Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/03/2014

Réunion publique à Saint-Roch mardi soir (20 h)

stroch all.jpg

Retrouvez nos propositions spécifiques à Saint-Roch dans notre nouveau document, à télécharger sur notre site :

unionpoursaintdie.com

23:34 Publié dans UPS : Réunions publiques | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : saint-roch, saint roch, avenue de verdun | | |  Facebook

17/01/2014

Réunion publique à Saint-Roch mardi soir (21 janvier)

Réunion 21 01 vignette.jpg

24/09/2013

Réunion publique à l'Orme vendredi 27 septembre

Invitation Septembre 2013 (2).jpg

Réunion publique vendredi soir pour les habitants de Saint-Roch et de l'Orme.

Ex-MJC Louise Michel, 8 rue des Peupliers (L'Orme), à 20 h.

01/06/2012

Bravo aux bénévoles et aux salariés des associations et structures organisatrices, qui doivent être soutenues dans leurs initiatives

Fête de St-Roch L'Orme (25 mai).jpg

04:15 Publié dans Arrêt sur image, Encourager les initiatives | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : saint roch, l'orme, fêtes | | |  Facebook

20/04/2012

Tribune du groupe Union Pour Saint-Dié (UPS) dans L'Echo des Vosges du 13/04/12

Une proposition trop sociale pour C. Pierret ?

A l’ordre du jour du dernier conseil figurait la vente (à seulement 80 centimes le m²) d’une vaste parcelle communale à deux particuliers, dont l’époux d’une colistière de C. Pierret.

Nous avons été intrigués par la disproportion entre la surface du terrain (plus d’un hectare) en grande partie boisée, et le projet des acquéreurs d’y « réaliser leur potager ».

En nous rendant sur place, à Foucharupt, nous avons constaté que les plans fournis ne correspondaient pas au bornage. Cette erreur ne fut corrigée que le soir même du conseil.

Lors de notre visite, nous avons également observé qu’une partie de ce terrain était déjà cultivée et aménagée.

Sans nous opposer à la régularisation de cet usage de fait, nous avons proposé de l’étendre à d’autres Déodatiens sous forme de jardins familiaux. Ce mode de mise en valeur populaire, très développé ailleurs, n’existe pour l’instant à St-Dié que dans le quartier St-Roch. Sa généralisation irait dans le sens d’une politique sociale répondant à l’attente et aux besoins de nombreux habitants, notamment retraités.

C. Pierret a ironisé sur notre proposition, la qualifiant de « soviétique », et a persisté dans la privatisation d’un bien communal.

foucharupt,saint roch,jardins familiaux,vente,privatisation,loi,sous-préfet,subvention,prise illégale d'intérêts

foucharupt,saint roch,jardins familiaux,vente,privatisation,loi,sous-préfet,subvention,prise illégale d'intérêts

[illustration : Géhu - Tous droits réservés]

 

Des élus au-dessus des lois ?

Lors du vote du budget, nous avons rappelé à nos collègues une décision de justice. Celle-ci a condamné, pour prise illégale d’intérêts, le maire et deux adjoints de la ville de Bagneux (92) ayant voté des subventions à des associations qu’ils présidaient.

En 2011, lors de notre première intervention à ce sujet, C. Pierret avait demandé à ses colistiers de ne pas se retirer et de participer au vote. Le Sous-préfet nous avait ensuite confirmé, par courrier, qu’il avait prévenu le maire de l’illégalité de cette situation : « les élus concernés de la ville de Saint-Dié-des-Vosges n’auraient effectivement pas du être présents, ni participer aux votes pour l’attribution des subventions aux associations ».

Quand nous avons lu cet extrait, une élue pierretiste concernée s’est exprimée en ces termes scandaleux : « Je ne partirai pas de l’association pour des conneries ! ».

Il n’est aucunement question que les élus démissionnent de leurs fonctions associatives : ils doivent simplement quitter la salle lors du vote des subventions les concernant.

foucharupt,saint roch,jardins familiaux,vente,privatisation,loi,sous-préfet,subvention,prise illégale d'intérêts

[Ci-dessus : Capture d'écran du site de la mairie, réalisée le 16 avril 2012 à 11h ... et toujours valable le 20 avril à 9h30]

 

Les conseillers municipaux UPS

02/05/2010

Arrêtez de réviser l’histoire !

Lettre ouverte de Jean-Louis Bourdon à Messieurs Christian Pierret, Romuald Gbedey et leurs collègues de la majorité municipale

Saint-Dié, le 2 mai 2010


Mesdames et Messieurs,


Depuis quelques semaines, vous tentez de justifier votre décision de fermer l'école de Marzelay à partir de chiffres faux que j'ai déjà dénoncés lors du conseil municipal du 12 avril dernier, mais aussi à partir d'affirmations erronées concernant le bilan des « années Pierret » sur les constructions d'écoles.

Non, vous n'avez pas construit deux écoles (Claire Goll et Eugénie et Jules Ferry). Non, M. Pierret n'est pas le maire qui a construit le plus d'écoles à Saint-Dié, et loin s'en faut.

Concernant les constructions, votre « compteur » s'est arrêté au chiffre 1 : il s'agit de l'école primaire Eugénie et Jules Ferry, construction résultant de la fermeture de 2 écoles (Le Cardinal et La Bolle). En effet, Claire Goll est l'œuvre du maire socialiste Pierre Noël : décision du conseil municipal du 12 mai 1964 et début des travaux en mai 1971. Seul un agrandissement est à mettre à votre crédit, conséquence de la fermeture de la maternelle Vincent Auriol.

Bilan : une seule école construite et trois écoles fermées. Solde négatif de deux écoles. On est loin des chiffres que vous annoncez.

Concernant les constructions d'écoles, comme le montrent les archives municipales, C. Pierret est l'avant dernier de la classe (liste détaillée en annexe), juste devant Robert Bernard (aucune école construite) et derrière Jean Mansuy (12 écoles, en plus des écoles préfabriquées construites dans les différents quartiers de la ville), Pierre Noël (6 écoles) et Maurice Jeandon (2 écoles). Le résultat serait encore plus net si on prenait le nombre de classes construites. Par ailleurs, en plus des écoles, Jean Mansuy et Pierre Noël ont également fait construire les collèges et lycées publics de  la ville. Pour plus d'information, je vous invite à consulter les archives municipales ou à lire l'article publié en 1999 dans le Bulletin  n°100 de la Société Philomatique Vosgienne à la suite de l'exposition organisée par la FCPE en 1997.

Je vous saurais gré de ne plus falsifier l'histoire lors de vos prochaines déclarations et vous prie de croire, Mesdames et Messieurs, à l'assurance de mes sentiments les meilleurs.


Jean-Louis Bourdon


 

Annexe : les constructions d'écoles par les 5 derniers maires de St-Dié

 

Christian Pierret (1989-1997 et 2002-...) : 1 école

* Eugénie et Jules Ferry (fermeture des écoles  du Cardinal et de la Bolle)


Maurice Jeandon (1972-1989) : 2 écoles à St-Roch (en remplacement de l'école maternelle et de l'école élémentaire de garçons du quartier St-Roch - L'Orme construites en préfabriqués par Jean Mansuy) :

* maternelle Jacques Prévert

* élémentaire Jacques Prévert


Pierre Noël (1965-1972) : 6 écoles

* 4 écoles à Kellermann : école élémentaire de filles Vincent Auriol, école élémentaire de garçons Vincent Auriol, école maternelle Vincent Auriol et école Claire Goll

*  2 écoles à Marzelay (maternelle et élémentaire) en remplacement de l'ancienne école

 

Jean Mansuy 1947-1965 : 12 écoles

* 9 écoles au centre ville : école maternelle Gaston Colnat et écoles élémentaires de filles et de garçons Gaston Colnat , école maternelle Paul Elbel et écoles élémentaires de filles et de garçons Paul Elbel, école maternelle Ferdinand Brunot et écoles élémentaires de filles et de garçons Ferdinand Brunot

* 1 école à Foucharupt en remplacement de baraquements

* 2 écoles à Saint-Roch : maternelle et élémentaire Baldensperger (en remplacement de préfabriqués de l'école maternelle et de l'école de filles du quartier du quartier St-Roch - L'Orme)

Il faut ajouter à cette liste les écoles préfabriquées à St-Roch, Robache, Le Cardinal et les 3 scieries.

25/01/2010

Notre tribune dans L'Echo des Vosges du 22 janvier

A propos des nouveaux horaires et des nouveaux circuits de bus

Avec une augmentation du prix du ticket de bus de plus de 13% à partir du 4 janvier 2010, les Déodatiens auraient pu s'attendre à une amélioration du service public de transports urbains.

Mais la réalité est tout autre !

A en croire l'adjointe chargée du dossier des transports urbains, les nouveaux horaires de Déobus constitueraient une amélioration du service rendu à la population, en particulier pour les habitants des quartiers de l'Orme et de St-Roch.

Malheureusement, seuls ceux qui n'ont pas lu les nouveaux horaires ou qui ne prennent pas le bus peuvent croire à de tels propos.

La mobilisation des habitants a certes fait reculer la municipalité : les commerces de St-Roch et  la rue de l'Etang Piller sont à nouveau desservis, mais avec une offre nettement réduite.

Sur la ligne 1, jusqu'à présent, le bus passait tous les quarts d'heure. Ce n'est plus le cas maintenant. Le plus souvent il ne passe plus que toutes les 20 minutes sur une majeure partie de la ligne et seulement toutes les 40 minutes pour le quartier de St-Roch. Ainsi, alors qu'il y avait jusqu'à présent 53 passages pour se rendre en ville depuis l'arrêt Baldensperger, il n'y en a plus que 21, soit une réduction de 60% ! C'est ce qu'on appelle faire « l'objet d'une attention toute particulière ». (1)

Ce qui fait dire aux usagers qu'ils ont été trompés.

Ces problèmes ne sont malheureusement pas les seuls car de nombreux Déodatiens nous ont alertés sur des disfonctionnements tant sur les horaires que sur le nombre de bus. Malgré notre proposition d'élargir la concertation à l'ensemble des usagers, la municipalité s'enferme dans une politique rigide, en contradiction avec les propos de l'adjointe : « Une offre ajustée aux besoins des Déodatiens » (1)

Dans ce contexte, nous soutenons la nouvelle pétition qui s'oppose à ces nouveaux horaires inadaptés aux besoins des Déodatiens (comme par exemple, l'impossibilité pour certains de prendre le bus pour rentrer déjeuner).

A suivre ...

(1) Propos de l'adjointe de C. Pierret dans « Notre Saint-Dié des Vosges » de janvier 2010


Population à Saint-Dié :

En 1990, notre ville comptait 22 635 habitants. Le 19 décembre 2009, C. Pierret nous informe que Saint-Dié aurait à ce jour 22 926 habitants (+1,28%).

Cette quasi stagnation est à comparer avec l'augmentation de la population de la France sur la même période qui est de 14,86% !

 

Serge VINCENT, Francine WALTER, Jean-Louis BOURDON et Ramata BA.