Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/01/2012

Revue de presse: Vosges Matin du 13/01/12

Vosges Matin, 13 janvier 2012.jpg(Cliquez sur l'article pour l'agrandir)

07:23 Publié dans UPS : Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : ups, union pour saint-dié, union | | |  Facebook

13/01/2012

Tribune du groupe Union Pour Saint-Dié (UPS) dans L'Echo des Vosges du 06/01/12

Nos vœux pour 2012 : Union et humanisme (1ère partie)

Nous constatons tous une incompréhension grandissante entre les citoyens et la classe politique. Peu à peu le fossé s'est creusé, à tel point que l’on parle aujourd’hui de divorce.
Les partis semblent désarmés face à cette crise. Ils sont tentés de s'arc-bouter, de se replier sur eux-mêmes, d'importer la crise dans leur vie interne. Ils donnent ainsi un spectacle désolant de rivalités et d'affrontements qui conforte l'opinion dans sa piètre considération à leur égard.  

Cette spirale infernale, cette descente aux enfers, sont-elles inéluctables ?

Non.

Le moment est venu d'inverser la pente, d'intéresser à nouveau les citoyens au débat collectif. Car, au fond d'eux-mêmes, ils le souhaitent.  Nous pensons qu’il est temps de réhabiliter tout ce qui permet aux hommes et aux femmes d’œuvrer ensemble pour recréer une société unie et solidaire.

Nous voulons que les Déodatiens retrouvent courage et foi en l’avenir, que notre ville renoue le dialogue avec tous, que l’optimisme revienne.

Saint-Dié a beaucoup d’atouts pour elle. Il faut qu’elle prenne conscience de ses forces, qu’elle retrouve ses valeurs, et qu’elle les mette au service de tous, pour un avenir commun. Pour beaucoup de Déodatiens, déçus par des promesses non tenues, cela paraît impossible. Nous croyons le contraire.

Nous pensons que les idées et les repères existent. Comme toujours dans l’histoire, ce sont des idées et des principes simples qui permettent de faire de grandes choses, soutenus avec courage et persévérance.

Notre volonté : l’Union

Nous refusons que la politique soit dominée par un clan.
Nous savons bien que les défis déodatiens exigent des rassemblements nouveaux. Lorsque la situation d’une ville est grave, il faut rassembler, pour gouverner avec force et sagesse. Le rassemblement est une condition du redressement.
Nous avons la conviction que parmi les différentes sensibilités républicaines de notre ville, il y a plus d’accords que de désaccords. Le constater, c’est préparer l’avenir. Le nier, en rester aux vieux sectarismes, c’est se condamner à la régression.

Depuis plus de vingt ans, certains ont érigé des murs pour séparer les Déodatiens. De chaque côté de ces murs, il y a des femmes et des hommes avec qui nous voulons parler, avec qui nous voulons construire même si notre chemin n’a pas été le même. Cette idée de surmonter les clivages, c’est notre identité, et c’est ce que les Déodatiens attendent aujourd’hui.


Ramata BA, Catherine SAINT-DIZIER, Francine WALTER, Jean Louis BOURDON, Sébastien ROCHOTTE et Serge VINCENT

07:15 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : union, union pour saint-dié | | |  Facebook

29/09/2010

Notre tribune dans le mensuel municipal (octobre 2010)

Union pour Saint-Dié (UPS)

Une équipe, un projet, un espoir

Dans un contexte économique et social difficile, l’Union de toutes les bonnes volontés est plus que jamais nécessaire pour proposer une alternative porteuse d’espoir face à la politique néfaste de l’actuelle majorité municipale.

Notre projet pour Saint-Dié s’appuie sur un ensemble cohérent d’idées neuves et de mesures de bon sens (gestion assainie, liberté associative, retour aux services publics…). Ce programme s’enrichit régulièrement grâce à une écoute permanente des attentes des Déodatiens.

C’est cet esprit de rassemblement et de proposition qui nous anime depuis plus de trois ans. Ni les attaques personnelles répétées, ni l’acharnement envers toute forme d’opposition n’arrêteront ce mouvement démocratique, animé par une équipe soudée, et porté par des citoyens de toutes sensibilités.

S. VINCENT, F. WALTER, J.-L. BOURDON, R. BA.

01/02/2010

Discours de Serge Vincent lors des voeux des groupes d'opposition (21 janvier)

Vœux du groupe Union Pour Saint-Dié (UPS)

Les Déodatiens ne peuvent pas vivre sans projet. Aujourd'hui, ils ne savent plus où va notre ville. Ils sont perdus, inquiets de ce qui se passe, et cherchent en vain un espoir crédible.

Parce que nous n'acceptons pas les dérives actuelles du pouvoir municipal, notre mission est de formuler un projet pour la ville et pour chacun  des Déodatiens. Un projet crédible et réalisable. Un projet pour dire à la fois qui nous sommes, et quel chemin suivre pour que Saint-Dié retrouve son équilibre, sa fierté et sa créativité.

Face à l'autosatisfaction permanente affichée par M. Pierret, plutôt déplacée en période de crise, nous voulons montrer qu'une autre politique est possible.

Cette autre politique repose sur trois piliers :

-        Le retour aux valeurs républicaines

-        La baisse des impôts

-        L'union

Le retour aux valeurs républicaines : vérité, liberté et démocratie

L'autre politique doit tenir un langage de vérité. Les Déodatiens font de moins en moins confiance au maire actuel : trop de mots, trop de promesses, trop de distance entre les paroles et les actes. Pourtant, une confiance réciproque est la première condition du redressement de notre ville.

L'autre politique doit libérer le monde associatif et mettre fin à la pensée unique qui bride les initiatives dont Saint-Dié a tant besoin.

L'autre politique doit s'appuyer sur une véritable démocratie source d'égalité et de solidarité.

 

La baisse des impôts

L'autre politique doit diminuer les impôts, les taxes et les charges payés par les Déodatiens :

-        le stationnement payant

-        l'eau

-        le transport urbain

-        la taxe sur les enseignes pour les commerçants et artisans

-        la taxe d'habitation

 

Cette baisse des impôts est possible :

-        Si nous retrouvons de vrais services publics (fin de certaines concessions : eau, chauffage, ordures, transports urbains, restauration collective)

-        Si nous réduisons le train de vie de la mairie (service communication et autres frais démesurés)

-        Si nous diminuons le nombre d'élus indemnisés (actuellement : un montant annuel de près de 300 000 euros pour le maire, ses 13 adjoints et ses 12 conseillers délégués)

L'union

L'autre politique doit rassembler les Déodatiens au lieu de les diviser. Pour nous, c'est d'ailleurs le sens de toute politique : le souci de la Cité exige une volonté sincère de rassemblement.

Un récent sondage fait apparaître que 75 % des Français, 3 sur 4, ne font confiance ni à la droite ni à la gauche pour conduire la politique du pays. Ce résultat nous conforte dans notre choix d'unir toutes les sensibilités en dehors des vieux clivages.

Or, la nécessité de rassemblement ne s'arrête pas à la politique. Elle s'adresse à tous les Déodatiens, sans distinction ni exclusion.

L'autre politique doit construire les bases d'un nouvel élan pour notre ville. Construire : ce mot, nous le faisons nôtre, non pour mentir et dénigrer, mais pour imaginer, entreprendre et réaliser.

L'heure n'est pas aux vaines querelles mais au rassemblement et à l'union de toutes les forces vives.

Défendre les Déodatiens, leur offrir une vie meilleure et leur rendre confiance, tels sont nos engagements pour les années à venir.