Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/06/2014

Conférence-débat sur l'eau avec Jean-Luc Touly, mercredi 11 juin à 20h à L'Entracte II

conférence-débat,eau,prix,réunion publique,service public,services publics,tarifs,suez,lyonnaise des eaux,veolia,saint-dié,saint-dié-des-vosges,l'entracte

(Cliquez sur l'image ci-dessus pour accéder à l'article sur le site saintdieinfo.fr)

conférence-débat,eau,prix,réunion publique,service public,services publics,tarifs,suez,lyonnaise des eaux,veolia,saint-dié,saint-dié-des-vosges,l'entracte

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

conférence-débat,eau,prix,réunion publique,service public,services publics,tarifs,suez,lyonnaise des eaux,veolia,saint-dié,saint-dié-des-vosges,l'entracte

22/12/2012

Revue de Presse : Vosges Matin du 20/12/12

Vosges Matin 20 12.jpg

_____________________________________________________

PPP.jpg

18/05/2012

Tribune du groupe Union Pour Saint-Dié (UPS) dans L'Echo des Vosges du 11/05/12

Cette chère communication

Le service communication de la mairie, déjà omniprésent pour promouvoir la politique municipale par presque tous les moyens imaginables, vient encore d’en inventer un : la tournée en « Mag’Bus ».  Avec un bus de plus de 70 places, loué à la société Véolia, six élus ou communicants de la mairie ont tenté de vanter devant à peine dix Déodatiens les bienfaits de la politique de C. Pierret.

Lors de cette visite très encadrée, les guides ont ciblé des chantiers majeurs et « remarquables » : ici, une platebande de roses remplacée en fin d’hiver ; là, une conduite d’eau changée ; ailleurs, un bout de trottoir réparé ou quelques trous bouchés. Pour toute question (hormis sur la chaufferie), embarrassante ou non, une seule réponse: « Veuillez prendre rendez-vous en mairie » [sic].

Le réel ne faisant guère rêver, le virtuel a été ajouté au programme, avec le passage sur le futur site de la piscine Nova America, sur celui de la Nef ou le long de la « voie verte » du quai du Stade. En raison sans doute d’une nouvelle amnésie, les élus pierretistes ont omis de préciser que cet aménagement partiel de bord de Meurthe est inspiré d’une proposition bien plus structurante que nous défendons avec force depuis plus de quatre ans.

C. Pierret a trop souvent l’habitude de s’approprier des réalisations faites par d’autres (logement social, rénovation urbaine, commissariat, hôpital…). C’est ainsi que le Mag’Bus s’est attardé devant la chaufferie biomasse, propriété de Dalkia. L’adjointe J. Fresse a prétendu que la facture énergétique des usagers à diminué de 40%, grâce à cet équipement. Les locataires, les entreprises, les établissements scolaires ou l’hôpital n’ont pourtant pas constaté une telle baisse de leurs dépenses de chauffage.

En revanche, une « facture » qui, elle, augmente assurément, c’est celle du service communication. Ce n’est pas en multipliant les supports d’autopromotion (« Notre » Saint-Dié-des-Vosges, le Trois-Minutes, DéodaTV… et désormais le Mag’Bus) que C. Pierret diminuera les frais de fonctionnement de la ville. Cette propagande coûteuse n’est-elle pas destinée à cacher la faiblesse des réalisations de ces dernières années ?

A propos de communication : pourquoi la vidéo du Conseil municipal du 30 mars n’est-elle toujours pas sur le site de la ville ? Que veut-on cacher ?

 

Les conseillers Municipaux UPS

10/02/2012

Tribune du groupe Union Pour Saint-Dié (UPS) dans L'Echo des Vosges du 03/02/12

PPP : une bombe à retardement

Plusieurs articles viennent de paraître sur les contrats de Partenariat Public Privé (PPP) :

Marianne les définit comme un « Partenariat qui Profite au Privé ».

Le Parisien souligne « la bombe à retardement » qu’ils représentent et prend l’exemple du futur Pentagone français dont le prix initial est évalué à 745 millions mais qui coûtera à l’Etat plus de 3,5 milliards de loyers sur 27 ans.

Le Canard enchainé évoque le PPP de l’hôpital de Corbeil-Essonnes. En plus de ses 8 000 malfaçons, il a entrainé un surcoût colossal selon la chambre régionale des comptes : il reviendra à 1,2 milliards sur 30 ans contre 757 millions si l’Etat l’avait financé en empruntant à 4,5%.
En outre, comme le souligne le Canard, « contrairement à un bête marché public classique, ces chantiers ne sont pas saucissonnés en plusieurs lots. A la trappe, les petites boîtes ! »
Malgré ces constats confirmant nos mises en garde, C. Pierret s’est obstiné à financer Aquanova America par un PPP.


Des Délégations de Services Publics (DSP) trop chères

Les grands groupes à Saint-Dié.jpg

Dans une étude sur les DSP et les prix de l’eau, Marianne constate que « partout où les municipalités ont entrepris soit de renégocier les contrats de délégations […], soit de les rompre pour reprendre elles-mêmes la gestion, des économies comprises entre 17 % (Bordeaux) et 25 % (Toulouse) sont espérées. […] Mais seulement 30 % des communes gèrent l’eau par l’intermédiaire d’une régie. Qu’attendent donc les autres ? »
L’hebdomadaire conclut : « Lorsque les groupes privés assurent les missions de service public, les prix […] atteignent des sommets. Sans aucune raison valable ».

Les Déodatiens subissent pleinement ces tarifs abusifs car tous les services publics ont été privatisés.

A cause de cet étranglement financier, de nombreuses familles quittent notre ville pour les communes voisines. Le dernier recensement de l’INSEE indique que la population de Saint-Dié (21 523 habitants) a encore diminué (perte de 1 067 habitants en 10 ans).
Cette baisse démographique alourdit la charge fiscale pesant sur les foyers déodatiens, charge à laquelle ne sont pas soumis de nombreux élus pierretistes qui, n’habitant pas à Saint-Dié, échappent ainsi aux conséquences financières de leurs dramatiques décisions.

Il est temps que cette politique cesse !


Les conseillers municipaux UPS : Ramata Ba, Catherine Saint-Dizier, Francine Walter, Jean-Louis Bourdon, Sébastien Rochotte et Serge Vincent.

22/03/2011

Tribune du groupe Union Pour Saint-Dié (UPS) dans L'Echo des Vosges du 18/03/11

Eau : un contrat vraiment mal négocié

A la suite de l’arrêt de la commercialisation du calcaire marin (maërl) de l’archipel des Glénans (site Natura 2000), l’eau de notre ville sera traitée avec un calcaire terrestre (neutralite). Pour cette opération il sera nécessaire de modifier le système de filtration des quatre stations qui alimentent l’ensemble des usagers déodatiens.

Lors du dernier conseil municipal, Mme Fresse, adjointe au développement durable, nous informait que cette transformation coûtera aux contribuables 638 330 euros hors taxes.

eau,calcaire,fresse,lyonnaise des eaux,suez,veolia,corcieux,environnement,developpement durable,voie verte,pistes cyclables,schéma d'aménagement,salveco,holcim,emploisA Saint-Dié, la Lyonnaise des Eaux, société privée délégataire du service public de l’eau, encaisse le montant de notre facture. Ne serait-il donc pas normal que cette entreprise supporte au moins une partie du coût de ces travaux ?

Nous avons donc posé cette question lors du conseil : C. Pierret nous a répondu que le contrat qu’il a signé avec cette filiale de la multinationale Suez laisse à la ville la charge de ce type d’aménagements.

D’autres communes du massif vosgien sont bien sûr confrontées à la même adaptation, comme Corcieux qui a chargé, dès le conseil municipal du 27 février 2009, la société Veolia de remplacer le sel marin par un produit de substitution. Mais contrairement à notre ville, c’est l’exploitant Veolia qui financera le coût de cette opération.

Certains contrats sont-ils donc meilleurs que d’autres ? Ou simplement mieux négociés, par des maires plus soucieux de l’intérêt de leur ville et de leurs administrés-contribuables ?

[Illustration : Dessin de Gehu paru dans L'Echo des Vosges du 4 février 2011. Tous droits réservés.]

 

Cadre de vie et environnement

L’aménagement urbain doit jouer un rôle majeur dans le bien-être des Déodatiens. Il doit aussi aider notre ville à se mettre en valeur, à se démarquer, et contribuer ainsi à son attractivité auprès des entreprises, des habitants et des touristes.

Notre projet s'inscrit dans une démarche de développement durable, avec pour ambition l'amélioration de notre cadre de vie et un développement économique équitable dans le respect de l’environnement.

Notre projet urbain repose sur 3 enjeux :

- Se loger et vivre ensemble, en préservant et valorisant un paysage et un environnement exemplaires ; 

- Se déplacer autrement, en favorisant les modes de circulation douce, notamment par l’aménagement d’une voie verte continue sur les bords de la Meurthe et la création d’un réseau de pistes cyclables ;

- Affirmer Saint-Dié comme capitale économique et commerciale du massif vosgien en s’appuyant sur notre patrimoine et notre histoire.

Ces principes convergent vers un même objectif : un nouveau schéma d'aménagement adapté, équilibré et respectueux, capable d'anticiper les évolutions futures et de faire de Saint-Dié un modèle innovant d'éco-territoire vosgien.

eau,calcaire,fresse,lyonnaise des eaux,suez,veolia,corcieux,environnement,developpement durable,voie verte,pistes cyclables,schéma d'aménagement,salveco,holcim,emplois

[Illustration : Cl. Ch. Amet - Creative Commons]

 

Sa parole s’envole, ses écrits restent (7) …

Ordre du jour du Conseil Municipal du 7 mai 2009 :

- « L’extension de la Société SALVECO qui se traduira début 2009 par le doublement de la capacité de production et par la création d’environ 20 emplois… »

- « Il en sera de même avec l’installation de la société HOLCIM BETON et la création de 11 emplois nouveaux ».

Nous laissons les Déodatiens juger de la vérité des annonces de C. Pierret !

 

Serge Vincent, Francine Walter, Jean-Louis Bourdon et Ramata Ba

Consultez notre blog : http://unionpoursaintdie.fr