Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/06/2014

Conférence-débat sur l'eau avec Jean-Luc Touly, mercredi 11 juin à 20h à L'Entracte II

conférence-débat,eau,prix,réunion publique,service public,services publics,tarifs,suez,lyonnaise des eaux,veolia,saint-dié,saint-dié-des-vosges,l'entracte

(Cliquez sur l'image ci-dessus pour accéder à l'article sur le site saintdieinfo.fr)

conférence-débat,eau,prix,réunion publique,service public,services publics,tarifs,suez,lyonnaise des eaux,veolia,saint-dié,saint-dié-des-vosges,l'entracte

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

conférence-débat,eau,prix,réunion publique,service public,services publics,tarifs,suez,lyonnaise des eaux,veolia,saint-dié,saint-dié-des-vosges,l'entracte

02/04/2011

Tribune du groupe Union Pour Saint-Dié (UPS) dans L'Echo des Vosges du 01/04/11

eau,services publics,service public,chaufferie biomasse,dalkia,kellermann,listes,électeurs

[Illustration de Gehu : Tous droits réservés.]

Le prix de l’eau baisse … à Paris

Dix huit mois après la reprise en gestion publique du service de l’eau, le maire de Paris Bertrand Delanoë (Parti socialiste) a annoncé une baisse de 8% du prix de l’eau.

Première diminution depuis « plus de 25 ans », cet exemple parisien confirme le bien-fondé de notre projet de mettre fin, dès que possible, à la privatisation de ce service primordial pour la vie des Déodatiens.

Avec un prix du mètre cube dépassant désormais les cinq euros (toutes taxes comprises), le montant de la facture d’eau devient de plus en plus insupportable pour de nombreuses familles de notre ville.

C’est pourquoi, nous sommes plus que jamais déterminés à redonner tout son sens à l’expression « service public » en proposant aux Déodatiens une véritable politique sociale.

eau,services publics,service public,chaufferie biomasse,dalkia,kellermann,listes,électeurs


Chaufferie biomasse : baisse des prix ou baisse des températures ?

Le 18 mars, C. Pierret, accompagné d’une grande partie de ses colistiers, a inauguré la nouvelle chaufferie biomasse située dans le quartier Kellermann.

Lors d’un conseil municipal de 2010 consacré à la présentation de cette future réalisation, C. Pierret avait annoncé que la mise en service de cette nouvelle chaudière engendrerait une baisse du prix du chauffage pouvant atteindre 30%.

Dans le dernier magazine municipal, on pouvait lire que les prix sont « lissés » sur le long terme et que le prix de la chaleur produite a baissé à l’entrée en vigueur du nouveau contrat (automne 2008).

Qu’en est-il aujourd’hui ? Il semble que non seulement les prix n’ont pas baissé, mais les habitants du quartier Kellermann ont plutôt constaté une hausse de leur facture de chauffage.

Outre les effets d’annonce habituels, nous regrettons une fois encore que les lourds investissements et le contrat particulièrement long signé entre la ville et la société « Dalkia » ne débouchent pas sur  une diminution des charges de chauffage.

 

Listes électorales

Depuis plusieurs années, de nombreux indices remettent sérieusement en cause la « qualité » des listes électorales : « disparition » de plus de 1200 électeurs entre mars 2008 et mars 2010, plainte pour « fraude électorale » lors des dernières élections municipales, radiation par les tribunaux de plusieurs personnes qui ne pouvaient pas être électrices dans notre ville …

Malgré cela, nous avons encore constaté plusieurs anomalies lors du premier tour des cantonales.

C’est ainsi qu’une personne décédée en 2009 figure toujours sur les listes !

A l’inverse, un monsieur de 94 ans qui avait fait l’effort de se déplacer n’a pas pu voter car radié par les services municipaux !

D’autre part, une personne « très proche de C. Pierret » habitant depuis plus d’un an le quartier de Foucharupt (secteur non concerné par les cantonales 2011) a quand même voté car elle avait sans doute « oublié » d’indiquer son changement de domicile avant le 31 décembre.

Ce dernier délai est-il toutefois bien pris en compte en mairie ?

Une Déodatienne qui avait fait les démarches nécessaires en septembre 2010 pour signaler son changement d’adresse a été privée de vote aux cantonales car elle n’a pas été inscrite dans son nouveau bureau de vote, situé dans le canton de Saint-Dié-Est. Le fait que cette personne ne partage pas les convictions du tandem Pierret/Leroy n’est évidement qu’une pure coïncidence…

 

Serge Vincent, Francine Walter, Jean-Louis Bourdon et Ramata Ba

Consultez notre blog : http://unionpoursaintdie.fr

01/12/2010

Notre tribune dans le mensuel municipal (décembre 2010)

Extrait de la lettre d’Isabelle Adjani :

Adjani (G. Biard, 2009).jpg« Chers parents d’élèves de l’école Camille-Claudel […], c’est pour moi un honneur et une fierté d’accepter votre demande de devenir la marraine républicaine de votre école […] car vous me permettez de défendre ce qu’il y a de plus important dans notre société : l’accès à l’école, l’accès à l’éducation.
Quand on entrave cet accès […] pour des raisons d’économie d’échelle, c’est avec l’avenir des enfants que l’on joue à la marchande : le prix à payer est un déficit de démocratie et d’humanité qu’aucun argent ne peut combler par la suite.
[…]
Je suis donc à vos côtés […] pour vous aider à stopper les tentatives de fermeture de cet établissement. »

Nouveau camouflet pour C. Pierret, cet engagement conforte notre position de maintenir un service public d’éducation de proximité.

Serge VINCENT, Francine WALTER, Jean-Louis BOURDON, et Ramata BA.

[Photo sous licence creative commons : Georges Biard, 2009]

13:01 Publié dans Ecole | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : adjani, isabelle adjani, écoles, école camille claudel, service public | | |  Facebook

05/11/2010

Tribune du groupe Union Pour Saint-Dié (UPS) dans L'Echo des Vosges du 29/10/10

Le Sport pour tous

Source d’épanouissement et de bien-être individuel, le sport est aussi un formidable outil de cohésion sociale. Il a pour vocation de rassembler : il peut et doit être une école de la vie en groupe, favorisant l’épanouissement des idéaux de respect, de tolérance, de générosité et de dépassement de soi.

Conscients de ces enjeux, nous avons construit notre projet de politique sportive autour de trois axes principaux :

-        Favoriser la pratique sportive pour le plus grand nombre en s’appuyant sur des équipements performants ;

-        Intégrer le sport comme un outil d’éducation et de citoyenneté, notamment pour la jeunesse ;

-        Soutenir les associations sportives locales.

Sur ce dernier point, malgré le travail et l’implication de nombreux bénévoles qui ne comptent ni leur temps ni, bien souvent, leur argent, un certain nombre de clubs sportifs connait des difficultés (résultats, effectifs, finances, équipements, etc.).

Face à cette situation, nous proposons d’organiser des assises déodatiennes du sport. Elles permettraient de recenser les attentes des associations sportives et de leurs partenaires (éducateurs, entraineurs, dirigeants, parents, sponsors …). En s’appuyant sur les conclusions de ces assises, il serait possible de prendre les mesures nécessaires pour aider les clubs dans leur rôle d’animateurs de la vie locale.


Doit mieux faire …

Quand il s’agit de l’avenir de nos enfants, nous refusons toute approche uniquement comptable et financière. En effet, l’éducation est par nature un service public de proximité qui doit être considéré comme un investissement à long terme et non comme une charge.

C’est pourquoi nous regrettons que lors de la première réunion du 16 octobre 2010 de la  commission multipartite (commission que nous avions demandée dès le conseil municipal d’avril 2010 et dont la création a seulement été décidée le 18 juin), C. Pierret et son adjoint R. Gbedey aient essentiellement abordé la question du périmètre scolaire sous ses angles financier et matériel.

Nous demandons que les prochaines réunions de la commission replacent l’enfant au centre des débats.


Les revenus des Déodatiens

Le site « SalaireMoyen.com » a réalisé, à partir des statistiques fournies par l’INSEE et le ministère des Finances, une enquête très intéressante sur les revenus nets des Français. Nous apprenons que celui d’une famille déodatienne est de 1 914 euros par mois soit 921 euros par personne du ménage. Sur  les 36 717 communes concernées par cette étude, notre ville se situe au 28 481ème rang (en recul de 510 places par rapport à l’année précédente).

Si ce résultat n’est malheureusement pas une surprise, il confirme que les Déodatiens disposent de revenus parmi les plus faibles de France. Tel est le triste bilan des différentes politiques menées dans notre ville, et notamment celle qui est conduite depuis plus de 20 ans par C. Pierret. Celui-ci a bien eu certaines opportunités (poste de ministre, contrat de ville, subventions importantes de l’Etat…), mais il n’a pas su en faire bénéficier les Déodatiens.

Aujourd’hui ce constat de pauvreté est la conséquence la plus grave et la plus tragique d’une politique municipale qui repose trop sur la communication et le tape-à-l’œil, et dont les choix en matière de fiscalité sont absolument contre-productifs.


Serge Vincent, Francine Walter, Jean-Louis Bourdon et Ramata Ba

Consultez notre blog : http://unionpoursaintdie.fr

31/10/2010

Notre tribune dans le mensuel municipal (novembre 2010)

Ecoles : restons vigilants !


Le candidat C. Pierret affirme accorder « la priorité des priorités » à l’éducation. Que pense de ce programme présidentiel le maire de Saint-Dié qui voulait fermer une école au printemps dernier ?
Pour notre part, toujours attachés au principe d’un service public de proximité, nous réaffirmons, ici et au sein de la commission consultative, notre constante volonté de conserver une école dans chaque quartier.
C’est aussi, comme on a pu le constater dans l’ensemble des quartiers, le souhait des habitants.

Ces mêmes Déodatiens, contribuables, reçoivent d’ailleurs ces temps-ci des avis d’imposition toujours alourdis. Ils pourraient se consoler si le fruit de cette pression fiscale accrue était affecté en priorité à l’éducation de leurs enfants. Mais C. Pierret projette de fermer au moins deux écoles.

Serge VINCENT, Francine WALTER, Jean-Louis BOURDON, et Ramata BA.

09:54 Publié dans Ecole | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : école, école camille claudel, service public, fiscalité | | |  Facebook

22/10/2010

Service public en danger ...

Service-public-en-danger.jpg

05/10/2010

Tribune du groupe Union Pour Saint-Dié (UPS) dans L'Echo des Vosges du 01/10/10

Ecoles : la vigilance reste d’actualité

Le quotidien vosgien du 22 septembre nous apprend que C. Pierret semble avoir quelques problèmes à se souvenir des décisions votées sous sa présidence par le conseil municipal du 18 juin dernier.

En effet, C. Pierret a affirmé au journaliste : « Le principe de deux regroupements [scolaires] a été acquis le 18 juin ». Or, dans la délibération 21b, consécutive à la victoire de la mobilisation des parents d’élèves de l’école Camille-Claudel, on lit simplement que la commission ne s’exprimera que « lorsque la situation de tel ou tel groupe scolaire l’exige ». Nulle mention des « deux regroupements » évoqués trois mois plus tard par C. Pierret.

Ce dernier aurait-il des problèmes de mémoire ? Pour notre part, nous resterons déterminés à empêcher les manœuvres visant à priver un quartier ou un autre de tout service public d’éducation.


« Ne m’appelez plus jamais Kellermann »

Général_François_Étienne_Kellermann.jpg« En ce lieu et en ce jour a commencé une nouvelle ère de l'histoire du monde, et vous pourrez tous dire que vous avez assisté à sa naissance ».

C’est ainsi que s’exprimait Goethe après avoir assisté à la bataille de Valmy (20 septembre 1792), comprenant qu’il venait d’être le témoin de l’avènement d’une grande nation formée de citoyens libres et égaux. Le lendemain, la République était proclamée pour la première fois dans l’Histoire de notre pays. Le héros de Valmy est le général Kellermann, dont le nom a été donné à un quartier déodatien qui abritait autrefois de grandes casernes militaires.

Or, prenant pour prétexte la réputation du quartier (ses habitants apprécieront les propos de celui qui n’est, après tout, maire que depuis 21 ans !), C. Pierret voudrait progressivement faire disparaître le nom « Kellermann » au profit des seuls noms de rues. Kellermann deviendrait ainsi le seul quartier déodatien anonyme. Après avoir rebaptisé notre ville « Saint-Dié-des-Vosges », C. Pierret voudrait donc priver tout un quartier de son nom et de sa mémoire.


Serge Vincent, Francine Walter, Jean-Louis Bourdon et Ramata Ba

 

Consultez notre blog : http://unionpoursaintdie.fr

18:37 Publié dans Ecole | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : écoles, conseil municipal, service public, kellermann | | |  Facebook

02/06/2010

Notre tribune dans L'Echo des Vosges du 28 mai

Services publics : soyons cohérents, défendons-les TOUS !

L'entêtement de C. Pierret à fermer une école de la République est malheureusement la suite d'une succession de mauvais coups portés aux services publics de notre ville. Rappelons-nous : qui a privatisé la distribution de l'eau, le service de l'assainissement, les transports urbains, la restauration collective, le ramassage des ordures ménagères... ?

Notre groupe UPS s'est toujours opposé à la suppression des services publics de Saint-Dié (tribunaux de commerce et de grande instance, banque de France, école Camille-Claudel ...) sans faire de différence entre les responsables de ces fermetures.

Nous étions présents à toutes les manifestations organisées pour maintenir ces institutions. Notre action est guidée par le souci de l'intérêt général, celui de tous les Déodatiens quel que soit leur quartier. Nous rejetons les calculs politiciens et les basses querelles de personnes !


Promenons-nous dans les bois, tant que ...

forêt.jpgRiche d'un patrimoine forestier exceptionnel, notre commune offre aux promeneurs déodatiens et aux touristes de nombreux sentiers pédestres, bien entretenus par des bénévoles méritants.

Très attachés à nos forêts communales, nous restons vigilants quant à l'avenir du secteur des Grandes Croisettes, malgré les derniers ajustements annoncés par C. Pierret.

Cette vigilance s'applique à toutes les forêts déodatiennes, notamment à celle du massif du Kemberg, lieu très apprécié par les familles déodatiennes.


Sont-ils solidaires des Déodatiens ?

Nous vous avions laissé une semaine de réflexion et de recherche pour connaître le lieu de résidence de D. Christophe, conseiller municipal délégué aux travaux.

Réponse : Hé oui ! Comme C. Pierret, R. Gbedey, P. Leroy, J. Fresse et M. Fève-Chobaut, il n'habite pas à Saint-Dié. Résidant à Combrimont, il échappera lui aussi à l'augmentation de 18.13 % de la taxe d'habitation.


Le premier magistrat de la ville et ses principaux adjoints ne sont donc ni concernés par leurs décisions, ni solidaires des Déodatiens qu'ils prétendent représenter.

Pour notre part, nous sommes tous des habitants de Saint-Dié, comme l'ensemble de nos colistiers du 16 mars 2008 !


Serge VINCENT, Francine WALTER, Jean-Louis BOURDON et Ramata BA.

http://unionpoursaintdie.fr/

29/03/2010

Cherchez la différence (6)

Ordures-ménagères.jpg

 

[Publié dans L'Echo des Vosges du 26 mars]

16:58 Publié dans Arrêt sur image | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pierret, ordures, ramassage, service public, services publics | | |  Facebook

15/02/2010

Notre tribune dans L'Echo des Vosges du 12 février

La Ville de Saint-Dié a-t-elle des problèmes de trésorerie ?

Lors du conseil municipal du 31 mars 2008, M. Pierret avait fait voter une délibération lui attribuant un maximum de pouvoir et, notamment, celui de contracter des lignes de trésorerie (qui peuvent être assimilées à des « autorisations de découvert ») jusqu'à 1,4 millions d'euros. Aujourd'hui, compte tenu des besoins financiers de la commune, il souhaite porter ce montant à 2,1 millions d'euros.

La gestion financière de notre ville est-elle vraiment « saine et rigoureuse » ?


Vélodatienne

Pour un coût déjà estimé à 60 000 euros, la Vélodatienne va faire l'objet d'une première avance de 7 500 € sur les subventions municipales. Cette avance est destinée à une association spécialement créée à cet effet, alors que des associations existantes, et notamment Déo d'Anim, s'étaient proposées pour organiser à moindre coût cet événement.

Notre projet de relance des 24 heures cyclistes, tel que nous l'avions exposé dans notre programme de mars 2008, s'appuyait davantage sur le riche tissu associatif déodatien.


Augmentations d'impôt : crue annoncée pour les taxes sur l'eau

Après l'augmentation des tarifs de bus et celle du stationnement payant, c'est au tour du montant des taxes sur l'eau de subir un véritable tsunami :

+ 56 % pour la taxe communale sur l'assainissement !

+ 63 % pour la taxe communale sur le prix de l'eau !

Ces nouvelles hausses s'appliquent à des tarifs pesant déjà lourdement sur le budget des ménages. Dans l'intérêt des Déodatiens, nous continuons de proposer une renégociation, voire une dénonciation d'un contrat peu avantageux pour le contribuable. Nous voulons revenir à un véritable service public !


Serge VINCENT, Francine WALTER, Jean-Louis BOURDON et Ramata BA.