

Dans le quotidien économique Les Echos du 17 janvier, un article consacré à Aquilino Morelle rappelle le bref passage en Déodatie de celui qui est devenu le principal conseiller de François Hollande : « En 2002, c’est la mort dans l’âme, trahi par l’ex-ministre de l’industrie Christian Pierret, qu’il renonce tardivement à se présenter aux législatives dans les Vosges ».

Il est vrai que le candidat refoulé des dernières primaires socialistes ne fait rien pour être apprécié des habitués de l’Elysée. Rappelons-nous certains de ses propos :

M. Aubry : elle ne fait qu’ « ânonner de vieilles idées. » (20minutes)

A. Montebourg : « Sa démondialisation est une absurdité. » (L’Est Républicain)

F. Hollande : « c’est Louis XVI. » (20minutes)

M. Valls : « il finira dans les oubliettes de l’Histoire. » (L’Est Républicain)

Avec de tels sarcasmes, comment notre ville peut-elle espérer des aides gouvernementales ?


Des nouvelles de « l’Olympia lorrain » 

Dans L’Echo des Vosges du 31 janvier, nous pouvions lire le compte rendu d’un spectacle qui s’est déroulé à l’Espace Georges-Sadoul, qualifié d’« Olympia lorrain » (magazine municipal de novembre 2012, page 18) par les colistiers de C. Pierret :

« En bas, le public en manteau (il fait un froid de canard dans la salle) chante […] En haut, le public meurt de chaud parmi lesquels Emilie qui avoue avoir mal aux zygomatiques d’avoir trop ri et mal aux dos d’avoir été mal assise. »

Pourtant les travaux de « rénovation » de cette salle ont couté plus de 2 millions d’euros. Comment justifier une telle dépense pour un résultat aussi décevant : moins de place et moins de confort ?

Un nouvel exemple de gaspillage des impôts payés par les contribuables déodatiens.

Blogonly tribune semaine 7.jpg


Le Partenariat Public-Privé (PPP)

Dans sa chronique du 28 janvier, le journaliste Jean-Michel Aphatie a eu des mots très durs contre les PPP qui « nous coûtent la peau des fesses ! On endette la prochaine génération. » Le même jour, dans Le Grand Journal de Canal+, il a complété ses propos contre cet « artifice scandaleux, qui nous ruine complètement […] qui ruine littéralement les contribuables ».

Cette analyse a d’ailleurs été approuvée par l’invité de cette émission …. Jack Lang. En effet, l’ancien candidat aux élections législatives en Déodatie a affirmé : « Le Partenariat Public-Privé est une invention ruineuse du gouvernement précédent ! »

Décidemment, C. Pierret est bien le seul à soutenir ce type de financement considéré par certains comme « les emprunts toxiques de demain ».


Les élus du groupe UPS

14/09/2011

Tribune du groupe Union Pour Saint-Dié (UPS) dans L'Echo des Vosges du 02/09/11

Une politique culturelle pour tous

 

Nous voulons faire de notre ville un carrefour des cultures. Pour cela notre projet repose sur trois grands principes et s’appuie sur trois axes principaux.

 

Trois grands principes :


1° La Culture représente un des enjeux de l’éducation

La Culture constitue un outil de la réussite éducative, une aide à l’égalité des chances et à la prévention de la délinquance. C’est pourquoi nous en faisons un enjeu d’éducation. La Culture doit symboliser la liberté de l’esprit, en dehors de toute idéologie. Il faut déceler et soutenir l’émergence de nouveaux talents, de nouveaux désirs d’Art.

 

2° La Culture représente un des enjeux de l’intégration

La mixité de la population génère des attentes et des besoins très divers. Elle constitue une richesse qu’il convient de valoriser et de faire vivre comme élément fort du lien social. Un lien social au sein de la vie de chaque quartier, par le développement d’actions culturelles de proximité : expositions, animations, présentations d’œuvres…

 

3° La Culture représente un des enjeux du partage

Les politiques culturelle, éducative et sportive, bien que de natures différentes doivent poursuivre des objectifs similaires : favoriser l’accès à tous les domaines de la connaissance, aider à l’émancipation des individus, développer la responsabilité et encourager l’engagement collectif. La politique culturelle ne doit pas fonctionner en vase clos mais au contraire s’ouvrir à tous les Déodatiens.

 

Trois axes principaux :

 

1° Dès à présent, la nécessité d’organiser des états généraux de la culture s’impose. Ils permettront (en partenariat avec les habitants, les associations, les représentants des établissements culturels, les artistes et les créateurs), de définir les attentes, d’évaluer les besoins et de bâtir les cohérences nécessaires.

 

2° A partir de cet état des lieux, il faudra établir un plan d’action mobilisant au mieux les créatifs culturels déodatiens pour toucher tous les publics, stimuler l’expression et la créativité, valoriser les spécificités des différents groupes sociaux et développer les échanges. Comme nous voulons éviter que la Culture ne s’oriente trop vers une approche élitiste, nous souhaitons une politique culturelle partagée qui doit viser à organiser des événements liés à la vie des habitants, à leur histoire, à leurs pratiques associatives, culturelles et artistiques. Elle doit répondre à la volonté de tisser des liens de proximité et intergénérationnels. Faire la fête tous ensemble par la Culture, en des lieux et des moments donnés, permettra de surmonter nos différences dans la recherche d’un mieux vivre-ensemble.

Bien entendu, des événements de ce type ne se décrètent pas mais se construisent collectivement.

La concertation sera ensuite assurée par une commission culturelle élargie dont la composition sera définie lors de ces états généraux. Elle aura pour but d’en conserver l’esprit.

 

3° Enfin, l’un des moyens de mise en œuvre de cette politique culturelle passe par la construction d’une salle de spectacles, polyvalente, conforme à nos besoins et surtout compatible avec nos moyens financiers. En complément de l’Espace Georges Sadoul, il est souhaitable qu’elle soit réalisée dans le cadre d’une coopération intercommunale.

 

Les conseillers municipaux UPS.