Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/09/2016

Tribune des élus d'Union Pour Saint-Dié (septembre 2016)

vignette tribune.jpg

(Cliquez sur l'image ci-dessus pour ouvrir le fichier pdf)

29/08/2016

Info + numéro 13 (Août 2016)

Au programme de ce nouveau numéro de notre lettre d'information citoyenne :

- Notre position quant au maintien des manifestations et animations

- Nos propositions : "Sport Santé sur ordonnance"

- Nos propositions : voie verte, mise en valeur de la Meurthe, camping

- Notre point d'information sur les dépenses de la ville.

INFO+ n°13 Août 2016.jpg

(Cliquez sur l'image ci-dessus pour ouvrir le document en pdf)

05/09/2015

Tribune des élus d'Union Pour Saint-Dié (septembre 2015)

Une subvention bien utile

Au titre de la Dotation Politique de la Ville (D.P.V.), les pouvoirs publics ont attribué aux Vosges une enveloppe de 837 000 euros dont plus de la moitié devrait revenir à Saint-Dié.

Grâce à cette subvention, 80% des travaux réalisés dans les quartiers éligibles à la D.P.V. seront financés par l’État. Seuls les 20% restants seront à la charge de notre ville.

Cette aide nationale permettra l’agrandissement des aires de jeux à Saint-Roch, les rénovations de l’école Vincent Auriol, de la médiathèque Jean de la Fontaine, de la rue Jean Gazin et de l’Espace Louise-Michel.

Le déménagement du Relais de Services Publics place Jean XXIII et la seconde tranche des travaux de cette place bénéficieront également de ce financement.

 

Centre AquaNova

Les recettes des entrées couvrant seulement 40% des 2,7 millions d’euros du coût de fonctionnement annuel, les contribuables paient donc le déficit de 1,6 millions d’euros.

Dès la présentation du projet, nous avions signalé que l’absence d’un bassin d’apprentissage et d’un toboggan serait pénalisante pour l’exploitation de cette piscine.

Les faits nous ont donné raison. Ce centre n’étant pas assez ludique, très peu de personnes habitant hors de la Déodatie le fréquentent.

Comme les différents partenaires privés ont réalisé de substantiels bénéfices dès la première année d’exploitation, nous avons demandé au maire de les solliciter afin de réaliser les aménagements très attendus par les utilisateurs d’AquaNova.

 

Terrain de camping

Dès juillet 2012, nous écrivions : « la municipalité a réalisé, au frais des Déodatiens et pour un projet privé qui ne verra peut-être pas le jour, d’importants travaux de viabilisation sur un terrain qui n’est toujours pas vendu.

Pendant ce temps-là, notre ville […] n’a plus de camping et toujours pas d’aire d’accueil pour les camping-cars ».

Depuis, nos craintes sur le sérieux de ce projet se sont révélées exactes car la société Campwood n’a honoré aucun de ses engagements. Notre ville retrouve donc la totale maîtrise de ce terrain.

Satisfaits que notre proposition de créer une aire de camping-cars soit réalisée dans le cadre de l’intercommunalité, nous souhaitons également la création d’un nouveau terrain de camping.

Elus UPS Camping Vanne de Pierre.jpg

(De gauche à droite : MM. Bourdon, Turhan, Cacclin, Mme Ba, M. Vincent et Mmes Urbès et Zmirli).

 

Serge VINCENT, Christine URBES, Jean-Louis BOURDON, Nadia ZMIRLI, Michel CACCLIN, Ramata BA et Orhan TURAN.

01/09/2014

UPS au cœur de deux émissions télévisées sur le prix de l’eau... Tribune des élus d'Union Pour Saint-Dié (septembre 2014)

union pour saint-dié,ups

UPS au cœur de deux émissions télévisées sur le prix de l’eau

Depuis plusieurs années, Union Pour Saint-Dié (UPS) n’a cessé de dénoncer le prix de l’eau dans notre ville, anormalement élevé en raison du contrat signé avec la Lyonnaise des Eaux (filiale de GDF-Suez).

Après avoir organisé plusieurs conférences-débats animées par des spécialistes, le groupe UPS est désormais reconnu comme le défenseur des usagers de l’eau. C’est à ce titre que deux chaînes de télévision nationales nous ont sollicités pour les aider dans leur enquête sur les raisons qui font de notre eau l’une des plus chères de France. Ainsi deux émissions seront diffusées dans les prochaines semaines : « Pièces à conviction » sur France 3 et « On n’est plus des pigeons » sur France 4.

Lors des différentes interviews, nous avons rappelé que le niveau de vie des Déodatiens doit passer avant les profits de multinationales comme GDF-Suez (déjà délégataire du ramassage des ordures et, depuis quelques semaines, de l’éclairage public de Saint-Dié).

Si la nouvelle majorité partage ce sens des priorités, la facture d’eau devra fortement baisser dans les prochains mois afin de s’aligner sur la moyenne nationale. En effet, le contrat pouvant cesser sans pénalité dès février 2015, le maire a l’opportunité d’opter pour un service en régie municipale ou signer un nouveau contrat financièrement plus intéressant et plus juste pour les Déodatiens.

Ce combat a été au centre de nos priorités. Il le reste.

 

Tourisme

Depuis trois ans, nous déplorons l’absence d’un terrain de camping et d’une aire d’accueil pour camping-cars. Ces équipements sont indispensables au développement touristique de notre ville. Malgré une météo peu clémente, les campings de la région ont été très sollicités, ce qui confirme l’intérêt stratégique de ce type d’hébergement populaire. Ce dossier important devra bénéficier de l’implication de tous les élus de la nouvelle communauté de communes.

Nous y veillerons.

 

Stationnement

Notre ville pourrait se montrer plus accueillante à l’égard des Déodatiens et des touristes qui souhaitent stationner en centre-ville.

En effet, la demi-mesure, limitée à la seule période estivale, consistant à rendre gratuit le stationnement le samedi de 15h à 19h mais laissant payant le créneau de 14h à 15h, est une cause d’incompréhension et de mécontentement.

Afin d’aider les commerçants de notre ville, d’encourager le tourisme et de faciliter la vie quotidienne des Déodatiens, nous proposons donc d’instaurer la gratuité sur tous les samedis après-midi de l’année.

Nous espérons que cette mesure de bon sens sera appliquée comme a été reprise notre proposition d’informer, par une vignette, les automobilistes verbalisés pour une infraction au stationnement. [NDLR : Texte écrit le 18 août, la date limite d'envoi étant le 20]

 

Serge VINCENT, Christine URBES, Jean-Louis BOURDON, Nadia ZMIRLI, Michel CACCLIN, Ramata BA et Orhan TURAN

22/06/2014

Rythmes scolaires, terrain de camping, situation financière de la ville... Tribune des élus d'Union Pour Saint-Dié (juillet 2014)

rythmes scolaires,école,écoles,tap,activités périscolaires,campwood,terra nova,camping,saint-dié,saint-dié-des-vosges,finances,crc,union pour saint-dié,transparence,open data

 

Rythmes scolaires

Lors d’une des deux seules réunions d’information (et non de concertation) pour l’ensemble des écoles de la ville, le maire a annoncé que le futur aménagement des rythmes scolaires sera celui que l’ancienne municipalité a mis en place à Ferdinand Brunot.

Or, après une année d’expérimentation, de nombreux parents de cette école sont mécontents de cette option, qui entraîne notamment une fatigue accrue pour leurs enfants. Ce choix pose également des problèmes aux associations sportives et culturelles pour planifier leurs activités du mercredi.

Nous avons proposé de regrouper les Temps d’Activités Périscolaires (TAP) sur une demi-journée par semaine afin de faciliter leur organisation et leur mise en œuvre par des intervenants qualifiés, contrairement à la décision de la nouvelle municipalité de répartir ces activités sur deux jours. Notre solution est d’ailleurs adoptée par un nombre croissant de communes.

Nous avons également rappelé au maire sa promesse électorale quant à la gratuité de ces TAP.

 

Terrain de camping

Dès la présentation du projet « Campwood » par Christian Pierret en juin 2012, nous avons alerté les Déodatiens sur les risques financiers et économiques encourus par notre ville. En effet, ce projet immobilier inadapté prive Saint-Dié de son seul terrain de camping pour le troisième été consécutif, tout en ayant coûté 480 000 euros de viabilisation au contribuable déodatien.

Nos craintes quant à la solvabilité de l’acquéreur se sont malheureusement révélées exactes car, lors du conseil municipal du 20 juin, le maire a présenté une décision budgétaire modificative prenant en compte le risque quasi-certain d’un impayé de près d’un million d’euros !

 

Les Déodatiens ont droit à la transparence

Sans nos questions sur les emprunts « toxiques », le terrain de camping, le coût du FIG et le contrat avec la Lyonnaise des Eaux, ces sujets essentiels pour les Déodatiens n’auraient pas été abordés lors des derniers conseils municipaux. Comment expliquer ce mutisme de la nouvelle équipe municipale à l’égard du passif désastreux de Christian Pierret ?

Nous pouvons craindre que d’autres dossiers mettent aussi en péril les finances de la ville. Par exemple, la vente du terrain de l’ancienne piscine pour 1,2 millions d’euros est loin d’être aboutie. De plus, faute d’informations, les Déodatiens peuvent être légitimement inquiets des conséquences du PPP (partenariat public-privé) d’Aquanova et de la santé financière de la SEV (Société d’Equipement Vosgienne, en charge de l’aménagement des zones économiques), dont le capital est détenu majoritairement par la ville.

Aussi, nous demandons la convocation rapide d’un conseil municipal exceptionnel, consacré à la situation financière de Saint-Dié. Les Déodatiens sont en droit d’avoir toute la transparence que promettait, il y a quelques mois, le candidat David Valence.

D’ailleurs, le maire dispose depuis son arrivée d’un rapport de la Chambre Régionale des Comptes. Il aurait donc pu, bien avant sa publication obligatoire, réunir la commission des finances afin d’informer les représentants des Déodatiens de la situation réelle de leur commune.

Nous continuerons à défendre le droit des citoyens à une information complète, dans l’esprit de l’open data (libre accès aux données et comptes publics).

 

Serge VINCENT, Christine URBES, Jean-Louis BOURDON, Nadia ZMIRLI, Michel CACCLIN, Ramata BA et Orhan TURAN

01/06/2014

Tribune des élus du groupe Union Pour Saint-Dié dans le mensuel municipal de juin 2014

Conseil municipal du 16 mai

stationnement payant,verbalisation,indemnités des élus,frais de mission,camping,campwood,emprunts toxiques

Stationnement payant

Nous avons formulé des propositions pour réduire l’étendue et la durée du stationnement payant : gratuité tous les samedis dès 12h et suppression de certaines zones payantes.

La période de gratuité avancée par le maire (seulement le samedi après 15h et seulement pour les mois de juin à août) est insuffisante pour redynamiser le centre-ville et le commerce déodatien.

Michel Cacclin a également rappelé l'un de nos engagements : les automobilistes verbalisés doivent en être immédiatement informés par le dépôt d'un avis de contravention sur leur pare-brise. Nous espérons que nos propositions, pleines de bon sens et utiles aux Déodatiens, seront rapidement appliquées.

 

Rythmes scolaires

Faute de place, nous traiterons dans une prochaine tribune l’intervention de Nadia Zmirli sur ce point important.

 

Indemnités des élus

Contrairement à la plupart des autres points, nous avons voté contre la proposition du maire. En effet, le montant des indemnités allouées à la majorité ne va ni dans le sens des économies nécessaires ni, concernant la ville la plus pauvre de Lorraine, dans le sens de la décence.

Contrairement à sa promesse, D. Valence a choisi de ne pas être un maire à temps plein mais de cumuler ses fonctions municipales avec la présidence de la communauté de communes. Il va ainsi cumuler deux indemnités, soit 6 788 euros bruts par mois.

Sur la mandature, la charge pour les contribuables déodatiens sera de près de 2 000 000 d’euros pour payer les indemnités de l’équipe du maire et les charges sociales s’y rapportant. Rappelons que nous avions proposé de diminuer de 30% le montant des indemnités aux élus.

Quant aux frais de mission, ils seront payés selon leur montant réel, sans plafond. Sur ce point, Ramata Ba a interpelé M. Benoît, qui s'offusquait de telles pratiques lorsqu’il était dans l’opposition. Dans un souci d’économie, il nous paraît logique de fixer des limites à ce type de dépenses qui, dans le passé, ont fait l’objet d’excès. Nous avons par conséquent voté contre.

---------------------------------------------------------

 

Il nous a semblé indispensable, dans l’intérêt de notre ville, d’interpeler le maire sur deux sujets très préoccupants pour les Déodatiens et qui auraient dû être inscrits, dans un souci de transparence, à l’ordre du jour.

 

Terrain de camping

Par une question écrite, Christine Urbès a rappelé nos craintes concernant le devenir du projet Campwood et ses conséquences sur les finances et l'attractivité touristique de la ville. La réponse du maire n’a fait que confirmer nos sérieuses réserves, formulées depuis plus de deux ans.

Ce projet a déjà coûté près d’un demi-million d’euros de travaux aux Déodatiens et, à ce jour, aucune des recettes prévues n’a été encaissée par la ville. Pour la troisième année consécutive, notre ville sera privée d’un terrain de camping.

 

Emprunts « toxiques »

Jean-Louis Bourdon a également posé une question sur les emprunts « toxiques » contractés par le maire précédent. Grâce à cette intervention, les Déodatiens sont maintenant informés que les taux appliqués dépassent désormais les 14% - voire 16% - sur un montant global de 24 millions d’euros.

Par ces interventions, nombreuses et constructives, nous avons défendu les intérêts des Déodatiens et leur avons permis d’accéder à des informations que nous estimons indispensables, conformément à notre volonté de transparence.

 

Serge VINCENT, Christine URBES, Jean-Louis BOURDON, Nadia ZMIRLI, Michel CACCLIN, Ramata BA et Orhan TURAN

18/12/2013

Saint-Nicolas et marché de Noël : les propositions d'Union Pour Saint-Dié

saint nicolas,saint-nicolas,marché de noël,centre-ville,tourisme,commerce,stationnement payant,zones bleues

Hier soir, lors de la réunion publique d'Union Pour Saint-Dié à la maison de quartier de Robache, Serge Vincent a notamment rappelé une proposition que nous avons formulée dès décembre 2012 : organiser le défilé de Saint-Nicolas le dimanche plutôt que le samedi, afin de ne pas devoir sécuriser le parcours dès le samedi après-midi, ce qui permettrait aux commerçants du centre-ville de profiter pleinement des achats de cette demi-journée stratégique.

Le défilé serait intercommunal : organisé en partenariat avec les communes voisines, il présenterait ainsi davantage de chars, d'animations et de convivialité.

Ce week-end de fête correspondrait également à l'inauguration du marché de Noël, qui serait ainsi ouvert pendant plus de deux semaines (au lieu de quatre jours seulement, comme actuellement).

De nombreux autres points ont été abordés lors de cette réunion citoyenne, comme par exemple le stationnement payant en centre-ville, qui pourrait être remplacé par des zones bleues sur certains secteurs.

07/10/2013

Ce que devient l'argent des impôts des Déodatiens (suite)

Dans un document diffusé en mai dernier, nous vous signalions plusieurs dépenses municipales qui nous semblent exagérées voire injustifiées.

Parmi celles-ci, des "missions conseil promotion touristique", réalisées en 2012 par la société de communication Euro RSCG C&O, pour un montant total de 35.880 euros.

Cet "investissement" est d'autant plus étonnant que, lors du dernier conseil municipal, un adjoint avait défendu son étrange politique touristique (fermeture et vente du camping municipal, vente et fermeture de Saint-Dié-plage ...) en faisant état de ses compétences professionnelles dans ce domaine.

L'expertise de cet adjoint aurait-elle été jugée insuffisante par le maire sortant ?

Quant au service communication de la ville, n'était-il pas le plus qualifié pour imaginer de nouveaux moyens de promotion ?

Toujours est-il que le maire sortant a préféré s'adresser à la célèbre agence de communication connue pour avoir "coaché", entre autres, DSK et Jérôme Cahuzac.

Nous avons donc demandé que le fruit des travaux d'Euro RSCG nous soit communiqué.

Le voici :

Rapport Euro RSCG Saint-Dié.jpg

(cliquez sur l'image ci-dessus pour ouvrir le rapport en pdf)

Sur les 102 pages de ce rapport très "aéré", il y en a 6 ou 7 concernant directement Saint-Dié. Les autres pages survolent quelques exemples - à peine commentés - de publicités de collectivités. Quant aux conclusions du rapport, que vous pourrez lire sans perdre trop de temps, elles se passent de commentaire ...

Après ce rapport à 35.880 euros, nous aurions souhaité vous présenter le résultat des travaux de l'agence bordelaise CODE (Conseil pour le Développement Économique), dont les services ont été facturés 107.280 euros à la ville.

Or, à l'heure actuelle, personne n'a pu nous transmettre les rapports rédigés par ce prestataire.

A suivre ?

Serge Vincent et l'équipe d'Union Pour Saint-Dié

25/09/2013

Pour un FIG maintenu à Saint-Dié et financé en toute transparence

fig,festival international de géographie Nous aimons le Festival International de Géographie (FIG), ce bel événement culturel et scientifique qui œuvre en faveur de la notoriété de notre cité et auquel les Déodatiens sont attachés. Par conséquent, nous voulons en assurer la pérennité pour les années à venir et soutenir le développement de ce festival dans le souci de l’intérêt général.

C’est dans le respect de cet engagement que nous avons proposé d'amender un texte soumis aux élus lors du dernier conseil municipal. Le texte en question – que vous pouvez télécharger en cliquant sur l’image ci-dessous - est un avenant à la convention signée entre la ville et l’Association de Développement du FIG (ADFIG), qui organise cet événement.

fig,festival international de géographie


Notre projet d’amendement – téléchargeable en cliquant sur l’image ci-dessous – apportait deux modifications, ou plutôt deux précisions importantes, au texte initial.

fig,festival international de géographie

La première modification résidait dans l’ajout de la mention « pour l’organisation du FIG à Saint-Dié-des-Vosges ». Cette précision pourrait évidemment paraître superflue. En réalité, elle venait combler une grave lacune du texte initial, qui ne désigne à aucun moment notre cité comme ville-hôte de l’événement. Nous voulons que le FIG soit maintenu … à Saint-Dié. Par conséquent, notre amendement avait pour but d’éviter tout risque de « délocalisation » après 2014.

Notre seconde modification au projet d’avenant concernait l’aide, aussi bien humaine que matérielle, accordée par la ville (donc par les contribuables déodatiens), à l’ADFIG.

Le texte initial de l’avenant ne la quantifie à aucun moment et indique que l’ADFIG pourra avoir recours, « en tant que de besoin » [sic], aux différents services de la ville et à leurs employés.

Étant donné le flou de cette expression, nous avons suggéré de la remplacer par : « dans la limite des moyens techniques et humains disponibles ».

Mais, surtout, nous avons proposé de plafonner le montant global de l’aide municipale en faveur de l’ADFIG à 200.000 euros. Ce montant maximum, comprenant aussi bien les subventions que les mises à disposition de personnel ou de matériel, nous a paru raisonnable et même assez généreux car, selon les chiffres officiels avancés par le maire, cette aide municipale se chiffrerait actuellement à un peu moins de 160.000 euros.

Dès lors, pourquoi le maire et ses colistiers (dont plusieurs appartiennent au bureau de l’ADFIG) ont-ils refusé de voter notre amendement ?

Pourquoi le maire sortant entretient-il un flou troublant quant à la distinction entre l’aide municipale accordée directement ou indirectement à l’ADFIG et le mécénat dont bénéficie cette association ?

Parmi ces mécènes figure la multinationale Suez (ex-Lyonnaise des eaux), bien connue des Déodatiens car c’est elle qui a obtenu la délégation du service public de l’eau, délégation qui aurait pu être renégociée en 2015 mais que le maire a décidé de prolonger jusqu’en 2023.

Or, dans une enquête publiée par le Nouvel Observateur du 13 juin dernier* et consacrée aux liens entre les « géants » de l’eau et les politiques, des journalistes s’interrogent : « Christian Pierret a-t-il pensé à son Festival international de Géographie de Saint-Dié quand il a prolongé la délégation de son principal sponsor, Suez, en 2011 ? ».

Est-ce à dire que ce mécénat privé – normalement distinct de l’aide consentie par notre ville - proviendrait indirectement des Déodatiens, qui paient leur eau à un prix inexplicablement élevé ? Cette hypothèse n’est pas prouvée. Cependant, afin de lever toutes les interrogations à ce sujet, nous voulons que le financement du FIG soit plus lisible et transparent.

Tel est le sens de notre amendement, qui avait pour but de garantir, sur des bases financières saines et dans l’intérêt des citoyens déodatiens, le maintien du Festival International de Géographie à Saint-Dié-des-Vosges.

Cet objectif est l’un de nos engagements pour 2014.

 

Serge Vincent et l’équipe d’Union Pour Saint-Dié


* Caroline Michel et Maël Thierry, « Menaces, lobbying, chantages : la guerre secrète de l'eau », Le Nouvel Observateur, 13 juin 2013.


[Illustration : Mappemonde cordiforme (en forme de cœur) d'Oronce Fine, 1536]

25/08/2013

Tourisme à Saint-Dié : un été sans camping ni plage

Le savoir-faire des professionnels du tourisme et le dynamisme des commerçants déodatiens, alliés à des conditions climatiques exceptionnelles, ont constitué des atouts indéniables pour cette saison touristique. Ce bilan est malheureusement amoindri par certaines décisions regrettables d’une municipalité sortante dépourvue de toute politique de développement touristique crédible et efficace.

Il y a quelques semaines, l’adjoint au tourisme affirmait : « la Ville de Saint-Dié-des-Vosges est en passe de réussir son pari de faire de notre ville la première ville touristique des Vosges et tout cela ... sans pistes de ski » (magazine municipal de juillet/août 2013, p. 10).

Pour être plus précis, il aurait dû ajouter : « sans camping et sans plage ».

1. Un second été sans camping

Nous avons récemment évoqué les conséquences de la fermeture et de la vente du terrain de camping municipal.

Notre ville vient de connaître son second été sans camping, alors que ce type d’équipement est indispensable si l’on veut accueillir de nombreux touristes, comme l’a souligné, il y a quelques jours, un intéressant article de Vosges Matin :

Besoin d'un camping à St-Dié.jpg

(Cliquez sur l’image ci-dessus pour agrandir l’article)

2. « Saint-Dié plage » victime d’Aquanova America

Seuls les élus du groupe Union Pour Saint-Dié en ont parlé : « Saint-Dié plage », petite-sœur de « Paris plage », a été supprimée cette année.

La cause est financière : le budget de cette attraction populaire a en effet été réservé au financement de la nouvelle piscine.

Pourtant, cette animation d’été permettait aux Déodatiens qui ne partent pas en vacances de s’offrir des journées de détente à un tarif accessible à tous : 2 € la journée pour un adulte et 1 € pour un enfant.

Nombreuses sont les personnes qui se sont rendues, à pied pour certaines, jusqu’à la zone d’Herbaville et qui ont trouvé « porte close ».

On pourra nous rétorquer que ces anciens terrains municipaux ont été vendus (comme, hélas, bien d’autres) il y a quelques années. Mais il aurait peut-être été possible de renouveler l’arrangement passé ces dernières années avec le propriétaire pour ce terrain où l’on trouve encore des éléments de l’ex-« Saint-Dié plage ».

Avec le bel et chaud été que nous avons connu, le succès aurait été au rendez-vous.

A la place, les baigneurs ont dû se rabattre sur l’actuelle piscine … pour un coût plus élevé et un temps d’accès limité.

Encore une décision antisociale d’un maire sortant déconnecté des attentes des Déodatiens et des touristes.

L’équipe d’Union Pour Saint-Dié

_______________________________________

MISE A JOUR DU 26/08 :

Un récent article de Vosges Matin (22/08) nous explique que, faute de Saint-Dié plage, les jeunes baigneurs ont dû se rabattre sur les cours d'eau, notamment la Fave. Le plaisir de la nature en plus ... mais la sécurité en moins.


Par contre, les adeptes du système D ont manifestement évité de se baigner en aval de notre ville, malgré les propos de l'adjointe à l'environnement, qui, en juin dernier, justifiait ainsi le prix anormalement élevé de l'eau à Saint-Dié : « L'eau est si parfaitement traitée à Saint-Dié-des-Vosges que la Meurthe est plus propre en sortie de ville qu'à son entrée » [sic].

tourisme,camping,saint-dié plage

tourisme,camping,saint-dié plage

16:38 Publié dans Tourisme, UPS : Nos vidéos | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tourisme, camping, saint-dié plage, meurthe, fave | | |  Facebook