Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/07/2014

Une force utile aux Déodatiens (Vosges Matin du 4 juillet 2014)

Vosges Matin 2014 07 04 (1).JPG

Extraits de l'article :

« On veille à ce que la ville aille dans le bon sens, sans polémique. »

Les membres d’UPS sont bel et bien présents. « Conformément à nos engagements, nous continuons à défendre les intérêts des Déodatiens, à les informer sur les dossiers importants et à formuler des propositions pour améliorer leur vie quotidienne. Ainsi, à l’initiative du groupe UPS, les Déodatiens seront désormais immédiatement informés (par une vignette) en cas de verbalisation pour le stationnement. [...]


« Toujours unie et mobilisée », l’équipe d’Union pour Saint-Dié poursuit son « travail de fond, notamment sur les dossiers liés aux finances de Saint-Dié. »

Les membres prennent l’exemple du Fig : « Grâce à notre question, les Déodatiens ont enfin appris que le coût global de ce festival était de 805.000 euros, dont 400.000 directement à leur charge. On est donc bien loin des 159.000 euros affirmés par le maire précédent ! Compte tenu de cet écart étonnant, nous regrettons que le maire actuel ait refusé, comme son prédécesseur, notre proposition de contractualiser la contribution de la ville.

Attachés à la pérennité du Fig dans notre ville, nous avons réitéré notre demande d’établir clairement une convention précisant que le Fig restera à Saint-Dié. Cette proposition a, elle aussi, été étrangement rejetée » [...].

Vosges Matin 2014 07 04.JPG

01/06/2014

Tribune des élus du groupe Union Pour Saint-Dié dans le mensuel municipal de juin 2014

Conseil municipal du 16 mai

stationnement payant,verbalisation,indemnités des élus,frais de mission,camping,campwood,emprunts toxiques

Stationnement payant

Nous avons formulé des propositions pour réduire l’étendue et la durée du stationnement payant : gratuité tous les samedis dès 12h et suppression de certaines zones payantes.

La période de gratuité avancée par le maire (seulement le samedi après 15h et seulement pour les mois de juin à août) est insuffisante pour redynamiser le centre-ville et le commerce déodatien.

Michel Cacclin a également rappelé l'un de nos engagements : les automobilistes verbalisés doivent en être immédiatement informés par le dépôt d'un avis de contravention sur leur pare-brise. Nous espérons que nos propositions, pleines de bon sens et utiles aux Déodatiens, seront rapidement appliquées.

 

Rythmes scolaires

Faute de place, nous traiterons dans une prochaine tribune l’intervention de Nadia Zmirli sur ce point important.

 

Indemnités des élus

Contrairement à la plupart des autres points, nous avons voté contre la proposition du maire. En effet, le montant des indemnités allouées à la majorité ne va ni dans le sens des économies nécessaires ni, concernant la ville la plus pauvre de Lorraine, dans le sens de la décence.

Contrairement à sa promesse, D. Valence a choisi de ne pas être un maire à temps plein mais de cumuler ses fonctions municipales avec la présidence de la communauté de communes. Il va ainsi cumuler deux indemnités, soit 6 788 euros bruts par mois.

Sur la mandature, la charge pour les contribuables déodatiens sera de près de 2 000 000 d’euros pour payer les indemnités de l’équipe du maire et les charges sociales s’y rapportant. Rappelons que nous avions proposé de diminuer de 30% le montant des indemnités aux élus.

Quant aux frais de mission, ils seront payés selon leur montant réel, sans plafond. Sur ce point, Ramata Ba a interpelé M. Benoît, qui s'offusquait de telles pratiques lorsqu’il était dans l’opposition. Dans un souci d’économie, il nous paraît logique de fixer des limites à ce type de dépenses qui, dans le passé, ont fait l’objet d’excès. Nous avons par conséquent voté contre.

---------------------------------------------------------

 

Il nous a semblé indispensable, dans l’intérêt de notre ville, d’interpeler le maire sur deux sujets très préoccupants pour les Déodatiens et qui auraient dû être inscrits, dans un souci de transparence, à l’ordre du jour.

 

Terrain de camping

Par une question écrite, Christine Urbès a rappelé nos craintes concernant le devenir du projet Campwood et ses conséquences sur les finances et l'attractivité touristique de la ville. La réponse du maire n’a fait que confirmer nos sérieuses réserves, formulées depuis plus de deux ans.

Ce projet a déjà coûté près d’un demi-million d’euros de travaux aux Déodatiens et, à ce jour, aucune des recettes prévues n’a été encaissée par la ville. Pour la troisième année consécutive, notre ville sera privée d’un terrain de camping.

 

Emprunts « toxiques »

Jean-Louis Bourdon a également posé une question sur les emprunts « toxiques » contractés par le maire précédent. Grâce à cette intervention, les Déodatiens sont maintenant informés que les taux appliqués dépassent désormais les 14% - voire 16% - sur un montant global de 24 millions d’euros.

Par ces interventions, nombreuses et constructives, nous avons défendu les intérêts des Déodatiens et leur avons permis d’accéder à des informations que nous estimons indispensables, conformément à notre volonté de transparence.

 

Serge VINCENT, Christine URBES, Jean-Louis BOURDON, Nadia ZMIRLI, Michel CACCLIN, Ramata BA et Orhan TURAN